Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Première partie. Vnum opus, non unus honos : Une poétique de l’Ironie

Chapitre 2. Vertumne ou la sémiotique des genres

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Res et uerba : de la philologie historique à la sémiotique

Properce, Vertumne et Mécène

L’assimilation ou une certaine confusion entre ironie et poésie fait progressivement sortir du champ de l’analyse la notion d’intention d’auteur, indispensable dès lors que l’on veut appréhender l’unité et la nature d’une œuvre. Certaines analyses de l’ironie propertienne ont ainsi la même fonction, paradoxale, que le vieux mythe critique de l’appartenance du poète au cercle de Mécène : elles visent à relativiser, nuancer, voire nier le caractère subversif ou sérieux, malgré l’humour et l’ironie, de la poésie de Properce, dont les élégies deviennent de « plaisants paradoxes »1.

Ce n’est pas le lieu, ici, de prendre parti dans une querelle théorique, voire théologique, sur l’auteur, la mort de l’auteur et son éventuelle résurrection et il ne s’agit pas non plus de faire le procès ni d’une certaine philologie ni des études sémiotiques. Il convient, cependant, de soulever un problème de méthode : si to...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search