Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les juristes écrivains de la Rome antique

 | 
Dario Mantovani

Appendice 2

Le mot species et l’artisanat linguistique des juristes

Texte intégral

  • 1  Pour l’étymologie de species, voir ci-dessus chap. II. Dans ce même chapitre les résultats du dépo (...)

1La phrase qui conclut Alf. 6 Dig. D. 5.1.76, « Quapropter cuius rei species eadem consisteret, rem quoque eandem esse existimari » (« Ainsi lorsque l’espèce d’une chose reste la même, la chose aussi est censée être la même »), a son centre de gravité dans le mot species. Le terme latin est polysémique, avec une oscillation qui va de la langue commune au lexique philosophique1. Comprendre dans quelle acception l’utilise Alfénus se révèle dès lors plus difficile. Comme on l’a dit au chapitre II, la démarche la plus fructueuse consiste à vérifier quelles acceptions species revêt dans les œuvres jurisprudentielles : le premier terme de comparaison, quand on explore le lexique des juristes, étant le corpus des juristes eux-mêmes, et non le discours philosophique ni la langue quotidienne.

2J’expose ci-après, de la manière la plus concise possible, les résultats obtenus à partir de l’analyse des occurrences du mot – à peu près une centaine – dans les œuvres des juristes.

  • 2  Sur l’utilisation de species chez les juristes, Talamanca, 1977, p. 3-290, est fondamental, bien q (...)
  • 3  Cf. p. ex. Quintil. 7.1.24. Pour l’ensemble des occurrences chez les juristes, voir VIR, s.v. spec (...)

3Bien entendu, j’ai seulement tenu compte des occurrences de species qui, d’une façon ou d’une autre, se réfèrent à l’identification ou à la classification des choses (corporelles ou incorporelles), puisque c’est dans ce cadre-là que se situe le passage d’Alfénus2. Il suffit de rappeler que parmi les autres acceptions de species l’occurrence la plus fréquente – dont nous ne tiendrons pas compte ici – est le sens de « cas d’espèce », que la langue du droit partage avec le lexique rhétorique3.

4Dans les contextes portant sur l’identification des choses, les juristes utilisent species dans deux sens principaux.

5Le mot species vient à être utilisé, en premier lieu, dans le sens classificatoire, c’est-à-dire pour désigner une « espèce » ou « classe », en somme un « type de choses ». C’est cette acception que Marcien utilise par exemple quand il établit la liste minutieuse des biens de luxe soumis à taxation (l. s. De delator. D. 39.4.16.7) :

Species pertinentes ad vectigal : cinnamomum, piper longum, piper album [], pelles Babylonicae, pelles Parthicae, ebur, ferrum Indicum […], lapis universus […], leones, leaenae, pardi, leopardi, pantherae, purpura.

  • 4  Pour cette traduction cf. Lanata, 1998, p. 54.

Les espèces concernées par la taxe douanière : […] la cannelle, le poivre long et le poivre blanc […], les fourrures de Babylone, les fourrures parthes, l’ivoire, l’ébène des Indes […], toutes les pierres précieuses […], les lions, les lionnes, les panthères mâles, les léopards, les panthères, la pourpre4.

  • 5  Talamanca, 1977, p. 272, n. 734 dit bien : « sono tipi singoli di merce ». Autres exemples : Iul. (...)

Ce sont des catégories de choses, et le douanier – pour appliquer ou non la taxe – aura dû vérifier cas par cas si chacun des objets concrets transportés rentrait dans l’une d’elles5.

6Dans une autre acception, species prend le sens d’un objet concret et individualisé, chose particulière tirée d’une matière première (dans plusieurs cas, équivalant à res ou corpus). C’est le sens pris dans un passage de Gaius (2 Rer. cott. D. 41.1.7.7) :

Cum quis ex aliena materia speciem aliquam suo nomine fecerit, Nerva et Proculus putant hunc dominum esse qui fecerit, quia quod factum est, antea nullius fuerat. Sabinus et Cassius magis naturalem rationem efficere putant, ut qui materiae dominus fuerit, idem eius quoque, quod ex eadem materia factum sit, dominus esset, quia sine materia nulla species effici possit : veluti si ex auro vel argento vel aere vas aliquod fecero, vel ex tabulis tuis navem aut armarium aut subsellia fecero.

