Version classiqueVersion mobile

Claudien

 | 
Delphine Meunier

Première partie. L’ethos d’un poète épique ?

Chapitre 1. Invocations à la muse, proèmes et préfaces

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une lecture attentive de l’œuvre de Claudien doit permettre de dégager l’ethos qu’il construit en tant qu’auteur : quelle figure auctoriale notre poète se plaît-il à élaborer dans son texte ? Nous livre-t-il des indices qui viendraient confirmer l’hypothèse d’un Claudien poète épique ? La construction de l’ethos du poète passe par des lieux privilégiés, notamment par l’expression du rapport qu’il entretient avec sa source d’inspiration – à supposer qu’il en ait une, expressément désignée. Or, les Muses sont bien présentes dans l’œuvre de Claudien : on trouve vingt-quatre occurrences du nom Musa, et plusieurs noms de Muses individuelles1.

Parmi les différentes formes poétiques, la tradition épique impose un code précis dans la construction de l’ethos du poète : depuis Homère, le poète épique est le dépositaire d’une parole inspirée par la divinité. L’invocation à la Muse ouvre très souvent le poème épique : il s’agit là d’une scène typique, attendue par l’auditoire, qu’il nous faudra ...

© Les Belles Lettres, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search