Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Deuxième partie. Quo ruis properti ? : Une poétique de la recusatio

Chapitre 4. Recusatio et fides générique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les textes dans lesquels se révèle plus qu’ailleurs, de manière aussi spectaculaire qu’emblématique, l’ironie de Properce sont ses recusationes. Mais la recusatio, motif rhétorique dans lequel s’exprime le refus du grand récit, devient, sous la plume du poète ombrien, un outil expressif qui lui permet d’ériger l’élégie, héritière assumée de l’épigramme, en manifestation du genre mineur et de renverser la hiérarchie des genres.

Romanus Callimachus

La critique a fait un sort au trop biographique « roman de Cynthie », qu’elle a révoqué définitivement en doute ; l’œuvre de Properce, néanmoins, qui n’est ni une collection gratuite d’épigrammes éparses, ni l’ébauche d’un roman autobiographique, peut être lue comme une aventure : celle d’une parole poétique subjective menacée de tous côtés, par le silence ou la satiété, d’une part, et par l’aliénation générique, d’autre part. Properce, dès lors, ne cherche pas seulement à transposer Callimaque – ou l’épigramme, ou l’élégie grecque – à Rome ;...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search