Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les juristes écrivains de la Rome antique

 | 
Dario Mantovani

Appendice 1

Le paratexte dans les œuvres des juristes romains

Texte intégral

1. Paratexte et livres antiques

1À l’intérieur et au-delà du texte, qu’il soit antique ou moderne, se trouve immanquablement un paratexte, constitué d’éléments hétérogènes qui enrichissent et orientent la lecture : le titre général qui instaure la première prise de contact avec le lecteur potentiel, les titres intermédiaires, la subdivision en chapitres, les illustrations, et tous les procédés verbaux et graphiques qui accompagnent le lecteur dans la consultation du texte.

  • 1  Sur la définition du « paratexte », voir Genette, 1987 (citation, p. 215). Les éléments mentionnés (...)

2Variables en fonction du genre et du public visé, et souvent entre différents exemplaires d’une même œuvre, ces éléments sont des symptômes, à leur tour, du milieu auquel le texte est destiné : « guider le lecteur, c’est aussi et d’abord le situer, et donc le déterminer »1.

  • 2  Sont fondamentaux pour le monde romain : Fredouille, Goulet-Cazé, Hoffmann et Petitmengin (éd.), 1 (...)
  • 3  Dans la précieuse monographie de Schröder, 1999, p. 124, ne se trouve qu’une référence pour le seu (...)
  • 4  Les tituli et les capita dans les Institutiones de Gaius et dans le Liber Gai ont été traités, en (...)
  • 5  Genette, 1987, p. 297-320 (ce sont des éléments du « péritexte » : voir n. 1). L’auteur ne prend p (...)
  • 6  Ferrary, 1997, avec un recensement complet et la répartition par sous-genres littéraires.
  • 7  Voir ci-dessus chap. I. Cf. également chap. III et IV.

3Thématisé par la théorie moderne de la littérature de matrice structuraliste, le paratexte a été mieux mis en relief, par ricochet, également par rapport au livre antique. Dans ce domaine, au cours des vingt dernières années, les progrès ont été tout à fait remarquables2. Cependant, le paratexte des livres des juristes romains n’a que rarement fait l’objet d’une attention spécifique : autre symptôme du cône d’ombre qui semble éclipser les iuris consulti aux yeux de la philologie3. L’absence d’approfondissement est d’autant plus symptomatique que les livres des juristes apparaissaient au public antique comme dotés d’une physionomie distinctive, caractérisée par un paratexte riche et souvent polychrome. C’est ce que nous avons appris dans le chapitre I, en croisant des témoignages littéraires et des documents papyrologiques et épigraphiques ; cet appendice se veut un complément apporté aux éléments développés précédemment4. Il est consacré aux capita, c’est-à-dire aux subdivisions du texte en unités de sens, et aux tituli (rubricae), c’est-à-dire aux « intertitres », dans la terminologie de Gérard Genette, qui rythment l’articulation interne d’un livre5. Sur les titres généraux des livres juridiques, en revanche, une étude exhaustive existe déjà, à laquelle nous renvoyons6. Quant aux préfaces que les juristes ont apposées à leurs œuvres, malheureusement rares, ou plutôt, rarement conservées, la liste s’en trouve supra7.

4Si nous nous tournons maintenant vers les capita et les tituli, deux préalables méthodologiques sont nécessaires. Tout d’abord, quand on dispose d’un manuscrit antique, on est en mesure de relever la présence d’éléments paratextuels (p. ex., un intertitre) et, en même temps, de connaître son rendu graphique (p. ex., à l’encre rouge). Le plus souvent, en l’absence d’une transmission directe, il est possible de constater seulement la présence d’un élément, mais pas son rendu graphique. Ainsi, par exemple, lorsqu’un texte cite une œuvre antérieure sous la forme « Ulpianus libro VII De officio proconsulis sub titulo de sicariis et veneficis », il est sûr que dans au moins une copie de l’œuvre d’Ulpien un tel titre était présent, mais on ne peut pas dire de quelle façon il était rendu graphiquement. Certes, nous pouvons également hasarder des hypothèses sur la forme. Pour en rester à cet exemple, il est probable que le titulus intermédiaire du De officio proconsulis était une rubrica, c’est-à-dire qu’il était écrit en rouge et signalé par l’abréviation R̷, parce que c’est la forme la plus fréquente présente dans les manuscrits. Il faut cependant être conscient qu’il s’agit d’une hypothèse et que les deux plans – la présence d’un élément paratextuel et son rendu graphique – sont distincts.

5Le second préalable est lié à cette observation. Si l’impression moderne des livres détermine la standardisation des formats – tous les exemplaires d’une édition donnée étant identiques entre eux, y compris ce qui touche au paratexte –, pour le livre antique, le spectre des différences était beaucoup plus ample, chaque manuscrit étant un unicum. Par conséquent, les généralisations à partir d’éléments particuliers sont à éviter (du type : tous les livres juridiques antiques étaient pourvus de rubricae). Cette précaution vaut aussi pour une même œuvre : le paratexte qui se trouve dans un exemplaire n’était pas forcément présent dans toutes les copies et il n’était pas non plus nécessairement conçu par l’auteur antique lui-même. On peut parfois démontrer que le paratexte découle d’un choix d’auteur (c’est le cas des Iuris epitomae d’Hermogénien, parce que lui-même évoque la division en tituli qu’il avait conçue : D. 1.5.2). D’autres fois, il faut laisser ouverte la possibilité que les éléments paratextuels aient été ajoutés (ou enlevés, ou encore modifiés dans leur rendu graphique) par rapport à l’original de l’auteur, au cours du processus de copie ou même par les utilisateurs. L’étude du paratexte est ainsi une approche diachronique de la vie d’un livre et de son utilisation.

6L’instabilité qui caractérise la transmission manuscrite doit donc toujours être présente à l’esprit. Mais au moment même où l’on sanctionne l’incontestable variabilité du livre antique, le fait que les livres des iuris consulti furent associés par le public à certains éléments paratextuels qui en marquaient l’identité apparaît encore plus significatif. Ainsi, en dépit de la variabilité des exemplaires, le paratexte des iuris consultorum libri présentait une régularité et des tendances affirmées qui peuvent être retrouvées par de prudentes inférences à partir des données disponibles.

2. Les capita : attestations de cette partition logique du texte

  • 8  Sur la distinction nécessaire entre capita compris comme parties du texte (acception qui est celle (...)
  • 9  Sur les capita dans l’œuvre de Mucius, cf. Schiavone, 2005, p. 158-159, avec un développement très (...)

7L’organisation par capita, c’est-à-dire la division du texte en blocs constituant des unités de sens8, est déjà attestée à l’époque républicaine pour les dix-huit libri Iuris civilis de Q. Mucius Scaevola (Cic. Fam. 7.22 : « id caput, ubi haec controversia est, notavi et descriptum tibi misi » ; cf. Gell. 4.1.20 : « Servium Sulpicium in Reprehensis Scaevolae capitibus scripsisse […] »)9 ; à l’époque augustéenne, on la retrouve pour les (au moins quarante) libri Posteriores de Marcus Antistius Labéon (Paul. l. s. De iud. publ. D. 48.13.11.2 : « Labeo libro trigensimo octavo Posteriorum peculatum definit […] 3. Eodem capite inferius scribit […] »). Enfin, la division en capita est prouvée pour les trois libri Iuris civilis de Masurius Sabinus (Gell. 11.18.20 : « Verba sunt Sabini ex libro Iuris civilis secundo : “Qui alienam rem adtrectavit [] furti tenetur”. 21. Item alio capite : “Qui alienum […] »).

  • 10  Pour les nouvelles lectures, voir l’édition en cours dans le cadre du projet Redhis par S. Ammirat (...)
  • 11  PSI XIII 1348, p. 1, l. 27 : « Iab(olenus) βι(βλίῳ) ̅η τῶν [---] » (le titre de l’œuvre et la rubr (...)

8Les commentaires sur l’œuvre de Sabinus rédigés par Ulpien suivaient aussi cette organisation. On l’apprend de deux papyri orientaux (du ve-début vie siècle apr. J.-C.), d’une valeur remarquable pour l’histoire du livre juridique. Dans le recueil transmis par PSI XIII 1348, qui rassemble une série de définitions en grec empruntées à des œuvres juridiques classiques, la citation de plusieurs passages des libri Ad Sabinum d’Ulpien est accompagnée de références détaillées10. À la page 4, l.c., Ulp(ianus) βι(βλίῳ) —μδ Ad Ṣab(inum) κεφα(λαίῳ) –θ, donc au livre 44, caput 9. À la page 4, l.e, Ulp(ianus) βι(βλίῳ) —μδ ạd Sa[b](inum) κ̣εφα(λαίῳ) βκ, donc au livre 44, et à un caput lui aussi numéroté, même si le chiffre est corrompu11.

  • 12  Édition : Krüger, 1890, p. 265-282. Cf. Winstedt, 1907.
  • 13  Autres mentions de κεφάλαιον/caput : Sch. Sin. XI 30 (Ulp. Ad Sabinum) ; XIII 35 (Ulp. Ad Sab.) ; (...)
  • 14  Dans Sch. Sin. XVI 44 l’instruction paraît être de sauter cinquante autres lignes du même caput (s (...)
  • 15  On peut donc souscrire seulement à la première partie de l’affirmation d’Arangio-Ruiz, [1953], 197 (...)

9Dans les Scholia Sinaitica, un commentaire scolaire dédié justement aux libri Ad Sabinum d’Ulpien, postérieur à 438 apr. J.-C. et antérieur à Justinien, l’enseignant adopte comme unité textuelle du livre d’Ulpien le caput, dont il rappelle les premiers mots, parfois aussi le numéro12. Voir, par exemple Sch. Sin. IX 22 : « Arbitrium rei uxoriae : ἐν τῷ παρόντι ιε΄ κεφαλαίῳ διδ[άσ]κει τοὺς δυναμένους κινεῖν τὴν rei uxoriae » (« Arbitrium rei uxoriae : dans le présent caput 15 [Ulpien] montre ceux qui peuvent exercer l’actio rei uxoriae ») ; Sch. Sin. XII 34 : « Δίελθε τὸ ιζ΄ καὶ ιη΄ κεφάλαιον∙ πάντα γὰρ τὰ ἐν αὐ[τοῖς] εἶπον ἄνω βιβλίῳ λε΄ τίτλῳ β΄ καὶ γ΄. Ὁμοίως καὶ ὁ Paulos βιβλίῳ ζ΄ τῶν Ad Sabinum τίτλῳ λγ΄ » (« Saute les capita 17 et 18. En fait tout ce qui y est traité, je l’ai dit auparavant à propos du livre 35, titres 2 et 3. De la même façon aussi Paul au livre 7 Ad Sabinum, titre 33 »)13. Les capita ont l’apparence de parties de texte assez importantes, si l’on entend l’instruction suivante comme une référence à la longueur d’un caput (Sch. Sin. XVI 43) : « εὑρήσεις [δὲ] τοῦτο ἐν τῷ ε΄ κεφαλαίῳ ὡς μετὰ ρ΄ ἔπη ἀπὸ το[ῦ τέλους] » (« tu trouveras ceci au caput 5, environ cent lignes avant la fin ») ; si les chiffres sont fiables, le caput en question devait être bien plus long que cent lignes14. La grande extension des capita d’Ulpien peut dépendre précisément de la nature de commentaire de son œuvre, qui développait les capita sabiniens sur lesquels elle se basait15.

  • 16  Sperandio, 2011, p. 380-381, ne semble pas avoir tenu compte de ce témoignage lorsqu’il affirme qu (...)

10Les Scholia Sinaitica (XII 34, cité ci-dessous) montrent également que la division en capita des libri Ad Sabinum d’Ulpien coexistait avec la division en tituli16. Les libri Ad Sabinum de Paul (voir encore XII 34) étaient également divisés en tituli.

  • 17  Cela peut aussi expliquer pourquoi la citation du titulus est si rare. L’explication du caput prés (...)

11Le fait que, dans les Scholia Sinaitica, seuls les libri Ad Sabinum d’Ulpien sont cités par κεφάλαια/capita ne signifie pas nécessairement qu’ils aient été les seuls à adopter cette division ; en particulier, il n’est pas dit que les capita aient été absents de l’œuvre analogue de Paul. Les Scholia Sinaitica sont justement un commentaire aux libri Ad Sabinum d’Ulpien, caput par caput (et souvent mot par mot) ; cela peut expliquer pourquoi c’est seulement pour les livres d’Ulpien, et non pour ceux de Paul, que l’enseignant indiquait à l’élève le κεφάλαιον, unité de base de son exposé didactique17.

  • 18  L’Hexabiblos, 2.4.51 (p. 274 éd. G. H. Heimbach, 1851) fait référence de façon analogue à la « der (...)
  • 19  L’œuvre n’en était pas nécessairement dépourvue : ayant dans ce cas adopté comme point de référenc (...)
  • 20  Nouvelle lecture et interprétation de S. Ammirati et de moi-même pour Redhis ; le texte avait été (...)

12Une dernière observation, avant de nous intéresser au rendu graphique. Des œuvres d’un genre différent de celui des commentaires Ad Sabinum pouvaient adopter des noms divers pour désigner les unités de texte en lesquelles elles étaient divisées. Nous en avons quatre attestations directes, toutes orientales et datant du ve-début vie siècle apr. J.-C. La première est fournie par PSI XIII 1348, p. 3r, l. 27-28 : « [Paul(us)] | βι(βλίῳ) ᾱ Q(uaesti)on(um) ti(tulo) [de sa]tisdando q(uaesti)oni [---] », d’où il résulte que l’œuvre était organisée par titres et, à l’intérieur des titres, par quaestiones numérotées (même si la lacune empêche d’être plus précis)18. Le second témoignage concerne les libri Regularum de Modestin (Sch. Sin. XIII 35) : « ὁ Modestinus βιβλίῳ α′ Regularum αὐτοῦ πρὸ ιζ′ regulas τοῦ τέλους τοῦ βιβλίου ἐν regula, οὗ ἡ ἀρχὴ dotis † divortio semper esse » (« Modestin, au livre premier des Regulae, dix-sept regulae avant la fin du livre, dans la regula dont le début est : dotis † divortio semper esse »). De cette citation développée il découle que les regulae dans cette copie de Modestin n’étaient pas numérotées, le lecteur étant invité à les compter à rebours à partir de la fin du livre et à les identifier sur la base de leurs premiers mots, l’incipit ; les titres semblent absents19. Le P. Berol. inv. 16976 ↓, l. 19-20, partie jusqu’ici inédite d’une très ancienne copie du Code Théodosien (livre IV ; v-vie siècles apr. J.-C.), avec d’amples gloses en grec, présente une coïncidence heureuse avec cette forme de citation : « οὕτως ὁ Mod(estinus) βι(βλίῳ) –ε τῶν Regul(ῶν) ἐν τῇ –η re|gula ἁπὸ τοῦ τέλους » (« ainsi Modestin au livre 5 des Regulae, à la 8e regula à partir de la fin »)20.

  • 21  J’adopte la leçon proposée par M. Fressura dans l’édition en cours pour Redhis.

13À ces témoignages doit être ajoutée, grâce à une lecture récemment améliorée par rapport aux précédentes éditions, la glose grecque des Institutes de Gaius (3.172), apposée dans la marge supérieure du PSI XI 1182 (fr. F, l. 2) : « ὁ Paul(os) βι(βλίῳ) –ε ṣ[---] τί(τλῳ) –κ–θ ἐν τῇ –ν s(ententia) »21 (« Paul au livre V des S[ententiae], au titre 29, à la 50e sententia »). Ici le titre est indiqué par un nombre (et non sous la forme d’une phrase, comme c’est le cas habituellement pour l’opuscule de Paul, comme on le verra ci-dessous, § 9) ; l’unité de sens, définie sans surprise comme sententia, était numérotée.

