Version classiqueVersion mobile

Les manuscrits d’Onésandros

 | 
Alphonse Dain

Chapitre V. Derniers rameaux de la tradition manuscrite

Texte intégral

1Les huit manuscrits suivants ne tiennent dans l’histoire de la tradition manuscrite du Στρατηγιϰός qu’une place médiocre et ils ne nous arrêteront que très peu. Ce n’est pas à dire que ces manuscrits soient dépourvus d’intérêt pour le philologue. Ils sont précieux, en vue des exercices de critique verbale : c’est à l’étude des manuscrits mauvais que se forme l’expérience critique. La tradition du Στρατηγιϰός fournit à cet égard des facilités qu’on retrouverait difficilement ailleurs. Existe-t-il dans l’histoire de la tradition des textes un seul autre exemple de six manuscrits copiés successivement l’un sur l’autre, comme c’est le cas ici pour P, R, F, G, H et Z, tous conservés ? L’exemple est d’autant plus intéressant que P lui-même, manuscrit qui est à l’origine de la famille, représente dans la tradition byzantine un état altéré que nous pouvons contrôler et corriger par deux états antérieurs, l’un représenté pour nous par le Neapolitanus et le Vaticanus, l’autre par le Laurentianus.

2Mais pour qui étudie l’histoire de la tradition du texte, ces manuscrits n’offrent plus qu’un médiocre intérêt. A cela s’ajoute que deux d’entre eux n’ont pas été retrouvés par moi et ne me sont connus que par les variantes relevées dans les éditions antérieures. On sait ce que nous pensons de ces collations.

3Ce n’est pas simplement leur date tardive qui nous a amené à réunir dans un dernier chapitre les huit manuscrits qui n’ont pas encore été étudiés. Il y a à cela une raison plus essentielle : les neuf témoins dérivent tous du manuscrit bisontin du cardinal de Granvelle. En effet, toutes les particularités que nous avons indiquées plus haut comme étant des innovations de la seconde copie de Palæocappa se retrouvent ici. Rappelons les faits, relevés dans le προοίμιον : θαρρήσασιν au lieu de θαρρήσας (§ 2), addition de δὲ après εὔχεσθαι (§ 5), arrangement de οἵ ἅ τυχον au lieu de ἅ τε γὰρ (§ 8), omission de οὕτως (§ 6), addition de la particule τε après ἀπολέμῳ (§ 8). Il n’est pas jusqu’à la forme barbare εἵλαιτο (§ 9) qui ne se trouve dans la plupart de nos manuscrits, trois d’entre eux seulement ayant corrigé cette faute.

Ambrosianus gr. 905, J

  • 1 Le manuscrit a été décrit avec suffisamment de détails par E. Martini et D. Bassi, Catalogus codicu (...)
  • 2 Voir R. Forster, Hermès, t. XII (1877), p. 460 et suivantes.

4Sans être une copie directe du manuscrit de Besançon, nous aurons à le démontrer plus loin, l’Ambrosianus1 J paraît être le plus ancien témoin conservé des descendants de ce manuscrit. Il faut savoir que le manuscrit J est, en principe, une reproduction complète de l’Ambrosianus A, manuscrit byzantin2 ; il en est même la seule copie. Mais on se rappelle que ce manuscrit du xe siècle ne donnait pour le Στρατηγιϰός qu’un texte mutilé de son premier tiers ; encore est-il que l’autre partie n’est qu’une paraphrase. Force fut au copiste de recourir à une autre source ; c’est donc uniquement pour le traité d’Onésandros que le manuscrit J s’apparente au manuscrit G.

5L’Ambrosianus J est un manuscrit de papier de 308 folios auxquels il faut ajouter 3 feuillets préliminaires et 11 feuillets laissés sans écriture, à la fin. Chaque folio a 33 cm. 6 de hauteur sur 23 cm. de largeur ; il y a trente lignes par page ; les titres sont en capitales. Il y a entre les divers traités de nombreux feuillets laissés en blanc. Le manuscrit porte une reliure ancienne en cuir.

  • 3 C’est le Parisinus gr. 2455, traités de musique d’Aristide Quintilien et de Manuel Bryennius.

6L’Ambrosianus J, destiné à orner la bibliothèque de Jean-Vincent Pinelli, a été copié par deux scribes différents, tous deux à la solde du célèbre philologue padouan. La première main écrivit d’abord jusqu’au folio 128 : ce copiste anonyme est le même que celui qui écrivit le manuscrit 902 de l’Ambrosienne, recueil de traités de stratégistes qui était lui aussi destiné à Pinelli. La seconde main est celle de Camille de Venise, scribe qui ne copia pas moins de 75 manuscrits pour Pinelli : un des manuscrits de la Bibliothèque nationale3 écrit de sa main porte la date de 1562 ; c’est quelques années après cette date qu’il dut transcrire le manuscrit qui nous occupe. Camille de Venise écrivit du folio 129 au folio 282 ; à son tour, il céda la place à son prédécesseur qui copia à la fin du volume, à partir du folio 294, le traité byzantin anonyme Ὅπως χρὴ ϰτλ. Le Στρατηγιϰός, copié par Camille de Venise, occupe les folios 241 à 264.

