Version classiqueVersion mobile

Le roi Hérode

 | 
Édith Parmentier

Chapitre V

Hérode le roi hellénisé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est en grec qu’Hérode écrivit ses Mémoires et qu’il fit rédiger l’histoire de son règne1. L’influence de l’hellénisme est déjà attestée sur la cour hasmonéenne par des œuvres comme celle du poète Théodotos, dont le nom grec traduit l’hébreu Jonathan – « Dieu a donné » – et qui composa à la fin du iie siècle avant J.-C. une épopée Sur les Juifs2 : les fragments qui en subsistent emploient une expression formelle typiquement grecque pour développer des thèmes judaïques. Parallèlement, les mercenaires hellénophones, nombreux dans les armées hasmonéennes, avaient accru la présence grecque en Judée3 ; à l’époque d’Hérode la garde royale est composée majoritairement de mercenaires hellénophones4. Le premier roi hasmonéen, Aristobule Ier, est reconnu comme un roi « philhellène » par Strabon et ses sources5 ; ses successeurs avaient ajouté un second nom grec à leur nom juif et la légende de leurs monnaies était bilingue6. Les monnaies hérodiennes, quant à elles, portent des légendes exclu...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search