3. Les capita : rendu graphique et parallélismes avec d’autres textes juridiques

  • 22  Pour une solution différente, voir P. Oxy. XVII 2103 (Gaius Inst., iiie siècle), qui insère un poi (...)

14Ainsi, les capita s’avèrent adoptés comme la division de (certains) livres juridiques, du ier siècle av. J.-C. aux ve-vie siècles apr. J.-C. La question est maintenant de déterminer comment ils étaient distingués graphiquement dans les volumina, puis dans les codices de papyrus et de parchemin. Une réponse générale n’est pas possible : la mise en page dépendait des choix du copiste. Il existait néanmoins une forme typique : le caput était souvent signalé par l’alinéa et la position d’une ou de plusieurs lettres initiales sortant dans la marge gauche de la colonne d’écriture (et ayant parfois des dimensions supérieures à la normale). Dans certains cas, les capita étaient aussi associés à des chiffres22.

  • 23  Pour les responsa, voir ci-dessous P. Berol. inv. 11323 (avec une mise en page analogue aux capita(...)

15Des considérations analogues valent pour les responsa, les quaestiones, les sententiae, les regulae, c’est-à-dire pour les unités de sens adoptées dans les genres littéraires homonymes. Par conséquent, nous utiliserons comme terme général caput, à la fois parce que la distinction entre ces différentes unités n’est pas toujours possible lorsqu’on a à faire avec des textes fragmentaires et parce que le caput est la subdivision qui doit son nom à la forme, et non à un contenu spécifique23.

  • 24  Le fragment est présenté sous l’angle du paratexte par Ammirati, 2017, qui en assure l’édition pou (...)

16Pour les livres des juristes, la première attestation directe de cette mise en page est le P. Berol. inv. 11533 (fr. b, recto, l. 9), fragment, avec le P. Fay. 10, d’un volumen remontant au début du iiie siècle apr. J.-C. Le volumen contient entre autres le caput mandatorum de Trajan sur le testamentum militis cité également par Ulp. 45 ed. D. 29.1.1, mais il provient d’une œuvre jurisprudentielle différente (ou du liber mandatorum lui-même). Le caput, en plus du léger dépassement à gauche, est signalé par la lettre initiale de plus grande taille24.

  • 25  P. Vindob. L 59 + 92 (éd. en cours par M. Fressura et D. Mantovani) ; P. Ant. I 22 (S. Ammirati et (...)
  • 26  La vérification est rendue impossible quand la partie gauche du texte est abîmée ou quand la porti (...)

17Le même procédé pour distinguer les capita (passage à la ligne et initiale en ekthesis plus ou moins agrandie) se retrouve dans divers codices tardo-antiques contenant des écrits jurisprudentiels, dont certains sont partiellement édités ou encore inédits. Je m’appuie ici sur les résultats de l’édition en cours pour le projet Redhis25. Le fait que ce procédé soit utilisé dans tous les papyrus qui permettent une vérification de cet aspect de la mise en page est significatif de sa diffusion26. Il s’agit de :

– P. Vindob. L 59 + 92 (ive siècle), copie des Institutiones de Marcien ; caput avec initiale en ekthesis, précédé du titre centré « De tutore honorario » avec le sigle R̷ (fr. II, f. II recto col. I, l. 5) ;

– P. Ant. I 22 (ive siècle), peut-être Ulp. Ad ed. ; début du caput avec deux lettres en ekthesis (verso, l. 2) ;

– P. Vindob. L 90 + BKT IX 200 (= P. Berol. inv. 21294) + P. Berol. inv. 11753 (ive siècle), Ad formulam Fabianam ; dans P. Vindob (verso, l.6), le début du chapitre est distingué non par le passage à la ligne, mais par un vacat, et par le début de la ligne en ekthesis ;

– P. Oxy. XVII 2089 (ive-ve siècle), œuvre juridique classique non identifiable ; caput avec initiale en ekthesis (f. 1 recto, l. 5, reconstitué ; verso, l. 3) ;

– P. Berol. inv. 11323 (ive-ve siècle), Pap. 2 Resp. (?) ; capita, chacun correspondant à un responsum, avec initiale en ekthesis (recto, l. 15 ; l. 23 ; verso, l. 43, tous reconstitués) ; il porte aussi les traces d’un probable titre en rouge (verso, l. 65-66) ;

– BTK X 30 (= P. Berol. inv. 11324 + BTK IX 201 = P. Berol. inv. 21295) ;

– P. Berol. inv. 6759 + 6761 (ve siècle) ; à la page 6759 B, côté chair, l. 2, lettre initiale en ekthesis ;

  • 27  Je remercie Marco Fressura pour ces données tirées de son édition en cours.

– P. Berol. inv. 6762 + 6763 + 21317 + P. Louvre inv. E 7153 (ve siècle), Pap. Resp. ; capita en ekthesis ; restes de deux titres. Plus en détail : a) P. Berol. inv. 6272 + 6273 = CPL 93 : Caput : I recto l. 1, 7, 16, 20 ; I verso l. [5], [11] ; II verso col. 2 l. 10, 18, 24, 29 ; III recto l. 7, 16, 20, 22, 26 ; III verso l. [9], [14], 19, 21, 27 ; b) P. Berol. inv. 21317 (inédit) coté poil : Caput l. 1, 8, 12 ; Rubrica l. 10-11 ; c) P. Louvre E 7153 = CPL 94 : Caput : I l. [9], [21] ; II l. [4], 23, 27 ; III l. 2, 8, 10, 13, 15, 18 ; IV l. 1, 3, 5, 13 ; VI l. 1, 7V ; II l. 5, 11, 19, 27 ; VIII l. [22] ; Rubrica : l. 2127.

– P. Vindob. L 124 (ve siècle), Paul. 1 Manual., caput en ekthesis, précédé par un titre en rouge (fr. a verso, l. 32) ;

– P. Berol. inv. 14079 (ve siècle), Pap. 1 Resp. ; capita en ekthesis, correspondant chacun à un responsum (l. 24 ; 31 ; 38) ;

– Wien, ÖNB, Vindob. L 1b (ve siècle), Ulp. Inst.

 Verona, Biblioteca Capitolare, ms. I (1) (fol. XI-XII) (ve siècle), De iure fisci ;

  • 28  Fruit d’une probable stratification dans la transmission des Institutiones, décrite dans Mantovani(...)

– Verona, Biblioteca Capitolare, ms. XV (13) (ve siècle), Gai Inst. ; capita avec initiale en ekthesis ; manuscrit pourvu également de titres centrés, généralement à l’encre rouge, parfois avec le (double) sigle R̷, certains numérotés28 ;

– PSI XI 1182 (ve-vie siècle), Gai Inst. ; capita avec initiale en ekthesis ; manuscrit pourvu également d’un titre centré, à l’encre rouge, avec double sigle R̷, et d’une rubrique ajoutée postérieurement en marge, elle aussi avec double sigle (fr. D, l. 2-3 ; l. 17) ;

– PSI XIV 1449 (ve-vie siècle), Ulp. 32 Ad ed. (?) ; caput avec initiale en ekthesis (recto, l. 10) ;

 P. Grenf. II 107 (ve siècle), Paul. 32 Ad ed. (?), dans lequel on constate la coïncidence entre le caput et le cas (côté chair, l. 6, passage à la ligne, initiale en ekthesis ; texte reconstitué) ;

– Strasbourg, BN, Lat. 3 + lat. 6B (vie siècle), capita avec lettres de taille légèrement agrandie et projetées en ekthesis.

18La majeure partie de ces copies, comme il découle de cette brève description, était pourvue de rubriques, c’est-à-dire de titres écrits à l’encre rouge (parfois en noir), souvent distingués par le sigle R̷ (simple ou double). Nous reviendrons plus loin sur cet aspect (§ 5).

  • 29  Le rapport entre la mise en page épigraphique et celle des papyrus a été suggéré par Schröder, 199 (...)

19Il convient maintenant d’élargir notre perspective. La présence du paratexte et la mise en page par capita également dans d’autres types de textes peuvent clarifier l’origine historique du format, comblant les lacunes de la documentation papyrologique des livres jurisprudentiels (dont des exemplaires antérieurs au ive siècle ont très rarement survécu). La documentation épigraphique des leges et des textes apparentés, beaucoup plus résistante, remonte inversement au iie siècle av. J.-C. et témoigne précocement des capita avec retour à la ligne et initiale en ekthesis29. Le premier témoin de ce format est l’élégante lex parieti faciundo affichée à Pouzzoles en 105 av. J.-C., qui n’est pas une loi au sens de lex publica, car elle contient le cahier des charges pour l’adjudication publique de la construction d’un mur (CIL X, 1781 ; voir fig. 4 : lex Puteolana parieti faciundo).

Figure 4. Lex Puteolana parieti faciundo (105 av. J.-C.).

Figure 4. Lex Puteolana parieti faciundo (105 av. J.-C.).

© Museo Archeologico Nazionale di Napoli.

  • 30  Une organisation de ce type (sans rubriques, mais scandée justement par un espace non écrit qui ma (...)
  • 31  Respectivement Richardson, 1983, p. 33-41 ; Crawford, éd., 1996, I, n° 14 ; n° 15.
  • 32  Aussi Decorte, 2015, p. 252 (également pour la pratique de numéroter les tables). L’exemple épigra (...)

20Le début des clauses y est signalé par les deux premières lettres saillant à gauche au-delà de la colonne30. La documentation épigraphique de la mise en page par capita devient abondante à partir de l’époque syllanienne : elle est utilisée dans la Tabula Contrebiensis, dans la lex de XX quaestoribus et dans le statut municipal de Tarente31. C’est justement à l’époque syllanienne qu’est attestée pour la première fois – sans que l’on puisse dire s’il s’agit d’une nouveauté – la numérotation des capita, qui, dans les exemplaires épigraphiques, apparaît généralement dans la marge à gauche, sous les lettres initiales en ekthesis32.

  • 33  Le dépassement à gauche apparaît dans la lex de la Tabula Heracleensis (Crawford, éd., 1996, I, n° (...)
  • 34  Crawford, éd., 1996, I, 19, col. II, l. 29-30.
  • 35  L’usage littéraire du terme (sans qu’on puisse l’associer à son rendu graphique) est déjà attesté (...)
  • 36  Pour la datation probable de la lex Antonia de Termessibus en 68 av. J.-C., voir Crawford, éd., 19 (...)

21Ce format (plus souvent sans numérotation) reste courant jusqu’à l’époque impériale33. Notre aperçu peut donc s’arrêter avec la lex Antonia de Termessibus, qui concédait certains privilèges à Termessos Maior en Pisidie : le bronze se présente avec la mise en page habituelle, avec des chapitres qui passent à la ligne et dont les deux premières lettres dépassent à gauche. La loi elle-même fait référence à l’une de ses propres sections avec l’expression : « ea quae in hoc capite scripta sunt »34. Cela constitue la première attestation directe, au sein d’un document, de ce nom de caput associé à son rendu graphique35. La lex Antonia de Termessibus fut probablement émise en 68 av. J.-C., soit presque un quart de siècle avant que Cicéron n’envoie à son ami Trébatius un caput des libri Iuris civilis de Scaevola : il est donc plausible que le volumen du juriste consulté par Cicéron ait eu le même rendu graphique, avec retour à la ligne et initiale en ekthesis36.

  • 37  Un kaput ex s(enatus) c(onsulto) est mentionné en CIL XIV, 2112 (136 apr. J.-C.). Voir aussi Plin. (...)
  • 38  Pour la Cilicie, Cic. Fam. 3.8.4 ; pour la Sicile, II In Verr. 1.118. La mention de caput pour se (...)
  • 39  Varro, L.L. 6.92 : « In eodem commentario anquisitionis ad extremum scriptum caput edicti hoc est. (...)
  • 40  Pour l’époque républicaine : Cic. Leg. 2.53 ; Alf. 2 Dig. a Paul. epit. D. 33.8.15. L’usage est en (...)

22Outre les leges (et peut-être les senatusconsulta)37, l’organisation par capita est attestée aussi à propos des edicta portant sur la juridiction ; on ne possède pas d’exemplaires épigraphiques, mais le mot caput est utilisé par Cicéron en parlant de son propre édit provincial en Cilicie et de celui de Verrès en Sicile38. Varron laisserait même entendre qu’il s’agirait d’une structuration plus ancienne39. À partir du ier siècle av. J.-C., les clauses du testament étaient aussi désignées comme capita et des exemples épigraphiques (plus tardifs) confirment la mise en page avec retour à la ligne et initiale en ekthesis40.

  • 41  Pour les ludi saeculares, voir CIL VI, 32323-32324. Pour les protocoles annuels de la confrérie ar (...)

23On trouve la même mise en page dans l’inscription gravée dans le marbre et affichée en public, contenant une minutieuse description du déroulement des Jeux séculaires (ludi saeculares), en 17 av. J.-C. et dans les Actes des frères arvales41. Dans l’inscription des Jeux séculaires se succèdent des parties de textes de nature hétérogène (p. ex. des sénatus-consultes, des édits, des cahiers des charges, des prières, etc.) ; la structuration par chapitres, avec des lettres initiales saillant à gauche, sert à distinguer les différentes parties qui composent le texte, et souvent aussi les sections de chaque texte (p. ex., dans le fr. D l. 58-63, qui rapporte un sénatus-consulte, le début en ekthesis sert à mettre en évidence la date, puis la relatio des consuls, puis les opinions des sénateurs).

  • 42  Editio princeps : Scheid et Broise, 1980 ; fig. 1-6 ; cf. Scheid, 1998, p. 28-35, fig. 14-16. La m (...)
  • 43  Pour le concept de religion civique, voir Scheid, 2013.

24Les protocoles annuels de la confrérie arvale utilisaient un système de structuration du texte à différents niveaux. Si l’on considère, par exemple, les procès-verbaux de l’année 38 apr. J.-C., qui concernent les séances de la confrérie qui ont eu lieu à Rome ou dans le bois sacré de Dea Dia (voir fig. 5 : Commentarii Fratrum Arvalium), on observe que la date est positionnée au centre (c’est-à-dire avec un vacat à gauche et à droite), comme pour une rubrique ; en dessous, la première ligne de l’enregistrement de l’acte réalisé ce jour-là dépasse à gauche ; enfin, la liste des présents à la séance commence elle aussi à gauche, mais avec un moindre dépassement, de façon à la distinguer du caput précédent42. La ressemblance de ces documents avec la mise en page des documents publics constitue un aspect, entre autres, du caractère civique de la religion romaine43.

Figure 5. Commentarii Fratrum Arvalium.

Figure 5. Commentarii Fratrum Arvalium.

Photographie : John Scheid – fouilles : École française de Rome.

  • 44  Texte dans FIRA I, n° 44. Selon Cavallo, 2008, p. 143, c’est le plus ancien exemple d’une cursive (...)

25Pour son importance – s’agissant d’un papyrus –, il faut enfin mentionner le compte rendu de l’oratio de Claude au Sénat, concernant l’âge requis pour entrer dans les listes des recuperatores (P. Berol. inv. 8507)44. Le texte se présente lui aussi comme scandé en capita, signalés par les initiales en ekthesis (col. II, l. 2 « hae » ; col. III, l. 10 « haec »). Il s’agit d’un texte écrit à un moment peu distant de celui où le discours fut prononcé, entre 41 et 54 apr. J.-C., c’est-à-dire plus ou moins à l’époque pendant laquelle circulaient les livres de Masurius Sabinus organisés par capita, qui – nous pouvons en émettre l’hypothèse – avaient probablement un aspect graphique analogue.

