Version classiqueVersion mobile

Histoire du texte d’Eschyle

 | 
André Wartelle

Chapitre XI. Le commentaire de Didyme

Texte intégral

« Dans l’histoire littéraire, les œuvres perdues comptent autant que les autres, si ce n’est plus ! »
A. Dain, le 9 mai 1962.

  • 1 Sur Didyme, voir L. Cohn, art. Didymos, n° 8, RE V, 1905, col. 445-472. Les fragments de Didyme son (...)
  • 2 Souda, s.v. Δίδυμος, éd. A. Adler, t. 2, 1931, p. 81, n° 872 : ... Χαλϰέντερος ϰληθεὶς διὰ τὴν περὶ(...)
  • 3 Ce chiffre est probablement repris par l’auteur de cette notice à Athénée, IV, p. 139 c, éd. G. Kai (...)

1Au cours du ier siècle avant J.-C. se place, à Alexandrie, la carrière de Didyme1 : il fut, selon la Souda 2, contemporain de Cicéron et d’Antoine et vécut jusque sous Auguste. Son inlassable activité littéraire lui avait fait donner le surnom de Chalcentère, « l’homme aux entrailles d’airain », à cause de son extraordinaire endurance au travail philologique et de son « assiduité sur les livres », comme dit le même Lexique, qui lui attribue plus de trois mille cinq cents ouvrages3. Il écrivit des commentaires à Homère, à Hésiode, à Pindare et à Bacchylide, aux poètes tragiques et comiques, aux orateurs attiques, sans compter des lexiques et des ouvrages de grammaire et d’histoire.

  • 4 Wilamowitz, Einletiung..., p. 166-167. Déjà H. Schrader, De notatione critica a veteribus grammatic (...)
  • 5 Il s’agit d’un papyrus conservé à Berlin (inv. n° 9780), édité par H. Diels et W. Schubart, Didymos (...)
  • 6 Pour Aristophane, voir P. Boudreaux, Le texte d’Aristophane, p. 93 ; pour Pindare, voir J. Irigoin, (...)
  • 7 Boudreaux, Le texte d’Aristophane, p. 94.
  • 8 Voir supra, p. 143-161.

2Wilamowitz supposait que Didyme avait aussi édité les textes qu’il commentait4 : au lieu d’écrire un ὑπόμνημα, c’est-à-dire un commentaire suivi, il aurait donné à ses explications la forme de scholies, et fait ainsi en même temps œuvre d’éditeur. La découverte du Commentaire sur Démosthène sur un papyrus d’Hermoupolis Magna5 a montré que cette hypothèse était sans fondement : il s’agit bien d’un commentaire suivi, non d’une édition commentée ; d’ailleurs, l’étendue d’un tel travail n’aurait pas permis de lui donner la forme de scholies marginales. L’examen des scholies de Pindare et d’Aristophane6 conduit à une conclusion analogue. Il en va de même pour les Tragiques, et si, à l’occasion, Didyme a traité, comme tout commentateur, de critique verbale, il l’a fait dans son commentaire même : ses remarques critiques n’impliquent pas qu’il ait, au sens propre, établi une édition dont, au surplus, aucune trace ne subsiste. « Didyme, commentateur passionné, écrit P. Boudreaux7, ne semble jamais avoir délaissé le commentaire pour l’édition. » Le texte qu’il utilise, pour Eschyle comme pour les autres écrivains, est celui de la vulgate alexandrine qui, en définitive, remonte aux travaux d’édition d’Aristophane de Byzance8.

  • 9 Dans la liste qu’il donne des ouvrages de Didyme, M. Schmidt (op. cit., p. 12 ; cf. p. 140-141) met (...)
  • 10 L’édition des scholies d’Eschyle par G. Dindorf (531 pages de scholies, en excluant l’index) donne (...)
  • 11 Le nom de Didyme apparaît, en revanche, soixante-quatorze fois dans les scholies de Pindare, neuf f (...)

3Que Didyme ait écrit un commentaire de l’œuvre d’Eschyle, nous n’en avons à dire vrai aucun témoignage direct9. Le corpus des scholies de ce poète est relativement peu abondant10 et il est tout à fait remarquable que le nom de Didyme n’y apparaisse jamais : peut-être est-ce même le fait le plus étonnant de toute l’histoire ancienne du texte d’Eschyle11.

  • 12 Athénée, cite les commentaires de Didyme aux Ἆθλα d’Achéos d’Érétrie (XV, p. 689 b, éd. G. Kaibel, (...)

4Malgré cette absence de témoignages, nous n’en sommes point réduits à tout ignorer de l’intérêt porté à Eschyle par Didyme. En premier lieu, on ne saurait en tirer argument pour mettre en doute l’existence d’un tel commentaire, précisément parce que, en pareil cas, le silence des sources est un indice favorable : de fait, si vraiment Didyme, qui a commenté l’ensemble des auteurs anciens et même des poètes tragiques dont l’œuvre n’a pas été conservée12, avait délibérément exclu Eschyle de ses travaux, il est sûr que nous ne manquerions pas d’indications sur cette exception extraordinaire.

  • 13 P. Boudreaux, Le texte d’Aristophane, p. 107-119.
  • 14 J. Irigoin, Histoire..., p. 71-74.
  • 15 Scholie au vers 657 des Perses, éd. Dindorf, p. 85, 3 dans les scholia vetera et p. 476, 31, dans l (...)
  • 16 Scholie au vers 1 des Perses, éd. Dindorf, p. 71, 5 et 7-8.
  • 17 Les mêmes formules anonymes ἔνιοι, τινὲς ou encore οἱ ὑπομνηματισάμενοι se retrouvent dans les scho (...)