  • 6  Voir aussi Iul. 22 Dig. D. 45.1.54 pr. (« in stipulationibus alias species, alias genera deducuntu (...)

Si quelqu’un a produit, en son nom, un objet quelconque à partir d’une matière appartenant à autrui, Nerva et Proculus sont d’avis que le propriétaire est celui qui l’a produit, car auparavant ce qui a été produit n’appartenait à personne. Sabinus et Cassius sont plutôt d’avis que la raison naturelle détermine que celui qui était le propriétaire de la matière est le propriétaire également de ce qui a été produit avec cette même matière, car il ne peut pas y avoir d’objet sans matière : par exemple, si je fais un vase avec ton or, ton argent, ton cuivre ou si je fais un vaisseau, une armoire, des bancs avec tes planches6.

Cette même acception ressort très bien de ce passage de Paul, grâce à sa brièveté et à sa technicité (28 Ad ed. D. 12.1.2) : « Mutuum damus recepturi non eandem speciem quam dedimus (alioquin commodatum erit aut depositum), sed idem genus » (« On prête pour recevoir par la suite non la même chose que celle que l’on a donnée – autrement, ce serait un prêt à usage ou un dépôt –, mais quelque chose du même genre »).

  • 7  C’est précisément dans l’acception classificatoire que Cicéron présente le mot species comme tradu (...)

7Species est ici utilisée dans une perspective logique, classificatoire, à savoir dans le sens que ce terme prend en relation avec genus. Pour faire un parallèle avec le grec, le couple serait ici γένος/εἶδος, et non ὕλη/εἶδος7.

  • 8  Voir principalement Pradeau, 20112, en partic. p. 76-83 ; Stevens, 2003, en partic. p. 484. Sur ce (...)
  • 9  Opsomer, 2003, en partic. p. 457.

8Cette perspective classificatoire ne surprend pas : c’est en fait une constatation commune parmi les historiens de la philosophie – peut-être sous-évaluée par les historiens du droit – que la description du monde physique constituait l’objet d’un discours visant la définition. Entre le versant logique et le versant physique, il existe une stricte correspondance, par conséquent la description du second peut se réaliser en se plaçant sur le premier versant et en opérant à travers des distinctions, qui aboutissent à classer la réalité8. La raison de ce lien entre sens logique et sens physique de species est simple : la « forme » entendue comme l’aspect externe d’une chose est le critère principal – même s’il n’est pas le seul – qui permet d’instituer une species dans le sens de classe : « c’est par une forme caractéristique qu’une pluralité d’étants se définit comme groupe »9.

  • 10  Sen. Ep. 58.6 : cette traduction aurait été proposée ou approuvée par Cicéron ; cf. Quintil. 3.6.2 (...)
  • 11  Talamanca, 1977, p. 282-283, qui avait d’ailleurs parfaitement relevé la particularité de cet usag (...)

9Si la connotation classificatoire de species est évidente pour la première des deux acceptions vues jusqu’ici (celle de type, de classe de biens, exemplifiée par la liste des biens soumis à la taxe douanière), cela vaut également pour la seconde acception, celle d’objet individualisé : un objet est individualisé (donc, il est appelé species) parce qu’il est identifié par rapport à la classe à laquelle il appartient (en venant à coïncider avec la species ultima). En termes de philosophie naturelle péripatéticienne, l’équivalent de species dans le sens de choses individualisées me semble être οὐσία, l’entité première, qui dans les discours philosophiques latins est habituellement traduite par essentia10 ; dans l’exemple qu’en donne Aristote, « cet homme, ce cheval » (Cat. 2a11-14 ; cf. Interpr. 17a37-b1)11.

