Version classiqueVersion mobile

Carmen

 | 
Maxime Pierre

Chapitre I. Une musique ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Trois types de sujets différents produisent une activité sonore désignée par le mot carmen et sa famille : les oiseaux (aues), les instruments composés de tuyaux et de cordes (tibiae, tubae, fides) ainsi que les instrumentistes associés (tibicines, tubicines, fidicines)1, et enfin des professionnels de la voix que le latin nomme cantores. Chacune des énonciations peut servir à décrire l’une ou l’autre selon un système d’analogie circulaire. Ainsi les carmina ou cantus humains sont pensés sur le modèle de celui des oiseaux et des instruments à vent et à cordes, et réciproquement. De fait, la flûte (tibia) et les instruments à cordes (fides) sont définis en référence aux organes humains : la flûte possède une « langue » (lingua) et les cordes sont également des « nerfs » (nerua). Mais, à l’inverse, les organes humains sont décrits comme la synthèse d’instruments, faisant de l’acte de la parole humaine un concert de cordes et de vents. Selon Cicéron : « dans les « chants » la langue es...

© Les Belles Lettres, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search