Version classiqueVersion mobile

Les manuscrits d’Onésandros

 | 
Alphonse Dain

Chapitre VI. Utilisation des manuscrits dans les éditions

Texte intégral

1Les dernières années du xvie siècle ou les premières années du siècle suivant virent la fin de la tradition manuscrite du Στρατηγιϰός et des autres traités des stratégistes. Seul, le Parisinus W, où est transcrit l’ensemble du contenu du Vaticanus V, rappelle au xviie siècle, le développement de la tradition manuscrite au siècle précédent. La vente des éditions imprimées, l’intérêt moindre que présentait l’étude des stratégistes expliquent cette cessation de la tradition manuscrite.

2Ce n’est pas à dire que le traité d’Onésandros subit à cette date la même éclipse que les autres œuvres de technique militaire. Il s’en faut de beaucoup. On voit coup sur coup plusieurs traductions et de volumineux commentaires venir au jour, en même temps que paraissait l’édition princeps de Nicolas Rigault, plusieurs fois rééditée en peu d’années. C’est en 1595 la traduction latine de Joachim Camerarius, en 1598 l’édition princeps de Nicolas Rigault, accompagnée de notes critiques et d’une traduction nouvelle en latin, rééditée en 1599, 1600 et 1601 ; en 1605 la traduction en français de Blaise de Vigenère, avec près de quinze cents grandes pages de commentaire ; en 1610, l’édition de Jean Chokier de Surlet avec la traduction latine de Nicolas Rigault, traduction qui fut rééditée plusieurs fois dans le Thesaurus politicorum aphorismorum du même Chokier de Surlet.

3Il ne saurait être question ici d’examiner tous ces travaux. Nous avons cependant estimé qu’une étude sur les manuscrits d’Onésandros serait incomplète si l’on n’indiquait, au moins sommairement, le parti que les différents éditeurs tirèrent des manuscrits et si, à notre tour, nous ne précisions nettement la manière dont il faudrait utiliser la tradition manuscrite dans une édition nouvelle.

Edition de N. Rigault

  • 1 Le premier des deux exemplaires conservés à la Sorbonne est un volume d’une conservation remarquabl (...)

4Nicolaus RIGALTIUS. – Ὀνοσάνδρου Στρατηγιϰός. Onosandri Strategicus sive de imperatoris institutione. Accessit Οὐρϐιϰίου Ἐπιτήδευμα. Nicolaus Rigaltius P. nunc primum e vetustis codd. graecis publicavit, latina interpretatione, notis illustravit, Lutetiae Parisiorum, apud Abrahamum Sangranium et Gulielmum des Rues, via Bellouacensi, 1598, in-4°, 19-161-96 pages. [Cote à la Sorbonne : MS. 1112 et LG t 28, 4°]1.

5On croit ordinairement que l’édition de N. Rigault a été donnée en 1599. La date que nous relevons sur le plus ancien des deux exemplaires conservés à la Sorbonne est 1598 ; il est vrai que le second titre donné dans l’ouvrage même pour les notes critiques qui forment une publication à part porte la date de 1599. Le second exemplaire de la Sorbonne porte aux deux titres la date de 1599.

6On peut s’étonner que Nicolas Rigault, qui devait devenir en 1615 bibliothécaire du roi, ait fait son édition sans recourir aux deux manuscrits que contenait à cette date la bibliothèque royale, le Parisinus Q et le Parisinus T, la plus ancienne des copies d’Ange Vergèce ; pourtant la bibliothèque du roi avait été transportée à Paris au cours du règne de Charles IX. Il semble que ce soit le hasard des recontres qui ait imposé à N. Rigault les sources qu’il eut à utiliser : et cependant nous le voyons à l’affût des divers manuscrits alors conservés à Paris, puisque c’est en cours d’impression seulement qu’il connut notre Parisinus U, dont il donna les collations dans un appendice. Il faut dire à la décharge de N. Rigault qu’il était alors un tout jeune homme ; né en 1577, il n’avait que vingt ans quand il prépara cette importante édition d’Onésandros et d’Urbicius. Ajoutons que la publication fut faite au milieu des guerres civiles qui troublaient alors le royaume : inter bellicos strepitus turbide concepta, dit l’auteur lui-même en parlant de son édition.