  • 45  Le mot caput était aussi utilisé pour des textes d’autres genres (p. ex. Cic. Fam. 3.8.2 : « duo c (...)

26Le dénominateur commun de tous ces textes est leur rapport au droit (leges, edicta, senatusconsulta, cahiers des charges, testaments, sentences, œuvres jurisprudentielles, protocoles). Même si cette mise en page ne leur est pas propre de façon totalement exclusive, la corrélation est forte entre la nature juridique des textes et leur rendu graphique, en dépit de la variété des supports45.

27Nous pouvons en tirer une conclusion provisoire. Pour les écrits des juristes, à cause du manque de documentation, le rendu graphique des capita n’est attesté directement que dans les papyrus jurisprudentiels au début du iiie siècle. Mais, à la lumière des sources rassemblées précédemment, il ne fait aucun doute qu’il avait été adopté depuis longtemps dans les volumina, selon toute vraisemblance dès l’époque républicaine. C’est sous cette forme qu’il faut s’imaginer les capita de l’ouvrage de Quintus Mucius Scaevola que Cicéron avait entre ses mains.

4. Les intertitres (tituli, rubricae) : un paratexte qui n’est pas lié au passage du volumen au codex

  • 46  Nous reviendrons sur cette hiérarchie qui se reflète dans le modus citandi (ci-dessous, § 7).

28En comparaison avec les capita et les autres divisions du texte juridique en unités de sens – comme les quaestiones, les sententiae, les regulae –, les tituli (ou les rubricae : nous utiliserons les deux substantifs comme des synonymes, même si titulus, d’étymologie inconnue, évoque la fonction de brève description, alors que rubrica se réfère à la couleur de l’écriture, c’est-à-dire à la forme) ont plus attiré l’attention des Anciens et des Modernes. C’est compréhensible parce qu’il s’agit d’un élément paratextuel de niveau plus élevé que les capita, donc plus visible et avec un plus grand nombre d’occasions d’être utilisé comme point de référence. À son tour, le titulus est cité avec une moindre fréquence par rapport aux éléments d’un niveau hiérarchique supérieur, soit le numéro du livre et le titre général de l’œuvre, qui enfin cèdent le pas au nom de l’auteur46.

  • 47  Sur la forme neutre utilisée par Pétrone, voir le chapitre I, où on souligne également que rubrica (...)
  • 48  DOrs, 1953.
  • 49  DOrs, 1993, en partic. p. 184-185 : les l. 6 et 15 seraient seulement en apparence des rubricae à (...)

29À la présence des titres à l’encre rouge, les livres des juristes devaient l’appellation de libra rubricata (c’est-à-dire libri rubricati) par laquelle Pétrone les désigne par antonomase et par métonymie (Sat. 46.7)47. Malgré cela, on a douté, et on en doute encore, que les tituli aient formé une partie originale du paratexte : ils auraient été ajoutés seulement a posteriori, après la fin de la jurisprudence classique, au moment du passage du volumen au codex48. Il n’est pas nécessaire de discuter de façon analytique cette thèse, qui déjà à l’époque où elle fut formulée – il y a plus de soixante ans – n’exploitait pas toute la documentation alors disponible (non seulement juridique, mais aussi papyrologique et littéraire, à commencer par le passage de Pétrone lui-même). Au fond, cette thèse était conditionnée par une défiance générale à l’égard de la transmission des œuvres classiques, typique de l’historiographie juridique de la première moitié du xxe siècle. Cette défiance peut aussi expliquer le fait que la thèse n’a pas été modifiée par son auteur même après la publication du P. Mich. VII 456 + P. Yale inv. 1158r. Nous avons fait plusieurs fois référence à ce texte : c’est le fragment de l’œuvre d’un juriste datable de la fin du ier siècle apr. J.-C. (ou, au plus tard, du début du iie siècle), qui présente deux titres à l’encre rouge précédant de brefs chapitres49. Il s’agit d’un volumen, c’est-à-dire d’un rouleau et non d’un codex ; cela démontre que l’emploi des tituli dans les livres juridiques n’a pas du tout dû attendre les iiie-ive siècles et le passage du volumen au codex.

  • 50  Sperandio, 2007 ; Id., 2011.
  • 51  Voir l’ample documentation rassemblée par Schröder, 1999, p. 93-159, pour les œuvres non juridique (...)

30Même si l’auteur d’une étude récente reconnaît que les tituli ne sont pas liés au changement du format du livre, il soutient néanmoins que les tituli furent introduits au début du ive siècle (à quelques rares exceptions, en particulier les libri Ad edictum qui les auraient possédés depuis l’origine)50. Les titres auraient été adoptés dans les recueils de constitutions impériales d’époque tétrarchique, le codex Gregorianus et le codex Hermogenianus, ce qui aurait ensuite encouragé l’introduction des titres aussi dans les nouvelles copies des livres des juristes classiques au cours de l’Antiquité tardive. Bien qu’il s’agisse d’une analyse consciencieuse des sources juridiques, cette étude récente n’a pas non plus tenu compte de l’ensemble du matériel papyrologique et des sources littéraires ni des résultats obtenus par les études dédiées à l’organisation interne des livres latins. La diffusion des titres aux ier-iie siècles apr. J.-C. est désormais un fait assuré pour la littérature non juridique, y compris pour la poésie (ce dont témoigne la lemmatisation ajoutée par Martial à ses épigrammes), même si la prose technique semble avoir été, pour des raisons évidentes, celle qui a tiré le plus grand bénéfice de ces procédés graphiques et organisationnels51.

5. Intertitres : les sources plus anciennes (panoramique)

31Le cadre tracé au chapitre premier concernant les titres dans les livres juridiques doit être brièvement rappelé et complété.

32a) Les sources littéraires de la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C. décrivent par antonomase les livres de juristes comme rubricati, c’est-à-dire pourvus de titres intermédiaires en rouge (Petron. Sat. 46.7 ; Pers. Sat. 5.90) ; les rubricae sont utilisées de façon métonymique pour évoquer la loi ou l’édit du préteur (Iuv. 14.192 ; Quintil. 12.3.11 ; cf. au ive siècle, Prud. c. Symm. 2.461).

33b) Le plus ancien papyrus jurisprudentiel romain (P. Mich. VII 456 + P. Yale inv. 1158r), datable lui aussi de la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C. ou du début du siècle suivant, présente deux rubricae.

  • 52  Voir ci-dessous, § 8.

34c) En dehors de l’usage métonymique (cf. supra, a), dans les sources latines, le mot rubrica se trouve utilisé exclusivement dans des textes relatifs au droit : Paul. 63 Ad ed. D. 43.1.2.3, avec un renvoi synonymique à un titulus de l’édit du préteur (« interdicta […] reciperandae possessionis causa proponuntur sub rubrica “unde vi” : aliqua enim sub hoc titulo interdicta sunt ») ; Fr. Vat. 227 (« Paulus libro sexto Quaestionum sub rubrica <de> legitimis tutelis »)52.

35d) L’abréviation R(ubrica) (en forme de capitale avec une barre : R̷) se rencontrait dans les textes législatifs gravés sur le bronze pour désigner ce qui, en tant que titres, aurait été en couleur si le matériau l’avait permis. Voir en particulier, parmi les statuts municipaux d’époque flavienne, les leges Malacitana, Salpensana et Irnitana (González et Crawford, 1986), la lex Villonensis (Fernández Gómez, 1991, en partic. p. 123), le fragment de Conobaria (CILA II.4, 1250 = AE 1994, 909 = 2002, 741).

  • 53  La liste intègre celle fournie par Schröder, 1999, p. 328 (où l’on trouve aussi quelques exemples (...)

36e) Le même usage se rencontre dans des papyrus des ive-ve siècles au contenu jurisprudentiel, où le titre est signalé par le sigle R̷ 53 :

 P. Vindob. L 59 + 92, fr. II, f. II recto, col. I, l. 4 : r(ubrica) De tutore honorario […] ṛ(ụḅṛịc̣ạ) ; fr. III recto, col. II, l. 10 : r(ubrica) ; copie du ive siècle des Institutiones de Marcien ;

– Codex Veronensis XV (13) (ve siècle), Gai Inst. ; titres à l’encre principalement rouge, parfois avec le sigle R̷, certains numérotés ;

– PSI XI 1182 (ve siècle), Gai Inst. ; titre centré, à l’encre rouge, avec le sigle R̷ ; autre rubrique ajoutée postérieurement dans la marge.

37L’ensemble de cette documentation, directe et indirecte, atteste donc que les livres des juristes, au moins à partir du ier siècle apr. J.-C., d’abord sur rouleau puis sur codex, étaient pourvus de tituli, souvent distingués par l’encre rouge et le sigle R̷.

6. Les intertitres : parallélismes entre les livres des juristes et les textes juridiques épigraphiques

38Comme cela a été vu à propos des capita, les ressemblances avec les leges épigraphiques indiquent également que la pratique d’insérer des tituli dans les textes des juristes a une origine reculée dans le temps, peut-être dès la fin de l’époque républicaine.

  • 54  Crawford, éd., 1996, I, n° 1.

39Le premier texte législatif qui a survécu sous une forme épigraphique, l’imposante lex repetundarum de la Tabula Bembina, d’époque gracquienne, est divisé en chapitres, chacun précédé d’un titre qui décrit brièvement le contenu, mis en évidence par un vacat qui le précède et le suit, c’est-à-dire centré54.

  • 55  Voir ci-dessus, 252-255. Quant aux edicta juridictionnels, la division en tituli de l’édit post-ha (...)

40Cette mise en page des lois, avec des rubriques, n’est plus attestée épigraphiquement jusqu’à l’époque flavienne : comme il a été indiqué ci-dessus, les lois postérieures à la lex repetundarum gracquienne étaient organisées par capita, qui n’étaient pas précédés par des rubriques55. Dans les statuts municipaux espagnols, les rubriques réapparaissent, précédées du sigle R̷ ; les capita sont numérotés, au début en ekthesis (voir fig. 2 : lex Irnitana). Il s’agit d’un format où convergent pour ainsi dire la mise en page avec rubriques (comme dans la lex repetundarum gracquienne) et celle par capita (des lois syllaniennes et césariennes). Le format se retrouve dans quelques manuscrits jurisprudentiels des ive et ve siècles (P. Vindob. L 59 + 92, PSI XI 1182 et le manuscrit de Vérone de Gaius).

  • 56  L’attestation directe est fournie par le P. Mich. VII 456 + P. Yale inv. 1158r. Aussi, les sources (...)

41Peut-on donc retenir que le format des leges épigraphiques flaviennes, qui se retrouve dans les copies des écrits jurisprudentiels tardo-antiques, avait déjà été adopté par les livres des juristes avant la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C., c’est-à-dire avant même le moment où ce phénomène est directement attesté dans nos sources56 ?

  • 57  Que les libri Iuris civilis de Q. Mucius aient été organisés par titres est considéré comme certai (...)

42Si la lex repetundarum témoigne de l’utilisation des titres déjà à l’époque gracquienne, une remarque de contenu va dans le même sens. La présence des tituli est impliquée par la caractérisation bien connue de l’œuvre de Quintus Mucius Scaevola comme étant la première dans laquelle le ius civile trouva une systématisation (Pomp. l. s. Ench. D. 1.2.2.41 : « Quintus Mucius […] ius civile primus constituit generatim in libros decem et octo redigendo »). Atteindre cet objectif sans que les différents capita, en lesquels l’œuvre était divisée, aient été regroupés en unités thématiques plus larges – c’est-à-dire en tituli – aurait été ardu57. Le fait que la disposition des matières adoptée par Quintus Mucius ait marqué tout un filon d’œuvres postérieures suggère que l’ordre interne était évident, donc scandé par des tituli. En l’absence de preuves directes, cela reste toutefois une hypothèse.

7. Les intertitres et le style de la citation par les juristes

43Désormais assurés que les volumina des juristes abondaient en titres intermédiaires (sous la forme des rubricae) au ier siècle apr. J.-C. – et peut-être dès l’époque cicéronienne –, nous allons maintenant présenter la documentation relative aux iie-vie siècles apr. J.-C., en distinguant les témoignages directs des indirects, de provenance occidentale et orientale.

44Le premier témoignage est fourni par les juristes eux-mêmes, qui révèlent la présence originaire des titres dans leurs propres œuvres :

  • 58  J’anticipe ici certains témoignages tardo-antiques (voir également ci-dessous, § 8 et 10) qui conf (...)

– Ulp. 6 Ad ed. D. 3.1.1.7 : « Ut initio huius tituli diximus, tres ordines praetor fecit non postulantium » ; Ulp. 6 Ad ed. D. 3.1.1.10 : « in […] ceteris […] speciebus quas sub titulo de in integrum restitutione exsequemur […]. 11. Deinde adicit praetor : “pro alio ne postulent praeterquam pro parente, patrono patrona, liberis parentibusque patroni patronae” : de quibus personis sub titulo de in ius vocando plenius diximus » ; Ulp. 46 Ad ed. D. 50.16.195.3 : « Servitutium quoque solemus appellare familias, ut in edicto praetoris ostendimus sub titulo de furtis »58.

 Tryph. 5 Disp. D. 3.1.11.1 : « Qui autem inter infames sunt, sequenti titulo explanabitur ».

 Hermog. 1 Iuris epit. D. 1.5.2 : « […] primo de personarum statu ac post de ceteris, ordinem edicti perpetui secuti et his proximos atque coniunctos applicantes titulos ut res patitur, dicemus ».

  • 59  Font en revanche référence aux titres de l’édit : Ulp. 6 Ad ed. D. 3.1.1 ; Ulp. 11 Ad ed. D. 4.1.1 (...)

45Il s’agit d’œuvres qui suivent l’ordre de l’édit (parfois, il y est adopté comme objet de verborum interpretatio, c’est-à-dire mot par mot : Ulp. 26 Ad ed. D. 12.1.1), dont elles reflètent aussi le paratexte. Toutefois, à la différence d’autres passages où les juristes en parlant de titulus se réfèrent à une division de l’album prétorien, dans les passages rassemblés ici les tituli sont des divisions internes de l’œuvre jurisprudentielle elle-même59. Quant à Hermogénien, de son propre aveu, les titres ne coïncident pas tous avec ceux de l’édit : il en a ajouté d’autres, autant que la matière l’exigeait.

  • 60  Les trois témoignages les plus anciens sont des volumina : P. Mich. VII 456 + P. Yale inv. 1158r ((...)

46Ces passages confirment la présence des titres dans les volumina, car il est improbable qu’au début du iiie siècle, quand Ulpien et Tryphoninus écrivaient (pour Hermogénien, presque un siècle plus tard, la situation pourrait être différente), le format du codex ait déjà été systématiquement adopté60. Plus important encore, l’emploi du titulus constituait, dans ces cas, un choix de l’auteur, non un ajout pour ainsi dire éditorial : c’était un élément structurel du projet d’écriture.

  • 61  Ce témoignage n’est pas pris en compte par Sperandio, 2011. Cf. également Gell. 11.18.12 (mais le (...)

47Le fait que les références aux titres se soient concentrées dans les œuvres édictales ne signifie pas que seul ce genre les avait adoptés, comme il a été récemment soutenu. Les rubricae sont déjà attestées dans les libri Iuris civilis de Masurius Sabinus par Pers. Sat. 5.90 (« Masuri rubrica »)61.

