Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Troisième partie. Le fallax opus : une poétique de la subjectivité

Chapitre 9. Mamurius, fallax poeta exilé : le grand récit esquivé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le livre IV peut être lu formellement comme le « Tombeau de Cynthia » ; il est tentant, dès lors, d’insister sur la fidélité amoureuse et morale du poète qui l’honore ou le rédime. Mais on dessèche l’œuvre de Properce en ne cherchant à n’y lire qu’un art d’aimer – et l’expression d’un idéal – ou, à l’inverse, en n’y voyant qu’un art poétique. En insistant trop exclusivement sur l’un de ses deux versants – la « vie réelle », d’un côté, les règles du genre, de l’autre – intimement mêlés et solidaires, on ne fournira qu’une lecture très partielle et biaisée : c’est, en effet, le propre de l’ironie élégiaque que d’osciller de l’un à l’autre.

Le tour de force poétique de Properce est d’avoir construit un récit non pas dans l’énoncé, mais dans l’énonciation, tout en récusant continuellement la possibilité du récit. Il n’y a là qu’un apparent paradoxe : l’écriture propertienne ne fournit pas de récit tout constitué ; ce n’est pas une écriture épique : l’épopée subjective du poète amoureux e...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search