Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Pourquoi être propre ?

Chapitre 8. Saleté affichée et « bonne » saleté

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ces points étant posés, il faut maintenant tenir compte de situations dans lesquelles, de façon paradoxale, il faut être sale et où, à l’inverse, ne pas se recouvrir de saleté peut signaler un comportement inconvenant. Ces situations permettent de comprendre a contrario les enjeux généraux de la propreté tels qu’on les a décrits jusqu’à présent. On en retiendra deux en particulier : la première – déjà entrevue dans la partie précédente – est la saleté dont on se couvre en contexte de deuil stricto sensu ou de supplication politique ou judiciaire. La deuxième est la saleté dont sont couverts les personnages de valeur lorsqu’ils ont fourni de nobles efforts mettant en scène leur virilité : les durs travaux des champs, les besognes de la guerre.

La saleté du deuil : menace provisoire d’expulsion de la cité

La saleté du deuil, que l’on a décrite en première partie, constitue un « vêtement total » mêlant de manière indistincte crasse physique, vêtement terne et en mauvais état, chevelure...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search