  • 62  Sperandio, 2011, p. 375 ; l’auteur admet que les écrits Ad edictum étaient pourvus de tituli déjà (...)
  • 63  Le phénomène a été signalé par Jörs, 1903, c. 1470-1471. Cf. Honoré, 20022, p. 129 : « In general, (...)

48Cela dit, il est également intéressant de s’arrêter sur l’argument principal qui a été avancé pour nier que les écrits des juristes contenaient déjà une articulation interne en tituli avant l’époque tétrarchique. L’argument est le suivant : « Dans les citations des juristes précédents, Ulpien ne se réfère jamais au titulus, mais au liber et souvent seulement à l’auteur. »62 Discuter cet argument permet de réfléchir à un phénomène d’un certain intérêt, qui avait été détecté il y a longtemps et qui mérite d’être présenté de nouveau63 : les juristes antérieurs à Ulpien citent leurs prédécesseurs quasi exclusivement par leur nom, c’est-à-dire sans indiquer le titre de l’œuvre et, à plus forte raison, sans indiquer le numéro du livre à l’intérieur de l’œuvre.

  • 64  La liste des cas se trouve dans Fitting, 1908, p. 17, qui partage l’observation de Jörs. Afric. 8 (...)

49Dans toutes les sources disponibles antérieures à Ulpien, de tradition directe et indirecte, les citations complètes, par l’œuvre et le numéro de livre, sont seulement au nombre de sept, à savoir Lab. 2 Post. a Iav. epit. D. 33.5.20 (« apud Aufidium libro primo Re<sponsorum> scriptum est ») ; Iavol. 5 Post. Lab. D. 28.1.25 (« Varus Digestorum libro primo […] scripsit ») ; Cels. 23 Dig. D. 8.6.12 (« ut apud Neratium libro quarto Membranarum scriptum est ») ; Afric. 2 Quaest. D. 34.2.5 (« Apud Fufidium Quaestionum libro secundo ita scriptum est ») ; Scaev. 4 Quaest. D. 13.1.18 (« Pomponius Epistularum libro octavo […] ait ») ; Call. 2 Quaest. D. 14.2.4 pr. (« Sabinus […] libro secundo Responsorum ») ; Call. 2 Quaest. D. 50.16.220.1 (« Papirius Fronto libro tertio Responsorum »). Les cas dans lesquels les juristes antérieurs à Ulpien citent au moins le titre de l’œuvre (en omettant en tout cas le numéro du livre) sont à leur tour seulement au nombre de onze64.

50L’usage fréquent d’indiquer le titre de l’œuvre et le numéro du livre est donc une tendance innovante des juristes sévériens, probablement d’Ulpien lui-même. Et comme on négligeait jusqu’alors de citer le titre général de l’œuvre et la division par livre (qui étaient assurément présents), on peut encore moins s’attendre à ce que, même par la suite, les juristes aient cité les tituli internes. L’absence de citation des tituli n’est donc pas un argument permettant de soutenir que de telles œuvres en étaient dépourvues.

51Il serait intéressant de mettre en relation le changement de style dans les citations qui s’est produit à l’époque sévérienne avec les raisons qui l’ont motivé. Il est possible que la tentative d’Ulpien de thésauriser dans de grandes compilations l’héritage de la jurisprudence romaine l’ait poussé à cette description plus précise des lieux cités, faisant un premier pas sur la voie des anthologies tardo-antiques – comme les Fragmenta Vaticana et le Digeste – qui dans les inscriptiones mentionnent justement le titre général des œuvres et le numéro du livre. Ce souci de précision était peut-être lié à la pratique de la recitatio des écrits des juristes devant les juges, qui aurait demandé (ou au moins suggéré) aux avocats non seulement de mentionner l’auteur qui soutenait un certain avis, mais aussi de donner les références de l’œuvre originale.

  • 65  Une précision analogue se rencontre dans les diplômes militaires, dont les copies étaient délivrée (...)

52Des formes de citation d’une plus grande acribie étaient d’ailleurs pratiquées depuis longtemps quand il s’agissait de rapporter le contenu des actes à des fins officielles. Un exemple est instructif. Le registre journalier des actes publics du municipe de Caeré, en 113 apr. J.-C., était organisé en pages (peut-être s’agissait-il de codices en bois et cire, mais qu’il se soit agi de rouleaux de papyrus ne peut pas être exclu) numérotées et subdivisées en capita numérotés à leur tour. Dans l’inscription qui en rapporte trois extraits, chacun est accompagné de références précises à sa position dans l’original archivé (CIL XI, 3614) : « Descriptum et recognitum factum in pronao aedis Martis / ex commentario quem iussit proferri Cuperius Hostilianus per T(itum) Rustium Lysiponum / scribam, in quo scriptum erat it quod infra scriptum est. […] Commentarium cottidianum municipi(i) / Caeritum. Inde pagina XXVII kapite VI ; […] Inde pagina altera capite primo ; […] Inde pagina VIII kapite primo. »65

  • 66  Sur l’ajout des éléments paratextuels dans le processus de copie et l’usage, voir ci-dessous, § 9.

53Si la comparaison est convaincante, la précision croissante des références aux prédécesseurs, qui se constate chez les juristes à partir de l’époque des Sévères, est le symptôme que l’on commençait à considérer les iuris consultorum libri comme des œuvres de référence. En tout cas, dans leurs citations, les juristes classiques ne voulurent jamais aller au-delà du numéro du livre, sans descendre jusqu’aux rubricae. Inversement, l’augmentation de références aux rubricae (et aussi aux autres éléments du paratexte de niveau encore plus spécifique, comme les capita, quaestiones, regulae, sententiae) qui se produisit à partir de l’époque constantinienne ne doit pas être lue comme le symptôme de l’ajout postérieur de ces éléments aux livres des juristes, au cours du processus de copie. Cette augmentation reflète une nouvelle attitude des lecteurs envers les livres juridiques, qui se constituaient de plus en plus en un canon clos ; une attitude qui se manifeste à la fois dans la recitatio judiciaire, dans l’exégèse à laquelle les livres des juristes classiques sont soumis dans les écoles, et dans la réalisation d’anthologies66.

8. Les intertitres dans la tradition occidentale (ive et ve siècles)

54Après le témoignage fourni par les juristes eux-mêmes en tant qu’auteurs, tournons-nous vers les sources tardives (des ive et ve siècles) qui mentionnent indirectement des éléments du paratexte des livres classiques. Commençons par la tradition occidentale.

  • 67  La scriptio inferior est du ive ou du ve siècle ; pour la datation constantinienne du recueil, voi (...)
  • 68  Dans le manuscrit de Florence du Digeste l’initiale du nom du juriste dans l’inscriptio est en ekt (...)

55L’anthologie du palimpseste Città del Vaticano, BAV, Vat. Lat. 5766, rédigée probablement à l’époque constantinienne, est notable en raison de sa proximité chronologique par rapport à la composition des œuvres classiques67. La mise en page des Fragmenta Vaticana mériterait une étude détaillée, que nous ne pouvons pas présenter ici : une meilleure compréhension de leur rendu graphique, affecté par de nombreuses irrégularités – imputables surtout aux dommages liés à la transmission du manuscrit –, pourrait contribuer à une meilleure reconstitution des inscriptiones qui fournissent les références aux empereurs auteurs des constitutions et aux ouvrages des juristes d’où les fragments sont tirés. On peut se borner ici à rappeler que, en ce qui concerne les juristes, les Fragmenta Vaticana enregistrent dans l’inscriptio le nom de l’auteur, le titre général de l’œuvre et le numéro du livre dont est tiré le fragment (comme le fera ensuite le Digeste)68. La rubrique interne au livre est mentionnée dans peu de cas, d’autant plus précieux :

  • 69  Le nom du juriste était probablement écrit à l’encre rouge, aujourd’hui effacée. Lenel, 19273, p.  (...)

 Fr. Vat. 90 : « libro I De interdictis sub titulo in eum qui legatorum nomine, non voluntate eius cui bonorum possessio data erit, possidebit » ; fr. 91 : <Idem> libro II De interdictis sub titulo si uti frui prohibitus esse dicetur » ; fr. 92 : <Idem> libro IIII De interdictis sub titulo a quo usus fructus petetur si rem nolit defendere » ; cf. fr. 9369.

 Fr. Vat. 227 : « Paulus libro sexto Quaestionum sub rubrica <de> legitimis tutelis ». Le même passage est conservé par le Digeste (D. 26.2.30), mais privé des deux éléments paratextuels, c’est-à-dire de la rubrique (ce qui est normal dans la compilation de Justinien), mais aussi de l’indication « Apollinaris Paulo », qui révèle que le texte représentait une consultatio sous forme d’une epistula adressée à Paul par un autre juriste.

  • 70  Lenel, 1889, I, p. 1087, ne retient pas cette rubrique. Toutefois, en raison de l’importance du dé (...)

 Fr. Vat. 298 : « Paulus libro LXXI Ad edictum, ad Cinciam » ; l’intitulé se réfère à l’exceptio basée sur la lex Cincia sur les donations, à laquelle était donc réservée une sorte de section à l’intérieur du plus ample traitement édictal des exceptiones basées sur les leges ou les sources ayant force de loi (EP § 279)70.

  • 71  Mommsen, 1860, p. 408.

56Dans le Fr. Vat. 108, l’ajout à l’inscriptio « Paulus libro VIII Responsorum » de la précision « titulo de re uxoria » est dû à une seconde main. Selon Mommsen, le scoliaste (qui ne devait pas être très distant chronologiquement du rédacteur des Vaticana) aurait intégré le titulus après avoir consulté une copie des Responsa de Paul d’où il a tiré cette information supplémentaire71. Mais il n’est pas certain que cet ajout se réfère à l’œuvre de Paul (il est difficile d’imaginer un tel désir de précision, dont le but ne serait pas évident). Peut-être que celui qui l’a apposé ne se référait pas aux Responsa de Paul, mais aux Fragmenta Vaticana eux-mêmes, voulant signaler que l’anthologie traitait ici de tutelis. Il s’agit donc d’un repère interne.

  • 72  Nonobstant Coll. 5.3 = Cod. Theod. 9.7.6, c’est-à-dire une constitution de Théodose Ier, qui paraî (...)
  • 73  La présence d’un titre « de agnatis » dans le texte même, et non pas dans l’inscriptio, est attest (...)

57Le témoignage fourni par la Collatio legum Romanarum et Mosaicarum est d’un intérêt remarquable, par rapport aux autres anthologies tardo-antiques, d’autant plus si la date de rédaction de cette comparaison entre le Décalogue et le droit romain est probablement à situer au début du ive siècle72. Cet ouvrage adopte une forme plus circonstanciée de citation par rapport aux Fragmenta Vaticana et au Digeste, en mentionnant en règle générale non seulement le livre, mais également le titulus intermédiaire. Par conséquent, la Collatio garde la plupart des informations qui nous sont parvenues concernant la présence de titres dans les œuvres classiques, qui sont données ici par ordre chronologique d’auteurs, sans prendre en compte les leçons variantes73 :

– « Papinianus libro Definitionum secundo sub titulo de iudicatis » (Coll. 2.3) ;

– « Papinianus libro XV Responsorum sub titulo ad legem Iuliam de adulteris » (4.5) ;

– « Ulpianus libro singulari Regularum sub titulo de iniuriis » (2.2) ; « sub titulo de nuptiis » (6.2) ; « sub titulo de legitimis hereditatibus » (16.4) ;

– « Ulpianus libro VII De officio proconsulis sub titulo de sicariis et veneficis » (1.3 ; cf. 1.6 ; 1.11) ; « VII sub titulo de mathematicis et vaticinatoribus » (15.2) ; « octavo D. o. proc. sub titulo de dominorum saevitia » (3.3) ; « octavo D. o. proc. sub titulo de furibus » (7.4) ; « octavo sub titulo de poena legis Corneliae testamentariae » (8.7) ; « octavo D. o. proc. sub titulo de abigeis » (11.7 ; cf. 11.8) ; « octavo D. o. proc. <sub titulo> de naufragiis et incendiariis » (12.5) ; « octavo D. o. proc. sub titulo de termino moto » (13.3) ; « VIIII <sub titulo> ad legem Iuliam de vi publica et privata » (9.2) ; « nono D. o. proc. sub titulo ad legem Fabiam » (14.3) ;

– « Ulpianus libro VIII Ad edictum sub titulo si quadrupes pauperiem dederit » (7.3) ; « XVIIII Ad edictum sub titulo si fatebitur iniuria occisum esse, <in> simplum » (2.4 ; 12.7) ;

– « Ulpianus libro Regularum singulari sub titulo de nuptiis » (6.2) ;

– « Idem (Ulpianus) <libro> institutionum [---] <sub titulo de successionibus> ab intestato » (16.5) ; « libro qui supra <sub titulo> de suis heredibus » (16.8) ;

– « Paulus libro Responsorum V sub titulo ex locato et conducto » (10.9) ;

– « Paulus libro singulari et titulo de iniuriis (2.5) ; sub titulo quemadmodum iniuriarum agatur » (2.6) ;

 « Paulus libro Sententiarum <primo> sub titulo finium regundorum » (13.2) ; « II sub titulo de adulteris » (4.12 ; 5.2) ; « <secundo> sub titulo de nuptiis » (6.3) ; « II sub titulo de furibus » (7.5) ; « secundo sent. sub titulo de deposito » (10.7) ; « IIII sub titulo de intestatorum successionibus » (16.3) ; « quinto sub titulo ad legem Corneliam de sicariis et veneficis » (1.2 ; cf. 1.4 ; 1.7 ; 1.13 ; 2.7 ; 3.2 ; 7.2 ; 8.4) ; « V sub titulo de testibus et de quaestionibus » (8.3 ; cf. 9.3) ; « V sub titulo ad legem Corneliam testamentariam » (8.5 ; cf. 8.6) ; « V sub titulo de abactoribus » (11.2 ; cf. 11.3 ; 11.4 ; 11.5) ; « <quinto> sub titulo de incendiariis » (12.2 ; 12.3 ; 12.4) ; « V sub titulo ad legem Fabiam » (14.2) ;

 « Paulus libro singulari De adulteris sub titulo (scil. : de adulteris) » (4.2 ; cf. 4.3 ; 4.4 ; 4.6) ;

 « Paulus libro singulari De poenis omnium legum sub titulo ad legem Iuliam de adulteris » (8.2) ;

 « Paulus libro singulari De poenis paganorum sub titulo de abigeis » (11.6 ; 12.6) ;

 « Modestinus libro Differentiarum sexto sub titulo de scientibus et ignorantibus » (1.12) ; « <secundo> sub titulo de deposito vel commodato » (10.2).

  • 74  Il faut toujours prendre en compte la possibilité que certains titres aient été ajoutés ou supprim (...)

58Cette liste appelle quelques observations. La présence de titres concerne tous les genres, des manuels (comme les Institutiones d’Ulpien) aux textes didactiques (comme les Differentiae de Modestin), des livres de Regulae (toujours d’Ulpien) et de Definitiones (de Papinien) aux bréviaires (comme les Sententiae de Paul), des œuvres casuistiques et problématiques (comme les Responsa de Papinien) aux traités dédiés à des sujets particuliers plus ou moins étroitement liés à l’édit ou à des leges (comme le liber singularis De iniuriis ou les livres De poenis de Paul). Ces témoignages, mis à part quelques variantes dans les différents manuscrits, sont fiables, car la Collatio se situe à un stade de la transmission du texte, probablement au début du ive siècle, qui n’est pas encore trop distant de la date de rédaction des œuvres jurisprudentielles. Donc, il serait peu crédible qu’une révision éditoriale de toutes ces diverses œuvres classiques soit intervenue74.

