Version classiqueVersion mobile

Carmen

 | 
Maxime Pierre

Chapitre VI. Le carmen des poètes sous Auguste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les poètes de l’époque augustéenne font un nouvel emploi des termes canere et carmen : la formule Arma uirumque cano, qui introduit l’Énéide, est emblématique de cette nouvelle poétique du carmen en rupture avec la tradition épique d’Andronicus et d’Ennius. Dans la continuité des néotériques, les nouveaux poètes imitent l’usage alexandrin consistant à écrire un ensemble de poèmes sur le modèle des textes de performances vocales anciennes, et à en constituer des recueils, c’est-à-dire des « livres » (libri) selon le sens grec de βίβλος, des rouleaux. À l’intérieur de ces livres, chaque poème va renvoyer à une énonciation fictive grecque qui, rendue par le terme carmen, est conçue comme une énonciation vocale1. Sur le modèle alexandrin, le texte exclut très généralement l’usage du terme poema qui se réfère à la composition2.

Faute de pouvoir couvrir ici l’ensemble des œuvres poétiques de l’époque augustéenne, nous concentrerons notre étude sur les énonciations fictives explicitement dé...

© Les Belles Lettres, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search