5Bien plus, dans les scholies mêmes, on peut retrouver ici ou là quelques indices de l’intervention du grammairien dont la méthode exégétique est assez bien connue : elle a été clairement mise en lumière par P. Boudreaux à propos d’Aristophane13 et par J. Irigoin à propos de Pindare14. Didyme, homme de cabinet et grand travailleur, a beaucoup lu : il connaît les travaux de ses devanciers et les cite volontiers. Il est vrai que dans les scholies d’Eschyle on ne trouve le nom d’aucun grammairien alexandrin, à l’exception de celui d’Euphorion15 ; mais la scholie au vers 1 des Perses porte l’indication générale οἱ ὑπομνηματισάμενοι, et un peu plus bas οἱ δὲ ἄλλως ὑπομνηματισάμενοι16 : cette façon d’opposer certains commentateurs à d’autres est bien dans la manière de Didyme, et l’on peut sans risque grave d’erreur lui attribuer cette scholie. Ailleurs on trouve, dans un sens analogue, des désignations vagues : ἄλλοι δὲ οὕτως φασί (schol. Sept., 177, éd. Dindorf, p. 321, 10), τινὲς δὲ... ἕτεροι δὲ (schol. Sept., 584, éd. Dindorf, p. 366, 7 et 9), οἱ μὲν... οἱ δὲ (schol. Pers., 132, éd. Dindorf, p. 433, 30-31), le plus souvent τινες (par exemple : ὥς τινές φασιν : Schol. Prom., 171, éd. Dindorf, p. 194, 3) ; parfois même sont mentionnés les livres et les mémoires : ἔνια τῶν ἀντιγράφων (schol. Pers., 237, éd. Dindorf, p. 443, 27), ἔν τισι των βιϐλίων (schol. Pers., 297, éd. Dindorf, p. 448, 32-33), ἐν πολλοῖς ϰαὶ ϰαλοῖς βιϐλίοις (schol. Pers., 637, éd. Dindorf, p. 475, 30), ἐν πᾶσι τοῖς παλαιοῖς βιϐλίοις (schol. Pers., 188, éd. Dindorf, p. 438, 30-31). On regrettera de ne pas en savoir davantage sur ces livres anciens et d’excellente qualité, et l’on ne croira même pas trouver dans toutes ces mentions des bribes du travail de Didyme (surtout dans celles que nous lisons seulement dans les scholia recentiora) : on reconnaîtra cependant, dans cette façon de présenter les explications de prédécesseurs, une habitude de ce grammairien, et l’on soupçonnera sur de telles scholies au moins l’influence de ses travaux, si l’on ne peut être sûr d’en retrouver là des fragments17.

  • 18 D’après l’index de l’édition de Dindorf, les seules scholies anciennes (c’est-à-dire celles du manu (...)
  • 19 P. Boudreaux, Le texte d’Aristophane, p. 107.
  • 20 Andron d’Halicarnasse : scholie à Pers., 185, éd. Dindorf, p. 76, 13 dans les scholies anciennes et (...)
  • 21 Hellanicos de Lesbos : scholie à Pers., 717, 768, 776, éd. Dindorf, p. 85, 28 ; 86, 29 et 87, 9 dan (...)
  • 22 Domitios Gallistratos : scholie à Pers., 938, éd. Dindorf, p. 90, 8 dans les scholies anciennes et (...)
  • 23 Mnaséas : scholie à Pers., 745, éd. Dindorf, p. 86, 18 dans les scholies anciennes et p. 484, 6 dan (...)

6Malgré l’insuffisance de ces indications trop vagues, il est indéniable que les scholies d’Eschyle présentent des traces d’exégèse alexandrine, par exemple dans les citations de poètes, et en particulier d’Homère et d’Eschyle lui-même18, et plus encore peut-être dans les mentions d’historiens : parfois le scholiaste fait appel à leur autorité pour donner tel ou tel détail à propos duquel il semble vouloir apporter une précision au texte du poète tragique ! Or, c’est bien là un trait caractéristique de l’esprit dans lequel travaille Didyme : « Tenant les auteurs qu’il commentait pour matière à érudition, écrit P. Boudreaux19, il les traitait sans tendresse. On sait la malveillance dont il poursuivait Euripide : Aristophane même n’a pas trouvé grâce devant lui. » Assurément, Eschyle ne mérite pas une telle sévérité, mais, à cause de la prédilection de Didyme pour les historiens, dans lesquels il trouve des garants de ses explications, on ne risque guère de se tromper en lui attribuant les citations d’Andron d’Halicarnasse20, d’Hellanicos de Lesbos21, de Domitios Callistratos22 ou de Mnaséas23 qu’on trouve dans les scholies des Perses.

  • 24 Hérodote : scholie à Pers., 151, 466, 717, 150, 467, éd. Dindorf, p. 75, 26 ; 82, 9-10 ; 85, 27 dan (...)