  • 75  Sur la nature de cet ouvrage, voir Bonzi, 2011.

59Quant à la forme des titres, on notera une variété significative, qui est en syntonie avec les différents contenus : la palette va de l’importation des rubriques de l’édit aux titres qui reproduisent les leges commentées, et parfois même jusqu’aux titres qui reflètent la touche de l’auteur et l’orientation de son œuvre, comme « de scientibus et ignorantibus », qui rend le jeu des antithèses sur lequel les Differentiae de Modestin sont fondées75.

60Parmi les témoignages tardo-antiques, la Consultatio veteris cuiusdam iurisconsulti, consultation (vraie ou fictive) rédigée par un juriste occidental dans la seconde moitié du ve siècle, mérite également notre attention. Dans le vaste apparat des leges qui accompagne ses avis (lex vaut indifféremment pour les Constitutions impériales et pour les passages jurisprudentiels), l’auteur recourt fréquemment aux Pauli Sententiae, en proposant (presque toujours) le détail du livre et de l’intertitre :

– « Paulus Sentent(iarum) lib(ro) I tit(ulo) de pact(is) et conventionibus vel transactionibus » (4.3 : cf. 4.4 ; 7.4 ; 7.5 ; 7.6) ;

 « lib(ro) I tit(ulo) de transact(ionibus) » (4.6 ; cf. 4.7) ;

 « Idem lib(ro) III tit(ulo) de institu(endo) hered(e) » (4.8) ;

 « lib(ro) I Paul(i) Sentent(iarum) tit(ulo) de eo qui causa cadit » (5.4) ;

 « lib(ro) I Pauli Sentent(iarum) sub titulo si hereditas vel quid aliud petatur » (5.5) ;

 « lib(ro) I Sententiarum tit(ulo) VI si hereditas vel quid aliud petatur » (6.5) ;

 « idem eod(em) […] lib(ro) et tit(ulo) IIII » (6.6) ;

 « eod(em) lib(ro) et tit(ulo) si hereditas vel quid aliud petatur » (6.7) ;

 « lib(ro) II Sent(entiarum) Pauli tit(ulo) ex empto et vendito » (6.8) ;

 « lib(ro) III Paul(i) Sent(entiarum) tit(ulo) de legatis » (6.9) ;

 « lib(ro) I Sentent(iarum) tit(ulo) de calumniator(ibus) » (6.20) ;

– « idem lib(ro) V tit(ulo) de privatis et publicis iudiciis » (6.21).

  • 76  La citation « Modestinus Regularum lib. III sub titulo de bonis libertorum et de testamentis » (FI (...)

61Étant donné que le manuscrit de la Consultatio est perdu et que sa connaissance repose sur l’édition de Jacques Cujas (1577), on ne peut dire dans quelle mesure l’irrégularité des titres dépend de l’auteur de l’œuvre, du copiste ou de l’éditeur moderne76. On notera que, dans certains cas, le titulus antique était numéroté.

  • 77  Pour un aperçu de cette question, voir DCintio, 2013, p. 11-25.

62Toujours en Occident, un double renvoi aux Responsa de Paul et à un titre des Sententiae au sujet des retentiones dotales est préservé par une des interpretationes du Code Théodosien incluses dans la lex Romana Wisigothorum du roi Alaric (sommaires ou paraphrases dont on ne sait si elles sont de facture alaricienne ou antérieure)77. Il s’agit de l’interpretatio ad CTh. 3.13.2 : « De retentationibus vero, quia hoc lex ista non evidenter ostendit, in iure, hoc est in Pauli Sententiis sub titulo de dotibus requirendum aut certe in Pauli Responsis sub titulo de re uxoria » et de l’interpretatio ad CTh. 3.16.2 : « Propter communes vero liberos, si fuerint, ea praecipit observari, quae in iure de retentionibus statuta sunt pro numero filiorum, quod Paulus in libro Responsorum dicit sub titulo de re uxoria ».

63La lex Romana Burgundionum, presque contemporaine de la lex Romana Wisigothorum, offre elle aussi un spicilège :

 « secundum sententiam Pauli sub titulo de furtis emissam » (4.3) ;

 « secundum sententiam Pauli libro V, sub titulo de iniuriis » (5.2) ;

 « secundum speciem Pauli Sententiarum libro primo sub titulo si quadrupes pauperiem fecerit » (13.1) ;

 « secundum sententiam Pauli libro secundo, sub titulo de commodato et deposito, pignore et fiducia » (13.4) ;

 « secundum speciem Pauli Sententiarum libro V, sub titulo <ad legem Fabiam> » (20).

  • 78  Boeth. In Cic. Top. 2.4.19, p. 303 O. -B. Voir désormais la traduction et le commentaire par Stump(...)

64Une citation de Paulus Institutorum libri secundi titulo de dotibus perce enfin dans le commentaire de Boèce des Topica de Cicéron78.

9. Les intertitres dans les Pauli Sententiae, les Institutiones de Gaius et le liber singularis Regularum d’Ulpien

65Avant de se tourner vers les témoignages de provenance orientale, il convient de s’arrêter brièvement sur une œuvre de tradition indirecte, mais particulièrement riche, les Pauli Sententiae, déjà évoquée à plusieurs reprises, et sur deux œuvres de tradition autonome, le liber singularis Regularum d’Ulpien et les Institutiones de Gaius.

  • 79  Krüger (éd.), 1878, p. 42-43.
  • 80  Les titres rapportés dans la lex Romana Burgundionum coïncident avec ceux apposés aux Pauli Senten (...)

66Sur les rubriques des Pauli Sententiae, Paul Krüger a tout dit : c’est à lui que nous pouvons nous reporter aussi bien pour les données recueillies que pour leur évaluation79. Les témoins antiques et médiévaux de l’opuscule de Paul, directs et indirects, concordent sur la présence des titres. Quand une confrontation est possible, la coïncidence est notable entre les titres rapportés par le témoin le plus important, la lex Romana Wisigothorum, et ceux des témoins parallèles (en particulier 1.5 ; 1.16 ; 1.18 ; 2.26)80.

  • 81  Sans cependant préjuger de la paternité de l’œuvre, que je suis par ailleurs enclin à attribuer à (...)
  • 82  Voir d’autres exemples dans Krüger (éd.), 1878, p. 42-43.

67Cette situation textuelle – observe Krüger – assure que les rubriques remontaient à l’original81. À plus forte raison, il est important de noter comment l’apparat des titres est néanmoins resté en mouvement. Des rubriques se sont insinuées au cours de la transmission, qui spécifient des thèmes particuliers, à l’intérieur de contextes plus amples déjà pourvus de titres généraux. Par exemple, dans Paul. Sent. 2.17.4, à l’intérieur du titre « ex empto et vendito », une rubrique « de modo » précède – dans les manuscrits de la Lex Romana Wisigothorum – la phrase « Distracto fundo si quis de modo mentiatur ». Dans Paul. Sent. 5.6.17, à l’intérieur du titre « de legatis », une rubrique « de usufructu » a été ajoutée là où commence une longue série de passages dédiés au legs de l’usufruit (17-34). Il s’agit probablement de notes apposées dans la marge par un lecteur soucieux d’indiquer le contenu du chapitre et qui ont, par la suite, été incorporées dans le texte. C’est au même phénomène d’ajout qu’il faut rapporter, dans la lex Romana Wisigothorum, les deux rubriques successives Paul. Sent. 1.2 « de procuratoribus et cognitoribus » et 1.3 « de procuratoribus », cette dernière dotée en plus d’un chiffre. Le cas opposé, celui de la perte des rubriques qui devaient être présentes dans le texte de Paul, est causé par des accidents survenus au cours de la transmission82. Ces phénomènes montrent que l’apparat paratextuel était particulièrement exposé aux modifications, autant en augmentation qu’en diminution.

  • 83  Je me permets de renvoyer à l’étude spécifique que je leur ai consacrée : Mantovani, 2015, où est (...)
  • 84  PSI XI 1182, fr. D, l. 2-3.
  • 85  Le plus antique témoin gaïen, sous la forme d’un volumen (P. Oxy. XVII 2103, iiie siècle) ne perme (...)

68La même dynamique, mais de plus grande ampleur, peut être relevée pour les Institutiones de Gaius83. La divergence entre le codex de Vérone et le PSI XI 1182 (qui contient une rubrique libellée comme suit « [R(ubrica) quibu]s modis solvuntur [obli]gationes R(ubrica) », absente du palimpseste de Vérone)84 montre la variabilité de l’apparat paratextuel. Cette variabilité est soulignée aussi par la présence dans le codex de Vérone de rubriques ajoutées à l’encre noire par le correcteur, qui ne se trouvaient probablement pas dans l’antigraphe. Dans PSI XI 1182, fr. D, l. 17, l’ajout du titre « R(ubrica) de aceptellatione [sic] R(ubrica) » montre enfin très bien comment les lecteurs pouvaient contribuer à enrichir le paratexte. Tout cela, et aussi le fait que dans le codex de Vérone les titres ne suivent pas une logique constante, laisse penser que Gaius n’avait pas pourvu son œuvre d’un apparat de titres, ou qu’il avait apposé des titres en nombre très limité, accru par la suite de façon asystématique, de la main de différents copistes ou des lecteurs85. L’absence ou la rare présence de rubrication dans l’original de Gaius ne doit pas surprendre : elle est en syntonie avec la nature de l’œuvre, qui présentait déjà une grande lisibilité grâce à son effort de mettre en relief avec des formules de transition les principales articulations du discours (fonction, qui, dans des ouvrages d’un genre différent, dont le discours est moins structuré, est justement exercée par les titres).

  • 86  Avenarius, 2005, p. 159-160 ; Sperandio, 2011 : de l’idée que les tituli ont été insérés dans les  (...)
  • 87  Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Pandette, f. 6r-10v. La lectio du manuscrit, Tituli totiu (...)
  • 88  Cet exemple instructif est repris d’Avenarius, 2005, p. 150.

69Enfin, parmi les œuvres de la jurisprudence classique transmises directement, bien que partiellement, le liber singularis Regularum d’Ulpien montre une particularité. Dans la présentation qu’en offre le manuscrit Città del Vaticano, BAV, Reg. Lat. 1128 (première moitié du ixe siècle), l’œuvre est précédée de la liste des vingt-neuf titres par lesquels elle est articulée, annoncé par la didascalie : « incip(iunt) tituli ex corpore Ulpiani » (f. 190v)86. Cette présentation rappelle le procédé utilisé par Pline de placer avant la Naturalis historia une liste (praef., 33) grâce à laquelle le princeps (dédicataire et lecteur idéal de l’œuvre) aurait pu prendre connaissance de « quid singulis contineretur libris » et y choisir à coup sûr ce qui l’intéresserait, en sachant où le trouver (« ut quisque desiderabit aliquid, id tantum quaerat et sciat quo loco inveniat »). De cette forme d’indexation – destinée à un grand succès : un exemple en est le codex Florentinus du Digeste, qui débute par la liste des « Tituli Digestorum seu Pandectarum »87 – dérive la pratique, désormais typique du haut Moyen Âge, de faire précéder les textes législatifs par la liste des titres qui y sont contenus. Les manuscrits de la lex Romana Wisigothorum sont des témoins particulièrement éloquents de cette pratique : par exemple, dans le Vat. Reg. Lat. 1128 (le même manuscrit qui contient aussi l’opuscule d’Ulpien), on lit une didascalie analogue « Incipiunt capitula legis Romanae. Libri Theod. num. XVI », à laquelle fait suite la liste des chapitres du Code Théodosien (f. 1r-3v)88.

  • 89  La didascalie est suivie de façon incongrue de la phrase « Moris sunt tacitus consensus populi lon (...)
  • 90  Krüger, 1878, p. 3 ; cf. Avenarius, 2005, p. 159-160 ; Sperandio, 2011, p. 382.
  • 91  Dans Coll. 16.4.2 la discussion porte sur la succession des agnati, qui manque en Ulp. 26.
  • 92  Je ne me prononce pas sur les retombées que cette conclusion pourrait avoir sur la question de la  (...)

70Après la didascalie « incip(iunt) tituli ex corpore Ulpiani »89 et la liste qui suit, le texte d’Ulpien commence, articulé en chapitres, chacun précédé d’un titre descriptif et numéroté, dans le même ordre et avec la même dénomination que ceux de la liste (mis à part quelques variantes minimes). En ce qui concerne la qualité et l’origine de ces titres, on peut renvoyer de nouveau à l’étude de Paul Krüger, dont les résultats ont été confirmés par les analyses les plus récentes90. La piètre qualité de certains des titres transmis par le manuscrit Vat. Reg. Lat. 1128 a été bien mise en lumière par le savant allemand, ce qui jette le doute sur l’origine auctoriale du paratexte. Par ailleurs, la Collatio atteste que le liber singularis d’Ulpien, dans sa version non abrégée par rapport à celle du manuscrit Vat. Reg. Lat. 112891, était déjà pourvu de rubriques. En outre, certaines des rubriques présentes dans le manuscrit Vat. Reg. Lat. 1128 présupposent des contenus qui ne se trouvent pas dans le texte qui suit (en particulier, Ulp. 13 : « de c(a)el(ib)e orbo et solitario patre » prélude à un chapitre mutilé à la suite de la réforme de l’année 320, cf. CTh. 8.16.1). Ces deux constats conduisent à retenir que les rubriques n’ont pas été introduites ex novo dans le liber singularis Regularum d’Ulpien par le rédacteur de la version transmise par le manuscrit Vat. Reg. Lat. 1128. L’hypothèse la plus probable est celle soutenue par Krüger, c’est-à-dire que les rubriques aient été introduites dans le liber singularis d’Ulpien avant qu’il ait été abrégé (terminus ante quem, la rédaction de la Collatio)92.

10. Les intertitres dans la tradition orientale (ive et vie siècles)

  • 93  Pour la description, voir ci-dessus, p. 40-41.

71Tournons-nous enfin vers les témoignages orientaux et commençons par les témoignages directs. Les titres sont attestés par certaines copies d’œuvres de juristes conservées sur papyrus ou sur parchemin. En plus des manuscrits déjà cités ci-dessous (§ 5) parce qu’ils portent le sigle R̷ (à savoir P. Vindob. L 59 + 92 ; codex Veronensis XV (13) ; PSI XI 1182), d’autres montrent les traces de titres à l’encre rouge, même s’il n’est pas possible, à cause de l’état lacunaire du texte, de vérifier s’ils comportaient aussi le sigle R̷ . Il s’agit de : P. Mich. VII 456 + P. Yale inv. 1158r (ier-iie siècle) ; P. Berol. inv. 11323 (ive-ve siècle), Pap. 2 Resp. (?) ; P. Berol. inv. 6762 + 6763 + 21317 + P. Louvre inv. E 7153 (ve siècle), Pap. Resp. ; P. Vindob. L 124 (ve siècle), Paul. 1 Manual.93.

72Quant aux témoignages indirects, il faut rappeler de nouveau PSI XIII 1348 (précédemment évoqué au sujet des capita), collection de définitions traduites en grec, tirées d’œuvres de juristes classiques. Les références bibliographiques détaillées qu’il contient attestent à plusieurs reprises la présence des titres (numérotés) dans les libri Ad Sabinum d’Ulpien (voir plus haut, § 2). Nous pouvons rappeler en outre :

– « Ulp(ianus) β(ιβλίῳ) ᾱ De app(ellati)onib(us) ṭ(itulo) :q(uan)ḍọ appellan[d(um) sit] » (PSI XIII 1348, p. 3, l. 31) ;

– « Paul(us) β(ιβλίῳ) –β Brev(ium) t(itulo) [de nego-]|[tiis gestis - - -] » (p. 4, l. 1-2) ;

– « Pau]l(us) β(ιβλίῳ) –β Breb(ium) t(itulo) de eo q(uod)| [---] » (p. 4, l. 4-5).

