Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Dire le sale

Chapitre 3. Inluuies : la saleté brute du marginal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le terme d’inluuies, s’il est moins employé que les précédents et ceux qui vont suivre, n’en est pas moins précieux dans notre approche, car il permet de délimiter les contours socialement et moralement appliqués à la catégorie du sale. Sa formation est aisée à retracer : il fait partie de l’ensemble des substantifs crées sur le modèle de -luo, -luere (d’où les verbes abluere ou eluere, « laver, nettoyer », dont il sera question par ailleurs), lui-même dérivé de lauo, lauere250. Étymologiquement, l’inluuies est le « non-lavé », « non-nettoyé », avec en théorie une insistance sur l’absence de matériaux liquides permettant le lavage (-luere, c’est nettoyer au moyen d’un liquide).

Si l’on s’en tient aux outils de définition classiques, a priori, les choses sont simples : chez Nonius, inluuies est rapproché soit de sordes, dont le mot forme alors un synonyme, soit, en compagnie du terme de même famille proluuies, de la notion d’immunditia251. Il en va de même – encore un peu plus tard, à...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search