Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Troisième partie. Le fallax opus : une poétique de la subjectivité

Chapitre 7. Fallere rima sat est : le blondin berne le barbon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au vers 135 de la première élégie du livre IV, Horos, pour convaincre Properce de ne pas forcer son inspiration, lui rappelle en ces termes la voie qui est la sienne :

At tu finge elegos, fallax opus (haec tua castra !),
scribat ut exemplo cetera turba tuo.1 (IV, 1, v. 135-136)

Ce n’est peut-être pas le fruit du hasard si l’adjectif fallax utilisé par Properce pour qualifier l’élégie est aussi celui qui caractérise, à Rome, le seruus, l’esclave fourbe et rusé de la comédie, comme le rappelle Ovide, par exemple, dans ses Amores :

Dum fallax seruus, durus pater, inproba lena
uiuent et meretrix blanda, Menandros erit.2 (I, 15, v. 17-18)

Selon Properce, l’élégie est bien rusée ; elle est « fourbe » comme l’esclave de la comédie et l’élégiaque, dans ses mises en scène, s’inspire souvent d’un autre ombrien, T. Maccius Plautus, ou de Térence, dont les prologues ont été le lieu de la naissance, à Rome, de la figure littéraire du poète qui se justifie et montre la légitimité de ses choix artistiqu...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search