10Il n’est pas de notre compétence d’approfondir davantage ces possibles corrélations conceptuelles et terminologiques. Il suffit de signaler que l’usage de species – pour désigner la chose empirique, individualisée – est presque exclusivement le fait des juristes. Ce qui montre que, tout en étant parfaitement au courant du discours philosophique, ils évitaient d’en importer les nuances terminologiques (qui cependant étaient disponibles, comme dans le cas d’essentia) et, avec elles, les contenus dogmatiques (ou les apories) issus du champ philosophique. En même temps, les juristes se révèlent capables de développer un vocabulaire (nous pourrions dire une langue) qui leur est propre, dans lequel cette acception concrète de species est un cas d’importance notable, qui ouvre peut-être une piste pour des recherches ultérieures étendues à d’autres termes.

  • 12  Un exemple est Paul. 6 Ad Plaut. D. 50.16.79.2 : « Voluptariae [scil. : impensae] sunt, quae speci (...)
  • 13  Ulp. 52 Ad ed. D. 39.1.1.11 : « Opus novum facere videtur, qui aut aedificando aut detrahendo aliq (...)
  • 14  P. ex. Gai. 2 Rer. cott. D. 19.2.2.1 ; Paul. 4 Sent. D. 1.5.14 ; Ulp. 1 De off. cons. D. 8.2.11 pr
  • 15  VIR, s.v. species, sub I, V, c. 645-646, rassemble vingt-trois occurrences dans lesquelles species(...)

11Pour en rester à species, le mot offre sous un autre angle un exemple privilégié de ce qu’on peut qualifier d’artisanat linguistique. Si les deux acceptions classificatoires vues jusqu’ici sont très fréquentes dans les œuvres des juristes, les cas sont au contraire rares dans lesquels species prend le sens le plus fréquent dans le langage commun et conforme à l’étymologie, à savoir « aspect externe », « forme extérieure »12. Pour exprimer cette dernière idée, les juristes recourent volontiers à d’autres mots concurrents, comme facies13 ou forma14. L’autre versant du travail linguistique des juristes se révèle ainsi, se manifestant non seulement dans la redéfinition sémantique, mais aussi dans le fait d’éviter l’emploi du même terme dans des acceptions plus courantes15. Comme il s’agissait d’opérations corrélatives, il est difficile de penser qu’ils en aient été inconscients.

12Les rares passages dans lesquels les juristes romains sont censés avoir utilisé species avec un sens qui s’approchait de celui d’εἶδος (avec la signification que ce mot grec prend en rapport avec ὕλη dans la philosophie des formes, c’est-à-dire celle de cause formelle, de principe de détermination essentielle de la matière) peuvent être plus correctement évalués d’après l’arrière-plan que nous avons rapidement esquissé.

13L’exemple peut-être le plus instructif est offert par Gaius, dans un ample développement dédié à l’acquisition de la propriété ; l’intention didactique pousse l’écrivain à décrire de façon détaillée les différents phénomènes qui entraînent la transformation d’une chose. Parlant de la production à partir de matières premières, Gaius soutient que les grains de blé contenus dans les épis sont déjà en soi un objet avec une identité définie, qui n’est pas créée seulement au moment où l’épi est égrené (2 Rer. cott. D. 41.1.7.7) : « […] cum enim grana, quae spicis continentur, perfectam habeant suam speciem, qui excussit spicas, non novam speciem facit, sed eam quae est detegit » (« […] étant donné que les grains qui sont contenus dans les épis ont leur forme complète, celui qui a battu le blé n’a point fait un objet nouveau, mais a seulement découvert celui qui existe déjà »).

  • 16  La référence ontologique et métaphysique est reconnue par Talamanca, 1977, p. 284, n. 768 (μορφή) (...)
  • 17  À moins d’y voir une référence à la ἐντελέχεια, avec laquelle Aristote exprime l’idée que la forme (...)
  • 18  Sur l’ontologie stoïcienne, développement synthétique et précis de Wildberger, 2006, en partic. p. (...)
  • 19  Une réflexion récente sur la réception romaine de la théorie des formes (en particulier sur l’usag (...)