  • 4 Voir page 37.

7La parenté de l’Ambrosianus J avec l’Ambrosianus A ne saurait faire de doute. Quoique le nouveau manuscrit ne comporte pas tout le contenu de l’Ambrosianus A et ne donne pas toujours le même ordre aux diverses œuvres, la présence de traités qui n’étaient conservés que dans l’Ambrosianus A, notamment de tous les traités relatifs à la guerre navale, suffit à justifier cette conclusion. Ajoutons que l’Ambrosianus J, propriété de Pinelli, a été écrit pour ce philologue dans sa bibliothèque même ; n’était-ce pas lui qui possédait alors le précieux manuscrit que nous avons étudié plus haut4 ? Au reste, Pinelli semble avoir montré un intérêt marqué pour les manuscrits grecs de technique militaire. Presque tous les volumes de stratégie de l’Ambrosienne proviennent de sa bibliothèque. C’est donc à la suite des mêmes tribulations qui furent celles de tous les livres de Pinelli que notre manuscrit J parvint à la bibliothèque ambrosienne, en 1607. Le livre porte le numéro de rayon C. 265 infr. et le numéro de catalogue 905.

8Comme on l’a indiqué, Camille de Venise n’avait pu utiliser l’Ambrosianus A qui se trouvait chez Pinelli pour y copier le traité d’Onésandros. Ce fut à un autre manuscrit, aujourd’hui perdu, qu’il eut recours. Cette copie était elle-même issue de G, puisqu’elle présente tous les arrangements particuliers à ce manuscrit. Camille de Venise ajouta aux fautes du manuscrit bisontin les fautes de la copie qui servit d’intermédiaire et les siennes propres qui furent assez nombreuses. Nous aurons à le démontrer en comparant au manuscrit de l’Ambrosienne le manuscrit de l’Escorial E.

Scorialensis Ⲯ. IV. 5, E

  • 5 Le manuscrit est cité par Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum, Lutetiae Parisiorum, 1739, p. 622 (...)

9Le Scorialensis5 E est un manuscrit de papier de 160 folios de petit format ; il y a au début 4 feuillets préliminaires non numérotés, présentant la liste des chapitres des trois traités contenus dans le recueil. Chaque page porte 13 lignes d’écriture ; les lettres initiales sont ornées. Le recueil offre, en premier lieu, à partir du folio 1r le traité d’Onésandros ; notons tout d’abord que ce traité porte ici le nom de compilation de Polyen, τοῦ σοφωτάτου πολυαίνου στρατηγιϰὰ ἐϰ τῶν ϰτω βιβλίων. Ce n’est que plus tard qu’une seconde main, sans changer le titre, barra une partie du mot πολυαίνου pour mettre à la place ὀνοσάνδρου. Au folio 102 suivent les Ναυμαχιϰά de l’empereur Léon et au folio 142 les Ναυμαχιϰά de Basile le Patricien.

  • 6 Voici le titre complet de l’ouvrage : Aeternae memoriae viri Ant. Augustini archiepiscopi Tarracon. (...)
  • 7 Pour tous renseignements concernant la bibliothèque d’Antoine Augustin, il suffit de renvoyer à la (...)
  • 8 Ch. Graux, p. 481, indique à tort IV. E. 15. Il donne, en outre, une cote plus ancienne, III. Z. 12

10Le manuscrit porte à la première page le n° 231. Si l’on se reporte à l’ouvrage, devenu très rare, intitulé : Ant. Augustini Bibliotheca graeca msta6, Tarracone, 1586, on trouvera sous le n° 231 la désignation de notre manuscrit. Ce trait suffit à indiquer l’origine du volume : c’est un manuscrit d’Antoine Augustin, un des philologues les plus illustres qu’ait produit l’Espagne du xvie siècle. Nommé évêque de Lérida, en 1555, transféré en 1586 au siège archiépiscopal de Tarragone, qu’il occupa jusqu’à sa mort, en 1586, il avait, dès avant son épiscopat, collectionné des livres et des manuscrits qui constituèrent une des plus importantes bibliothèques d’Espagne : on y comptait au moment de sa mort 272 manuscrits grecs et 561 manuscrits latins7. Cette date de 1586 et même de 1585 (car la rédaction du catalogue, faite par Antoine lui-même ou son secrétaire, devança forcément de quelques mois l’impression qui était en cours au début de 1586) peut être considérée comme le terminus ante quem pour dater notre manuscrit. Comme la majeure partie de la collection d’Antoine Augustin, le manuscrit E fut acquis en 1587 pour l’Escorial. Au haut du folio 1r on lit encore l’ancienne numérotation de cette bibliothèque8, VI. E. 15. Le manuscrit porte une table due à Nicolas de la Torre, copiste grec attitré de la bibliothèque, et reçut une reliure ornée du gril surmonté d’une couronne, frappé à froid, suivant le type courant à l’Escurial.

