Version classiqueVersion mobile

Les manuscrits d’Onésandros

 | 
Alphonse Dain

Appendice III. Les traductions du Στρατηγικος

Texte intégral

1Par la force des choses, on a été amené à esquisser une histoire du texte du Στρατηγιϰός. Cette histoire serait incomplète si l’on ne signalait, au moins en citant leur titre, les diverses traductions du traité d’Onésandros. C’est la raison d’être de cet appendice. Notons au passage que l’édition de H. Kœchly est la seule qui n’ait pas été accompagnée d’une traduction.

2Le Στρατηγιϰός a été traduit quinze fois. Si l’on tient compte des réimpressions, de l’utilisation dans un nouvel ouvrage des traductions déjà faites antérieurement, enfin des rééditions données au xixe siècle des traductions faites au xvie, on atteint le total de quarante-deux éditions ou rééditions de ces traductions, chiffre qui, étant donné l’objet assez spécial de l’ouvrage, ne laisse pas d’étonner.

  • 1 Voir p. 358 de son édition.
  • 2 Geschichte der Kriegswissenschaften, München und Leipzig, 1889, t. I, p. 93.
  • 3 L’ouvrage de Palencia a été réédité : Dos tratados de Alfonso de Palencia… por D. Antonio Maria Fab (...)

3W.-A. Oldfather1, à la suite de Max Jähns2, a cru que la plus ancienne de ces traductions était due à l’écrivain et érudit espagnol Alfonso Fernandez de Palencia, qui l’aurait composée dès 1459. L’ouvrage aurait été imprimé en 1495 seulement sous le titre Tratado de la Perfeçion del Triunfo militar3. En réalité, et j’ai pu m’en assurer moi-même, l’ouvrage qui parut sous ce titre en 1495 et dont l’explicit donne bien l’année 1459 comme date de composition, non seulement ne comporte pas de traduction d’Onésandros, mais même n’a aucun rapport avec le Στρατηγιϰός. Faut-il s’en étonner d’ailleurs ? C’est à peine si à cette date les premiers de nos manuscrits byzantins étaient parvenus en Italie, à plus forte raison étaient-ils encore inconnus en Espagne.

  • 4 Voir plus haut, p. 68, note 1.

4La première traduction du Στρατηγιϰός, de beaucoup plus ancienne que les suivantes, est celle de Nicolaus Secundinus ; elle fut faite au milieu du xve siècle : selon toute vraisemblance, l’auteur s’est servi pour son travail du manuscrit aujourd’hui conservé à Naples. La traduction demeura manuscrite pendant longtemps. Nous avons parlé dans cette étude des manuscrits latins qui ont conservé cette traduction4. Seules nous intéressent ici les éditions imprimées.

Nicolaus Secundinus5 (trad. latine)

  • 5 On sait que les manuscrits présentent différentes formes pour le nom de l’auteur de cette traductio (...)

5Vegetii epitome, Frontini stratagemata, Modesti de re militari, Aeliani de instruendis aciebus opus a Theodoro Thessalonicense latinum factum, Onosandri de optimo imperatore per Nicolaum Sagundinum (sic) in latinum traductus, Romae, per Eucharium Silber, 1494, in-4° [cote à la Bibliothèque nationale : X Réserve 1499]. (L’ouvrage porte le n° 15915 dans le Repertorium bibliographicum de L. Hain).

6Dans ce précieux incunable, la traduction du Στρατηγιϰός d’Onésandros commence au folio 89 recto et se termine au folio 104 verso. Cette traduction d’Onésandros fut réimprimée plusieurs fois, d’abord à Paris, en 1506 (la fin du volume porte la date de 1504), puis à Bâle en 1541, 1558 et 1570.

Anonyme (trad. allemande)

7Onexander von den Kriegshandlungen und Raethen der hocherfarn guten Hauptleut sampt iren Zugeordenten. Mainz, 1524. Une réédition fut donnée en 1532, chez I. Schœffer, in-folio.

