Version classiqueVersion mobile

Le médecin hippocratique

 | 
Mame Sow Diouf

Troisième partie. L’éthique Hippocratique

Chapitre I. Le devoir de protéger la vie dans la Collection hippocratique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. L’interdiction d’interrompre la vie

Au moment d’entrer en apprentissage dans une famille médicale, le futur médecin, d’après le chapitre 4 du Serment antique (éd. Lichtenthaeler), jure de protéger la vie à son stade initial comme à son stade final, en n’attentant à la vie ni directement ni indirectement : Οὐ δώσω δὲ οὐδὲ φάρμακον οὐδενὶ αἰτηθεὶς θανάσιμον, οὐδὲ ὑφηγήσομαι ξυμβουλίην τοιήνδε, Je ne fournirai pas de poison mortel à qui m’en demandera, ni ne lui suggèrerai une telle initiative.

Cette clause du Serment antique fait allusion soit à l’aide au suicide1 (le médecin remet le poison mortel à une personne qui désire mettre un terme à sa vie), soit au fait de suggérer à un malade une telle décision.

Mais aussi, dans le Politique2, Platon révèle que les médecins pouvaient se laisser acheter par les parents ou les ennemis du malade et le faire périr : Aristote laisse entendre, dans la Politique,3 qu’il arrivait que les malades suspectent leurs médecins de s’être laissé corromp...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search