Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les juristes écrivains de la Rome antique

 | 
Dario Mantovani

Épilogue

Volltext

1Dans les chapitres qui précèdent, trois portraits des juristes ont été présentés : on pourrait s’attendre à ce que le dernier soit celui du « juriste-juriste ». Le lecteur qui a parcouru cette galerie a certes compris que cette dernière figure n’est pas séparée des autres, mais en est plutôt la somme, et de bien d’autres encore.

2Notre propos a été, en procédant à des connexions entre des sources de natures diverses, de retrouver l’épaisseur de l’écriture des juristes, que la transmission lamentable des textes a souvent dissimulée. Cet itinéraire a révélé que le discours juridique était imprégné de philosophie, d’histoire, de réalisme expressif, mais aussi que chaque apport était transfiguré par un travail de réorganisation centré sur la question juridique à résoudre. Et c’est justement ce travail qui érigea la jurisprudence romaine en un domaine intellectuel à part, quoique bien lié à l’ensemble du champ littéraire. En bref, la pensée juridique transforme les éléments culturels dont elle se nourrit, chaque opération étant soumise au but d’argumenter les solutions à partir des choix de valeur.

3La question de laquelle nous sommes partis, s’il a existé à Rome une littérature jurisprudentielle, avait surtout une portée méthodologique. Étudier les juristes romains en tant qu’écrivains ne signifie pas perdre de vue le contenu technique de leurs pages, ni leur spécificité, mais s’approcher de ce contenu avec la conscience qu’il est transmis par l’écriture. Il est donc nécessaire de prendre en compte également la dimension littéraire des textes.

4Cela revient à dire qu’il faut intensifier l’application aux écrits des juristes des méthodes et des questions que les chercheurs sont habitués à poser aux œuvres de la littérature latine et qui sont souvent délaissées par ceux qui abordent ces œuvres à travers le filtre du Digeste : ce sont des questions qui touchent à la transmission du texte, à son établissement critique, à sa circulation, à sa langue, jusqu’à sa mise en page. Ces questions, entre autres, ne peuvent qu’intéresser qui cherche à s’approcher de façon réaliste des attentes des lecteurs antiques.

  • 1  Dans un domaine différent du droit romain, il faut saluer l’importante œuvre collective de Méniel (...)

5Replacer les œuvres des juristes dans le champ littéraire – où les Romains mêmes les situaient, tout en étant par ailleurs conscients de leur particularité – permet de trouver un équilibre (précaire et toujours à vérifier) entre la dimension technique – celle qui porte les juristes à élaborer leur forme spécifique de pensée – et les multiples connexions avec les autres univers de la culture antique. Ce n’est pas aujourd’hui que ces connexions ont été mises en lumière (ni même aux xixe et xxe siècles : les humanistes s’étaient déjà passionnés pour ce genre d’exploration). Il serait donc opportun de situer cette perspective dans l’histoire des études, tâche qui demanderait pourtant à son tour une recherche. Quelques remarques suffiront ici. Assurément, l’attention à la forme des œuvres est présente dans les enquêtes sur la personnalité des juristes qui, au moins à partir des années 1960, ont été conduites de façon soutenue, surtout en Italie et en Allemagne. Nombre de ces études se sont toutefois principalement intéressées aux aspects idéologiques et à la détermination du profil intellectuel (mais aussi de l’action politique) des juristes, moins aux œuvres en tant que telles1.

  • 2  Pernice, 1885, p. 443 : « wie sie gearbeitet sind und welche Begabung sich darin zeigt ».

6À ces orientations plus récentes, on doit ajouter, en tant que précédents directs, certaines tentatives (célèbres, même si elles sont restées presque isolées) de la fin du xixe siècle : il suffit de citer – emblématique aussi par son titre – l’essai d’Alfred Pernice, Ulpian als Schriftsteller, dédié « à l’analyse littéraire » des libri Ad edictum. Pour reprendre les mots de son auteur, ce type d’analyse des œuvres d’un juriste vise à déterminer « comment elles ont été élaborées et quel talent elles révèlent »2. Cette approche, conforme aux méthodes du positivisme philologique allemand de la seconde moitié du xixe siècle, était aussi alimentée par la grande édition du Digeste de Justinien complétée par Mommsen en 1870 et par la préparation du Vocabularium Iurisprudentiae Romanae, le vocabulaire des juristes romains classiques inspiré par Mommsen lui-même, tout de suite après la conclusion de l’édition critique du Digeste : deux entreprises qui révèlent précisément l’extension des méthodes philologiques et littéraires aux œuvres de la jurisprudence. Il suffit d’ailleurs de rappeler que quatre années après l’essai de Pernice la Palingenesia Iuris Civilis de Otto Lenel fut publiée, qui contribua – nous l’avons remarqué – à dépasser la dimension fragmentaire des écrits des juristes romains (qui se présentent épars dans le Digeste), permettant de percevoir, dans les limites du possible, leur nature unitaire, justement en tant qu’œuvres.

7Ce type d’études, s’il a eu des continuateurs remarquables, s’est par la suite affaibli : la cause peut-être principale de ce déclin fut l’émergence (justement dans les mêmes années) puis l’affirmation hégémonique d’une méthode qui mettait systématiquement en doute l’authenticité des textes des juristes tels qu’ils nous sont parvenus, et donc minait à la base la possibilité d’une analyse littéraire de ces mêmes textes. La méthode hypercritique ayant été dépassée par la plupart des historiens du droit (ce qui n’équivaut pas du tout à renoncer à la critique textuelle, mais bien au contraire à la pratiquer comme on la pratique pour tous les textes anciens), ce type d’analyse peut aujourd’hui s’appuyer sur un terrain plus favorable pour être poursuivi.

8Se demander si les œuvres des juristes étaient de la littérature signifie avant tout se demander quelles questions nous pourrions poser à ces textes, certaines déjà éprouvées, d’autres nouvelles, pour qu’ils puissent mieux nous révéler leurs contenus techniques, leur position dans l’horizon culturel, leur influence ; bref, pour que nous puissions mieux comprendre leur historicité, et ce qu’elles peuvent encore nous apprendre, justement grâce à leur distance.

Anmerkungen

1  Dans un domaine différent du droit romain, il faut saluer l’importante œuvre collective de Méniel (éd.), 2015, qui représente une tentative notable en vue d’examiner si « le discours du droit, quelque rigoureux qu’il soit, ne fait pas une place à tout un imaginaire qu’un œil littéraire pourrait débusquer ». Cela montre bien que ce genre d’analyse est désormais parvenu à maturité. L’ouvrage porte sur des auteurs qui ont été à la fois des écrivains avec une formation juridique ou des juristes qui ont pratiqué la littérature. En ce sens, la perspective suivie ici se présente de façon un peu différente, avec l’idée d’envisager le juriste comme un écrivain précisément quand il écrit du droit (et par la façon qu’il a d’en écrire).

2  Pernice, 1885, p. 443 : « wie sie gearbeitet sind und welche Begabung sich darin zeigt ».

© Les Belles Lettres, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540