Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Première partie. Vnum opus, non unus honos : Une poétique de l’Ironie

Chapitre 3. L’étiologie propertienne : du mythe épique à la fiction élégiaque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’ironie de l’Histoire : le paradoxe de Tarpeia

L’ironie de Properce n’est pas seulement une figure reposant sur l’inversion sémantique, mais on court le risque d’appauvrir et de diluer la notion en l’identifiant à une quelconque « littérarité ». L’ironie est dans le soupçon, dont l’étiologie – qui n’est pas une réécriture élégiaque de compromis du mythe épique – est la forme adéquate ; l’étiologie, en tant que telle, vaut recusatio dans la mesure où elle ne conteste pas seulement la véracité de quelques épisodes de la fable nationale, mais la possibilité même du récit qu’elle vient miner de l’intérieur. Dans les variations étiologiques du livre IV, la transposition générique de l’épopée n’est pas neutre : Properce joue avec les illusions du récit épique, de la construction mythographique, de l’enrôlement éthique et rhétorique du langage.

Avant, donc, de définir plus précisément cette poétique de l’ironie comme une « poétique de la recusatio », nous aimerions montrer la manière avec l...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search