Version classiqueVersion mobile

Claudien

 | 
Delphine Meunier

Deuxième partie. La langue épique

Avant-propos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir analysé l’ethos construit par Claudien dans ses poèmes, nous nous trouvons encouragée à poursuivre notre enquête. Dans la mesure où Claudien se réclame nettement, et de manière préférentielle, de la lignée des poètes épiques, il convient de s’interroger sur la dictio de notre auteur. A. Fo a déjà consacré quelques pages à des éléments de langue précis1 : lexique, formules, répartition des mots dans le vers, effets d’emphase, pointes, redondances. Aussi nous contenterons-nous, dans les limites de la présente étude, d’analyser la plus emblématique des figures épiques, et l’usage qu’en fait Claudien : la comparaison épique.

Depuis Homère, l’emploi de la comparaison dite épique, ou homérique2, est un des marqueurs les plus aisément repérables du genre épique dans un texte. Cette dénomination, « comparaison épique », ou « homérique », est moderne et ne se trouve chez aucun auteur antique, bien que les anciens aient réfléchi sur la notion d’image littéraire, et plus particulièr...

© Les Belles Lettres, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search