7On peut proposer la même attribution en ce qui concerne les citations d’historiens dont l’œuvre nous est parvenue, car on trouve aussi les noms d’Hérodote, de Thucydide et de Xénophon dans les mêmes scholies des Perses 24. On notera cependant que de tels emprunts sont par eux-mêmes moins caractéristiques des habitudes d’esprit de Didyme : comme il s’agit en effet d’auteurs dont l’œuvre a été conservée intégralement, il est évident que n’importe quel grammairien à n’importe quelle époque a pu faire appel à eux dans une explication d’Eschyle, tandis que la recherche du plus grand nombre de témoignages anciens, même chez les historiens les moins lus, correspond davantage au souci de Didyme d’approcher toujours plus la vérité historique en accumulant dans ce sens le plus possible de citations.

  • 25 Éd. Dindorf, p. 21, 10-11. Il convient d’ailleurs de noter que c’est le poète qui a raison contre l (...)
  • 26 Éd. Dindorf, p. 27, 12 et p. 30, 20.

8Parfois, sans se référer à aucun historien, le scholiaste donne l’impression de vouloir corriger le poète, comme c’est le cas pour certains passages du Prométhée : ainsi, au vers 411, il est question de « tous ceux qui habitent le sol voisin de l’Asie sacrée », et le scholiaste note : ἀναχρονισμός · οὔπω γὰρ ἦν ἐποιϰισθεῖσα τοῖς Ἕλλησιν ἡ Ἀσία25. Aux vers 669 et 846, sont également indiqués deux autres anachronismes 26. Dans cette tendance à rechercher à tout prix l’exactitude historique à l’encontre de l’expression poétique, il est permis de soupçonner une trace des explications de Didyme sur le texte d’Eschyle.

  • 27 Éd. Dindorf, p. 73, 25-27.
  • 28 « O Terre, éloigne-le » : c’est Io qui supplie d’être délivrée du taon qui la poursuit.
  • 29 Éd. Dindorf, p. 25, 14-17. La leçon ἄλευ’, ἆ δᾶ est acceptée par P. Mazon, t. I, p. 181, et par G. (...)

9De même, on sera tenté de lui attribuer diverses remarques de critique verbale, en particulier quand ces remarques, tout en citant des interprétations de grammairiens antérieurs, distribuent le blâme ou l’éloge. Ainsi, au vers 80 des Perses, à côté de l’expression χρυσονόμου γενεᾶς, on lit27 : νῦν τῆς πλουσίας. Τινὲς γὰρ ἀνέγνωσαν χρυσογόνου διὰ τὸ τὸν Περσέα ἀπὸ χρυσοῦ γεγεννῆσθαι · ὃ ϰαὶ βέλτιον. D’autre part, au vers 568 de Prométhée, où, en face de la leçon ἄλευ’, ἆ δᾶ,28 la scholie indique29 : γράφεται Ἀλευάδα πατρωνυμιϰῶς ἀπὸ τοῦ Ἀλεύας. Ἢ ὃν δεῖ φυλάξασθαι. Τινὲς οὕτως, ἄλευ ἆ δᾶ · ἄλευ, ἀναχώρει, ἔϰϰλινε · τὸ δὲ ἆ δᾶ, ὦ γῆ. Οἱ γὰρ Δωριεῖς τὴν γῆν δῆν ϰαὶ δᾶν φασιν, ϰαὶ τὸν γνόφον δνόφον.

  • 30 On peut noter que P. Perdrizet attribue à Didyme la scholie au vers 808 des Perses (éd. Dindorf, p. (...)
  • 31 Scholie à Euripide, Andromaque, 1, éd. E. Schwartz, t. II, p. 247, 10 s. Pour l’attribution à Didym (...)
  • 32 Mette fr. 247, p. 88 = Nauck fr. 267, p. 86.
  • 33 Voir supra, p. 56. Scholie à Aristophane, Grenouilles, 1028, éd. F. Dübner, p. 303-304. Voir Schmid (...)
  • 34 Scholie à Aristophane, Grenouilles, 704, éd. F. Dübner, p. 296 : Δίδυμός φησι παρὰ τῷ Αἰσχύλῳ. Ἔστι (...)
  • 35 Papyrus de Berlin, inv. n° 9780, édité par H. Diels et W. Schubart, dans les Berliner Klassikertext (...)
  • 36 Plutarque, Vie de Thésée, 29, 4-5, p. 14 a-b.
  • 37 P. Foucart, Étude sur Didymos d’après un papyrus de Berlin, Mémoires de l’Académie des Inscriptions (...)
  • 38 Scholie à Euripide, Phéniciennes, 751, éd. E. Schwartz, t. I, p. 328, 1-3.
  • 39 Voir supra, p. 61.

