Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Dire le sale

Conclusion : y a-t-il un « fond commun » de saleté ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étude de la liste de termes qu’on s’est fixée montre que, à s’en tenir à ces derniers, on ne peut pas caractériser la saleté par un critère matériel unique. Tous ces termes ne sont pas strictement équivalents. Ainsi, ce qui est décrit par inquinare s’applique plutôt au contact à la terre ou à la boue, et par extension aux cadavres, au sang, au poison. De leur côté, les sordes, comme on l’a vu, sont le terme peut-être le plus générique pour désigner la saleté, mais concernent plus précisément celles des saletés de type lie, écume, crasse superficielle, dépôts ; la crasse corporelle (quel que soit l’endroit où elle apparaît) est concernée de façon privilégiée. On évoque également le squalor pour parler d’une surface rendue rugueuse ou hérissée : dans ce cas, le terme est privilégié, en contexte anthropique ou animal, pour évoquer le système pileux en désordre ; et, à l’intérieur même du groupe de squalor, des mots tels que squalere ou l’adjectif squalidus peuvent suggérer des nuance...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search