Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Pourquoi être propre ?

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dressons un bilan provisoire. Le fait de passer aux bains, aux thermes est relié à la recherche de la santé et d’une certaine propreté. De fait, dans la littérature médicale aussi bien que dans les représentations collectives, le bain est apprécié comme un vecteur de santé. Mais il ne s’agit pas forcément du bain en tant que lieu ou moment de nettoyage : il n’y a pas vraiment de raisonnement hygiénique au sens d’aujourd’hui, qui dresserait une relation positive entre élimination de la crasse et obtention d’un meilleur état sanitaire.

Si ce lien existe, c’est replacé dans un contexte dont il ne peut être séparé. Au sens médical le plus strict, le bain est facteur de santé parce qu’il fait intervenir les facteurs hippocratiques ; le nettoyage peut s’insérer dans cette logique, mais d’une manière assez marginale. Au sens d’une hygiène plus large, il faut en quelque sorte le diluer dans une séquence de soin de soi qui dure toute la journée ou presque, et qui fait intervenir activité phys...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search