Version classiqueVersion mobile

Carmen

 | 
Maxime Pierre

Chapitre V. Le carmen des poètes sous la république

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Canere et sa famille désignent, dès les premières attestations, aussi bien une énonciation instrumentale ou vocale : celle-ci est caractérisée par l’action automatique des sons qui, par leur propre force, suscitent des effets physiques et psychagogiques dans le cadre des spectacles, du culte ou du droit. Elle a alors pour énonciateur un instrumentiste, un spécialiste de la voix, un prêtre ou un juriste. Notre analyse doit rendre compte à présent d’un dernier type de sujet associé à carmen : le « poète » (poeta)1. Selon Lucrèce, les anciens « poètes » (poetae) ont transmis les exploits des héros « par des carmina » tandis que, selon Cicéron, le « poète »« répand des carmina » (carmina fundere)2. Horace écrit à leur suite dans les Odes : « Phébus m’a donné le souffle, Phébus m’a donné l’art du carmen et le nom de poeta » faisant de carmen une énonciation dont le « poète » serait le sujet3. Dans son commentaire à l’Énéide, Servius rappelle que le mot carmen peut s’appliquer à ...

© Les Belles Lettres, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search