8Je n’ai pu voir cet ouvrage. Les notes de Zur-Lauben indiquent qu’il contient une interpolation relative à la tactique propre des Athéniens, des Spartiates et des Macédoniens.

Fabio Cotta (trad. italienne)

9Onosandro platonico dell’ ottimo capitano generale e del suo offizio. Tradotto di Greco in lingua volgare Italiana. Vinegia, 1546, in-4. En 1548, au même endroit, a été donnée une édition de format in-8.

10De cet ouvrage je n’ai pu voir que la réimpression donnée à Milan, en 1863, dans la collection de G. Daeli, Bibliotheca rara, où elle forme le tome IV, sous le titre suivant : Dell arte della guerra. Trattato di Onosandro Platonico, recato di greco in italiano da Fabio Cotta, in-12.

Jehan Charrier (trad. française)

11L’art de la guerre composé par Nicolas Michiauelli, citoien et Secretaire de Florence. L’estat aussi et charge d’un lieutenãt general d’armée, par Onosander anciẽ philosophe Platonique… le tout traduict en vulgaire frãcois par Iehan Charrier, natif d’Apt en Prouẽce, à Paris, 1546.

12L’ouvrage, de format grand in-4°, comporte d’abord 10 pages non numérotées pour la préface, puis 100 pages consacrées à la traduction du traité de Machiavel. A la page 101 commence, précédée d’un nouveau titre, la traduction d’Onésandros ; elle se poursuit jusqu’à la page 130.

Peter Whytehorne (trad. anglaise)

13Onosandro Platonico, of the generall captaine and of his office, translated out of Greke into Italyan by Fabio Colla, a Romayne ; and out of Italyan into Englysh by Peter Whytehorne, London, 1563.

14L’intitulé indique suffisamment que cette traduction a été en réalité faite sur la traduction italienne.

I.-D. Gracian de Aldarete (trad. espagnole)

15Iac. Dieg. Gracian de Aldarete : Onosandro Platonico de las calidades y partes que ha de tener un excellente capitan general y de su officio y cargo, Barcelona, 1567.

Joachim Camerarius [Kammermeister] (trad. latine)

16Onosandri Graeci autoris (sic) de re militari commentarius in Latinum sermonem conversus a Ioachimo Camerario Pabepergensi et nunc primum a filiis editus… Praeterea Francisci Petrarchae de officio et virtutibus Imper., Noribergae, 1595, petit in-12.

17Le volume débute par une préface de vingt pages non numérotées. Des 151 pages que comporte le texte, les 115 premières sont consacrées à la traduction d’Onésandros.

18Cette traduction est l’œuvre de J. Camerarius le père, mort en 1575. L’ouvrage fut édité longtemps après sa mort par ses fils dont l’un, J. Camerarius junior, se fit connaître avantageusement dans les lettres. Le manuscrit dont se servit J. Camerarius était apparenté à un des descendants du manuscrit R, peut-être à un exemplaire voisin de notre ρ. L’élégance de la traduction cache les insuffisances du manuscrit. Il y a à l’intérieur même du texte des gloses mises entre parenthèses, destinées à expliquer les mots techniques.

Nicolaus Rigaltius (trad. latine)

19Onosandri Strategicus sive imperatoris institutione… Nicolaus Rigaltius P. nunc primum è vetustis codd. graecis publicavit, latina interpretatione, notis illustravit. Lutetiae Parisiorum, 1598, in-4°.

20On a étudié plus haut cet ouvrage qui est l’édition princeps donnée par N. Rigault et qui eut un second tirage en 1599. La traduction latine est mise en colonne en regard du texte grec.

