Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Pourquoi être propre ?

Chapitre 5. Le problème de la justification médicale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il peut paraître évident de lier la pratique du bain – et plus généralement du nettoyage du corps – à une exigence médicale ou hygiénique. On se lave pour se garder en bonne santé. Chez les Modernes, de ce point de vue, les choses peuvent paraître simples depuis les découvertes pasteuriennes : moins on se lave, plus on s’expose aux germes. Or, dans le monde antique et en dehors d’un passage étonnant de Varron où il n’est d’ailleurs pas question de nettoyage382, l’interaction entre le corps humain et les micro-organismes, par la force des choses, ne peut pas être pensée. S’il y a un lien entre bain et santé, il doit nécessairement passer par autre chose.

Le survol de quelques exemples épars permet de se rendre compte que les choses ne sont pas simples. Le lien entre bain et santé peut certes apparaître dans la construction ou la consécration de bâtiments thermaux. Ainsi, à Bu-Ngem en Tripolitaine, un lieu de culte à Salus est-il érigé en relation avec un édifice balnéaire383. Dans une...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search