11Un examen plus attentif du manuscrit m’a permis de remonter d’une quinzaine d’années le terminus ante quem fixé précédemment. On sait qu’un des principaux pourvoyeurs en manuscrits grecs de l’évêque espagnol fut le grec André Darmarios, natif d’Epidaure et installé en Italie d’où il rayonnait dans toute l’Europe. Antoine Augustin avait pour Darmarios une estime exagérée. Sans doute Darmarios, scribe lui-même et chef d’une véritable entreprise de copie de manuscrits, a laissé un nom dans la lignée des Grecs venus en Occident à la Renaissance ; c’est même lui qui clôt la liste. Mais dans leur nombre ce copiste, manquant de goût et dépourvu encore plus de scrupules, fait plus figure de trafiquant que d’humaniste. On le voit d’ailleurs à deux reprises copier des manuscrits en prison.

12A dire vrai, le manuscrit aujourd’hui conservé à l’Escurial n’est pas écrit de la main d’André Darmarios, mais je n’hésite pas à dire qu’il sort de son officine. Il présente tous les traits extérieurs que nous montrent les manuscrits datés et signés par Darmarios et son équipe : signalons le format, la disposition du texte sur le papier, le nombre de 13 lignes à la page, la décoration des lettres initiales, l’introduction du mot σοφωτάτου dans le titre ; ce sont là autant d’indices qui ne trompent pas. Bien mieux, la présence d’un faux titre est à cet égard décisive ; on sait que Darmarios et ses aides affublaient souvent de faux titres leurs copies, ici le nom plus avenant de Polyen faisait meilleur effet que celui, encore assez ignoré en Espagne, d’Onésandros (on disait Onosandros) et couvrait la marchandise.

  • 9 On pouvait être tenté de faire remonter plus haut le terminus ante quem ; on sait que la traduction (...)

13Or, on verra plus loin qu’André Darmarios fit de sa main une copie du traité d’Onésandros en 1573 ; qu’il en fit une deuxième, transcrite directement d’après le manuscrit du cardinal de Granvelle, à l’usage de son atelier, en 1575, ceci sans tenir compte des reproductions postérieures. Rien dans le Scorialensis E ne rappelle les traits particuliers de ces deux exemplaires. Ce fut à une autre source que fut empruntée la copie destinée à Antoine Augustin : ceci nous fait remonter au delà de la date de 1573, ou tout au moins de 1575, sans quoi le manuscrit de l’Escurial eût reproduit le type des manuscrits C et H que nous décrirons dans la suite, de même que le reproduisent les autres copies de l’atelier de Darmarios9.

14En étudiant, cette fois, le texte même du recueil on arrive à serrer la difficulté et à déterminer le terminus a quo en même temps qu’on découvre la filiation du manuscrit. On n’a pas été sans apercevoir que le recueil de l’Escurial présentait, outre le texte d’Onésandros, les Ναυμαχιϰά de Léon et celles de Basile le Patricien. On voit dès lors l’attention se porter sur l’Ambrosianus A, le seul manuscrit bizantin qui offre ces textes. Mais l’Ambrosianus A ne présente qu’une paraphrase mutilée du Στρατηγιϰός. Faut-il dès lors, songer à l’Ambrosianus J, étudié précédemment, transcription du modèle byzantin qui présente à la fin les deux traités sur la guerre navale et l’ouvrage d’Onésandros ? Nous allons prouver qu’il s’agit d’une autre source.

