Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les juristes écrivains de la Rome antique

 | 
Dario Mantovani

Avant-propos

Texte intégral

1Les œuvres des juristes romains se sont imposées en Europe, entre le xie siècle et le xixe siècle, comme des textes normatifs. Elles constituent un exemple unique – exception faite des Écritures saintes – d’un produit culturel qui non seulement a su acquérir un caractère de modèle, comme ce fut le cas pour Aristote, Cicéron et Galien, mais auquel on a aussi reconnu la force contraignante de réglementer la vie du présent. Jusqu’aux codes des xviiie et xixe siècles, le droit romain a généralement été appliqué comme droit commun en vigueur en Europe continentale ou, du moins, il y a constitué une référence incontournable, y compris en France, en dépit de la division entre pays de coutume et pays de droit écrit.

2La vitalité dont ont joui les contenus normatifs du droit romain n’a pas suscité, en revanche, une attention égale pour les œuvres des juristes de la Rome antique en tant que telles, c’est-à-dire comme des exemples inestimables de prose latine. C’est ce paradoxe qui a suggéré le thème de ce livre et le cycle de cours au Collège de France, à l’invitation de John Scheid, qui en constitue l’origine.

3La valorisation des œuvres des juristes a certes pâti de l’état fragmentaire dans lequel elles nous sont parvenues. Rédigés pour la plupart entre le iie siècle av. J.-C. et le iiie siècle apr. J.-C., les écrits des anciens jurisconsultes nous ont été transmis presque exclusivement à travers le Digeste de Justinien, une anthologie qui les a préservés au prix d’un appauvrissement brutal. Selon les calculs stichométriques opérés par le même Justinien, le Digeste ne contient que 5 % des textes juridiques circulant encore à son époque, au vie siècle apr. J.-C. (soit 150 000 sur 3 000 000 lignes, d’après les renseignements fournis par l’empereur dans la constitution Tanta/Δέδωκεν, 1). Et les textes qui avaient survécu ne représentaient qu’une partie de ceux que les juristes avaient écrits au cours des siècles et qui avaient disparu, remplacés par d’autres plus récents ou, tout simplement, oubliés.

  • 1  Sur le liber singularis Regularum d’Ulpien, aussi parvenu hors du Digeste, voir le chapitre IV.

4Plus grave encore, dans le Digeste les œuvres des juristes classiques ont éclaté en courts fragments, de sorte qu’il est difficile de recomposer leur physionomie originelle et de saisir l’esprit qui les animait. Les commissaires nommés par Justinien ont souvent éliminé les traces les plus vives du travail intellectuel des juristes, les controverses acharnées d’opinions, les références au passé, aux lois, aux rouages de la procédure. Seul un livre, les Institutes de Gaius, un manuel daté du iie siècle apr. J.-C., nous est parvenu presque intégralement, indépendamment du Digeste, dans un palimpseste du v-vie siècle retrouvé par Barthold Georg Niebuhr en septembre 1816, il y a tout juste deux cents ans1. Et précisément, les tournants, sinon les bouleversements, que la découverte d’un petit texte complet a imposés à la recherche et, par conséquent, à l’idée qu’on s’était faite jusqu’alors du droit romain – comme on le verra dans le dernier chapitre de ce livre –, montrent combien le caractère fragmentaire de la quasi-totalité des textes qui ont subsisté peut nuire à leur compréhension.

5Outre la pauvreté de la transmission textuelle, la conception – difficile à surmonter – qui identifie la littérature à la poésie ou aux œuvres d’imagination en prose fait également écran au désir de se plonger dans les livres des juristes. Par conséquent, dans les histoires modernes de la littérature latine, les œuvres des juristes romains sont d’habitude reléguées au rayon de la prose spécialisée, parmi les textes techniques, à côté des traités d’agriculture, de grammaire, de rhétorique, d’architecture, de médecine, d’art militaire, d’arpentage ou de sciences naturelles. Et tandis que, depuis quelques décennies, ce type de textes reçoit une attention croissante, les histoires de la littérature, et même les travaux spécialisés sur les « littératures techniques », n’hésitent pas à déclarer que, à cause du contenu, elles laissent volontiers l’explication des œuvres juridiques aux historiens du droit : un hommage empoisonné, qui prive ces derniers – l’auteur de ces pages en fait partie – du savant éclairage des latinistes.