10Mais on ne saurait poursuivre très avant ce genre de recherche : les scholies d’Eschyle sont beaucoup trop discrètes pour qu’il soit jamais possible, à partir d’elles, ni de reconstituer le commentaire de Didyme, ni même d’en reconnaître de nombreux éléments30. En revanche, on peut trouver ailleurs quelques fragments des travaux de Didyme où revient encore le nom d’Eschyle. Ainsi, sa manie d’accumuler les témoignages lui a fait attribuer les explications historiques données dans la scholie au vers 1 d’Andromaque 31, dans laquelle sont mentionnés Dicéarque, Philéas, Théopompe, et aussi, parmi eux, « quelques-uns, ἔνιοι, comme Eschyle », avec une citation de deux vers tirés des Phrygiens 32. D’autre part, la scholie au vers 1028 des Grenouilles, nous l’avons vu33, donne sur la double recension des Perses les explications de plusieurs érudits, Chaeris, Hérodicos, Ératosthène, et ces explications sont ensuite reprises par Didyme sous une forme abrégée. Une autre scholie des Grenouilles, celle du vers 704, signale un lapsus de Didyme, qui attribue à Eschyle un vers que le scholiaste postérieur restitue à Archiloque34. On notera encore que dans le Commentaire sur Démosthène Didyme cite un vers d’Eschyle35 que les éditeurs ont attribué avec la plus grande vraisemblance aux Éleusiniens, d’après un texte de Plutarque qui en expose le contexte le plus probable36. Dans l’étude qu’il fait du papyrus, P. Foucart écrit : « Il est surprenant que Didyme n’ait pas indiqué le titre de la tragédie, comme il l’a fait pour les six autres pièces citées dans son commentaire »37. En réalité, l’explication en est peut-être simplement une défaillance de mémoire ou une négligence de Didyme, car les six autres pièces sont les Ποιμένες de Sophocle, les Oiseaux et les Grenouilles d’Aristophane, le Λιθογλύφος de Philémon, les Ἥρωες et les Ἰϰάριοι de Timoclès, et il est probable que les Éleusiniens d’Eschyle étaient aussi bien connus que les comédies de ces deux derniers auteurs. Enfin, la scholie au vers 751 des Phéniciennes 38nous montre que Didyme avait relevé, dans son commentaire de cette pièce, un trait de critique dramatique adressé très clairement par Euripide à Eschyle ; chez Euripide en effet, quand il prend ses dispositions de combat, Étéocle déclare : « J’opposerai les chefs en nombre égal aux ennemis. Mais donner le nom de chacun d’eux demanderait beaucoup de temps, alors que l’ennemi est en position au pied même des remparts ». Nous avons déjà observé que cette pointe dirigée par Euripide contre une longue scène des Sept contre Thèbes 39supposait que cette pièce était présente à l’esprit des spectateurs des Phéniciennes ; l’intérêt de la scholie est de nous montrer que cette attitude d’Euripide vis-à-vis d’Eschyle n’avait pas échappé au commentateur.

  • 40 M. Schmidt, Didymi... fragmenta, p. 82-111.
  • 41 Voir la liste dans l’index de H.J. Mette, p. 277-279.
  • 42 M. Schmidt, op. cit., p. 93.

11La dernière trace des travaux de Didyme sur notre poète doit être recherchée dans son ouvrage intitulé Λέξις τραγιϰή. Les fragments de ce Vocabulaire tragique ont été réunis par M. Schmidt40. Ils sont pour la plupart empruntés au Lexique d’Hésychius, qui a recueilli la plus grande partie de l’œuvre lexicologique de Didyme. Mais si l’on peut, sans gros risque d’erreur, faire remonter à Didyme l’essentiel des renseignements qu’Hésychius nous donne sur la langue et le texte d’Eschyle41, il reste que notre information actuelle ne nous permet pas de faire le départ entre ce qui vient à coup sûr de Didyme et ce qui éventuellement viendrait d’autres grammairiens. Or, dans les fragments réunis par Schmidt, le nom d’Eschyle n’apparaît pour ainsi dire pas : on n’y trouve que quelques allusions vagues ici ou là. Schmidt observe42 que dans le lexique de Didyme tel qu’on peut aujourd’hui s’en faire une idée, les mots de Sophocle sont de loin les plus nombreux et que les mentions d’Euripide sont relativement rares, tandis qu’Eschyle semble tenir le milieu. Il explique ce fait en disant que, parmi les poètes tragiques, Sophocle est celui que Didyme préfère, alors qu’il ne paraît pas avoir eu une sympathie très vive pour Euripide. A cette explication tout à fait juste, on peut en ajouter une autre : c’est que, d’une façon assez générale, le vocabulaire d’Euripide est plus simple, plus courant, plus familier, en un mot moins savant que celui de ses deux prédécesseurs ; il offrait donc moins de prise aux dissertations érudites d’un Didyme. On comprend dès lors qu’entre Sophocle et Eschyle, la préférence se soit le plus souvent portée sur Sophocle, dont le succès a toujours été plus grand, peut-être en raison de ses côtés plus humains.

  • 43 Le P. Oxy., 2506, du iie siècle après J.-C., dont la publication, assurée par D.L. Page en 1963, oc (...)