15Au premier abord pourtant différents indices pouvaient faire croire que, tout au moins pour le Στρατηγιϰός, le Scorialensis avait reproduit l’Ambrosianus J. Etudions à cet égard le seul paragraphe 4 du προοίµιον. Voici les trois variantes fautives introduites dans les cinq premières lignes de ce paragraphe (on est pourtant au début de l’ouvrage), par la tradition que représente J. Voici le début de ce paragraphe tel qu’on le lisait dans G : τὸ δὲ σύνταγμα θαρροῦντί μοι εἰπεῖν ὡς στρατηγῶν τε ἀγαθῶν ἄσϰησις ἔσται παλαιῶν τε ἡγεμόνων ϰατὰ τὴν σεϐαστὴν εἰρήνην ἀνάθημα. Dans cette phrase le manuscrit J nous donne le mot στρατηγιϰῶν au lieu de στρατηγῶν. L’auteur poursuit εἰσόμεθά τε ϰαὶ εἰ μηδὲν ἄλλο, παρ’ ἥν αἰτίαν ϰτλ. ; J donne ἄλλον au lieu de ἄλλο. Voici la fin de la phrase… παρ’ ἣν αἰτίαν ο τε πταίσαντες ἐσφάλησαν τῶν στρατηγησάντων, οἵ τε εὐπραγήσαντες ἐγέρθησαν εἰς δόξαν. Dans ce dernier élément de la phrase le génitif partitif στρατηγησάντων se trouve dans le manuscrit J remplacé par le mot στρατηγημάτων qui sert de complément au verbe ἐσφάλησαν ; le mot ne doit pas être conservé, mais après tout, avec στρατηγημάτων, la phrase offre un sens. Ouvrons maintenant le Scorialensis E. La faute στρατηγιϰῶν pour στρατηγῶν est reproduite, ce qui indique une parenté étroite de ce manuscrit avec J. On trouve, en revanche, la bonne leçon μηδὲν ἄλλο au lieu de μηδὲν ἄλλον : il n’y a rien à conclure de cela, le scribe le plus ignare pouvant faire une correction aussi élémentaire. Mais, au lieu du texte στρατηγημάτων on lit le texte antérieur à la faute, στρατηγησάντων : or, il n’y a absolument aucune chance qu’aucun scribe, ni même aucun philologue, fût-il des plus avertis, ait l’idée, en ayant devant les yeux la phrase du manuscrit J, de suspecter le mot στρατηγημάτων et de le remplacer par στρατηγησάντων.

  • 10 La question de savoir si le manuscrit J n’a pas été copié sur le manuscrit E ne saurait se poser : (...)

16Nous n’insisterons pas ; l’examen comparé du texte des manuscrits E et J nous montrerait continuellement une série de fautes communes et parallèlement dans chaque manuscrit une série de fautes individuelles que méconnaît le voisin10. On voit dès lors la conclusion : les manuscrits E et J ne sont pas copiés l’un sur l’autre, mais ils dérivent d’une même source intermédiaire, dérivant elle-même du manuscrit G du Cardinal de Granvelle ; cet intermédiaire n’a malheureusement pas été conservé.

17Du fait même, on peut resserrer la question de la date du manuscrit E : il est la copie d’une copie du manuscrit G. Postérieur de quelques années à ce manuscrit G qui est daté de 1560 à 1561, antérieur à 1573 ou tout au moins à 1575, le manuscrit E vient s’insérer à quelques années près aux environs de l’an 1570. On sait justement que c’est dans les dix années qui suivirent 1563 que les relations entre Antoine Augustin et Darmarios furent les plus fréquentes. Le manuscrit E, tout au moins pour ce qui est du Στρατηγιϰός, est un frère du manuscrit J, un petit-fils du manuscrit G.

Cantabrigiensis 1038 (O. 1-14), C

  • 11 Le manuscrit est sommairement décrit par Montague Rhodes James, The Western manuscripts in the libr (...)

18Le Cantabrigiensis11 C est un manuscrit de papier de petit format comprenant 121 folios. Chaque folio mesure 21 cm. de hauteur sur 15 cm. de largeur ; chaque page présente 13 lignes d’écriture. Il y a en marge quelques variantes portées par une autre main que celle du copiste et de même quelques notes en latin : çà et là aussi le texte a été corrigé. Le volume débute par une table des 38 chapitres du Στρατηγιϰός d’Onésandros ; le texte même du traité ne commence qu’au recto du folio 6 pour se poursuivre jusqu’au folio 75. Suivent comme dans le Scorialensis les Ναυμαχιϰά de l’empereur Léon et celles de Basile le Patricien.

19Le Cantabrigiensis fut achevé à Venise, le 1er janvier 1573, par André Darmarios. C’est l’indication que porte la souscription de l’ouvrage : ὑπὸ ἀνδρεοῦ (sic) δαρμαρίου εἴληφε τέλος ἐν τῶ ἔτει, ͵άφογ΄ Ἰανουαρίου α. ᾽Ενετίαζε. André Darmarios, en effet, ne travailla pas pour le seul Antoine Augustin. Nous le voyons, entre deux voyages en Espagne, parcourir le Nord de l’Italie ou l’Allemagne et les pays limitrophes, porteur d’un lot de manuscrits qu’il promenait de ville en ville, s’offrant à en faire des copies sur place ou à vendre ceux qu’il a en double.

  • 12 (Bernard), Catalogus codicum manuscriptorum Angliae et Hiberniae, Oxoniae, 1697, t. II, pars I, p.  (...)
  • 13 R. Sinker, The library of Trinity College, Cambridge, Cambridge, 1891, p. 13.