  • 2  Voir respectivement Lejay, 1924, p. 24 et p. 26 ; Bardon, 1952, p. 34, qui précisait : « Les juris (...)

6Dans une histoire inachevée de la littérature latine, ébauchée il y a presque un siècle, Paul Lejay avait bien vu que « les premiers écrivains de Rome furent des législateurs et des juristes ». « Premiers » souligne leur primauté temporelle et leur fonction matricielle, donc la position éminente que le droit et son élaboration écrite ont prise dans le tissu culturel romain. « Le droit », se hasarde-t-il à dire, « réclame sa place au même titre que, dans la littérature grecque, la philosophie, dans la littérature française, la controverse religieuse du xvie et du xviie siècle. » S’il faut regretter que l’abbé Lejay n’ait pas pu mener à bien son étude, son jugement pénétrant demeure comme une invitation méthodologique à considérer les juristes sous l’angle du littéraire. Une perspective partagée par un autre savant, Henri Bardon : « Qui étudie les écrits que nous a laissés Rome, se doit de mentionner les écrivains du droit : sur leur austérité reposent parfois les grâces des autres ; et, au même titre que les autres, ils participent au travail d’une génération pour élaborer une culture. »2

7De fait, on est face à un paradoxe : une littérature aussi influente (dont les contenus concassés sont restés en usage aux époques médiévale et moderne) s’efface et devient presque invisible à nos yeux, comme si elle n’avait pas même fait partie du paysage littéraire romain. Comme si l’ombre dans laquelle le Digeste l’a engloutie au vie siècle l’avait recouverte dès l’origine. D’où notre question, qui pourrait se formuler ainsi : une littérature juridique romaine a-t-elle existé ?

8Cette question n’appelle pas une réponse nominaliste, un simple « oui » ou « non ». Avant tout, elle nous invite à enquêter sur les idées des Anciens, sur leur point de vue. Comme nous le verrons, les Romains avaient une conception étendue et graduée du champ littéraire. Au centre se trouvaient les textes qui adoptaient pleinement les règles de l’elocutio, du style. Mais dans un monde caractérisé par l’omniprésence de la rhétorique, comme l’était le monde romain, les préceptes de l’art oratoire étaient appliqués à des degrés très variables. Entraient donc aussi dans le champ littéraire des écrits plus éloignés du centre et recourant dans une moindre mesure aux ressources de la rhétorique, sans y renoncer totalement. En outre, des facteurs sociaux contribuaient tout autant que le style à l’appartenance de ces genres d’écrits à la littérature, ainsi le niveau attribué à leur contenu dans la hiérarchie des savoirs civiques ou encore la position sociale des auteurs. Cet ensemble de facteurs situait les écrits des juristes romains à l’intérieur du champ littéraire.

9Mais, répétons-le, il ne s’agit pas d’appliquer des catégories, d’inclure ou d’exclure pour le seul goût de briser des clichés. La différence entre un discours de Cicéron et un commentaire d’Ulpien paraît évidente (une rapide confrontation, au chapitre I, suffira à la rendre manifeste). Soustraire les œuvres des juristes aux préjugés modernes ne signifie pas exagérer dans le sens opposé. Mais c’est précisément le fait d’inclure des genres divers au sein du même espace qui permet de les confronter, d’en mesurer les différences et tout ce qu’ils ont en commun, en retrouvant les connexions intertextuelles.