  • 94  Ulp., Ad Sabinum : fr. IX 25 : lib. XXXI, tit. i ; fr. XII 34 : lib. XXXV, tit. ii et iii. Paul. A (...)

73Nous avons déjà également présenté les passages des Scholia Sinaitica desquelles émerge la division par titres (et par capita) des libri Ad Sabinum d’Ulpien et de Paul, et des libri Ad edictum d’Ulpien94. Ce commentaire scolaire antérieur à Justinien cite en outre deux œuvres dont il indique aussi le titre, à savoir :

  • 95  Il n’est toutefois pas sûr que « de stipulation[] » se réfère à un titre, et ne fasse pas au cont (...)

– « ὁ Παῦλος βιβλίῳ ιε’ Responson αὐτοῦ […] de stipulatio[… » (II 4)95 et « ὁ [M]odestinus βιβλίῳ β’ Differention αὐτοῦ τίτλῳ ς᾽ » (VI 12).

74Il résulte de l’ensemble que le scoliaste préférait indiquer les titres par leur numéro, excepté à deux ou trois occasions (XIII 35 ; VI 12 ; on peut douter de II 4). Cela ne signifie pas que, dans les copies à sa disposition, les titres (les rubricae) aient été de simples nombres (p. ex. Titulus I), sans une locution descriptive des contenus. La citation par numéro dépend d’une préférence de l’enseignant qui a rédigé les Scholia Sinaitica. Il suffit de dire que même lorsqu’il cite le Code Théodosien il en mentionne seulement le numéro, et pas le nom du titre, dont nous savons pourtant que le Code Théodosien était pourvu (Sch. Sin. I 2).

  • 96  Un manuscrit médiéval du Code de Justinien (Wien, ÖNB, Cod. 2268) contient une partie en latin d’u (...)
  • 97  Ainsi Lenel, 19273, p. 474, n. 3 ; Krüger, 1912, p. 150, n. 71 ; contre, sans motivation, Sperandi (...)
  • 98  Il s’agit de deux interdits qui se trouvaient l’un à la suite de l’autre dans l’album (EP § 248.1- (...)

75La conclusion de cette analyse, comme il se doit, est réservée au Digeste96. Avant chaque fragment sont rapportés le nom de l’auteur, le titre de l’œuvre et le numéro du livre, en hommage à l’antiquitas selon le désir de l’empereur (constitutio Tanta, 10). Toutefois, grâce à une erreur bénéfique, une inscriptio a gardé aussi une rubrique interne aux Quaestiones de Scaevola (D. 39.2.45 : « Scaevola libro duodecimo Quaestionum a quo fundus petetur si rem nolit »). Il s’agit d’une rubrique qui correspond à un titre de l’édit du préteur, quoique mutilée du mot final (defendere) ; cette coupure maladroite confirme que la survivance de cette rubrique est liée à une défaillance des rédacteurs97. Par sa formulation, le titre est analogue à celui du traité anonyme De interdictis, cité par le recueil occidental des Fr. Vat. (92 : « Idem libro IIII De interdictis sub titulo a quo usus fructus petetur, si rem nolit defendere ») : ce parallélisme constitue un symptôme de l’authenticité des deux titres98.

11. Capita et tituli/rubricae : synthèse

76En préambule de cet Appendice, nous avons rappelé la variabilité du paratexte, reflet de la variabilité de la tradition manuscrite. Toutefois, la documentation rassemblée ici a permis de déterminer quelques points sûrs et de dégager de cette vue d’ensemble certaines tendances du paratexte, que nous pouvons récapituler.

77Les œuvres des juristes romains étaient souvent divisées en unités de sens, définies comme capita (ou plus spécifiquement sententiae, responsa, quaestiones, regulae selon les différents genres littéraires). Cette articulation en capita, marquant déjà les libri Iuris civilis de Q. Mucius Scaevola au ier siècle av. J.-C. (puis les libri Posteriores de Labéon, les libri Iuris civilis de Masurius Sabinus et les libri Ad Sabinum d’Ulpien), était mise en évidence, d’une façon relativement constante, par des alinéas dont le début est en ekthesis, souvent avec des lettres de taille plus grande. Cette mise en page était déjà adoptée par les leges épigraphiques d’époque républicaine et par d’autres écrits de contenu juridique affichés en public, attestés à partir de la fin du iie siècle av. J.-C. Quant aux intertitres (tituli), leur présence dans les livres des juristes au format du volumen est certaine déjà au ier siècle apr. J.-C. ; l’emploi des intertitres précède donc l’adoption du format du codex.

78Autre certitude à propos des intertitres : à partir de cette même période, il est d’usage de les mettre en évidence par l’encre rouge (d’où le nom de rubricae qui les distingue). Une fois de plus, le parallèle établi avec les lois épigraphiques suggère que le procédé pourrait remonter à l’époque républicaine.

79Le paratexte permet de comprendre comment le livre se présente au lecteur. Mais l’inverse est aussi valable. Selon l’attitude des lecteurs, la façon qu’ils avaient de citer le paratexte change. L’un des résultats les plus intéressants tirés de la documentation est le changement dans le style des citations. Les juristes antérieurs à Ulpien citaient leurs prédécesseurs presque seulement par leur nom, omettant, à l’exception de rares cas, l’indication de l’œuvre (et du numéro du livre). Ulpien et sa génération marquent un tournant : les références se font plus précises, incluant souvent l’œuvre et le numéro du livre. Dans l’Antiquité tardive, les références se font encore plus détaillées : sont mentionnés le nom de l’auteur, le titre de l’œuvre et le numéro du livre, mais souvent aussi l’intertitre et ses subdivisions internes (capita, sententiae, responsa, quaestiones, regulae). Ce n’est pas le signe d’une inflation de ces éléments paratextuels, mais en premier lieu d’un changement du point de vue des lecteurs. Si les juristes classiques se rapportaient à leurs prédécesseurs de façon plus libre, la précision croissante des références est le symptôme d’une nouvelle phase culturelle : la transformation des œuvres des juristes en un canon de référence, à citer avec l’attention scrupuleuse que mérite une littérature dont l’autorité est désormais indiscutable.

Notes

1  Sur la définition du « paratexte », voir Genette, 1987 (citation, p. 215). Les éléments mentionnés, étant situés dans l’espace même du livre, appartiennent plus précisément au « péritexte », distinct de l’« épitexte » (p. ex., la correspondance de l’auteur concernant la genèse et la signification de son œuvre). Cet appendice concerne spécifiquement les éléments du péritexte (voir n. 5) ; toutefois, par commodité, nous utiliserons le terme général de paratexte.

2  Sont fondamentaux pour le monde romain : Fredouille, Goulet-Cazé, Hoffmann et Petitmengin (éd.), 1997 et Schröder, 1999, qui relève la rare attention portée auparavant au thème de la « Buchorganisation » (p. 94). Parmi les précédents les plus notables, cf. Friderici, 1911, en partic. p. 1-33. Sur le rapport avec le structuralisme et l’histoire des études, voir Jansen, 2014.

3  Dans la précieuse monographie de Schröder, 1999, p. 124, ne se trouve qu’une référence pour le seul Gaius. Pour un traitement très synthétique, mais efficace, il faut remonter à Krüger, 1912, p. 150, n. 71-72. Voir ci-dessous, § 4, pour une discussion des études de DOrs, 1953 et 1993 et de Sperandio, 2011. Le lien entre l’organisation du discours juridique et la présentation matérielle des livres est souligné par Moatti, 1997, p. 221-222.

4  Les tituli et les capita dans les Institutiones de Gaius et dans le Liber Gai ont été traités, en raison de leur particularité du point de vue du genre et de la transmission, dans Mantovani, 2015, étude à laquelle je me permets de renvoyer (synthèse ici, § 9) ; cet appendice complète l’analyse pour les autres œuvres des juristes romains.

5  Genette, 1987, p. 297-320 (ce sont des éléments du « péritexte » : voir n. 1). L’auteur ne prend pas en compte, en revanche, la division graphique du texte en unités de sens, comme les capita.

6  Ferrary, 1997, avec un recensement complet et la répartition par sous-genres littéraires.

7  Voir ci-dessus chap. I. Cf. également chap. III et IV.

8  Sur la distinction nécessaire entre capita compris comme parties du texte (acception qui est celle étudiée ici) et capit(ul)a comme sommaires (abstract) ou tables des matières (listes des tituli/intertitres), voir Petitmengin, 1997. Un texte dans lequel les capitula (de très brefs résumés, qui ne sont pas facilement différenciables des titres) sont insérés dans une liste est celui de Lucrèce : ce cas a été étudié en profondeur par Butterfield, 2013, p. 136-201, selon lequel à l’origine les capitula étaient des annotations marginales portées par plusieurs lecteurs. Sur la liste de titres qui précède le l. s. Regularum d’Ulpien dans le manuscrit Città del Vaticano, BAV, Reg. Lat. 1128, voir ci-dessous, § 9.

9  Sur les capita dans l’œuvre de Mucius, cf. Schiavone, 2005, p. 158-159, avec un développement très significatif sur le lien avec la lex publica.

10  Pour les nouvelles lectures, voir l’édition en cours dans le cadre du projet Redhis par S. Ammirati (avec commentaire de F. Battaglia), qui, sur de nombreux points, s’éloigne de celle d’Arangio-Ruiz, [1953], 1974.

11  PSI XIII 1348, p. 1, l. 27 : « Iab(olenus) βι(βλίῳ) ̅η τῶν [---] » (le titre de l’œuvre et la rubrique, si jamais elle était indiquée, sont perdus à cause de la lacune) ; p. 2, l. 26 : « βι(βλίῳ) τῶν Ad Sab(inum) » et l. 29 : « Ulp(ianus) βι(βλίῳ) —μδ Ad Sab(inum) », peut-être avec des références (aujourd’hui perdues) au κεφάλαιον ; p. 3, l. 2 : « Ulp(ianus) βι(βλίῳ) ̅μ[---] » (le titre et le caput sont peut-être perdus à cause de la lacune) ; l. 26 : « κεφαλαίου » ; l. 29 : « Paulus ?] βι(βλίῳ) ̅α· Q(uaesti)on(um) ti(tulo) [de sa]tisdando q(uaesti)oni[---] » ; l. 32 : « Ulp(ianus) β(ιβλίῳ) ̅α·De app(ellati)onib(us) ṭ(itulo) q(uan)ḍọ appellaṇ[---] » ; l. 34 : « Paul(us) βι(βλίῳ) ̅β Brev(ium) ti(tulo)[---] » ; p. 4, l. 4 : « [--- Pau]ḷ(us) βι(βλίῳ) ̅β Βreb(ium) ti(tulo) de eo q(uod)[---] » ; l. 31 : « Ulp(ianus) βι(βλίῳ) —μθ Ad Sab(inum) ἐν τέλι ». Fragments mineurs du même papyrus : fr. 18 →, l. 4 « κε]φα(λαίῳ) ̅η· » ; fr. 1 →, l. 3 : « ̅κγ·Ad Ṣ[abinum » ; fr. 1, l. 2 : « ]p’· ἐν κεφα(λαίῳ) » ; fr. 2, l. 5 : « Mod(estinus ?) » ; fr. 6 →, l. 2 : « ]Iab(olenus) β(ιβλίῳ) ̣̅η [ » ; fr. 8, l. 2 : « ]Mod(estinus ?) lib(ro ?) ».

12  Édition : Krüger, 1890, p. 265-282. Cf. Winstedt, 1907.

13  Autres mentions de κεφάλαιον/caput : Sch. Sin. XI 30 (Ulp. Ad Sabinum) ; XIII 35 (Ulp. Ad Sab.) ; XVI 43 (Ulp. Ad Sab.) ; XIX 52 (Ulp. Ad Sab.). Mention du τίτλος/titulus : VI 12 (Mod. Differentiae) ; VIII 18 (Paul. Ad Sab.) ; X 26 (Ulp. Ad Sab. ?) ; XIII 35 (Ulp. Ad edictum, où, en plus du tit. « de in integrum restitutione », est indiquée une section, τὰ πρῶτα, qui regroupe plusieurs livres). Mention du seul numéro de livre : II 4 (Paul. Responsa) ; V 11 (Marcian. l. s. De formula hypothecaria) ; XI 31 (Paul. Resp., mais le texte est incertain ; on ne peut pas exclure qu’une autre œuvre soit également mentionnée, ou d’autres divisions internes) ; XIII 35 (Florent. Institutiones ; Mod. Regulae, œuvre scandée en regulae non numérotées, mais citées par l’incipit : voir infra ; Paul. Ad Sab.) ; XVI 42 (auteur anonyme, De tutelis) ; XVII 45 (Ulp. Ad Sab.).

14  Dans Sch. Sin. XVI 44 l’instruction paraît être de sauter cinquante autres lignes du même caput (s’approchant ainsi des cinquante lignes vers la fin). Voir aussi XVII 47 ; XVIII 49. Il faut toutefois être conscient des limites des éditions qui ne sont pas basées sur l’autopsie, mais sur l’apographe réalisé par G. Bernardakis.

15  On peut donc souscrire seulement à la première partie de l’affirmation d’Arangio-Ruiz, [1953], 1974, p. 393 : « I libri di Ulpiano ad Sabinum erano suddivisi in capitoli (kephalaia) numerati, forse altrettanto brevi quanto i paragrafi delle edizioni moderne. »

16  Sperandio, 2011, p. 380-381, ne semble pas avoir tenu compte de ce témoignage lorsqu’il affirme que les libri Ad Sabinum d’Ulpien étaient divisés en capita seulement, sans contenir de tituli.

17  Cela peut aussi expliquer pourquoi la citation du titulus est si rare. L’explication du caput présupposait déjà qu’on se trouvait à l’intérieur d’un certain titre, qu’il n’était pas nécessaire de répéter (cela vaut peut-être aussi pour PSI XIII 1348). En revanche, on cite le titre quand il faut renvoyer l’élève à un titre différent (et faisant partie d’un livre différent) de celui qui fait l’objet du commentaire (Sch. Sin. XII 34). Pour expliquer cette façon de citer, on ne peut pourtant pas exclure que la numérotation des capita se poursuivait de façon continue dans chaque livre, ce qui aurait rendu superflue la citation des titres, même s’il y en avait.

18  L’Hexabiblos, 2.4.51 (p. 274 éd. G. H. Heimbach, 1851) fait référence de façon analogue à la « dernière quaestio du titre, du troisième livre des Quaestiones » de Papinien : « ὁ Παπιανὸς ἐν τῷ τρίτῳ βιβλίῳ τῶν κοιαιστιώνων ἐν τῇ τελευταίᾳ τοῦ τίτλου κοιαιστιῶνι ». Mis à part les doutes soulevés par le fait que cette citation se trouve dans un manuel du xive siècle, la structure même pose question parce qu’on attendrait l’indication du titre (FIRA II, p. 446, note la lacune après τίτλου). L’alternative est que, dans le contexte dans lequel le passage de Papinien fut récupéré par Harmenopoulos, le titre auquel il se référait était déjà clair et donc passé sous silence.

19  L’œuvre n’en était pas nécessairement dépourvue : ayant dans ce cas adopté comme point de référence la courte distance de cette règle par rapport à la fin du livre, il était superflu de citer aussi le titulus.

