Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Annexe

Purus : un exemple chez Caton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il serait enfin nécessaire, pour être un peu plus complet, d’étudier un terme aussi essentiel que purus. La chose n’est pas possible ici dans son entier : ce terme apparaît souvent dans le corpus (705 occurrences dans la BTL) et requiert tant de nuances qu’il demanderait à lui seul quantité d’études spécifiques. On se bornera tout de même à faire quelques notations. Purus est le strict équivalent de καθαρός et on peut le traduire par « pur, sans tache, sans souillure », et par suite, « net, sans mélange »1364. De ce terme dérive, à travers l’intermédiaire purigo, le verbe purgo, purgare. Le dictionnaire issu de Festus le rapproche de merus ou de mundus1365. Ernout et Meillet lui constatent un emploi particulier dans la langue religieuse ; on s’attachera, avant tout, à noter le fait qu’il peut avoir un simple sens technique (« net » physiquement1366), c’est-à-dire qu’il renvoie à une chose dont l’état, pour qu’il soit appelé de ce mot, suppose un tri. Une chose est pure « de » quelqu...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search