Version classiqueVersion mobile

Le convive et le savant

 | 
Yannick Scolan

Deuxième partie. À l’épreuve de la table et du vin

Chapitre V. Joyeux convive, vrai savant : Socrate plaisantin philosophe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Plutarque suppose que le Banquet occupe une place particulière dans l’ensemble de l’œuvre de Platon, que la pratique de la philosophie n’y est pas la même qu’ailleurs, que la contrainte dialectique y cède la place à la persuasion, en un mot que ce Συμπόσιον n’est pas un dialogue platonicien comme un autre (Propos de table, I, 1, 614c-d) :

Οἱ δὲ χαρίεντες, κἂν ἀπ᾿ εὐθείας φιλοσοφῶσιν, τηνικαῦτα διὰ τοῦ πιθανοῦ μᾶλλον ἢ βιαστικοῦ τῶν ἀποδείξεων ἄγουσι τὸν λόγον. Ὁρᾷς γὰρ ὅτι καὶ Πλάτων ἐν τῷ Συμποσίῳ περὶ τέλους διαλεγόμενος καὶ τοῦ πρώτου ἀγαθοῦ καὶ ὅλως θεολογῶν οὐκ ἐντείνει τὴν ἀπόδειξιν οὐδ᾿ ὑποκονίεται, τὴν λαϐὴν ὥσπερ εἴωθεν εὔτονον ποιῶν καὶ ἄφυκτον, ἀλλ᾿ ὑγροτέροις λήμμασι καὶ παραδείγμασι καὶ μυθολογίαις προσάγεται τοὺς ἄνδρας. Εἶναι δὲ δεῖ καὶ αὐτὰς τὰς ζητήσεις ὑγροτέρας καὶ γνώριμα τὰ προϐλήματα καὶ τὰς πεύσεις ἐπιεικεῖς καὶ μὴ γλίσχρας, ἵνα μὴ πνίγωσι τοὺς ἀνοητοτέρους μηδ᾿ ἀποτρέπωσιν.
Les gens d’esprit, même quand ils pratiquent la philosophie sans détours, conduisent le...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search