Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Dire le sale

Chapitre 2. Spurcus et la spurcitia : fluides et dégoût

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’adjectif spurcus ainsi que les termes de la famille dont il provient (spurcitia, conspurcare, etc.) renvoient directement à un ensemble de choses, de substances, rejetées par un ensemble donné, par exemple aux excréments rejetés par le corps. En établissant une liste de ces substances, on aura un regard plus précis ; on verra que certaines d’entre elles seules sont concernées ; et l’on verra aussi que le propre de ce qui est spurcus est de susciter une réaction violente de dégoût et de répulsion. Le terme lui-même semble avoir été formé à partir d’une racine évoquant l’idée de contact, et par extension de contamination190. On verra enfin que le terme de spurcus prend une signification renouvelée quand on le comprend dans un contexte de mélange plus ou moins indésirable191.

La spurcitia renvoie par excellence au déchet résultant d’une opération quelconque ; à ce titre comme on va le voir, et sous plus d’un angle, il est possible de rapprocher sa nature de celle des sordes. Columelle...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search