Version classiqueVersion mobile

Se Nettoyer à Rome (IIe siècle av. J.-C.- IIe siècle ap. J.-C.)

 | 
Michel Blonski

Dire le sale

Avant-propos : Dire le sale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour mieux comprendre les opérations de nettoyage et leurs enjeux, il est nécessaire de savoir de quoi exactement l’on se lave. L’exemple, devenu classique depuis, cité par Mary Douglas (il n’y a pas de saleté lorsqu’une chaussure se trouve par terre, mais il y en a lorsque la même chaussure se voit posée sur une table de cuisine), montre le caractère essentiellement contextuel de la notion de saleté ainsi que l’importance des rapports entre les choses dont elle est le témoin. Cependant, quand on se nettoie, on se « fait net » de quelque chose, c’est-à-dire qu’il y a des choses concrètes qu’on élimine de soi-même ou de son environnement. Pour que les rapports entre les choses soient possibles, reste donc à savoir de quelles choses il s’agit au juste, et aussi à savoir pourquoi elles sont considérées comme sales et devant être éliminées. Il y a des matières, des substances, des realia en un mot (par exemple, de la poussière, de la sueur, de la boue, etc.) : il faut les examiner, note...

© Les Belles Lettres, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search