Version classiqueVersion mobile

Les Stratégies matrimoniales de l’aristocratie romaine au temps des guerres civiles

 | 
Miguel Alejandro Canas

Chapitre II. La place des liens de parenté et des relations sociales dans le choix d’un conjoint

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La place éminente qu’occupent les logiques de reproduction sociale dans les stratégies matrimoniales des sénateurs romains nous instruit sur l’importance qu’attachaient ces derniers au prestige familial, à l’étendue des réseaux clientélaires et, dans une moindre mesure, à la richesse d’un conjoint potentiel. Mais ces critères, trop généraux, ne suffisent pas à expliquer que le choix de tel individu ou de telle famille se soit porté sur tel parti plutôt que sur tel autre. Si l’on excepte en effet les mariages de César avec Calpurnia et ceux de C. Scribonius Curio et d’Antoine avec Fulvia, dont nous avons vu qu’ils étaient motivés, du moins en partie, par l’intérêt spécifique que les ressources clientélaires des épouses représentaient pour leur(s) mari(s), les avantages en matière de genus, de diuitiae ou de clientelae dont disposait la famille du conjoint n’étaient pas propres à celle-ci et se retrouvaient sous une forme équivalente chez d’autres familles qui, de ce fait, auraient fo...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search