7Les deux manuscrits principaux dont se servit N. Rigault étaient conservés dans la bibliothèque de la reine Catherine de Médicis : on sait que cette bibliothèque, dont le transfert avait été décidé dès 1594, n’alla rejoindre le Cabinet du Roi, grâce à de Thou, qu’en 1599, donc après la publication de l’édition princeps. L’avis de N. Rigault est d’ailleurs formel à cet égard : mihicodices duos e Bibliotheca Medicea promere licuit. Le plus ancien de ces manuscrits est ainsi désigné par N. Rigault : V. M. id est Veteres Membranae, vel. Vetus Macrocola ; c’est notre Parisinus P. Le second est ainsi indiqué : C. M. id est Codex Mediceus, ex Bibliotheca Beginae Catharinae ; il s’agit cette fois de notre Parisinus S. L’éditeur utilisa enfin un troisième manuscrit ainsi noté : L. R. id est Liber Recentior. Ce manuscrit, que nous n’avons pu retrouver et que nous ne connaissons que par la collation assez détaillée qu’en fit N. Rigault, est le manuscrit que nous avons appelé ρ. Dans l’édition princeps, les variae lectiones Onosandri sont contenues de la page 131 à la page 147.

  • 2 Par suite d’une confusion facile à expliquer, dans Fabricius-Harless, Bibliotheca graeca, t. IV, 17 (...)

8Au cours de l’impression, N. Rigault eut connaissance d’un quatrième manuscrit, qui était alors la propriété de Fédéric Morel le jeune, imprimeur royal. Ce manuscrit est celui qui passa plus tard dans la collection de Colbert, puis dans celle du Roi, notre manuscrit U. N. Rigault en fit alors la collation, utilisa quelques variantes pour son édition et donna la liste des autres en appendice aux premières variae lectiones ; cet appendice occupe les pages 156 à 161 de l’édition. Est-il besoin de dire que la collation de ces divers manuscrits n’est pas toujours faite avec toute la précision désirable ; celle du manuscrit P, le seul manuscrit byzantin utilisé par l’éditeur, est particulièrement négligée2.

Rééditions d’Æmilius Portus et Jan Gruter

9Æmilius Portus, Janus Gruterus. – Ὀνοσάνδρου Στρατηγιϰός. Accedit seorsim in eumdem Onosandrum Jani Gruteri uberior commentarius. Item Æmilii Porti… breues… obseritationes. Ex officina Commeliniana [Heidelberg], 1600. Je n’ai pu consulter d’exemplaire de cet ouvrage.

  • 3 W.-A. Oldfather, p. 355 de son édition, a résumé tous les renseignements qu’on a pu recueillir sur (...)

10Le volume en question n’est que la réédition de l’ouvrage de N. Rigault. On a même conservé à la suite l’ἐπιτήδευμα d’Urbicius. Les deux savants qui ont attaché leur nom à cette édition n’ont fait qu’œuvre de commentateur. Leurs productions furent, en somme, des ouvrages distincts et il s’en faut qu’on ait toujours relié ensemble Rigault, Portus et Gruter, ceci en dépit des indications qu’on peut lire dans le titre3. Une réédition, donnée en 1604 dans la même officine, contient l’édition de Rigault avec seulement les notes de Portus.

Rééditions de J. de Chokier de Surlet

  • 4 L’exemplaire est celui d’un certain sieur Jean-Alcide Musnier, médecin lorrain, ainsi que l’indique (...)

11Joannes a CHOKIER de SURLET. – Onosandri strategicus sive de imperatoris institutione : notis sive dissertationibus J. a Chokier, Patricij Leodiensis, J. V. Doctoris illustratus. Additae in extremo operis variantes lectiones ex Codd. diversorum M. SS. depromptae, Romae, imprimebat Bartolomaeus Zanettus, 1610, in-4°, viii-204-vii pages. [Cote à la Bibliothèque nationale : E 764]4.

12Cette édition, depuis longtemps devenue très rare, a échappé à tous les éditeurs postérieurs, excepté toutefois N. Schwebel. Le titre de l’ouvrage laissait espérer un travail critique sérieux et l’utilisation de nouveaux manuscrits. En réalité, le texte est presque toujours celui de l’édition de N. Rigault ; la traduction a été empruntée intégralement au même ouvrage. Quant à l’appareil critique qui suit l’édition, il est tout bonnement la reproduction des notes critiques de N. Rigault. Rarement philologue a mis aussi peu du sien dans une édition que notre Liégeois.

