Version classiqueVersion mobile

Carmen

 | 
Maxime Pierre

Conclusion. Logique d’une Polysémie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Chanter » à Rome n’est pas « chanter ». Pourquoi ? Parce que les termes canere, carmen et leur famille réfèrent à des énonciations bien différentes de ce que nous appelons un « chant » : une musique, une prophétie, une prière, un croassement prophétique, un serment, un oracle… Cette polysémie apparente, qui a déconcerté de nombreux chercheurs, est cependant trompeuse dans la mesure où elle raisonne avec nos propres concepts. Nul doute qu’il y ait une grande diversité d’emplois du terme. Encore faut-il bien comprendre comment ils s’articulent en termes latins, quitte à retrouver une autre forme de polysémie, mais qui suive une logique étrangère à nos façons modernes d’appréhender le sens des mots.

1. « Objet » et « signification »

Il convient tout d’abord de distinguer dans les emplois de carmen et sa famille le « sens » des termes et de leur « objet ». C’est que la signification n’équivaut pas à l’objet : autrement dit, que le mot carmen réfère à ce qui serait pour nous une promesse...

© Les Belles Lettres, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search