12On peut, en guise de conclusion, s’étonner que dans l’œuvre actuellement connue d’un commentateur aussi fécond que Didyme ne se retrouvent que de si médiocres vestiges de ses travaux sur Eschyle. Même si l’on admet que l’essentiel de nos scholies anciennes remonte en définitive à son commentaire, on n’en est que plus sévère pour la pauvreté de ce qui en reste : ici ou là quelques indications historiques ou précisions géographiques (qui d’ailleurs n’apprennent presque rien qu’on ne sache déjà d’autre part) ; mais point d’analyses littéraires ni de comparaisons significatives avec les autres grands poètes, si ce n’est de temps en temps quelques rapprochements de mots ; aucun jugement d’ordre esthétique ; et, en fait d’explications grammaticales, on ne voit le plus souvent que la traduction en prose banale d’expressions poétiques d’une grave énergie, propres sans doute à effaroucher des professeurs timorés, mais qui ne sont guère expliquées ni vraiment éclairées par de faibles transpositions toutes prosaïques. Pire encore : on ne retrouve même pas, dans nos misérables restes du commentaire de Didyme sur Eschyle, les précieux renseignements sur les travaux antérieurs, dont la masse donne tant de prix aux scholies de Pindare et d’Aristophane ; c’est que l’érudition de Didyme est en réalité proportionnelle au nombre des grammairiens et des savants qui l’ont précédé. Il est vrai que, de ce point de vue, l’œuvre d’Eschyle a été l’une des moins favorisées, et c’est assurément une excuse pour Didyme ; d’autre part, il ne faut pas oublier qu’il devait avoir commenté un nombre considérable de pièces autres que les sept qui ont traversé les siècles jusqu’à nous. Dans ces conditions, il n’est pas possible de porter un jugement équitable sur l’ensemble d’un travail dont on ne connaît que de pauvres fragments, et peut-être aurions-nous une heureuse surprise si un hasard exceptionnellement favorable nous mettait un jour en présence d’importants extraits d’un commentaire de Didyme sur telle ou telle tragédie perdue, comme on a retrouvé une part importante du Commentaire sur Démosthène : mais celui-là n’a sans doute été recopié au iie siècle que parce qu’il accompagnait une œuvre régulièrement étudiée dans les écoles43. Pour qu’on puisse retrouver dans des conditions analogues un commentaire de Didyme sur Eschyle, il faudrait, semble-t-il, qu’un centre d’enseignement ait porté à ce poète un intérêt particulier, et nous n’avons guère de témoignages sur ce point. Dès lors, il y a fort à craindre, par exemple, que les commentaires d’œuvres perdues ne soient eux-mêmes encore plus irrémédiablement perdus, tandis que les seuls restes importants des travaux de Didyme qui nous soient encore accessibles se trouvent disséminés çà et là, sous forme de brèves remarques, dans les scholies des tragédies conservées.

  • 44 Voir par exemple, pour Homère, Nicanor d’Alexandrie, qui vivait sous Hadrien (Souda, s.v. Νιϰάνωρ, (...)
  • 45 Scholie à Eschyle, Euménides, 189, éd. Dindorf, p. 135, 5-6 : ἀϰρωνία, λευσμόν] ϰαϰῶν ἄθροισις, ἢ λ (...)

13A partir du premier siècle de notre ère, il ne semble pas que le texte d’Eschyle ait jamais fait l’objet d’une explication systématique, et si, après Didyme, on voit encore plusieurs grammairiens annoter encore le texte d’Homère, de Pindare, d’Aristophane, ou même d’Apollonios de Rhodes44, on ne retrouve pas leur nom dans les scholies d’Eschyle. Seul Hérodien est cité dans la scholie au vers 189 des Euménides 45, où il est présenté comme l’auteur d’une glose.

  • 46 Par exemple, le nom du grammairien Apion se lit dans la scholie au vers 29 du Rhésos, éd. E. Schwar (...)
  • 47 On notera par exemple que l’Etymologicum Magnum et d’autres ouvrages étymologiques nous donnent, so (...)
  • 48 Il ne faut pas perdre de vue en effet que notre connaissance des drames perdus s’alimente aussi aux (...)

14Le commentaire de Didyme sur les trois poètes tragiques a été le dernier que l’antiquité ait connu : jusqu’à l’époque byzantine, il est resté le travail fondamental consacré à Eschyle, Sophocle et Euripide. Quand le témoignage d’un grammairien postérieur à Didyme apparaît dans les scholies46, il ne fait guère qu’apporter une précision sur un point de détail ; on ne saurait y voir l’extrait d’un commentaire sur les Tragiques47. Bien plus, c’est le travail de Didyme qui sera sans cesse repris par la suite et fera autorité dans le monde de l’enseignement, au point de devenir la source principale de nos scholies. Disons même pour finir qu’un certain nombre de renseignements anonymes qui nous sont transmis sur le texte d’Eschyle par les scholies d’autres auteurs peuvent également, le cas échéant, remonter pour une part à des travaux de Didyme48.

Notes

1 Sur Didyme, voir L. Cohn, art. Didymos, n° 8, RE V, 1905, col. 445-472. Les fragments de Didyme sont publiés par M. Schmidt, Didymi Chalcenteri grammatici Alexandrini fragmenta, Leipzig, 1854 (rééd. Amsterdam, 1964).

2 Souda, s.v. Δίδυμος, éd. A. Adler, t. 2, 1931, p. 81, n° 872 : ... Χαλϰέντερος ϰληθεὶς διὰ τὴν περὶ τὰ βιϐλία ἐπιμονήν · φασὶ γὰρ αὐτὸν συγγεγραφέναι ὑπὲρ τὰ τριαχίλια πενταϰόσια βιϐλία.

3 Ce chiffre est probablement repris par l’auteur de cette notice à Athénée, IV, p. 139 c, éd. G. Kaibel, t. I, p. 316, qui rapporte aussi le surnom de βιϐλιολάθας attribué à Didyme, comme s’il avait publié tant d’ouvrages qu’il ne parvenait plus à se les rappeler. Le même chiffre est donné par Hésychius de Milet : voir Müller, FHG, t. IV, p. 161, fr. 19 (les fragments du De his qui eruditione claruerunt liber d’Hésychius de Milet ne sont pas publiés par Jacoby). « Si l’importance littéraire des écrivains, observe A. Croiset, Hist. litt. gr., t. V, p. 303, se mesurait au nombre des ouvrages, Didyme serait peut-être le premier des écrivains grecs ».

4 Wilamowitz, Einletiung..., p. 166-167. Déjà H. Schrader, De notatione critica a veteribus grammaticis in poetis scaenicis adhibita, Bonn, 1864, p. 56, avait attribué à Didyme une édition des trois poètes tragiques. Susemihl, Gr. Litt. Alex., t. II, p. 201, reprend l’hypothèse de Wilamowitz.