14Species – dans la première des deux occurrences du mot que l’on trouve dans ce passage de Gaius, accompagnée de l’adjectif perfecta et du possessif sua – équivaut à forme, au sens de « identité », de « particularité » : les grains sont pourvus d’une identité complète, qui les font reconnaître comme tels sans avoir besoin de manipulations ultérieures et de transformations16. Il est incontestable que dans ces mots résonne l’écho de la question ontologique, d’autant plus que, peu avant (dans une partie du texte qui n’est pas rapportée ici), Gaius avait parlé de materia. Il serait cependant hasardeux d’en déduire son adhésion à une ontologie spécifique17. Le couple ὕλη et εἶδος n’appartient pas seulement à l’aristotélisme ; cette terminologie, intégrée aussi à la tradition platonicienne pour indiquer l’élément récepteur et l’élément actif des processus génératifs, sera accueillie également dans le stoïcisme, certes dans le cadre de sa propre ontologie18. La réception de cette doctrine dans la pensée et dans le lexique latin était déjà accomplie au temps de Lucrèce et de Cicéron, donc disponible pour Alfénus19.

15Mais on doit faire un pas en avant, sans s’arrêter à une conclusion qui demeure ouverte, et entrer dans le laboratoire conceptuel et lexical des juristes. Dans cette perspective, il est significatif que, un peu plus loin dans le même passage (D. 41.1.7.7), Gaius réutilise species dans un sens plus communément partagé chez les juristes, celui de chose individualisée, de produit (« non novam speciem facit »), acception qui est liée à la notion de species dans une perspective classificatoire.

  • 20  Cels. 19 Dig. D. 33.10.7.1 (Schermaier, 1992, p. 295, considère avec justesse l’antithèse materia/ (...)

16Cette polysémie, au détour rapide d’une phrase, montre le faible souci qu’avaient les juristes de se conformer à la technicité philosophique ; en outre, cette seconde acception appelle une remarque. La valeur physique de species comme forme (de la materia) – que Gaius utilise dans la première mention qu’il en fait dans D. 41.1.7.7 – est elle aussi corrélée à la notion logique, classificatoire d’espèce : une traduction pourrait être « spécificité », entendue comme appartenance à une espèce. Species comme forme/spécificité et species comme objet concret se situent en somme aux deux extrêmes d’une échelle sémantique, orientés respectivement vers l’abstrait et vers le concret, en ayant comme terme moyen celui de species comme espèce. La même signification de forme/spécificité se rencontre, si je ne me trompe, dans le petit nombre d’autres passages où species fait davantage écho au discours ontologique. Ici, une fois encore, les juristes semblent vouloir se tenir les plus proches possible du versant classificatoire et, en tout cas, ils évitent d’emprunter, par le biais du lexique, aussi les contenus philosophiques20.

  • 21  Voir Ulp. 24 Ad ed. D. 10.4.9.3 (« mutata forma prope interemit substantiam rei » ; la référence à (...)

17Il faut ajouter que dans les contextes où il faut reconnaître selon toute vraisemblance une allusion ontologique, les juristes ont recours à forma (probablement parce que le mot était plus adapté pour traduire le grec μορφή)21 ; ce choix est un autre symptôme qui doit nous conduire, par ricochet, à considérer avec prudence species comme une référence à la métaphysique aristotélicienne.

  • 22  C’est la même approche souple qu’ils adoptent (comme l’a démontré Talamanca, 1977) à propos de la  (...)

18Le fait, plusieurs fois relevé, que l’ontologie et la logique s’entrelacent dans le discours philosophique pour saisir l’identité des choses, conforte également cette conclusion. Les juristes romains diluent le dogmatisme en utilisant l’instrument de la divisio, c’est-à-dire en décomposant et recomposant les phénomènes à définir sur la base de leurs caractéristiques, ce qui leur permet de maintenir le discours à un niveau plus neutre quant aux contenus doctrinaux du champ philosophique. Nous mesurons en somme la résistance des juristes romains à franchir le pas qui sépare la perspective logique et linguistique de la dimension ontologique : ils retiennent ce qui est aisément saisissable par tout un chacun, en laissant aux philosophes des controverses qui ne feraient que déstabiliser l’argumentation juridique22.

Notes

1  Pour l’étymologie de species, voir ci-dessus chap. II. Dans ce même chapitre les résultats du dépouillement lexical, présentés ici d’un point de vue analytique, ont été anticipés de façon synthétique.

