Version classiqueVersion mobile

Claudien

 | 
Delphine Meunier

Deuxième partie. La langue épique

Chapitre 1. La comparaison épique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Trois définitions ont particulièrement marqué la critique moderne dans l’étude des comparaisons homériques1.

H. Fränkel insiste sur l’effet de rupture soudaine entre la narration et l’image qui plonge l’auditeur dans un monde autre que celui de la narration. Il distingue trois éléments constitutifs de la comparaison homérique : le point d’attaque (ou de basculement) dans la narration, le terme comparatif introducteur, et son corrélat qui marque un retour à la narration proprement dite – mais notons d’emblée que ce dernier n’est pas obligatoire, il concerne moins de 50 % des comparaisons épiques chez Claudien par exemple.

G.P. Shipp distingue trois développements possibles :

  1. la comparaison (Vergleich) simple qui associe une chose à une autre, sur le modèle λέων ὥς.

  2. la comparaison (Gleichnis) détaillée, dans laquelle l’image et le comparé sont déployés de façon détaillée.

  3. la comparaison (Gleichnis) homérique, dans laquelle l’image se développe selon une dynamique propre et est plus qu’une ...

© Les Belles Lettres, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search