20On ne sait quel fut le premier propriétaire du manuscrit que Darmarios copia à Venise. Ce n’est qu’à la fin du xviie siècle, en 1697, que je retrouve la trace du volume ; il fait alors partie des livres de Thomas Gale12, doyen d’York, parmi lesquels il figure sous le n° 204. Thomas Gale ne fut pas seulement un théologien distingué, il fut surtout un grand helléniste. Quand il mourut, en 1702, ses livres passèrent à son fils Roger, qui les légua, en 1738, à la bibliothèque de Trinity College à Cambridge13. Notre volume y est resté depuis.

21Le Cantabrigiensis, pour ce qui est des leçons du texte, reproduit le type du manuscrit du cardinal de Granvelle. Darmarios semble avoir transcrit assez mécaniquement la copie qu’il en avait eue. La ressemblance s’étend jusqu’aux fautes d’orthographe : évidemment, la faute qu’on lisait depuis quelques temps dès la première phrase, λελογχῶσι : pour λελογχόσι se retrouve encore ici. L’innovation la plus importante apportée à ce manuscrit par Darmarios est dans le titre. Au lieu de Ὀνοσάνδρου στρατηγιϰά, le copiste, amplifiant l’intitulé, comme il le fit dans beaucoup d’autres cas, écrivit Τοῦ σοφωτάτου Ὀνοσάνδρυ στρατηγιϰά. Dans le manuscrit de l’Escorial nous avons déjà vu que le pseudo-Polyen était qualifié de σοφώτατος. Devant le préambule Darmarios écrivit προοίμιον et à la fin de celui-ci τέλος προοιμίου.

22A cet endroit de notre démonstration il importe d’établir les rapports qui existent entre les trois manuscrits précédemment étudiés, l’Ambrosianus J, le Scorialensis E et le Cantabrigiensis C. On a indiqué plus haut quels liens unissaient les manuscrits J et E ; s’il est vrai qu’ils n’ont pu être copiés l’un sur l’autre, du moins la présence de certaines fautes communes implique-t-elle un modèle commun. D’autre part, s’il est vrai que E et C n’ont de commun entre eux que ce qui leur vient de l’ancêtre commun, le manuscrit du cardinal de Granvelle, du moins l’assemblage insolite des trois mêmes traités, le Στρατηγιϰός et les deux Ναυμαχιϰά, ne peut-il s’expliquer à son tour sans un modèle commun servant d’intermédiaire entre eux et le manuscrit de Granvelle. Les deux intermédiaires que nous sommes amenés à suppléer dans la suite de la tradition n’ont pas été retrouvés. Le tableau ci-joint permet de noter graphiquement le résultat partiel obtenu.

Monacensis gr. 268, D

  • 14 Cette attribution n’avait pas échappé au rédacteur de catalogue des manuscrits grecs de la Biblioth (...)

23Le Monacensis D, nous l’avions conjecturé a plusieurs indices avant même d’en avoir en main les reproductions photographiques, a lui aussi été copié par André Darmarios. C’est un manuscrit de papier, du même petit format que les exemplaires précédents, comportant 82 folios ; chaque page, suivant l’usage de l’officine d’André Darmarios pour les manuscrits de ce format, porte 13 lignes. L’écriture est assez négligée, mais dénote sans aucune hésitation possible la main de Darmarios14.

  • 15 Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum, Lutetiae Parisiorum, 1737, t. I, p. 591 D, n° 233.

24L’histoire de ce manuscrit ne semble comporter aucune péripétie. Ecrit par Darmarios soit à Trente soit en Allemagne, au cours d’un des voyages que le scribe fit dans ce pays où il écoula une bonne part de sa marchandise, le volume est signalé par Montfaucon, qui est le premier à le mentionner, comme se trouvant dans la Bibliothèque de l’Electeur de Bavière15 ; il portait alors le n° CCXXXII. C’est là que quelques années plus tard le consulta Nicolas Schwebel, qui en fit la base de l’édition qu’il donna en 1762. L’éditeur allemand avait donné au manuscrit le nom de Bavaricus, nom conservé par tous les éditeurs successifs qui depuis, sans jamais recourir à la source, se sont servi des collations, du reste assez sommaires, qu’il avait données. Il eut pourtant été facile de le faire, le manuscrit n’ayant jamais changé d’habitat et se trouvant encore aujourd’hui à Munich, dans la bibliothèque de l’Etat bavarois. Je dois à l’insigne obligeance du Dr Stroux, professeur à l’Université de Munich, d’avoir pu obtenir en quelques jours à peine les photographies de ce manuscrit qui, jusqu’au dernier moment, avait échappé à mes recherches, en raison d’une lacune des tables du catalogue en cinq gros volumes, publié par I. Hardt. Je tiens à lui exprimer ici ma vive gratitude.

  • 16 C’est I. Hardt qui proposait de reconnaître dans cette note manuscrite la main du fameux orientalis (...)

