Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Pourquoi être propre ?

Chapitre 7. Les risques de la négligence : la propreté comme officium

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On a pu entrevoir, tout au long des pages précédentes, l’importance de la catégorie de la négligence dans la constitution de la saleté. Celle-ci naît là où l’homme ne fait rien pour s’y opposer ; elle apparaît d’elle-même, pour ainsi dire, et toujours revient en l’absence d’action humaine, ce qui est confirmé a contrario par le fait que la propreté n’existe jamais au naturel (elle est toujours le résultat d’une action humaine qui a consisté à opérer un tri, une séparation, entre des choses jugées contradictoires, voir annexe). Dans le contexte corporel, le lien est assez clair : Aulu-Gelle parle de la saleté qui naît dans les corporibus incultis ; et c’est, de même, la négligence et l’incurie qui sont cause des manifestations de type crasse. Un lien explicite est fait, de manière assez fréquente pour que l’on relie nécessairement ces notions, depuis Térence561 jusqu’à Juvénal562. L’incuria, le manque de cultus, peuvent être directement constitutifs de la saleté563. Or si l’on regard...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search