Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Dire le sale

Chapitre 5. Inquinare

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Inquinare, joint à ses composés et dérivés (le peu fréquent inquinamentum notamment, aussi coinquinare), est l’un des termes fondamentaux d’une étude consacrée à la notion de saleté. En effet, l’absence d’inquinamentum est un signe du propre tel que défini par les termes de purus ou mundus. En témoigne de façon burlesque ce cas, tiré de Catulle :

Tu n’as ni sueur, ni salive, ni morve, ni mauvaise pituite au nez. À cette propreté (munditiam) ajoute quelque chose de plus propre (mundior) encore : ton cul est plus net (purior) qu’une salière, et tu ne chies pas dix fois par an ; ce que tu fais est plus dur que fèves et cailloux ; tu pourrais le presser et le frotter entre tes mains sans jamais te salir un doigt (trad. Lafaye)323.

La « propreté » (munditia) du personnage est due à sa pauvreté : il vit avec si peu qu’il ne produit presque pas de déchets ou de rejets. Nous sommes en face d’une caricature de propreté, due non à l’action humaine de retraitement des déchets corporels,...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search