25Le folio de garde du manuscrit D porte une note en latin qui intéresse les origines du volume, note attribuée à tort à Jean-Albert Wiedmanstadt16. En voici la teneur : Onosandri Platonici de re militari ex Bibliotheca Vaticana. Après un alinéa : Est idem ille liber qui habetur latine, et inscribitur : De optimo Imperatore et eius officio, Nicolao Saguntino interprete. Bas. 1541. Hist. tur. I, § 1, n° 21. D’après cette note, le manuscrit D aurait été copié sur un manuscrit de la Vaticane. Renchérissant sur cette indication, peut-être pour se disculper d’utiliser un manuscrit de basse époque, N. Schwebel vieillissait le prétendu modèle en disant de son manuscrit : « Recentiorum quidem (habui) at ex libro quodam ueteri Vaticanae bibliothecae, ut nota Mss. eidem adjecta docet, descriptum ».

  • 17 Charles Graux, dans son Essai sur les origines du fonds grec de l’Escurial, p. 296, estime à une ce (...)

26Ces indications sont fausses l’une comme l’autre. Il n’y avait à la Vaticane, dans la seconde moitié du xvie siècle, que le manuscrit V et la copie qu’en avait fait Emmanuel Graecus, le manuscrit X. Or notre manuscrit D n’a aucun rapport avec eux. On ne voit donc guère le moyen d’expliquer cette note en latin, à moins qu’il ne faille remonter à une indication mensongère due à Darmarios lui-même. On sait, en effet, que parmi les procédés de faussaire qu’emploie ce Grec industrieux, il en est un qui consiste à relever la valeur des médiocres copies que produit son atelier en attestant dans une note latine qu’elles sont prises sur de vieux ou de précieux originaux17. C’est peut-être à une affirmation du même genre que remonte la note latine portée sur le manuscrit. Quelle qu’en soit l’origine, cette note fournit l’occasion de rappeler avec combien de discernement il faut utiliser les indications portées sur les manuscrits. Faute d’avoir pris cette précaution élémentaire, N. Schwebel, qui n’était peut-être pas d’entière bonne foi, puisqu’il déformait dans son sens l’indication fournie par le manuscrit, donnait comme le descendant d’un manuscrit ancien ce qui n’était que la reproduction d’une très mauvaise copie faite par Darmarios lui-même en 1573.

27C’est, en effet, du Cantabrigiensis C que provient notre Monacensis D. Comme son modèle, le manuscrit D porte dans le titre l’innovation précédemment indiquée : τοῦ σοφωτάτου Ὀνοσάνδρου στρατηγιϰά ˙ προοίμιον. Le texte, avec des négligences nouvelles, reproduit fidèlement les leçons du manuscrit C, allant jusqu’à présenter les mêmes fautes d’orthographe, comme le λελογχῶσι de la première phrase du traité. Une autre particularité du manuscrit C se retrouve ici ; il s’agit de la table en trente-huit chapitres que Darmarios avait placé en tête du Στρατηγιϰός dans le manuscrit de Cambridge : notre scribe n’était pas homme à abandonner une addition qui pouvait donner quelque ampleur à une œuvre de médiocre volume. Dans notre manuscrit D le résumé des chapitres ne comporte pas moins de sept pages ; en y ajoutant les folios laissés en blanc au début et la fin de la table, Darmarios trouvait le moyen d’accroître sans grande peine le volume de sa marchandise.

28Il ne paraît pas que le manuscrit D puisse avoir des rapports d’origine avec les deux autres manuscrits de Darmarios que nous étudierons dans la suite, dont l’un, Z, porte dans son titre les mêmes arrangements que C et D. On relève bien dans Z, comme dans notre Monacensis D, la correction de ἄν εἵλαιτο en ἄν εἵλετο (προοίμιον, § 9), mais ce n’est là qu’une rencontre fortuite et heureuse, résultant d’une correction élémentaire. En un mot, je n’hésite pas à faire du Monacensis un descendant direct du Cantabrigiensis.

29On verra un peu plus loin qu’à partir de 1575, l’officine de Darmarios posséda en propre une copie du Στρατηγιϰός qui devait servir aux reproductions ultérieures. Comme le Monacensis ne montre aucun trait qui l’apparente à ce texte de base, il y a quelque chance qu’il lui soit antérieur. C’est donc entre janvier 1573, date à laquelle fut terminé le Cantabrigiensis, et février 1575 que l’on est tenté de placer la reproduction de Monacensis : ce n’est qu’une hypothèse, mais vraisemblable.

Nagelianus, ν

30Le Nagelianus ν a, lui aussi, échappé à mes recherches. Peut-être ce manuscrit se cache-t-il encore dans quelque bibliothèque allemande. Tout ce que nous savons de lui, en effet, c’est qu’il se trouvait au milieu du xviiie siècle aux mains du philologue Jean Nagel, d’Altdorf, qui le communiqua à N. Schwebel quand ce dernier préparait son édition, d’où le nom de Nagelianus que lui donna l’éditeur.