  • 5 W.-A. Oldfather indique (p. 356 de son édition) que l’édition de 1615 fut donnée à Francfort ; c’es (...)

13Cela n’empêcha pas que l’ouvrage fut réédité huit fois, dans une publication plus vaste due au même auteur, le Thesaurus aphorismorum politicorum… Moguntiae, sumptibus J.-T. Schönwetter, 1611, in-4°. On lit, en effet, entre autres choses, dans la suite du titre de cet ouvrage : adjungitur ejusdem notae sive dissertationes in Onosandri Strategicum (interprete Nicolao Rigaltio) ad disciplinam militarem spectantes. Le même texte fut réédité dans le même format et dans la même officine5 en 1613, 1615 et 1619. Les éditions postérieures du Thesaurus, données à Liége et à Cologne ne comportent plus que la traduction latine du Στρατηγιϰός, sans le texte grec.

Edition de N. Schwebel

14Nicolaus SCHWERELIUS. – Ὀνοσάνδρου Στρατηγιϰός, Onosandri strategicuscura et studio M. Nicolai Schwebelii, Norimbergae, ex officina Christiani de Launoy, MDCCLXII, in-4°, 158 pages. [Cote à la bibliothèque de l’Ecole Normale Sup. : LG d. 16].

  • 6 Voir p. 164.

15L’édition de N. Schwebel est accompagnée d’un commentaire et de planches gravées hors-texte et dans le texte. Le travail fait par l’éditeur pour l’établissement du texte fut assez sérieux ; mais suivant l’usage du temps N. Schwebel utilisa les manuscrits qu’il avait sous la main, en l’espèce le Monacensis D et le Nagelianus V, les deux manuscrits les plus tardifs : c’était avoir la main peu heureuse. Il connut, en outre, quelques variantes d’un autre manuscrit, Florentini cujusdam codicis varias scripturas, que D.-M. Manni lui avait communiquées par l’intermédiaire d’André Zeigler ; ce manuscrit n’est autre que notre Laurentianus et N. Schwebel eut tort de ne pas le mettre plus à contribution. L’éditeur allemand connaissait, en outre, l’édition de N. Rigault et celle de J. Chokier de Surlet. Une traduction en français est d’ordinaire reliée à la suite de l’édition : c’est celle que le baron de Zur-Lauben avait imprimée en 1757 ; on en reparlera plus loin6.

Edition d’A. Coray

16[Ἀδαμάντιος Κοράης], Ὀνήσανδρου στρατηγιϰός ϰαὶ Τυρταίου τὸ πρῶτον ἐλεγεῖον μετὰ τῆς γαλλιϰῆς ϰατέρου μεταφράσεως, δαπάνηι τῶν ἀναξίως δυσπραγησάντων Χίων, ἐν παρισίοις, ἐϰ τῆς τυπογραφίας Φιρμίνου Διδότου, πατρὸς ϰαὶ υἱῶν. ͵αωϰϐ΄ (1822) (παρεργῶν ’ελληνιϰῆς ϐιϐλιοθήϰης, τόμος πέμπτος), in-8°, K΄-200 pages. En regard du texte grec se trouve la traduction en français de Zur-Lauben.

  • 7 Sans doute ici faut-il entendre Διδοτιανὴ γραφή ou Διδοτιανὸν γράμμα.

17A. Coray, qui eut le mérite de restituer à l’auteur du traité le nom d’Onésandros, prit pour base de son édition le texte de N. Schwebel ; de l’aveu de l’auteur, il le corrigea en maint endroit, soit à l’aide de conjectures personnelles, soit à l’aide de leçons empruntées au Crusianus K, alors en la possession de Firmin Didot. Ce manuscrit dans les notes critiques est désigné, on ne sait pourquoi par la double sigle ΔΓ (l’auteur a, du reste oublié d’indiquer quelles sigles il employait dans son appareil critique7). H. Kœchly a imaginé que A. Coray possédait un second manuscrit : ce dernier parle, en effet, dans ses notes critiques de ce qu’il appelle τὸ ἐμὸν ἀντίγραφον. Ces mots ne peuvent désigner qu’une copie quelconque faite vers 1822 par A. Coray, et même peut-être simplement un relevé de variantes, destiné à éviter le recours constant au manuscrit. De toute façon, on ne saurait voir là un témoin de la tradition et c’est se méprendre que d’assimiler cet ἀντίγραφον aux manuscrits.

