Version classiqueVersion mobile

Le Tombeau de Cynthia

 | 
Matthieu Gazeau

Introduction: L’ombre insaisissable de Cynthia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le livre IV des Élégies de Properce est un cimetière de femmes. Entre Tarpeia et Cornelia, Cléopâtre, Acanthis et Bona Dea, Cynthia repose éternellement sous une couche de terre légère comme l’élégie et son umbra revient hanter les nuits du poète originaire d’une « Ombrie » qui abandonne sa signification strictement référentielle pour faire vibrer tout un univers de connotations liées à l’équivoque poétique. Mais passés les vertiges de l’évocation macabre et romantique du fantôme de son amante dont la robe et les bijoux sont à moitié consumés par le feu du bûcher funèbre, dont les os des mains disjoints par la mort craquent au moindre frémissement, dont les lèvres, déjà, sont rongées par l’onde du Léthé, il faut se rendre à l’évidence et accepter la réponse en elle-même suggérée par la question de Simone Viarre : non, le livre IV de Properce n’est pas tout à fait sérieux1. Il y a, bien entendu, de l’humour dans l’écriture de la requête de Cynthia qui demande au poète de brûler tous ...

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search