5 Il s’agit d’un papyrus conservé à Berlin (inv. n° 9780), édité par H. Diels et W. Schubart, Didymos-Kommentar zu Demosthenes, dans les Berliner klass. Texte, t. I, 1904 (= Bibliotheca Teubneriana, volumina Aegyptiaca, IV, 1, 1904) : voir infra, p. 329. Sur le papyrus, voir Pack 2, n° 339.

6 Pour Aristophane, voir P. Boudreaux, Le texte d’Aristophane, p. 93 ; pour Pindare, voir J. Irigoin, Histoire..., p. 68.

7 Boudreaux, Le texte d’Aristophane, p. 94.

8 Voir supra, p. 143-161.

9 Dans la liste qu’il donne des ouvrages de Didyme, M. Schmidt (op. cit., p. 12 ; cf. p. 140-141) met un point d’interrogation après l’indication de l’ὑπόμνημα εἰς Αἰσχύλον parce que ce commentaire n’est positivement attesté nulle part.

10 L’édition des scholies d’Eschyle par G. Dindorf (531 pages de scholies, en excluant l’index) donne à première vue l’impression d’un recueil particulièrement copieux : cela tient au fait que Dindorf a publié d’abord les scholia vetera (p. 1-165), puis les scholia recentiora (p. 166-531) qui, pour la plupart, commencent par reprendre tel quel le texte des scholia vetera : si l’édition eût été faite en une seule série, avec une simple indication de ce que les scholia recentiora ajoutent aux vetera, le corpus des scholies d’Eschyle ne compterait guère plus de 366 pages (soit 531, moins 165). On peut comparer avec les scholies de Pindare qui, pour une œuvre conservée d’une importance analogue à l’œuvre conservée d’Eschyle, comptent, dans les trois volumes de l’édition d’A.B. Drachmann (Leipzig, 1903, 1910, 1927), 395+270 + 311 = 976 pages.

11 Le nom de Didyme apparaît, en revanche, soixante-quatorze fois dans les scholies de Pindare, neuf fois dans celles de Sophocle, dix-neuf fois dans celles d’Euripide et soixante-sept fois dans celles d’Aristophane.

12 Athénée, cite les commentaires de Didyme aux Ἆθλα d’Achéos d’Érétrie (XV, p. 689 b, éd. G. Kaibel, t. III, p. 524 = Nauck fr. 5, p. 747 : voir M. Schmidt p. 305-306), et à l’Agamemnon d’Ion de Chios (XI, p. 468 c-d, éd. G. Kaibel, t. III, p. 29-30 = Nauck fr. 1, p. 732 : voir M. Schmidt, p. 301-302).

13 P. Boudreaux, Le texte d’Aristophane, p. 107-119.

14 J. Irigoin, Histoire..., p. 71-74.

15 Scholie au vers 657 des Perses, éd. Dindorf, p. 85, 3 dans les scholia vetera et p. 476, 31, dans les scholia recentiora. Sur Euphorion, voir supra, p. 132, n. 5-6.

16 Scholie au vers 1 des Perses, éd. Dindorf, p. 71, 5 et 7-8.

17 Les mêmes formules anonymes ἔνιοι, τινὲς ou encore οἱ ὑπομνηματισάμενοι se retrouvent dans les scholies de Pindare dans un contexte où les auteurs qu’elles désignent sont expressément opposés à Didyme : voir J. Irigoin, Histoire..., p. 71.

18 D’après l’index de l’édition de Dindorf, les seules scholies anciennes (c’est-à-dire celles du manuscrit Mediceus) présentent soixante et onze mentions ou citations d’Homère, et dix-huit d’Eschyle : il est pas question d’attribuer toutes ces citations à Didyme, car il est évident que de tous temps les grammairiens et les professeurs ont expliqué les textes des poètes en les rapprochant les uns des autres, mais on peut penser qu’une part au moins doit en revenir au commentaire de Didyme, – sans pouvoir préciser davantage, dans l’état actuel de nos informations. On en dira autant des citations de tous les autres poètes qui sont données par nos scholies : voir supra, p. 140, n. 1. On évitera d’ailleurs de tomber dans le travers dénoncé par Wilamowitz (Einleitung, p. 158) qui consiste à attribuer au « scholiaste anonyme », présumé superficiel et inintelligent, tout ce qu’on trouve de discutable ou d’inutile dans les scholies, tandis que tout ce qu’on y trouve d’intéressant serait systématiquement attribué à Didyme ! Sans non plus nous faire l’écho de cette « voix puissante et digne d’attention qui vient de s’élever pour le traiter purement et simplement d’imbécile » (jetzt, écrit Wilamowitz dans le passage cité, hat sich eine laute und beachtenswerte Stimme erhoben, welche ihn kurzweg für einen Dummkopf erklärt), nous nous efforçons de voir en quoi a pu consister le travail de Didyme sur Eschyle, quelles en étaient les qualités aussi bien que les limites. – Sur la composition du recueil de scholies anciennes, voir J.J. Frey, De Aeschyli scholiis Mediceis, Bonn, 1857. On trouvera quelques éclaircissements sur ces scholies dans F.A. Paley, Commentarius in scholia Aeschyli Medicea, Cambridge, 1878 (rééd. Amsterdam, 1967).