18Le manuscrit de Didot, au reste, n’était pas fait pour rendre plus facile le travail d’A. Coray. Ce dernier de plus, travaillait vite ; son édition n’a guère ajouté à la tradition. Cette publication a, toutefois, un intérêt historique : l’édition du traité militaire d’Onésandros et de la première élégie de Tyrtée était dans l’intention de l’auteur destinée à exalter le courage des Grecs qui secouaient alors le joug de la Turquie ; elle est dédiée aux héros des guerres de l’Indépendance, τοῖς ὑπὲρ ἐλευθερίας στρατευομένοις Ἕλλησι.

Edition de H. Kœchly

19Arminius KŒCHLY. – Ὀνοσάνδρου Στρατηγιϰός. Onosandri de imperatoris officio liber. Recensuit et commentario critico instruxit Arminius Kœchly, Lipsiae, Teubner, 1860, in-12, li-63 pages.

20H. Kœchly est le premier qui, en renouvelant la critique du texte, ait donné du Στρατηγιϰός d’Onésandros une édition honnête, qui malheureusement n’est plus dans le commerce. On pourra améliorer et perfectionner cette édition, mais on sera toujours plus ou moins tributaire d’elle.

21Le premier mérite de H. Kœchly est d’avoir utilisé de nouveaux et de meilleurs manuscrits. Ce n’est pas que la méthode de H. Kœchly soit à l’abri de toute critique. C’est en indiquant la manière dont il a procédé que l’on sera le mieux à même d’indiquer les mérites et les insuffisances de ce travail.

  • 8 Il le cite quelques années auparavant : De scriptorum militarium graecorum codice Bernensi (Index l (...)

22Le premier trait qui ne laisse pas d’étonner grandement est que H. Kœchly, qui connaissait le Laurentianus L, ne s’en soit pas servi pour son édition8 ; il y a là quelque chose qui demeure inexplicable. Ajoutons toutefois qu’il mit à la base de son édition le Parisinus Q (pour lui A) et le Bernensis B, qui, nous l’avons dit, sont des copies du Laurentianus L. En bon Suisse, H. Kœchly accorda une importance particulière au manuscrit de Berne. De Jacques Huntziker enfin, l’éditeur reçut une collation assez soignée du Parisinus P. Ces trois manuscrits servirent donc à l’édition, les deux premiers étant invoqués de préférence à P.

23H. Kœchly utilisa aussi les éditions de ses prédécesseurs. Il ne fut pas sans noter l’intérêt que présentait le manuscrit dont N. Rigault avait fait une collation tardive, le Morellanus comme l’appelle N. Rigault, le manuscrit C d’après les sigles du nouvel éditeur. On sait, grâce à notre démonstration que ce manuscrit de Morel est notre manuscrit U, écrit par Ange Vergèce en 1564. H. Kœchly n’avait pas manqué de noter la parenté de ce manuscrit avec le Parisinus Q et le Bernensis B ; de fait, j’ai établi que le manuscrit U dérive du manuscrit Q. Mais il faut rappeler, ce que l’éditeur suisse ne pouvait savoir, la manière dont Ange Vergèce procéda pour sa copie, disons mieux, pour son édition : le Manuscrit Q était complété par les variantes relevées sur R, témoin de l’autre famille, et de plus Vergèce ne se fit pas faute d’introduire quantité d’arrangements personnels rendant facile l’interprétation des points obscurs. Et c’est ici que la méthode de H. Kœchly fut en défaut : il crut que ces variantes, qui étaient du Vergèce, représentaient un état plus ancien de la tradition, état déjà altéré dans ses deux manuscrits de base. Il y avait là une erreur fatale qui ne laissa pas de fourvoyer l’éditeur.