10La question « une littérature juridique romaine a-t-elle existé ? » a donc surtout une valeur méthodologique. Replacer les œuvres des juristes dans l’espace littéraire signifie – pour le dire en une phrase – intensifier l’application aux écrits des juristes des méthodes et des questions auxquelles les chercheurs ont l’habitude de soumettre les œuvres de la littérature latine. Pour ce livre, de nombreux aspects ont été interrogés dans cette perspective, depuis la transmission du texte, son établissement et sa langue, jusqu’à la mise en page, très éloquente pour qui cherche à approcher un produit culturel de la façon la plus réaliste possible. Étudier les juristes comme des écrivains, et leurs œuvres comme une littérature, ne signifie pas perdre de vue le contenu technique, mais appréhender ce contenu avec la pleine conscience qu’il nous est transmis par l’intermédiaire de l’écriture, et donc que leur dimension littéraire doit être prise en compte.

11Notre enquête essaie de montrer, essentiellement par des rapprochements établis entre des sources de nature diverse, l’épaisseur de cette écriture, que la transmission déplorable des textes risque souvent de cacher. Les œuvres des juristes sont le lieu où de nombreux apports culturels et une multiplicité de formes convergent dans l’acte double d’une élaboration des règles et de leur communication : un lieu à la frontière entre la pratique et la mise en forme littéraire, témoin et instrument d’une technique efficace pour régler les conflits sociaux.

12Le juriste « philosophe », le juriste « historien », le juriste « enseignant » sont trois manifestations (parmi d’autres) de cette pluralité. Les chapitres II, III et IV s’articulent respectivement autour de ces trois figures et s’appuient sur certaines pages exemplaires des iuris consulti.

13Comme tous les grands écrivains, les juristes romains personnifient le miracle épuisant de la transformation de la réalité par le langage. Leur travail ne devient visible, pour nous, que dans les textes. En revenant à l’image de la littérature invisible, notre ouvrage est donc une invitation à remettre en lumière cet héritage intellectuel de l’Antiquité.

Remerciements

14Le chapitre introductif et les trois « tableaux » que j’ai choisis pour définir succinctement les juristes romains en tant qu’écrivains correspondent aux quatre conférences que j’ai données au Collège de France en avril 2013, à l’invitation de John Scheid. Son soutien aussi discret qu’efficace est à la base de ce livre : je lui exprime ma plus profonde gratitude. Les conférences ont été révisées et approfondies pour la publication, mais l’empreinte originale en a été gardée, car la présence d’un auditoire plus large que les historiens du droit m’a poussé à exprimer la nature de cette littérature d’une façon plus directe et synthétique. C’est donc une tentative d’expliquer, en premier lieu à moi-même, la secrète élégance de cette prose qui lui a valu, au fil des siècles, des lecteurs de toute sorte, y compris le promoteur du Collège, Guillaume Budé.

15Ce volume représente aussi, à mes yeux, le symbole de l’amitié nouée avec plusieurs savants français, nourrie au cours de rencontres répétées à Paris et à Pavie. L’accès à leur horizon de travail et d’humanité a été pour moi un véritable don. Parmi eux, outre John Scheid, je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance à Jean-Louis Ferrary, qui a lui aussi relu tout le manuscrit, à Michel Humbert et à Jean-Michel David. À leurs noms, j’associe celui d’un ami disparu, mais toujours présent, Yan Thomas.

16Je dois à la générosité inépuisable et à la compétence d’Hélène Ménard la révision du texte français, élaboré au fil d’un vrai dialogue, ce dont il a profité bien au-delà de la forme. Je lui adresse mes vifs remerciements.

Notes

1  Sur le liber singularis Regularum d’Ulpien, aussi parvenu hors du Digeste, voir le chapitre IV.

2  Voir respectivement Lejay, 1924, p. 24 et p. 26 ; Bardon, 1952, p. 34, qui précisait : « Les juristes n’ont pas de place dans une histoire de la littérature. Mais ce serait fausser les perspectives, que de ne pas rappeler leur existence et leur labeur. »

© Les Belles Lettres, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540