Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Troisième partie. Le fallax opus : une poétique de la subjectivité

Introduction de la troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si Properce n’est déjà plus un auteur d’épigrammes, il utilise les connotations associées au genre épigrammatique comme un détour signifiant, l’épigramme incarnant le genre mineur. Mais l’élégie, genre mixte, dont le mode énonciatif est successivement mimétique et diégétique comme l’épopée qui, selon Aristote, s’apparente à la tragédie, s’inscrit également dans la tradition de la comédie, qui partage d’ailleurs elle-même un grand nombre de lieux communs avec l’épigramme. Ces références que l’on pourrait donc nommer épigrammatico-comiques sont autant d’unités signifiantes, d’éléments constitutifs d’une contestation de la légitimité générique incarnée par le « monde épico-tragique ». Après avoir étudié les références à Callimaque et à l’épigramme, il convient, à présent, d’examiner la nature des emprunts à la comédie, paradigme de la réflexivité et de la polémique littéraire au moyen duquel Properce détourne l’univers symbolique horatien et virgilien pour placer en son centre le tombe...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search