Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Le balneum et sa justification

Conclusions

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est donc bien difficile de reconstituer dans le détail les pratiques balnéaires des Romains pour les époques les plus anciennes. Restent cependant plusieurs conclusions à tirer à ce sujet :

  1. Pour ce qu’en peuvent dire les témoignages, ces pratiques existent et de façon assurée, au moins au moment où Plaute fait jouer ses pièces ; elles concernent peut-être toutes les catégories de la population (même, semble-t-il, les esclaves de la ferme idéale de Caton), mais elles mettent davantage l’accent sur les procédés d’immersion, ou de contact à l’eau en général, que sur ceux de sudation. Ces pratiques, dans leur périodicité, semblent cependant moins fréquentes qu’aux époques tardo-républicaine et impériale.

  2. De même, à l’époque de Plaute, la présence d’établissements consacrés au bain, distincts de ce qu’on peut faire à domicile, et accueillant donc des personnes extérieures, est certaine ; elle l’est d’autant plus que la culture balnéaire est assez développée pour comporter les mêmes clic...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search