21On sait que l’édition princeps de N. Rigault fut reprise par Portus et Gruter, à Heidelberg, puis par Chokier de Surlet, à Mayence. Chacune de ces sept rééditions comporte la traduction latine de Rigault. Après la mort de Chokier de Surlet, on réédita à plusieurs reprises son Thesaurus politicorum aphorismorum, mais cette fois, seule la traduction latine fut incorporée au Thesaurus. Voici les références : Leodii, apud L. Streel, 1643, in-fol. – Coloniae Agrippinae, apud J.-A. Kinckium, 1649, in-4° (nouveau tirage en 1653). – Coloniae Agrippinae, sumpt. Viduae et heredum J.-A. Kinckii, 1687, in-4°.

22Au total, en moins d’un siècle, la traduction latine de Rigault vit le jour treize fois.

Blaise de Vigenère (trad. française)

23L’art militaire d’Onosander, autheur grec. Ou il traicte de l’office et deuoir d’un bon chef de guerre. Mis en Langue Françoise et illustré d’Anotations par B. de Vigenère Bourbonnois. A Paris, chez Abel Langellier, 1605, in-4°.

  • 6 W.-A. Oldfather s’étonne de voir que Max Jähns signale 1500 pages pour le volume, tandis que les ca (...)

24La traduction de B. de Vigenère, achevée, semble-t-il, dès 1593, ne fut imprimée qu’après la mort de l’auteur. Chaque chapitre de la traduction est accompagné d’un énorme commentaire, si bien que le volume a près de 1.500 pages6. Vigenère est encore connu de nos jours dans les Etats-Majors par la table cryptographique qui porte son nom. Faut-il dire que Vigenère doit peu de choses seulement aux procédés de cryptographie que recommande Onésandros ?

Baron de Zur-Lauben (trad. française)

25Le général d’armée par Onosander, ouvrage traduit du grec par M. le Baron de Zur-Lauben, Paris, 1754.

26Je n’ai pu voir de cet ouvrage que la réédition donnée en 1757, chez Vincent, in-4°, 58 pages. Il ne paraît pas que l’édition de 1757 ait été jamais vendue à part ; elle fut cédée, tout imprimée, à N. Schwebel qui la vendit, cinq ans plus tard, reliée à la suite de l’édition qu’il donnait à Nuremberg. Zur-Lauben introduisit sa traduction dans sa Bibliothèque militaire historique et politique, Cosmopolis [Paris], 1760.

27La traduction est dédiée à Monseigneur le Dauphin qui doit y apprendre les principes de l’art militaire. L’auteur de la traduction était un officier suisse, d’origine allemande, qui s’était mis au service de la France dès 1740 et qui devint plus tard associé de l’Académie des Inscriptions.

28La traduction de Zur-Lauben fut reprise dans l’édition d’A. Coray, où elle figure en colonne en regard du texte grec.

Charles Théophile Guischardt (trad. française)

29Mémoires militaires sur les Grecs et les Romainson y a joint une dissertation sur l’attaque et la défense des places, la traduction d’Onosander et de la lactique d’Arrien…, La Haye, P. de Hont, 1757, 2 vol. in-4°.

30La traduction de C.-T. Guischardt occupe dans le tome II les pages 49-106. Une réédition fut donnée au même endroit en 1758. L’ouvrage parut de nouveau, en deux tomes, à Lyon, chez J.-M. Bruyset, en 1760 ; la traduction y occupe les pages 29-57 ; elle est suivie de la traduction du traité d’Urbicius. Une réimpression fut faite la même année.

31La traduction de G.-T. Guischardt a été exécutée sur le grec, d’après l’édition de N. Rigault. A la suite du titre spécial à cette partie de l’ouvrage, Les institutions d’Onosander, pour servir à l’instruction d’un général, il y a une préface du traducteur où on lit ceci : « On ennuierait inutilement le lecteur si on lui présentait une version exacte (de l’auteur). Il suffit d’en donner le sens et surtout de ne pas le manquer dans les endroits où il peut servir à éclaircir quelque usage militaire ».

