Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Deuxième partie. Quo ruis properti ? : Une poétique de la recusatio

Chapitre 5. Ovide et la successio élégiaque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La fidélité de Properce à l’élégie (ou à l’épigramme) et à Cynthia est l’élément essentiel de son œuvre qu’il convient de ne pas lire à travers l’inventaire qu’en a fourni Ovide. L’originalité de la démarche poétique de Properce apparaît même plus clairement lorsque l’on considère à quel point l’auteur de l’Art d’aimer n’a eu de cesse de la neutraliser et de la dépasser : au lieu de suivre la voie générique balisée par son devancier, Ovide a préféré réinvestir la carrière poétique classique pour produire l’épopée paradoxale des Métamorphoses ; après avoir plaisamment parodié ses devanciers dans les Amours, il a tenté, ensuite, de manière à s’abriter derrière les règles du genre, de « déminer » leur inspiration en réorientant la portée générique de leur œuvre. Cette stratégie rhétorique, qui est au cœur du recueil des Tristes, n’a convaincu ni Auguste, ni Tibère, mais elle a contribué à figer la perception rétrospective du « genre élégiaque ». Pour ne pas rester prisonnier des règles...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search