Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Comment se lave-t-on ? Vocabulaire et techniques

Chapitre 13. Balneum, chaleur et sudation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ces éléments étant indiqués, reste à préciser les manières concrètes dont les Romains procèdent au nettoyage corporel. La première d’entre elles passe par l’utilisation de la chaleur à fin de soin.

Le balneum est en effet, et avant tout, conçu comme un lieu où il fait chaud, et ce dès le début de la période considérée. On l’a entrevu à travers le récit que fait Tite-Live de la mort des Romains retenus prisonniers de la ville de Capoue au moment où celle-ci se range du côté d’Hannibal : enfermés dans le bain, ils y périssent étouffés par la chaleur portée à son maximum865. L’automatisme de la relation que l’on fait entre balneum et chaleur apparaît de façon obvie, comme le montre ce passage d’Horace :

Mais celui qui se rend de Capoue à Rome, trempé de pluie et de boue, ne passera point volontiers sa vie à l’auberge ; celui que le froid a pénétré ne vante point les étuves et les bains comme suffisant à faire le bonheur de la vie (trad. Villeneuve)866.

Le poète imagine ainsi, dans une per...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search