Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Deuxième partie. Quo ruis properti ? : Une poétique de la recusatio

Chapitre 6. Properce et les prétéritions du uates horatien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bacchus souverain : le nunc est bidendum de Properce

Le « sérieux » ou l’échec de l’élégie IV, 6

Rien n’impose, donc, de lire les recusationes de Properce comme celles d’Ovide, qui réclame un délai et semble vraiment envisager, dès ses premières œuvres, la possibilité d’écrire une épopée. Cette possibilité même est exclue par Properce, dont la volonté fréquemment affichée de troquer l’élégie pour le genre épique n’est jamais sérieuse. Au début du livre IV, cependant, le poète annonce son intention de consacrer exclusivement son talent à sa patrie (hoc patriae seruiet omne meae, IV, 1, v. 60), tout en conservant le mètre élégiaque. Pour ce faire, les élégies étiologiques de Callimaque semblent être un modèle de compromis idéal et, en effet, dans l’élégie IV, 6 – celle qui paraît obéir le plus précisément au projet initial – l’hommage et le cadre du développement, phénomène unique dans l’œuvre, s’inspirent d’un poème précis de Callimaque : l’hymne II à Apollon. Néanmoins, contrairement ...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search