2  Sur l’utilisation de species chez les juristes, Talamanca, 1977, p. 3-290, est fondamental, bien que consacré à l’acception classificatoire du terme. Schermaier, 1992, p. 299-301 est également important, mais ne s’intéresse à son tour qu’au mot materia et seulement incidemment à species ; à prendre en compte aussi Bretone, 1998, p. 71-121. L’analyse lexicale et conceptuelle présentée par les essais recueillis dans Motte, Rutten et Somville, 2003, bien que dédiée à la terminologie grecque chez les présocratiques, Platon et Aristote, offre un exemple de méthode et des éléments précieux de comparaison pour l’étude du champ sémantique de species également chez les juristes.

3  Cf. p. ex. Quintil. 7.1.24. Pour l’ensemble des occurrences chez les juristes, voir VIR, s.v. species, V, c. 645-651 (sur les défauts de l’organisation sémantique de cette rubrique, voir ci-dessous, p. 290, n. 15). Mieux structuré : Oxford Latin Dictionary, 1982, s.v. species, p. 1799-1800, qui identifie treize acceptions, parmi lesquelles « 10. A subdivision of any class or kind, a sort, species etc. ; a thing of a particular kind. b) specific nature, form, character ; 11. (leg.) A specific legal situation or case. b) a specific business or purpose ; 12. (leg.) A specific item (of property) ».

4  Pour cette traduction cf. Lanata, 1998, p. 54.

5  Talamanca, 1977, p. 272, n. 734 dit bien : « sono tipi singoli di merce ». Autres exemples : Iul. 64 Dig. D. 4.2.18 ; Cels. 19 Dig. D. 33.10.7.1 ; Gai. 4.53d (« si quis genus stipulatus sit, deinde speciem petat, velut si quis purpuram stipulatus sit generaliter, deinde Tyriam specialiter petat ») ; Pap. 7 Resp. D. 33.10.9 ; Paul. 6 Ad ed. D. 6.1.6 ; Ulp. 30 Ad ed. D. 16.3.1.40.

6  Voir aussi Iul. 22 Dig. D. 45.1.54 pr. (« in stipulationibus alias species, alias genera deducuntur. Cum species stipulamur necesse est […] ita dividi stipulationem, ut partes corporum cuique debebuntur ») ; Iul. 33 Dig. D. 44.7.17 ; Iul. 35 Dig. D. 7.1.34.2 (« qui bonorum suorum usum fructum legat, non solum eorum, quae in specie sunt, sed et substantiae omnis usum fructum legare videtur » : Talamanca, 1977, p. 283, n. 768, y lit une possible accentuation en faveur du sens d’εἶδος-μορφή) ; Call. 2 Inst. D. 41.1.12.1 ; Paul. 72 Ad ed. D. 45.1.83.5 ; Ulp. 19 Ad Sab. D. 30.30.6 ; Ulp. 22 Ad Sab. D. 30.47.1. C’est la même valeur classificatoire (et non pas ontologique, dans le sens d’εἶδος-μορφή, qu’on y a parfois trouvé) que me semble avoir species aussi dans Paul. 6 Ad Sab. D. 10.3.19 pr. et15 Ad Sab. D. 41.2.30.4. Sur le plan chronologique, l’usage de species dans le sens de res individua semble attesté déjà chez Sabinus (cf. Ulp. 20 Ad Sab. D. 34.2.19.13, mais avec une nuance), de façon moins assurée chez Trébatius (Ulp. 30 Ad ed. D. 16.3.1.41 : voir Talamanca, 1977, p. 282, n. 763). Comme cela émerge des exemples que nous avons présentés, l’emploi s’intensifie au iie siècle apr. J.-C.

7  C’est précisément dans l’acception classificatoire que Cicéron présente le mot species comme traduction d’εἶδος (Top. 30) : « formae, quas Graeci εἴδη vocant, nostri […] species appellant ».

8  Voir principalement Pradeau, 20112, en partic. p. 76-83 ; Stevens, 2003, en partic. p. 484. Sur ce point également, une brève, mais instructive remarque de Talamanca, 1977, p 215, n. 608, rappelée plus haut (n. 5, p. 287).

