Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Conclusion générale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au terme de ce parcours, il est temps de faire le point. On est passé par diverses étapes successives. La première a cherché à examiner ce qui consituait les choses dont le Romain pense qu’il est bon de se nettoyer : ce qu’on peut commodément résumer par le terme très général de « sale ». À l’issue de cette étape, plusieurs enseignements. Tout d’abord, on peut établir de façon très nette que cette notion de « saleté » existe bel et bien. Mieux encore, elle peut faire l’objet de développements variés, pouvant chacun partir dans des directions différentes : plusieurs mots sont disponibles pour l’évoquer (sordes, squalor, inquinamentum, inluuies, etc.), pas toujours faciles à traduire en français. Chacun d’entre eux peut posséder des acceptions divergentes, par exemple insister sur tel « matériau » sale, sur telle source concrète de saleté plutôt qu’une autre, et d’autre part décrire davantage la réaction de rejet envers ce qui est ainsi désigné. Il y a toute une gamme de connotations ...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search