31C’est encore par la seule édition de N. Schwebel que nous connaissons ce manuscrit. L’éditeur allemand n’avait pas été sans remarquer l’étroite parenté qui unit le Monacensis et le Nagelianus. De fait, le relevé des variantes du manuscrit ne montre d’autre différence que quelques notes marginales ajoutées dans le manuscrit ν ; encore ne sont-elles vraisemblablement pas de la première main. Le Nagelianus reproduit les nouveaux arrangements que nous signalions dans le titre des manuscrits de Cambridge et de Munich. Il y a toutes les chances pour que le Nagelianus soit une copie, sans doute directe, du Monacensis.

32Ces deux manuscrits constituent le rameau germanique de la tradition du. Στρατηγιϰός.

Ambrosianus gr. 563, H

  • 18 Le manuscrit est sommairement décrit par E. Martini et D. Bassi. Catalogus codicum graecorum biblio (...)

33L’Ambrosianus18 H a mauvaise mine. On ne sait dans quelles conditions André Darmarios, qui avait déjà copié deux fois le Στρατηγιϰός en se servant d’un modèle transcrit d’après le manuscrit de Besançon, fut amené à reproduire à nouveau le traité d’après l’exemplaire même du cardinal de Granvelle. A tout prendre, si Darmarios voulait transcrire le traité d’Onésandros d’après un exemplaire meilleur, il lui était loisible, étant donné qu’il avait établi son officine à Trente, de recourir au manuscrit ancien conservé à Padoue. Mais il ne semble pas que Darmarios ait jamais été en rapport avec Pinelli. En revanche, à Trente, où il avait déjà rencontré Antoine Augustin, l’archevêque de Tarragone, Darmarios avait pu lier des relations avec le cardinal de Granvelle, qui joua un rôle important dans la deuxième session du concile. La ville de Trente fut, en effet, au cours des diverses sessions du concile, un véritable marché aux manuscrits et aux copies. Sans aucun doute, Granvelle attachait du prix à son manuscrit. Le vanta-t-il un jour outre mesure devant Darmarios ? Toujours est-il que pour la quatrième copie sortie de son atelier, ce fut au manuscrit de Besançon que notre scribe eut recours.

34L’Ambrosianus H est un manuscrit de papier composé de VII folios préliminaires, 66 folios consacrés au texte et 13 folios laissés à la fin sans écriture. Chaque folio a 20 cm. 3 de hauteur sur 14 cm. 8 de largeur ; chaque page porte 13 lignes d’écriture. Le manuscrit ne contient que le Στρατηγιϰός.

rουcompagnons
  • 19 B. de Montfaucon, d’abord dans le Diarium italicum, Parisiis, 1702, p. 15, puis dans la Bibliotheca (...)

35Le manuscrit H est, en effet, un livre d’atelier, et c’est ce qui explique que l’écriture en soit négligée. Il fait partie du fonds que Darmarios se constitua et dont il était toujours prêt à donner ses copies : ne l’a-t-on pas vu reproduire jusqu’à treize fois son exemplaire des Στραταγήματα de Polyen, qui constitue un assez gros volume ! On sait, au reste, qu’il s’était intéressé d’une manière particulière à la copie des traités de stratégistes grecs. L’exemplaire personnel de Darmarios, acquis après sa mort par César Rovida, entra en 1607, avec les manuscrits de ce dernier, dans la bibliothèque Ambrosienne19, où le volume a pour numéro de rayon N. 196 sup. et pour numéro de catalogue 563.

  • 20 Comme le manuscrit de Besançon, H présente dans la première phrase du traité la faute d’orthographe (...)

36Le manuscrit H est une copie rapide du manuscrit G de Besançon. Si l’on y relève toutes les caractéristiques signalées dans G, on n’y retrouve aucun des arrangements ou fautes particulières qu’on pouvait noter dans les cinq manuscrits précédemment étudiés, issus d’une autre copie du manuscrit G. Comme nous l’indiquions, il y eut donc de nouveau recours à la source20. La rapidité et la négligence avec laquelle fut faite cette copie explique la présence de nombreuses fautes nouvelles. Nous aurons à en signaler quelques-unes à propos du manuscrit suivant.

Palatinus Vat. gr. 414, Z

  • 21 Le manuscrit est sommairement décrit par H. Stevenson, Codices manuscripti Palatini graeci Biblioth (...)

37Le Palatinus21 Z est un manuscrit de papier de 218 folios. Chaque feuillet a 31 cm. de hauteur sur 13 cm. de largeur ; il y a 13 lignes à la page. Le manuscrit comporte d’abord 133 folios où sont transcrites des œuvres qui n’ont rien de commun avec la discipline militaire. Après le folio 133, signé par le scribe, viennent 7 feuillets sans texte, puis, au folio 140 recto, commence le Στρατηγιϰός d’Onésandros qui se poursuit jusqu’au folio 218, le dernier du volume.