19 P. Boudreaux, Le texte d’Aristophane, p. 107.

20 Andron d’Halicarnasse : scholie à Pers., 185, éd. Dindorf, p. 76, 13 dans les scholies anciennes et p. 438, 14 dans les scholies récentes. Les fragments d’Andron sont publiés par Müller, FHG, t. II, p. 349-352 et par Jacoby sous le n° 10, F GrHist, I, p. 161-165. Cette citation de l’historien appartient d’ailleurs bien plus à la mythologie qu’à l’histoire : il s’agit d’expliquer pourquoi, dans le songe de la reine Atossa, l’Europe et l’Asie peuvent être dites « sœurs de la même race » ; le scholiaste note ce fragment d’Andron d’Halicarnasse : « Okéanos s’unit à Pompholygé et à Parthénopé ; de la première, il eut comme filles Europé et Thraké ; de la seconde, Asia et Libyé ; et ce sont elles qui ont fini par donner leur nom aux continents. »

21 Hellanicos de Lesbos : scholie à Pers., 717, 768, 776, éd. Dindorf, p. 85, 28 ; 86, 29 et 87, 9 dans les scholies anciennes, et scholie à Pers., 773, éd. Dindorf, p. 486, 17 dans les scholies récentes. Les fragments d’Hellanicos sont publiés par Müller, FHG, t. I, p. 45-69 et par Jacoby sous le no 4, F Gr Hist., I, p. 104-152.

22 Domitios Gallistratos : scholie à Pers., 938, éd. Dindorf, p. 90, 8 dans les scholies anciennes et p. 498, 27 dans les scholies récentes. Sur cet auteur, voir supra, p. 164, n. 2.

23 Mnaséas : scholie à Pers., 745, éd. Dindorf, p. 86, 18 dans les scholies anciennes et p. 484, 6 dans les scholies récentes. Les fragments de Mnaséas sont publiés par Müller, FHG, t. III, p. 149-158 ; ils ne sont pas publiés par Jacoby.

24 Hérodote : scholie à Pers., 151, 466, 717, 150, 467, éd. Dindorf, p. 75, 26 ; 82, 9-10 ; 85, 27 dans les scholies anciennes, et p. 435, 10 et 462, 16 et 19 dans les scholies récentes. Le nom d’Hérodote se lit encore deux fois dans le second argument des Perses : éd. Dindorf, p. 417, 8 et 419, 17. – Thucydide scholie à Pers., 121 et 558, éd. Dindorf, p. 433, 2 et 469, 27. – Xénophon : scholie à Pers., 558, éd. Dindorf, p. 469, 27. On peut relever dans cette dernière scholie une expression intéressante : ϰαὶ μαρτυροῦσι Ξενοφῶν ϰαὶ Θουϰυδίδης ϰαὶ πᾶν τὸ τῶν συγγραφέων ἔθνος. Cette accumulation des témoignages, non seulement de Xénophon et de Thucydide, mais de toute la gent historienne, paraît bien dans la manière de Didyme.

25 Éd. Dindorf, p. 21, 10-11. Il convient d’ailleurs de noter que c’est le poète qui a raison contre le grammairien.

26 Éd. Dindorf, p. 27, 12 et p. 30, 20.

27 Éd. Dindorf, p. 73, 25-27.

28 « O Terre, éloigne-le » : c’est Io qui supplie d’être délivrée du taon qui la poursuit.

29 Éd. Dindorf, p. 25, 14-17. La leçon ἄλευ’, ἆ δᾶ est acceptée par P. Mazon, t. I, p. 181, et par G. Murray, p. 125 : l’apostrophe indique qu’il s’agit de l’impératif présent ἄλευε du v. ἀλεύω, écarter, repousser. Cette leçon est diversement corrigée par certains éditeurs : ἄλευε δᾶ Blomfield (1812), suivi par Hermann (1852) ; ἀλεῦμαι Wilamowitz (1914). La scholie, telle qu’elle est éditée par Dindorf, porte deux fois la leçon ἄλευ : l’absence d’apostrophe fait interpréter ce mot comme un impératif ionien du verbe ἀλὲομαι, éviter, esquiver.

30 On peut noter que P. Perdrizet attribue à Didyme la scholie au vers 808 des Perses (éd. Dindorf, p. 489, 34-490, 2), « en raison, dit-il, de sa valeur » : voir P. Perdrizet, Le témoignage d’Eschyle sur le sac d’Athènes, dans la Revue des Études grecques, t. 34, 1921, p. 74.

31 Scholie à Euripide, Andromaque, 1, éd. E. Schwartz, t. II, p. 247, 10 s. Pour l’attribution à Didyme, voir M. Schmidt, Didymi Chalcenteri grammatici fragmenta, Leipzig, 1854, p. 356-357.

32 Mette fr. 247, p. 88 = Nauck fr. 267, p. 86.

33 Voir supra, p. 56. Scholie à Aristophane, Grenouilles, 1028, éd. F. Dübner, p. 303-304. Voir Schmidt, op. cit., p. 250, n° 17.

34 Scholie à Aristophane, Grenouilles, 704, éd. F. Dübner, p. 296 : Δίδυμός φησι παρὰ τῷ Αἰσχύλῳ. Ἔστι δὲ ὄντως παρὰ Ἀρχιλόχῳ · « Ψυχὰς ἔχοντες ϰυμάτων ἐν ἀγϰάλαις ». Voir Mette fr. 723, p. 244 = Nauck fr. 462, p. 127 ; Schmidt, op. cit., p. 249, n° 12. Cf. Archiloque, éd. Diehl, 3e éd., fr. 21 = éd. F. Lasserre – A. Bonnard, Paris, 1958, p. 77, n° 282.