20  Nouvelle lecture et interprétation de S. Ammirati et de moi-même pour Redhis ; le texte avait été édité par Schönbauer, en 1933, comme un fragment d’un traité De longi temporis praescriptione. Le réassemblage, dans le cadre de la nouvelle édition, du P. Berol. inv. 14075 → avec 16976 → permet de retrouver une citation de Paul. Quaest. (l. 21) : « ὥς φ(ησι) ὁ Παῦλος ε̣[ν τῷ] ῑᾱ β(ιβλίῳ) τῶν quest(ιόνων) » (« comme le dit Paul dans le livre xi des Questions ») ; il reste difficile de juger si les mots « consuḷtu[m] Τriuellianum » à la ligne suivante se réfèrent à une rubrique du même ouvrage.

21  J’adopte la leçon proposée par M. Fressura dans l’édition en cours pour Redhis.

22  Pour une solution différente, voir P. Oxy. XVII 2103 (Gaius Inst., iiie siècle), qui insère un point dans le corps du texte, rappelé par le signe de paragraphos en marge.

23  Pour les responsa, voir ci-dessous P. Berol. inv. 11323 (avec une mise en page analogue aux capita). Dans le témoin des Pauli Sententiae (Leiden, Universiteitsbibliotheek Bibl. publ. Lat. 2589), il semble que le procédé consistant à signaler le début d’un bloc de texte avec un vacat (sans passage à la ligne), renforcé par le dépassement à gauche de la ligne suivante, a été adopté. Ce procédé – dont on ne peut pas dire avec quelle régularité il était employé dans le manuscrit – semble pensé pour maintenir la visibilité de chaque sententia, tout en économisant de l’espace. Le même procédé semble employé dans P. Vindob. L 90 + BKT IX 200 (= P. Berol. inv. 21294) + P. Berol. inv. 11753, Ad formulam Fabianam (éd. pour Redhis par S. Ammirati et N. Cornu-Thénard) et P. Haun. III 45 + P. Arangio-Ruiz, traité De legatis et fideicommissis (Nasti, 2010 et 2013 ; en cours de rééd. avec M. Fressura pour le projet Redhis). Puisque les trois témoins sont du ive siècle, cela pourrait signifier que ce rendu graphique a coexisté avec celui du passage à la ligne, puis lui a cédé le pas.

24  Le fragment est présenté sous l’angle du paratexte par Ammirati, 2017, qui en assure l’édition pour le projet Redhis.

25  P. Vindob. L 59 + 92 (éd. en cours par M. Fressura et D. Mantovani) ; P. Ant. I 22 (S. Ammirati et E. Metzger) ; P. Oxy XVII 2089 (S. Ammirati et U. Agnati) ; P. Berol. inv. 11323 (M. Fressura) ; BTK X 30 (= P. Berol. inv. 11324) + BTK IX 201 (= P. Berol. inv. 21295) (S. Ammirati) ; P. Berol. inv. 6759 + P. Berol. inv. 6761 (M. Fressura) ; P. Berol. inv. 6762 + 6763 + 21317 + P. Louvre inv. E 7153 (M. Fressura et L. Pellecchi) ; P. Vindob. L 124 (M. Fressura et D. Mantovani) ; P. Berol. inv. 14079 (M. Fressura et L. Pellecchi) ; Wien, ÖNB Vindob. L 1b (S. Ammirati et A. Lovato) ; PSI XI 1182 (M. Fressura et M. Wibier) ; PSI XIV 1449 (M. Fressura et S. Alessandrì) ; P. Grenf. II 107 (M. Fressura et V. Giodice).

26  La vérification est rendue impossible quand la partie gauche du texte est abîmée ou quand la portion du texte qui a survécu ne contient pas le début d’un chapitre.

27  Je remercie Marco Fressura pour ces données tirées de son édition en cours.

28  Fruit d’une probable stratification dans la transmission des Institutiones, décrite dans Mantovani, 2015 ; voir aussi ci-dessous, § 9.

29  Le rapport entre la mise en page épigraphique et celle des papyrus a été suggéré par Schröder, 1999, p. 103-105, et développé par Butler, 2014 (avec références aux discours cicéroniens). Je me permets de renvoyer à Mantovani, 2015, où le parallélisme a davantage été développé par rapport aux livres juridiques. En même temps, le layout des leges épigraphiques a été étudié, de façon indépendante et avec des résultats convergents, par Decorte, 2015, en partic. p. 250-251 pour l’ekthesis et le vacat (l’hypothèse de l’auteur à propos de l’usage archivistique des leges sur des lignes continues, sans division en colonnes, est moins convaincante).

30  Une organisation de ce type (sans rubriques, mais scandée justement par un espace non écrit qui marque la fin du chapitre précédent, par le passage à la ligne et par les initiales en ekthesis) se trouve dans la copie de Cnide de la lex de provinciis praetoriis de 101 av. J.-C. (Crawford, éd., 1996, I, n° 12) ; le format rappelle celui du fragmentum Leidense des Pauli Sententiae (cf. ci-dessus, p. 249, n. 22). Le texte est gravé sur pierre (selon un usage oriental : Eck, 2015) et ne reflète pas nécessairement l’usage romain. Dans la copie de Delphes de la même lex, la séparation entre deux chapitres est signalée par un vacat ou par une ligne verticale (sans passage à la ligne). Les leges épigraphiques romaines antérieures à 105 av. J.-C. présentent des procédés distinctifs des capita autres que les alinéas (sur la lex repetundarum Tabulae Bembinae, qui présente un système avec rubriques, voir infra). Dans la lex agraria (Crawford, éd., 1996, I, n° 2), le début des chapitres est signalé seulement par un vacat, avec poursuite du texte sur la même ligne. Ce procédé semble aussi adopté par le Florence Fragment B (Crawford, éd., 1996, I, n° 6). Dans la lex Latina Tabulae Bantinae (fin du iie siècle av. J.-C. : Crawford, éd., 1996, I, n° 7), la fin du chapitre est signalée par un espace non écrit jusqu’à la fin de la ligne et par le passage à la ligne suivante : la perte de la partie gauche du texte empêche de voir si, en ajout à ces procédés graphiques, les initiales du nouveau caput étaient en ekthesis.

31  Respectivement Richardson, 1983, p. 33-41 ; Crawford, éd., 1996, I, n° 14 ; n° 15.

32  Aussi Decorte, 2015, p. 252 (également pour la pratique de numéroter les tables). L’exemple épigraphique le plus ancien de numérotation des capita est la lex Rubria de Gallia Cisalpina, dont les chapitres (sans rubriques, avec passage à la ligne) portent précisément la numérotation sous les initiales dépassant à gauche (CIL XI, 1146). Cette disposition devait être la norme, puisqu’elle se retrouve à l’identique dans la lex Coloniae Genetivae Iuliae, d’époque césarienne, qui nous est toutefois parvenue par une inscription d’époque flavienne (Crawford, éd., 1996, I, n° 25), avec une numérotation ajoutée après que le texte avait été déjà gravé (voir Crawford, éd., 1996, I, p. 395). La numérotation des chapitres était probablement plus ancienne, même si nous n’en avons pas de preuve épigraphique avant l’époque césarienne. En effet la lex Cornelia de sicariis de 81 av. J.-C. en était pourvue (Marcian. 14 Inst. D. 48.8.3 pr.) : « Eiusdem legis Corneliae de sicariis et veneficis capite quinto » ; voir également Cic. Leg. Agr. 1.4 ; Decorte, 2015, p. 252, retient en revanche que l’usage des juristes a précédé l’usage épigraphique. Pour l’époque augustéenne, voir p. ex. la lex Iulia de maritandis ordinibus et la lex Papia Poppaea, d’après la lex Troesmensium c. 27 (où est également cité un commentarius divisé en capita : Eck, 2014) et Marcian. 16 Inst. D. 23.2.19. Pour la lex de iudicis privatis, voir Irn. 91 : « intra it tempus quod legis Iuliae quae de iudici(i)s privatis proxime lata est kapite XII senatusve consultis ad it kaput {ad it kaput} legis pertinentibus conpr(e)hensum est ». La numérotation progressive des K(apita) l(egis) se trouve aussi dans la lex Iulia agraria (ou lex Mamilia Roscia Peducaea Alliena Fabia) rapportée par les gromatici veteres (p. 263-266 Lachmann = Crawford, éd., 1996, II, n° 54).

33  Le dépassement à gauche apparaît dans la lex de la Tabula Heracleensis (Crawford, éd., 1996, I, n° 24) et d’autres leges épigraphiques, qui, à cause de leur caractère fragmentaire, se dérobent, toutefois, à une évaluation complète (p. ex. Rome Fragment B : Crawford, éd., 1996, I, n° 26 ; Fiesole Fragment : Crawford, éd., 1996, I, n° 32). Le procédé subsiste dans la lex Valeria Aurelia (Crawford, éd., 1996, I, n° 37-38) et dans la lex de imperio Vespasiani (Crawford, éd., 1996, I, n° 39), cette dernière étant contemporaine des leges municipales qui adoptent aussi les rubriques (voir ci-dessous, § 6) ; cf. Decorte, 2015, p. 250-252. La division en capita se retrouve également dans des textes normatifs de genres différents, comme la lex arae Augusti de Narbonne (CIL XII, 4333), l’edictum Claudii de civitate Anaunorum (CIL V, 5050) et l’epistula Titi ad Muniguenses (González Fernández, 1990, n° 13).

34  Crawford, éd., 1996, I, 19, col. II, l. 29-30.

35  L’usage littéraire du terme (sans qu’on puisse l’associer à son rendu graphique) est déjà attesté dans Cic. Inv. 2.131 : « ecquae in ea ipsa lege […] sit exceptio aliquo in capite » ; voir ensuite, p. ex., Cic. Leg. agr. 2.15 : « a primo capite legis usque ad extremum » ; Rab. Post. 9 : « hoc totidem verbis translatum caput est [scil. : ex antiquis legibus] » ; Red. in Sen. 4 ; 8 : « cum praeclarum caput recitaretur » ; Att. 3.15.6 : « quoddam caput legis Clodium in curiae poste fixisse » ; Att. 3.23.2 : « rogatio tria capita habuit ». Parmi les témoignages postérieurs, voir Plin. N.h. 10.139 : « quod deinde caput translatum per omnes leges ambulavit » ; Plin. Ep. 10.79.5 : « capita legis, tum edictum Augusti litteris subieci » ; Suet. Claud. 23 : « capiti Papiae Poppaeae legis […] obrogavit ». L’usage subsiste chez les juristes : Gai. 3.210 : « [scil. : legis Aquiliae] primo capite cautum est » ; Marcian. 16 Inst. D. 23.2.19 : « capite trigesimo quinto legis Iuliae ». Les capita deviennent la structure de base des commentaires (Paul. l. s. De adulteris, Coll. 4.2.1) : « brevem interpretationem <legis Iuliae> de adulteris coercendis facturus per ipsa capita ire malui ordinemque legis servare ».

36  Pour la datation probable de la lex Antonia de Termessibus en 68 av. J.-C., voir Crawford, éd., 1996, I, p. 332. La lettre de Cicéron à Trébatius (Fam. 7.22) remonte probablement à 44 av. J.-C. (voir supra, p. 27, n. 21).

37  Un kaput ex s(enatus) c(onsulto) est mentionné en CIL XIV, 2112 (136 apr. J.-C.). Voir aussi Plin. Ep. 5.13.7 : « recitavit capita legum, admonuit senatusconsultorum ». Pour s’assurer qu’un tel usage remonte bien à l’époque républicaine, il faudrait examiner la documentation épigraphique des sénatus-consultes, ce qui reste à faire (je renvoie sur ce point à la recherche conduite actuellement par Étienne Famerie).

38  Pour la Cilicie, Cic. Fam. 3.8.4 ; pour la Sicile, II In Verr. 1.118. La mention de caput pour se référer à une partie de l’édit se maintient chez les juristes : P. Berol. inv. 11753 § 7 ; 7b (FIRA I p. 428) ; Marcell. 9 Dig. D. 37.8.3 : « propter id caput edicti, quod a Iuliano introductum est, id est ex nova clausula ». Pour clausula, voir déjà Cic. II In Verr. 3.35 : « illa […] praeclara est clausula edicti [scil. : “si uter volet, recuperatores dabo”] ». En général, clausula chez les juristes semble indiquer une partie circonscrite à l’intérieur d’un texte plus développé (voir TLL, s.v. clausula, III, p. 1326.10-50).

39  Varro, L.L. 6.92 : « In eodem commentario anquisitionis ad extremum scriptum caput edicti hoc est. » Le document cité est le « Commentarium vetus anquisitionis M’. Sergii, Mani filii, quaestoris, qui capitis accusavit Trogum ». Varron ne nous renseigne ni sur le support de ce commentarium (tablette de cire ?) ni sur la forme prise par l’édit qui y était cité.

40  Pour l’époque républicaine : Cic. Leg. 2.53 ; Alf. 2 Dig. a Paul. epit. D. 33.8.15. L’usage est ensuite fréquent dans les fragments du Digeste (p. ex. Scaev. 3 Resp. D. 5.2.13 ; 17 Dig. D. 33.2.33 pr.). Attestations épigraphiques du terme : CIL IX, 449 ; CIL XI, 4593 ; CIL XI, 6520 (début du iie siècle) ; CIL III, 6998 (époque d’Hadrien) ; CIL X, 114 ; D. 6468 (époque d’Antonin le Pieux). Cf. AE 1986, 219. Pour la mise en page, cf. la longue inscription qui contient – entre autres – les dispositions testamentaires (en 144 apr. J.-C.) de Q. Cominius Abascantus, Augustalis de Misène (AE 2000, 344) ; une des clauses du testament se définit elle-même comme caput (« quod capite supra scripto conprehensum est »). Les sentences judiciaires étaient organisées en capita, au moins d’après le témoignage tardif de Mod. 2 Resp. D. 4.4.29.1.

41  Pour les ludi saeculares, voir CIL VI, 32323-32324. Pour les protocoles annuels de la confrérie arvale, voir Scheid, 1998.

42  Editio princeps : Scheid et Broise, 1980 ; fig. 1-6 ; cf. Scheid, 1998, p. 28-35, fig. 14-16. La mise en page des Acta propose aussi d’autres solutions, en raison de la variété des contenus.

43  Pour le concept de religion civique, voir Scheid, 2013.

44  Texte dans FIRA I, n° 44. Selon Cavallo, 2008, p. 143, c’est le plus ancien exemple d’une cursive latine véritable. La comparaison avec P. Mich. VII 456 + P. Yale inv. 1158r a été déjà suggérée par Ammirati, 2010a, p. 57 ; Ead., 2010b, p. 36-37.

45  Le mot caput était aussi utilisé pour des textes d’autres genres (p. ex. Cic. Fam. 3.8.2 : « duo capita epistulae » [« les deux chapitres de la lettre »]), mais est considéré comme principalement associé aux textes juridiques par le TLL, s.v. caput, III, p. 424.81-425.60 (qui lie le nom à la forme, c’est-à-dire à l’initiale dépassant en ekthesis) ; dans le même sens, Schröder, 1999, p. 104. Le terme capitulum (TLL, s.v. capitulum, III, p. 350.28-352.84) est en revanche plutôt associé à des contextes chrétiens.

46  Nous reviendrons sur cette hiérarchie qui se reflète dans le modus citandi (ci-dessous, § 7).

47  Sur la forme neutre utilisée par Pétrone, voir le chapitre I, où on souligne également que rubricatus peut faire allusion aussi à la présence de lignes du texte (et non seulement des titres) en rouge.

