Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Troisième partie. Le fallax opus : une poétique de la subjectivité

Chapitre 8. Sunt Aliquid manes : le tombeau de Cynthia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Loin d’être la contribution élégiaque à l’entreprise de refondation symbolique entreprise par le Prince, le livre IV, dans un amusant mouvement d’inversion des rôles, est un monument érigé, non pas en l’honneur de la Rome tout à la fois nouvelle et éternelle fantasmée par Auguste, mais de la maîtresse du poète ainsi immortalisée : le livre IV est le Tombeau de Cynthia.

Cynthia, la regina elegiarum

Cette lecture impose de réévaluer la place assignée souvent à une élégie devenue un symbole : l’élégie IV, 11, la regina elegiarum, « reine des élégies » en l’honneur de Cornelia, qui, après l’élégie IV, 3, reflèterait un spectaculaire ralliement du poète à certaines conceptions concernant le mariage et les relations légitimes qui doivent unir un homme à une femme, des conceptions que les leges Iuliae de 18 avant J.–C. venaient d’ailleurs de rendre obligatoires, ce qui ne saurait être une coïncidence : là encore, « eût-ce été malgré lui, comme l’écrit Grimal, [le poète] se trouvait ramené à ...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search