35 Papyrus de Berlin, inv. n° 9780, édité par H. Diels et W. Schubart, dans les Berliner Klassikertexte, t. I, 1904. Le vers d’Eschyle se trouve à la p. 67, col. XIV, ligne 12 : ὤργα τὸ πρᾶγμα, διεμύδαιν᾽ ἤδη νέϰυς. Voir Mette fr. 269, p. 94-95. Le papyrus est daté du iie siècle après J.-C.

36 Plutarque, Vie de Thésée, 29, 4-5, p. 14 a-b.

37 P. Foucart, Étude sur Didymos d’après un papyrus de Berlin, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, t. 38, 1re partie, Paris, 1906 : voir p. 85-86 [109-110].

38 Scholie à Euripide, Phéniciennes, 751, éd. E. Schwartz, t. I, p. 328, 1-3.

39 Voir supra, p. 61.

40 M. Schmidt, Didymi... fragmenta, p. 82-111.

41 Voir la liste dans l’index de H.J. Mette, p. 277-279.

42 M. Schmidt, op. cit., p. 93.

43 Le P. Oxy., 2506, du iie siècle après J.-C., dont la publication, assurée par D.L. Page en 1963, occupe tout entière le volume XXIX de la collection d’Oxyrhynchos donne des fragments abondants, malheureusement fort mutilés, d’un commentaire sur les poètes lyriques où l’on trouve une allusion à Eschyle (voir infra, p. 329) : sans qu’on puisse l’affirmer, on a des raisons de croire qu’il s’agit du Περὶ λυριϰῶν ποιητῶν de Didyme.

44 Voir par exemple, pour Homère, Nicanor d’Alexandrie, qui vivait sous Hadrien (Souda, s.v. Νιϰάνωρ, éd. A. Adler, t. 3, 1933, p. 465-466, n° 375) ; pour Pindare, Héphestion, qui vivait aussi au iie siècle après J.-C. (schol. à Pindare, Isthmique, V, inscr. a, éd. A.B. Drachmann, t. III, p. 240-241) ; pour Aristophane, Héliodore, Symmaque et Phaeinos (voir P. Boudreaux, Le texte d’Aristophane, p. 138-170) ; pour Apollonios de Rhodes, Hérodien : le nom d’Hérodien est cité quinze fois dans les scholies de ce poète (éd. C. Wendel, index, p. 334), tandis que dans celles d’Euripide il n’est cité que quatre fois (éd. E. Schwartz, index, t. II, p. 384) et trois fois dans les scholies anciennes de Sophocle (éd. P.N. Papageorgios, index, p. 470).

45 Scholie à Eschyle, Euménides, 189, éd. Dindorf, p. 135, 5-6 : ἀϰρωνία, λευσμόν] ϰαϰῶν ἄθροισις, ἢ λιθοϐολίας. Ἡρωδιανὸς δὲ τὸ σύστημα ϰαὶ ἄθροισμα. Sans doute s’agit-il du fils d’Apollonios Dyscole, qui vécut et enseigna à Rome au temps de Marc-Aurèle et qui fut le grand spécialiste des questions d’accentuation. Sur Hérodien, voir infra, p. 272, n. 3. – Quant au nom de son père le grammairien Apollonios Dyscole, on ne le rencontre à propos d’Eschyle que dans une scholie récente au vers 579 de Prométhée, donnée seulement par le codex Parisinus gr. 2787, du xive siècle : le scholiaste (qualifié de recentissimus par Dindorf : voir p. 242, note à la ligne 10) y fait appel à l’autorité d’Apollonios dans l’exposé d’une question grammaticale qui n’a pas de rapport direct avec le texte d’Eschyle.

46 Par exemple, le nom du grammairien Apion se lit dans la scholie au vers 29 du Rhésos, éd. E. Schwartz, t. II, p. 328, 6, et celui de Philoxène d’Alexandrie dans la scholie au vers 264 des Phéniciennes, éd. E. Schwartz, t. I, p. 284, 25-26. Ces deux grammairiens ont vécu au ier siècle après J.-C., le premier à Alexandrie, où il avait d’ailleurs été l’élève de Didyme, le second à Rome à la cour de Tibère. Voir Souda, s.v. Ἀπίων, éd. A. Adler, t. 1, 1928, p. 288, n° 3215 ; s.v. Φιλόξενος, t. 4, 1935, p. 729, n° 394 ; C. Wendel, art. Philoxenos, n° 27, RE, XX, 1, 1941, col. 194-200.

47 On notera par exemple que l’Etymologicum Magnum et d’autres ouvrages étymologiques nous donnent, sous le nom de Philoxène, trois brèves explications de mots utilisés par Eschyle dans des tragédies perdues : voir Mette fr. 106 a, p. 36-37 = Nauck fr. 72, p. 24 ; Mette fr. 483, p. 178 = Nauck fr. 187, p. 61-62 ; Mette fr. 635, p. 225-226 = Nauck fr. 440, p. 121-122.

48 Il ne faut pas perdre de vue en effet que notre connaissance des drames perdus s’alimente aussi aux scholies de vingt et un auteurs divers : voir Mette, index, p. 286- 288. Il n’est évidemment pas question de faire endosser à Didyme la responsabilité de l’ensemble de ces scholies, mais seulement d’indiquer qu’elles peuvent ici ou là garder quelque trace de ses travaux sur Eschyle.

© Les Belles Lettres, 1971

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search