24H. Kœchly aurait pu se contenter de ces quatre manuscrits, mais il appartenait à une époque où l’on croyait que la qualité d’une édition dépendait du nombre de manuscrits utilisés. Les notes critiques de H. Kœchly portent donc le rappel de toutes les variantes qu’il avait relevées dans les apparats critiques de ses devanciers. Si ce travail inutile avait été négligé, l’éditeur eût évité quelques bévues qu’il faut signaler. Il ne se rendit pas compte que les leçons du Parisinus P (par lui aussi noté P) n’étaient autres, malgré les erreurs de collations, que celles qu’il donne sous la sigle V, en les empruntant à l’édition de N. Rigault. De même, il ne s’aperçut pas que les variantes qu’il notait de la lettre F et qu’il empruntait à une collation assez sommaire de N. Schwebel n’étaient autres que les leçons du Laurentianus L dont il utilisait ici les deux copies, le Parisinus Q et le Bernensis B : il eût été plus logique, puisqu’il connaissait ce manuscrit de la Laurentienne, de le prendre comme texte de base, d’en négliger, d’une part, les copies et, d’autre part, les collations imparfaites. Ajoutons enfin qu’il donne la sigle K à l’ἀντίγραφον de Coray qui ne peut être qu’un relevé des variantes du Crusianus que Coray utilisait et que H. Kœchly note déjà de la lettre D.

25Ces réserves qui s’imposaient ne doivent pas faire oublier les mérites de H. Kœchly. Son édition, fondée avant tout sur deux bonnes copies du meilleur manuscrit, a été faite avec un sens critique assez aigu. Ses recherches antérieures sur les stratégistes, les éditions qu’il avait données de différents traités le préparaient mieux que tout autre à ce travail. Aussi ne saurait-on désormais éditer le Στρατηγιϰός sans tenir compte de l’édition du philologue zurichois.

Edition de W.-A. Oldfather

26[William Abbot OLDFATHER]. – Aeneas tactitus, Asclepiodotus, Onosander, with an English translation, by members of the Illinois Greek Club (Loeb Classical Library), New-York, Putnam, 1923, in-8°, 531 pages. Le texte d’Onésandros occupe les pages 341 à 527 de l’ouvrage. Il a été établi par W.-A. Oldfather, qui, du reste, dirigea l’ensemble de l’édition en question.

27On notera à nouveau le rapport que la publication présente avec les événements. C’est en 1917 que fut projetée l’édition américaine d’Enée, d’Asclépiodote et d’Onésandros, alors que les Etats-Unis entraient en guerre, Marte iam diu furente. L’ouvrage demeure cependant un véritable travail philologique et non un ouvrage de vulgarisation ; en plus d’un point l’édition de W.-A. Oldfather marque un progrès très sensible sur celle de son prédécesseur.

28Ce que nous devons étudier ici, c’est avant tout l’utilisation des manuscrits pour l’édition. Le grand mérite de cet ouvrage est d’avoir, pour la première fois, usé des quatre manuscrits byzantins qui constituent la tradition ancienne, l’Ambrosianus seul étant négligé, comme ne donnant qu’une paraphrase du texte. Pourquoi l’éditeur ne sut-il se borner à ces quatre manuscrits ?

29W.-A. Oldfather ne put se résigner à abandonner les témoins utilisés par ses prédécesseurs. Aussi, sans recourir lui-même aux sources, l’éditeur américain continua-t-il de traîner avec lui tout un lot de leçons empruntées aux collations antérieures d’une partie des manuscrits du xvie siècle, collations souvent fort inexactes, toujours très incomplètes. En revanche, il ne se soucia nullement de consulter le manuscrit de Pérouse, que Blume lui signalait (et qu’ils prennent l’un et l’autre pour un manuscrit grec, alors qu’il s’agit de la traduction latine), ni celui de Turin, qu’il connaissait par Fabricius. Quant aux dix autres manuscrits du xvie siècle, il semble les ignorer complètement. Rien n’est donc moins logique que cette manière de faire.

  • 9 Le plus curieux est que les deux collations n’étant pas toujours d’accord, on a parfois deux leçons (...)

30Il en résulte, en outre, plusieurs inconvénients. Le premier est que, à l’imitation de H. Kœchly, W.-A. Oldfather donne deux sigles différentes9 pour le manuscrit P, deux autres pour le manuscrit utilisé par Coray, sans compter une sigle pour désigner la vulgate, ce qui, en réalité ne représente rien du tout. D’autre part, ces collaborations obtenues de deuxième ou troisième main, empruntées à des éditeurs qui n’avaient pas la prétention de faire un relevé où tout fût noté, sont forcément incomplètes : il en résulte que, dans la plupart des éléments critiques, on n’a presque jamais son compte de manuscrits et qu’on reste dans l’incertitude sur les leçons des autres témoins. Quant à la sigle qui désigne la vulgate, par la force des choses, elle ne répond presque jamais à l’ensemble des leçons des manuscrits qu’elle prétend désigner. Sans doute, nous considérons ici plus la méthode que les résultats. Pourvus que nous sommes de plusieurs manuscrits anciens d’excellente qualité, le texte d’Onésandros, qui, au reste, a assez peu souffert semble-t-il, est en général facile à établir et W.-A. Oldfather n’a pas manqué d’esprit critique dans le choix de ses leçons. Mais, encore une fois, c’est sa méthode qui est routinière et c’est elle que nous prenons en défaut.

