Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Dire le sale

Chapitre 1. Le couple sordes et squalor

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le terme de sordes – employé le plus souvent au pluriel – est le premier à étudier ici. Il correspond à une racine indo-européenne ayant donné l’allemand schwarz, racine qui prend sens dans l’opposition entre un noir brillant (all. bleich) et un noir terne (d’un mécanisme comparable à la différence, en latin, entre ater et niger53). La racine désigne donc plus la consistance de la couleur « sale » que sa tonalité elle-même54. Il est nécessaire, pour l’étudier, de le joindre à celui de squalor dont il sera bientôt question : en effet, ces deux mots forment à de nombreuses reprises un couple assumé comme tel ; cela ne les empêche pas de comporter de fortes différences entre eux, mais le fait doit être retenu.

Pour mieux définir les sordes, commençons d’entrée de jeu par un exemple concret. Elles servent à désigner toutes les matières non désirées qui s’accumulent sur un support corporel donné, humain ou non humain. C’est ainsi le cas du cérumen auquel ce terme renvoie plus d’une fois :...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search