48  DOrs, 1953.

49  DOrs, 1993, en partic. p. 184-185 : les l. 6 et 15 seraient seulement en apparence des rubricae à l’encre rouge : « Esta apariencia se debe a una especial descomposición de la tinta negra, en la que aparecen escritos todos los papiros, no a un uso insólito de tinta roja. » Qu’il s’agisse d’un liber rubricatus au sens de Petron. Sat. 46.7 fut en revanche tout de suite compris par Nörr, 2003b, p. 1774, même si l’éminent savant n’approfondit pas cet aspect. Le fait que le texte du papyrus concerne une institution réglée par l’édit du préteur ne doit pas non plus laisser penser que l’usage des titres en dépend : les rubriques du papyrus ne correspondent à aucun des titres de l’édit du préteur et donc attestent qu’il s’agissait d’un choix de l’auteur (ou du copiste) d’organiser son exposé selon des divisions internes.

50  Sperandio, 2007 ; Id., 2011.

51  Voir l’ample documentation rassemblée par Schröder, 1999, p. 93-159, pour les œuvres non juridiques ; cf. p. ex. la table des titres établie par Plin. N.h., praef. 33 : « quid singulis contineretur libris huic epistulae subiunxi » (comme précédent, Pline cite Valérius Soranus, qui vécut au tournant des iie et ier siècles av. J.-C. ; voir aussi Scrib. Larg. Comp., praef. 15) ; pour ce qui concerne la poésie, Mart. 13.3.7 : « addita per titulos sua nomina rebus habebis » atteste que les titres remontent à l’auteur lui-même.

52  Voir ci-dessous, § 8.

53  La liste intègre celle fournie par Schröder, 1999, p. 328 (où l’on trouve aussi quelques exemples des manuscrits de poésie). Pour d’autres attestations directes de la présence de titres dans les livres des juristes, voir ci-dessous § 10 ; en raison de leur état lacunaire, on ne peut dire si dans de tels témoins le titre (en rouge) fut précédé ou non du sigle R̷ . L’usage du sigle se trouve aussi dans deux témoins (du vie siècle) de la compilation justinienne, P. Oxy. XV 1814 (index d’une partie du 1er livre de la première édition du codex Iustinianus) et Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Pandette. Dans les commentaires tardo-antiques gréco-latins de contenu juridique, on rencontre le sigle R̷, le plus souvent dans l’apparat marginal, dans P. Ant. III 152 ; P. Ant. III 153 ; P. Vindob. L 110 recto (texte en cours d’édition pour le projet Redhis, par M. Fressura, édition à laquelle je renvoie pour l’interprétation du sigle ; cf. Ammirati, 2017).

54  Crawford, éd., 1996, I, n° 1.

55  Voir ci-dessus, 252-255. Quant aux edicta juridictionnels, la division en tituli de l’édit post-hadrianique est attestée p. ex. par Gai. 4.46 : « formulae, quae sub titulo de in ius vocando propositae sunt ». Autres sources dans Domingo, 1991. Toutefois, la présence des titres (même si le terme n’est pas employé, parfois remplacé par caput) paraît présupposée par des expressions telles que celles utilisées par Cic. Fam. 3.8.4 ; Att. 6.1.15 ; II In Verr. 3.26, où le contenu est indiqué sous la forme (p. ex.) Edictum de professione.

56  L’attestation directe est fournie par le P. Mich. VII 456 + P. Yale inv. 1158r. Aussi, les sources littéraires (ci-dessus § 5, a et b), qui montrent qu’il faut considérer les rubricae comme un trait identitaire des livres des juristes déjà consolidé au ier siècle apr. J.-C., rendent plausible que leur adoption remontait à une période antérieure.

57  Que les libri Iuris civilis de Q. Mucius aient été organisés par titres est considéré comme certain par Lenel, 1889, I, p. 757-762 et Bremer, 1896, I, p. 69-103. À propos des capita, voir ci-dessus, p. 244.

58  J’anticipe ici certains témoignages tardo-antiques (voir également ci-dessous, § 8 et 10) qui confirment la présence de titres dans le commentaire d’Ulpien sur l’édit : a) Coll. 2.4 et 12.7 : « Ulpianus libro XVIIII Ad Edictum sub titulo si fatebitur iniuria occisum esse, in simplum » ; b) Coll. 7.3 : « Ulpianus libro VIII Ad Edictum sub titulo si quadrupes pauperiem dederit » ; c) Sch. Sin. XIII 35 : « τοῦτό σοι ἐσημειωσάμην καὶ ἐν τῇ λβ΄ παραγραφῇ τοῦ de in integrum restitutione τῶν α΄ (πρώτων) Ulpiani ». Voir également Joh. Diac. In Heptat. (Paris, Bibliothèque nationale de France, Par. Lat. 12309, f. 48v, xe siècle) : « Ulpianus liber[!] Ad Edictum sexto qui pro aliis ne postulent titulo sexto sic refert » ; la citation provenait d’un écrit apologétique de Pacatus (probablement à identifier à Latinius Drepanius Pacatus, l’auteur du Panégyrique de Théodose) contre Porphyre de Tyr, datable de la fin du ive siècle ou du début du ve siècle, qui était inséré dans la chaîne exégétique de Jean Diacre (vie siècle). Pour le texte, von Harnack, 1921, p. 275 ; cf. Becker, 2016, p. 404.

59  Font en revanche référence aux titres de l’édit : Ulp. 6 Ad ed. D. 3.1.1 ; Ulp. 11 Ad ed. D. 4.1.1 ; Ulp. 26 Ad ed. D. 12.1.1.1 ; Ulp. 40 Ad ed. D. 37.5.1 ; Ulp. 40 Ad ed. D. 37.6.1 ; Ulp. 55 Ad ed. D. 39.4.1.1 ; Paul. 63 Ad ed. D. 43.1.2.3 ; Ulp. 71 Ad ed. D. 43.23.1.1 ; Ulp. 71 Ad ed. D. 43.25.1.1. Le fait que dans nombre de ces passages le juriste se sert d’un déictique (« hic titulus » ; « sub hoc titulo ») indique néanmoins que les titres de l’édit étaient aussi intégrés aux œuvres jurisprudentielles. Une attestation de la présence des titres dans les œuvres édictales est fournie de façon générale par Justinien, dans la constitutio Omnem, 1.

60  Les trois témoignages les plus anciens sont des volumina : P. Mich. VII 456 + P. Yale inv. 1158r (ier-début iie siècle) ; P. Fay. 10 + P. Berol. inv. 11533 a + b (iiie siècle) ; P. Oxy. XVII 2103, Gaius, Institutiones (iiie siècle).

61  Ce témoignage n’est pas pris en compte par Sperandio, 2011. Cf. également Gell. 11.18.12 (mais le titulus pourrait être ici le titre d’ensemble d’un liber De furtis de Sabinus).

62  Sperandio, 2011, p. 375 ; l’auteur admet que les écrits Ad edictum étaient pourvus de tituli déjà à l’époque classique (ce qui, entre autres, contredit son argument, puisque Ulpien ne se réfère pas aux tituli y compris lorsqu’il cite des œuvres Ad edictum).

63  Le phénomène a été signalé par Jörs, 1903, c. 1470-1471. Cf. Honoré, 20022, p. 129 : « In general, book citations before Ulpian are rare ».

64  La liste des cas se trouve dans Fitting, 1908, p. 17, qui partage l’observation de Jörs. Afric. 8 Quaest. D. 46.3.39 (« Mela libro decimo scribit ») mentionne le livre, mais omet le titre de l’œuvre. On ne peut pas décider à laquelle de ces deux catégories attribuer Nerat. 2 Membr. D. 12.4.8 (« Servius in libro De dotibus scribit »), étant donné que la référence renvoie à un liber singularis.

65  Une précision analogue se rencontre dans les diplômes militaires, dont les copies étaient délivrées aux intéressés : les diplômes citaient avec précision le document d’archive dont ils étaient tirés. Voir p. ex. CIL XVI, 14, de Salone, Dalmatie. Sur la forme des diplômes, voir Eck, 2003, en partic. p. 57.

66  Sur l’ajout des éléments paratextuels dans le processus de copie et l’usage, voir ci-dessous, § 9.

67  La scriptio inferior est du ive ou du ve siècle ; pour la datation constantinienne du recueil, voir chap. I. Un aperçu synthétique sur la mise en page de cette œuvre se trouve dans Mommsen, 1860, p. 390.

68  Dans le manuscrit de Florence du Digeste l’initiale du nom du juriste dans l’inscriptio est en ekthesis (sur ce précieux codex, voir Baldi, 2010). Toujours à propos de la mise en page d’un recueil, mais concernant des constitutions, il n’est pas hors de propos de rappeler que dans les fragmenta Londinensia du Gregorianus (ve siècle) l’inscriptio avec le nom des empereurs dépasse en ekthesis (on y trouve aussi une ligne d’écriture capitale à l’encre rouge avec le sigle R(ubrica)) : Corcoran et Salway, 2012.

69  Le nom du juriste était probablement écrit à l’encre rouge, aujourd’hui effacée. Lenel, 19273, p. 453, reçoit comme rubrique édictale le titre de Fr. Vat. 91 (XLIII, 245.3), tandis qu’il n’accepte pas les titres attestés dans les fr. 90 et 92, probablement parce qu’il les considère comme des partitions des ouvrages des juristes et non pas de l’édit.

70  Lenel, 1889, I, p. 1087, ne retient pas cette rubrique. Toutefois, en raison de l’importance du développement consacré par Paul à l’exceptio legis Cinciae (et, peut-on imaginer, aux autres exceptiones), s’il n’y avait pas eu de titres internes, il aurait été difficile de repérer les différentes exceptiones et les commentaires qui leur étaient consacrés.

71  Mommsen, 1860, p. 408.

72  Nonobstant Coll. 5.3 = Cod. Theod. 9.7.6, c’est-à-dire une constitution de Théodose Ier, qui paraît être un ajout tardif à un texte du début du ive siècle : voir pour une discussion critique Frakes, 2011, p. 53-58 ; Sperandio, 2011, p. 383, n. 106, est aussi favorable à la date la plus basse, entre 390 (ou 394) et 438.

73  La présence d’un titre « de agnatis » dans le texte même, et non pas dans l’inscriptio, est attestée pour « Gaius Institutionum libro III » (Coll. 16.2.9).

74  Il faut toujours prendre en compte la possibilité que certains titres aient été ajoutés ou supprimés au cours de la transmission du texte. Mais c’est un phénomène qui n’a rien à voir avec l’hypothèse (dépourvue de preuves) d’un ajout systématique.

75  Sur la nature de cet ouvrage, voir Bonzi, 2011.

76  La citation « Modestinus Regularum lib. III sub titulo de bonis libertorum et de testamentis » (FIRA II, p. 450) provient d’un autre manuscrit perdu (du Breviarium Alaricianum), édité par Pierre Pithou. Voir Liebs, 2002b, p. 106, n. 85.

77  Pour un aperçu de cette question, voir DCintio, 2013, p. 11-25.

78  Boeth. In Cic. Top. 2.4.19, p. 303 O. -B. Voir désormais la traduction et le commentaire par Stump, 1988, p. 64.

79  Krüger (éd.), 1878, p. 42-43.

80  Les titres rapportés dans la lex Romana Burgundionum coïncident avec ceux apposés aux Pauli Sententiae dans le texte transmis par la lex Romana Wisigothorum.

81  Sans cependant préjuger de la paternité de l’œuvre, que je suis par ailleurs enclin à attribuer à Paul. Voir supra, chap. I.

82  Voir d’autres exemples dans Krüger (éd.), 1878, p. 42-43.

83  Je me permets de renvoyer à l’étude spécifique que je leur ai consacrée : Mantovani, 2015, où est examiné aussi le Liber Gai transmis par la lex Romana Wisigothorum. Les témoins des Institutiones sont d’origine orientale (avec des doutes seulement pour le manuscrit de Vérone).

84  PSI XI 1182, fr. D, l. 2-3.

85  Le plus antique témoin gaïen, sous la forme d’un volumen (P. Oxy. XVII 2103, iiie siècle) ne permet pas des comparaisons significatives sur le paratexte, qui fait de même défaut aux endroits correspondants dans les deux témoins plus tardifs.

86  Avenarius, 2005, p. 159-160 ; Sperandio, 2011 : de l’idée que les tituli ont été insérés dans les œuvres des juristes seulement lors du passage au codex, cet auteur tire argument pour soutenir le caractère non classique de l’œuvre d’Ulpien.

87  Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Pandette, f. 6r-10v. La lectio du manuscrit, Tituli totius omnium Digestorum seu Pandectarum, est à corriger.

88  Cet exemple instructif est repris d’Avenarius, 2005, p. 150.

89  La didascalie est suivie de façon incongrue de la phrase « Moris sunt tacitus consensus populi longa consuetudine inveteratus », qui appartient au premier chapitre de l’œuvre, dédié aux sources du droit, et qui n’est pas indiqué parmi les titres de la liste.

90  Krüger, 1878, p. 3 ; cf. Avenarius, 2005, p. 159-160 ; Sperandio, 2011, p. 382.

91  Dans Coll. 16.4.2 la discussion porte sur la succession des agnati, qui manque en Ulp. 26.

92  Je ne me prononce pas sur les retombées que cette conclusion pourrait avoir sur la question de la paternité et la datation de l’œuvre. Cela étant, qu’une copie (partielle) du liber singularis Regularum d’Ulpien soit conservée par l’opuscule contenu dans le manuscrit Vat. Reg. Lat. 1128 ne me paraît pas à exclure. Sur cette question, en dernier lieu, avec une hypothèse différente, Mattioli, 2012, p. 98-100.

93  Pour la description, voir ci-dessus, p. 40-41.

94  Ulp., Ad Sabinum : fr. IX 25 : lib. XXXI, tit. i ; fr. XII 34 : lib. XXXV, tit. ii et iii. Paul. Ad Sabinum : fr. VIII 19 : lib. VII, tit. xxxv ; fr. XII 34 : lib. VII, tit. xxxiii. Pour Ulp. Ad edictum : fr. XIII 35 : tit. « de in integrum restitutione τῶν πρώτων ».

95  Il n’est toutefois pas sûr que « de stipulation[] » se réfère à un titre, et ne fasse pas au contraire partie du texte.

96  Un manuscrit médiéval du Code de Justinien (Wien, ÖNB, Cod. 2268) contient une partie en latin d’une constitution grecque perdue, non datée (probablement du même Justinien), qui reproduit deux extraits d’ouvrages de juristes, dont l’un conserve sa rubrique (C. 9.8.6.2 : « Marcianus libro primo De publicis iudiciis titulo ad legem Iuliam maiestatis »).

97  Ainsi Lenel, 19273, p. 474, n. 3 ; Krüger, 1912, p. 150, n. 71 ; contre, sans motivation, Sperandio, 2007, p. 440, n. 23. Mommsen propose d’émender la leçon de F comme suit : « Scaevola libro duodecimo Quaestionum <titulo> a quo fundus petetur si rem nolit ».

98  Il s’agit de deux interdits qui se trouvaient l’un à la suite de l’autre dans l’album (EP § 248.1-2) ; sur le choix de Lenel d’utiliser seulement l’un des deux titres, voir ci-dessus, p. 270, n. 69.

Table des illustrations

Titre Figure 4. Lex Puteolana parieti faciundo (105 av. J.-C.).
Crédits © Museo Archeologico Nazionale di Napoli.
URL http://books.openedition.org/lesbelleslettres/docannexe/image/207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 5. Commentarii Fratrum Arvalium.
Crédits Photographie : John Scheid – fouilles : École française de Rome.
URL http://books.openedition.org/lesbelleslettres/docannexe/image/207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 951k

© Les Belles Lettres, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540