Principes d’une nouvelle édition

  • 10 Ceci s’entend sans tenir compte de l’orthographe et de l’accent. Ainsi, au ch. XI, début du § 3, L (...)
  • 11 L. Havet, Manuel de critique verbale appliquée aux textes latins, Paris, 1911, p. XIII.

31Une bonne édition n’est pas celle qui a recours au plus grand nombre de manuscrits, mais celle qui utilise de la manière la plus intelligente les seuls manuscrits qu’une étude préalable a désignés pour être la source de la tradition. De nos vingt-cinq manuscrits d’Onésandros, les vingt manuscrits de la Renaissance, copies des manuscrits byzantins, sont à éliminer. Il reste cinq manuscrits byzantins, de date très ancienne, ce qui est un cas assez rare dans l’histoire de la tradition des textes. Là encore il y a des éliminations à faire. La paraphrase de l’Ambrosianus ne peut rendre que peu de services ; elle s’insère par sa date dans une série de manuscrits que nous avons conservés et ne saurait que rarement nous renseigner sur un état antérieur de la tradition. Les quatre autres manuscrits constituent deux familles : le Laurentianus L d’une part, le Neapolitanus N, le Vaticanus V et le Parisinus P d’autre part. A l’expérience que nous en avons faite il s’est révélé que, en dehors des cas où toute la tradition était fautive, et où il fallait recourir aux conjectures, le texte que nous proposions ne comportait pas de leçons qui ne fussent soit dans L, l’unique témoin de la première famille, soit dans N, le plus ancien témoin de la seconde10. Il n’était pourtant pas d’une bonne méthode de nous en tenir à ces deux seuls manuscrits. Nos quatre témoins n’étant pas copiés l’un sur l’autre et représentant au même titre la tradition, on ne pouvait « d’après des conclusions qui ne sont que des résultats, taire des faits qui constituent des données »11. Au reste, dans le cas où le choix entre la leçon de L et celle de N paraissait douteux au premier abord, il se trouvait que la leçon de la tradition nous était indiquée automatiquement chaque fois que V et P reproduisaient la leçon de L ; supprimer cet élément d’appréciation n’était pas légitime.

32Sans doute l’accord presque constant de N et de V, auxquels le plus souvent vient se joindre P, risquait de charger l’appareil critique sans que le profit retiré fut considérable ; on y obvie en employant une sigle commune pour marquer l’accord des trois manuscrits. Pratiquement, en cas de désaccord, la tradition se partage en deux, suivant les familles indiquées : c’est à la critique interne d’intervenir pour décider du choix. En général, et il fallait s’y attendre, les leçons de L sont les meilleures.

33Il restera toutefois quelques points où sera notoirement fautive la tradition représentée par nos deux manuscrits, tradition qui, on l’a dit, repose sur un modèle en onciale qui n’est guère plus ancien que le début du xe siècle. Il y aura quelques ressources à tirer çà et là de la paraphrase de l’empereur Léon et de celle de la Sylloge tactique. Contrairement à ce qu’on a constaté pour la paraphrase de l’Ambrosianus, l’adaptation de l’empereur Léon repose sur un manuscrit du Στρατηγιϰός antérieur à l’archétype commun de nos manuscrits. Ainsi, au chapitre I, paragraphe 8, on suppléera à l’aide de Léon les mots ἀφιλάργυρον δὲ, qui manquent dans notre archétype. La même remarque est à faire pour la Sylloge tactique, qui repose aussi sur un manuscrit d’Onésandros plus ancien que notre archétype et offre l’avantage de suivre le texte d’Onésandros en le serrant de plus près.