9  Opsomer, 2003, en partic. p. 457.

10  Sen. Ep. 58.6 : cette traduction aurait été proposée ou approuvée par Cicéron ; cf. Quintil. 3.6.23 (qui l’attribue à un certain Plautus). Pour l’οὐσία chez Aristote (à traduire comme « ontologically basic entity »), voir Cohen, 2009. Une allusion à la correspondance possible entre la species des juristes, avec un sens concret, et l’οὐσία semble déjà présente dans Schermaier, 1992, p. 301.

11  Talamanca, 1977, p. 282-283, qui avait d’ailleurs parfaitement relevé la particularité de cet usage concret de species chez les juristes, propose par contre la comparaison avec la dialectique stoïcienne.

12  Un exemple est Paul. 6 Ad Plaut. D. 50.16.79.2 : « Voluptariae [scil. : impensae] sunt, quae speciem dumtaxat ornant, non etiam fructum augent : ut sint viridia et aquae salientes, incrustationes, loricationes, picturae » (« On appelle dépenses somptuaires celles qui ornent seulement l’aspect extérieur, et n’augmentent pas le revenu : telles que les bosquets, les eaux jaillissantes, les revêtements, les boiseries, les peintures »). Dans ce texte species désigne l’aspect externe de l’édifice ou du fond, et le terme frôle ici le sens de beauté. Cf. Ner. 6 Membr. D. 25.1.16, qui semble être la matrice du texte de Paul.

13  Ulp. 52 Ad ed. D. 39.1.1.11 : « Opus novum facere videtur, qui aut aedificando aut detrahendo aliquid pristinam faciem operis mutat » (« Est censé faire un nouvel ouvrage celui qui soit en construisant, soit en détruisant quelque chose, change l’aspect précédent d’un ouvrage »).

14  P. ex. Gai. 2 Rer. cott. D. 19.2.2.1 ; Paul. 4 Sent. D. 1.5.14 ; Ulp. 1 De off. cons. D. 8.2.11 pr.

15  VIR, s.v. species, sub I, V, c. 645-646, rassemble vingt-trois occurrences dans lesquelles species signifierait « id quod adspicitur, faciem, formam, statum » (contre les soixante-cinq environ, dans lesquelles cela signifie « objet spécifique »), dont l’occurrence d’Alf. 6 Dig. D. 5.1.76. Nombre de ces exemples sont toutefois à rapporter à l’acception de type : p. ex. Gai. 2 Rer. cott. D. 41.1.7.8 (« et mulsi et electri novi corporis sit species ») ; Paul. 6 Ad ed. D. 6.1.6 (« materiae […] factae autem speciem dici oportet »). L’inconvénient (qui n’avait pas échappé à Talamanca, 1977, p. 283, n. 763-764) me semble naître du fait que le VIR dédie à l’acception de species en tant que « ordo generi subiectus, classis inferior » une section (sub VI, V, c. 648-649), dans laquelle sont (légitimement) rassemblées les occurrences relatives aux phénomènes les plus divers (p. ex. species actionum). Cela ne permet pas d’isoler l’usage de species fait par les juristes pour identifier les choses (et pousse ainsi à confondre cette acception avec celle d’aspect extérieur, sub I). En plus, la catégorie IV « materia in formam redacta, res ex materia formata, singulae res oppositae aut generi aut universitati rerum » (V, c. 646-647) comprend aussi des cas dans lesquels on ne parle pas de choses concrètes, mais de types de choses.

16  La référence ontologique et métaphysique est reconnue par Talamanca, 1977, p. 284, n. 768 (μορφή) et Schermaier, 1992, p. 236-239 (au sein d’une interprétation complexe : la perfecta species ferait référence à la terminologie péripatéticienne – non sans influence stoïcienne –, mais les différentes acceptions que le terme species prend dans le reste du passage de Gaius seraient dues en partie aux altérations que le texte aurait subies).

17  À moins d’y voir une référence à la ἐντελέχεια, avec laquelle Aristote exprime l’idée que la forme est l’accomplissement de la puissance inhérente à la matière (Met. 1047a30-b1) : l’adjectif perfecta correspond à ἐντελής (+ ἔχω, ici représenté par habere). Sur cette notion de la philosophie avant Aristote, voir Coope, 2009, qui propose de traduire ἐντελέχεια par « actuality », qui serait une notion appropriée dans le contexte gaïen.