32Nous citons cette profession de foi, moins pour mettre en garde contre les libertés de la traduction que pour rappeler comment, même au xviiie siècle, on édite et traduit encore Onésandros, non pour les philologues ou le public lettré, mais pour ceux qui s’intéressent au métier des armes. Faut-il rappeler que Maurice de Saxe, mort peu de temps auparavant, pratiquait notre Onésandros ? On ne s’étonnera pas de trouver la traduction de Guischardt réimprimée au siècle suivant par F.-C. Liskenne et J.-B.-B. Sauvan, Bibliothèque historique et militaire (1835-1846), Paris, t. III (1837). p. 405-435.

Albrecht Heinrich Baumgaertner (trad. allemande)

33Vollständige Sammlung aller Kriegschriftsteller der Griechen… aus dem Griechischen übersetzt, und mit Anmerkungen erläutert, von Albrecht Heinrich Baumgartner, Hochfurstl. Brandeburgischen Rath. Manheim, 1777.

34Je n’ai vu de cet ouvrage que l’édition donnée en 1779, Frankenthal und Manheim, bei E.-F. Schwann. La traduction de notre traité occupe dans le volume, après 12 pages numérotées consacrées à la préface, 116 pages ayant leur numérotation particulière partant du chiffre 1. Il y a un frontispice et 15 planches gravées sur cuivre. La seconde partie du livre, comportant 120 pages d’une numérotation distincte, est consacrée à la traduction du traité d’Elien ; il n’y a pas de gravures. C’est à cette traduction d’Onésandros et d’Elien que se limita cette « collection complète de tous les stratégistes grecs ». Il y eut, en 1786, un tirage de la seule traduction d’Onésandros. Cette traduction est faite d’après l’édition de N. Schwebel.

G. Apostolos Skalasteras (trad. en grec moderne)

35Cette traduction, donnée à Bucarest en 1832, est signalée par M. Konstantiniadès ; ce dernier indique que la traduction fut faite non pas d’après le grec, mais d’après une traduction.

Michael Konstantiniadès (trad. en grec moderne)

36Ὀνησάνδρου Στρατηγιϰός, μεταφρασθεὶς ἐϰ τῆς ἀρχαίας εἰς τὴν ϰαθ’ ἡμᾶς Ἑλληνιϰήν, ἐν θήναις, 1897.

J.-B. Titchener. – A.-S. Pease (trad. anglaise)

37Aeneas tacticus, Asclepiodotus, Onosander, with an English translation, by the members of the Illinois Greek Club, New-York, Putnam, 1923, in-8 (The Loeb Classical Library).

38Suivant l’usage de cette collection, la traduction en anglais figure en regard du texte grec, lui correspondant page pour page. Le premier état de la traduction était dû à J.-B. Titchener : il fut revu par A.-S. Pease. On a reconnu ici l’édition dont il a été parlé à plusieurs reprises et dont le texte grec a été établi par W.-A. Oldfather.

Notes

1 Voir p. 358 de son édition.

2 Geschichte der Kriegswissenschaften, München und Leipzig, 1889, t. I, p. 93.

3 L’ouvrage de Palencia a été réédité : Dos tratados de Alfonso de Palencia… por D. Antonio Maria Fabié, Madrid, 1876, in-12 (t. V des Libros de antoño nuevamente dados á luz por varios aficionados).

4 Voir plus haut, p. 68, note 1.

5 On sait que les manuscrits présentent différentes formes pour le nom de l’auteur de cette traduction. On y lit tour à tour Sagudineus, Saguntinus, Sagundinus, Secundinus ; le manuscrit 1112 de la Sorbonne nous montre l’emploi simultané des deux dernières formes.

6 W.-A. Oldfather s’étonne de voir que Max Jähns signale 1500 pages pour le volume, tandis que les catalogues parlent seulement de 734 pages : il faut savoir que la numérotation est donnée par folios et non par pages. Il faut dire 734 folios.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search