34Dans les autres cas, on aura recours soit aux conjectures personnelles, soit à celles des philologues antérieurs. Il n’est pas d’édition moderne, depuis celle de Schwebel, où l’on ne trouve à glaner. On n’aura pas non plus à négliger les philologues de la Renaissance. Mais si l’on emprunte au manuscrit U d’Ange Vergèce, par exemple la leçon λαμπρῶν (ch. I, § 21) que conjecturait H. Kœchly, ou si l’on adopte le mot χρῆσθαι pour corriger χρηστά (ch. XXXIV, § 1), ce témoignage devra être considéré non comme celui de la tradition manuscrite, mais comme celui d’Ange Vergèce. Dans l’appareil critique, à cet endroit, on citera non pas le manuscrit U, mais le philologue Ange Vergèce, dont le nom sera donné au même titre que celui de H. Kœchly ou de W.-A. Oldfather. Est-il besoin de dire qu’il y aura assez peu à tirer des arrangements de Vergèce et encore moins de ceux de ses compagnons ou émules, Constantin Palæocappa, Emmanuel Graecus, André Darmarios, ou Camille de Venise ? On ne saurait pourtant de parti pris négliger leurs travaux.

35Pour ce qui est des philologues plus récents, il ne faudra pas oublier les corrections de Scaliger. Ces notes critiques sont contenues dans un manuscrit conservé à la bibliothèque de l’Université de Leyde. Voici comment ce manuscrit est désigné dans le catalogue de cette bibliothèque, p. 403, n° 25 des manuscrits de Vossius : Jos. Scaligeri emendationes ad Onosandrum ex autographo descriptae manu, ut videtur, G. Vossii. Ces remarques critiques de Scaliger, agrémentées de notes dues à Vossius, ont été utilisées pour la première fois par N. Schwebel qui en releva un bon nombre dans les notes de son édition.

  • 12 Commentationes in honorem Francisci Buechleri et Hermanni Vseneri editae a societate philologica Bo (...)

36La seule étude philologique qui, de nos jours, a été faite sur le texte d’Onésandros est celle d’Hermann von Rhoden. Ce philologue publia en 1873, dans les Mélanges dédiés à F. Buechler et à H. Usener12, une étude sur l’hiatus dans le Traité du Sublime du pseudo-Longus et dans le Στρατηγιϰός d’Onésandros. Il fut, par la force des choses, amené à étudier les points difficiles que présente la tradition de ces textes et suggéra des corrections souvent fort ingénieuses ; toutes sont à étudier, plusieurs à retenir.

37Comme il n’y aura que quatre manuscrits à utiliser et de bons manuscrits, au reste assez voisins, on pourra en faire une collation des plus soigneuses et, l’appareil critique pouvant rester court, on devra donner un relevé détaillé de toutes les variantes de ces quatre témoins.

38Pour ce qui est de l’orthographe, il faudra éviter de la normaliser sans raison ; souvent les scribes pratiquent l’élision, mettent le ν euphonique ; beaucoup plus souvent on voit des façons de faire opposées. Qu’il s’agisse de l’élision, du ν euphonique, des formes οὐθείς ou οὐδείς, il n’y a pas lieu de croire qu’Onésandros ait suivi des règles plus rigides que celles qui ont présidé à la rédaction des inscriptions de son époque, même des plus soignées. On évitera donc de corriger l’orthographe de la tradition comme l’ont fait les éditeurs, appliquant des règles arbitraires que l’auteur du traité ignorait sans doute.

39Reste la question des titres de chapitres ou de paragraphes. Ils manquent dans le Laurentianus, sauf au premier chapitre, où on lit περὶ αἱρέσεως στρατηγοῦ. Je tiens pour certain que les titres relevés dans la seconde famille ont été ajoutés au cours du xe siècle. Ils ne font pas partie de la tradition primitive et ni leur place, ni leur nombre, ni leur énoncé ne sont judicieux. Plusieurs d’ailleurs qu’on lit dans les éditions et que l’on pourrait tenir pour anciens sont dus à Schwebel ou à Coray. On pourrait maintenir toutefois les titres relevés dans la seconde famille, pour les placer soit dans l’appareil critique, soit dans une note adjacente sous la rubrique tituli. On pourrait, dans la traduction française, par un choix judicieux des titres et des sous-titres en manchette, essayer de dégager le plan de l’ouvrage qui demeure confus et de souligner les idées essentielles des développements.

  • 13 Voir l’Appendice III, p. 146 et suivantes.