18  Sur l’ontologie stoïcienne, développement synthétique et précis de Wildberger, 2006, en partic. p. 86-91.

19  Une réflexion récente sur la réception romaine de la théorie des formes (en particulier sur l’usage de forma et species) dans Fletcher, 2015.

20  Cels. 19 Dig. D. 33.10.7.1 (Schermaier, 1992, p. 295, considère avec justesse l’antithèse materia/species comme un artifice rhétorique) ; Paul. 14 Ad Sab. D. 41.1.24 (« In omnibus, quae ad eandem speciem reverti non possunt, dicendum est, si materia manente species dumtaxat forte mutata sit, veluti si meo aere statuam aut argento scyphum fecisses, me eorum dominum manere »), où species oscille entre le sens de forme et de type (cf. Schermaier, 1992, p. 235-240 ; plus net dans le sens ontologique Talamanca, 1977, p. 284, n. 768) ; Ulp. 16 Ad ed. D. 6.1.5.1 (« suam speciem pristinam non continet » ; dans le sens de μορφἠ selon Talamanca, 1977, p. 284, n. 768, bien que moins net) ; Paul. 21 Ad ed. D. 6.1.23.5 (sur lequel voir infra). L’acception ontologique de species dans Ner. 5 Membr. D. 41.1.14.1 (« si modo [scil. : locus] recipit pristinam litoris speciem ») est très douteuse : selon Talamanca, 1977, p. 264, n. 734, « la litoris species è l’εἶδος che risulta dalla sintesi di ὕλη e μορφή, ma trattasi probabilmente di un luogo spurio ». À mon avis, la synthèse entre ὕλη et μορφή devrait donner plutôt une οὐσία, quelle qu’en soit ensuite la traduction en latin (voir ci-dessus, n. 19). Qu’il puisse s’agir d’échos philosophiques précis est aussi à exclure dans Gai. 2 Rer. cott. D. 41.1.7.8 (« novi corporis […] species » me semble avoir une valeur classificatoire, nonobstant l’antithèse sous-jacente avec materia) ; Paul. 72 Ad ed. D. 45.1.83.5 (pour la traduction correcte de species comme « eine konkrete Erscheinungsform », cf. Platschek, 2012, p. 572) ; Ulp. 30 Ad ed. D. 16.3.1.40 et Mod. 9 Reg. D. 34.2.9 (sur les deux textes Schermaier, 1992, p. 280-287, qui relègue avec justesse les allusions au niveau de topoi rhétoriques).

21  Voir Ulp. 24 Ad ed. D. 10.4.9.3 (« mutata forma prope interemit substantiam rei » ; la référence à la métaphysique aristotélicienne est communément admise, cf. Schermaier, 1992, p. 144-145) ; Ulp. 7 Ad ed. D. 50.16.13.1 (« corpus manet, forma mutata est » : Schermaier, 1992, p. 216, reste sceptique quant à une dépendance péripatéticienne) ; Paul. 14 Ad Sab. D. 41.1.24 pr. (« si materia manente species dumtaxat forte mutata sit » : Schermaier, 1992, p. 206-211, p. 269, s’exprime prudemment ici aussi). Gaius (2 Rer. cott. D. 41.1.7.5-6) alterne forma et species apparemment avec la même signification dans les deux propositions « ille ager qui fuerat desiit esse amissa propria forma » (il s’agit d’un terrain qui a été occupé par le nouveau lit d’un fleuve) et « inundatio speciem fundi non mutat » (à propos d’un terrain qui a subi seulement une inondation temporaire). Ce passage gaïen a été lu dans une perspective aristotélicienne depuis la redécouverte bolonaise du Digeste : voir Padovani, 2007, en partic. p. 41, n. 14.

22  C’est la même approche souple qu’ils adoptent (comme l’a démontré Talamanca, 1977) à propos de la terminologie classificatoire elle-même (genus/species).

© Les Belles Lettres, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540