Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Dire le sale

Chapitre 4. Immundus et immunditia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on s’en tient à ce qui se trouve dans les dictionnaires antiques, le champ d’application de l’immunditia touche directement l’objet de ce chapitre : décrire ce qui apparaît généralement comme sale. Chez Nonius, elle est simplement posée comme synonyme d’inluuies277. Dans le recueil du CGL, elle est mise en équivalence de ce même terme, mais aussi de spurcitia, impuritia, impuritas, pour rendre le grec ἀκαθαρσία ; l’adjectif immundus, quant à lui, correspond à ἀκάθαρτος, et se voit rapproché de impuratus, impurus (et – rimus), obscenus, pollutus, sordidus, spurcus, enfin spurius278. Ces quelques aperçus permettent bien de se repérer : il est question ici de saleté.

Il serait tentant, dans une première approche, de cerner le sens de ce terme en se fondant uniquement sur celui de mundus, dont il est morphologiquement l’opposé. On verrait alors ce mot comme voulant dire « non propre », « sans élégance », « sans soin ». C’est partiellement le cas, et il est possible de l’utiliser dan...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search