40Débarrassée de plusieurs éléments inutiles, l’édition devra, en revanche, comporter à la fin, en petits caractères, le texte de la paraphrase de l’Ambrosianus. On a trop rarement la bonne fortune de posséder à la fois une œuvre originale et sa paraphrase datée. Les études de philologie byzantine, encore trop peu poussées en France, ne sauraient que profiter de la publication de documents de ce genre. On trouvera plus loin quelques paragraphes de cette paraphrase encore inédite13.

Notes

1 Le premier des deux exemplaires conservés à la Sorbonne est un volume d’une conservation remarquable, portant le cachet du séminaire des Missions étrangères. On a joint à la suite de l’édition imprimée le manuscrit très soigné de la traduction latine de Nicolaus Segundinus dont il a été question p. 77, note 1. Cette addition a dû être faite lors de la première reliure, qui est en parchemin souple.

2 Par suite d’une confusion facile à expliquer, dans Fabricius-Harless, Bibliotheca graeca, t. IV, 1795, p. 338, on a cité une autre édition d’Onésandros, qui serait datée de 1599 elle aussi et due à Henri Monantheuil. L’erreur remonte à une obscurité du catalogue de la bibliothèque de l’Université de Leyde. On lit dans le Catalogus Bibliothecae publicae Universitatis Lugduno-Batavae, Lugduni apud Batavos, 1716. p. 182, après la mention de l’édition de N. Rigault, Onosandri Strategicus, Graece et Latine, etc., l’indication suivante : ejusdem et Aristotelis Mechanica, Graece et Latine, per Henricum Monantholium cum ejusdem commentariis, Lutetiae Parisiorum, 1599, in-quarto. Le mot ejusdem, qui, dans l’exemplaire ici indiqué désignait l’édition de N. Rigault, reliée sans doute devant l’ouvrage d’Aristote, a été mal interprété et on a cru que le mot désignait seulement Onésandros, alors qu’il désignait l’édition d’Onésandros par Rigault. Quant à l’ouvrage d’Henri Monantheuil, c’est l’édition fort connue de la Mécanique d’Aristote, parue en 1599 chez Jérémie Périer. Aucun des exemplaires que j’ai pu en consulter n’a le moindre rapport avec le traité d’Onésandros.

3 W.-A. Oldfather, p. 355 de son édition, a résumé tous les renseignements qu’on a pu recueillir sur cette édition devenue très rare.

4 L’exemplaire est celui d’un certain sieur Jean-Alcide Musnier, médecin lorrain, ainsi que l’indique une note en latin datée de 1648.

5 W.-A. Oldfather indique (p. 356 de son édition) que l’édition de 1615 fut donnée à Francfort ; c’est une erreur.

6 Voir p. 164.

7 Sans doute ici faut-il entendre Διδοτιανὴ γραφή ou Διδοτιανὸν γράμμα.

8 Il le cite quelques années auparavant : De scriptorum militarium graecorum codice Bernensi (Index lectionum in literarum universitate Turicensi), Turici, 1854, p. 5.

9 Le plus curieux est que les deux collations n’étant pas toujours d’accord, on a parfois deux leçons dans l’apparat pour une seule leçon du texte. On ne citera qu’un exemple. Ch. XXXIV, § 4, chiffre d’appel 4 : la leçon de P est ἐπιϰαρδίαν ; or, Rigault, se fondant sur ce fait constant que les scribes byzantins unissent souvent la préposition au mot sur lequel elle porte, en supprimant l’accent, interpréta ἐπὶ ϰαρδίαν, et c’est d’ailleurs de cette façon qu’écrivirent tous les scribes de tous les manuscrits issus de P. Il en résulte que sous deux sigles différentes, P et V (V est la sigle de Rigault-Kœchly) W.-A. Oldfather donne tour à tour ἐπιϰαρδίαν et ἐπὶ ϰαρδίαν.

10 Ceci s’entend sans tenir compte de l’orthographe et de l’accent. Ainsi, au ch. XI, début du § 3, L a δ’ ἤ, N a δὴ (dans V lacune) ; seul P a le bon texte, résultat d’une correction graphique : δ’εἰ.

11 L. Havet, Manuel de critique verbale appliquée aux textes latins, Paris, 1911, p. XIII.

12 Commentationes in honorem Francisci Buechleri et Hermanni Vseneri editae a societate philologica Bonnensi, Bonnae, 1873. Quas rationes in hiatu vitando scriptor de Sublimitate et Onesander secuti sint, scripsit Hermannus de Rhoden, p. 68-94.

13 Voir l’Appendice III, p. 146 et suivantes.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search