  • 22 La liste de ces douze manuscrits est connue par une note autographe de Fr. Sylburg, conservée au Va (...)

38La signature portée au folio 133 est celle d’André Darmarios : ὑπὸ ἀνδρέου δαρμαρίου τοῦ ἐπιδαυρίου, ἐν τῷ ἔτει, ͵αφπϐ΄, ἀπριλλίου δῃ΄. Ce n’est qu’après cette date du 4 avril 1582 que Darmarios acheva son volume en transcrivant le traité d’Onésandros. En effet, bien que la signature soit placée avant ce traité, on n’hésite pas à reconnaître la main de Darmarios dans les dernières pages. Selon toute vraisemblance, le manuscrit a été copié pour Jules Pacio de Beriga, humaniste distingué et professeur de droit à Heidelberg. Nous voyons, en effet, que neuf ans après cette date, en 1591, le volume fait partie d’un lot de douze manuscrits grecs acheté par Fr. Sylburg, bibliothécaire de l’Université d’Heidelberg22. Le manuscrit suivit alors la fortune des autres manuscrits palatins et fut envoyé en 1623 à Rome, où il se trouve encore.

39Un examen superficiel pourrait faire croire que le manuscrit Z a été copié sur le manuscrit C, déjà écrit de la main de Darmarios. La disposition extérieure, les ornements, les fioritures des initiales, le nombre de lignes par page, tout concourt à donner au manuscrit C et au manuscrit Z une telle ressemblance extérieure qu’on serait tenté d’en confondre les reproductions photographiques, n’était que parfois l’écriture est plus appuyée dans le manuscrit Z que dans le manuscrit C. Qui plus est, dans l’intitulé, au lieu de la mention Ὀνοσάνδρου στρατηγιϰά, qui est celle de la vulgate, on lit dans Z comme dans C τοῦ σοφωτάτου Ὀνοσάνδρου στρατηγιϰά.

  • 23 Il y a une faute nouvelle : εὐτυχοίη au lieu de εὐτυχοίην.
  • 24 La particule τε avait été introduite dans le manuscrit du cardinal de Granvelle par Constantin Palæ (...)
  • 25 C’est un bel exemple d’incompréhension amenant une « correction » ridicule.

40Pourtant ce n’est pas du manuscrit C, dont on ne peut dire où il était en 1582, mais du manuscrit H que dérive ce nouvel exemplaire de Darmarios. Que le scribe ait copié le manuscrit Z en se servant de son exemplaire personnel, le manuscrit H, c’est un point qui ne saurait faire de doute. Nous voyons, en effet, le manuscrit Z reproduire les fautes nouvelles et les arrangements nouveaux que Darmarios avait introduits dans sa copie précédente. Ainsi, au paragraphe 3 du προοίμιον, Darmarios, au lieu d’écrire ὅθεν, εἰ ϰαὶ παρὰ πολλοῖς φανείη, transcrit θεν ϰαὶ ϰτλ. ; le manuscrit Z présente la même omission de la conjonction εἰ. Dans le même paragraphe, le manuscrit de Besançon recopié par Darmarios portait εὐτυχοίην τ’ἄν, εἰ, ἅ δὴ Ῥωμαίοις δυνάμει ϰαὶ δι’ ἔργων πρᾶξαι, ϰτλ. Le mot πρᾶξαι mis au lieu de πέπραϰται était gênant. Darmarios essaya de corriger en écrivant dans son manuscrit personnel εὐτυχοίην ἄν εἰς ἅ δὴ ‘Ρωμαίοις ϰτλ. ; or, le manuscrit Z présente la même suppression de la particule τε et l’arrangement de εἰ en εἰς23. Plus loin, § 8, le manuscrit H portait οὐθὲν γὰρ ἐσχεδιασμένον ἀπολέμω (sans iota souscrit) τε24 ϰαὶ νεωτέρᾳ γνώμῃ (avec iotas souscrits), τόδε περιέχει τὸ σύνταγμα ; Darmarios écrivit en marge de sa copie ἴσως ἀπονέμω : or le manuscrit Z a introduit dans le texte, au lieu de ἀπολέμῳ, cet ἀπονέμω qui ne va pas25. A la fin du préambule, le manuscrit Z présente les mots τέλος τῆς προθεωρίας, que Darmarios avait introduits lui-même dans sa copie.

  • 26 Souvent Darmarios ne copiait lui-même que la première et la dernière page du traité ; ses φίλοι fai (...)

41Que si l’on s’étonnait après cela de voir que le manuscrit Z, copié sur le manuscrit H, ressemble extérieurement au manuscrit C, il y aurait cependant un moyen de répondre. Le manuscrit H, propriété personnelle de Darmarios, était, on l’a dit plus haut, non pas un manuscrit de bibliothèque, mais une sorte de brouillon d’atelier. Il faisait partie de ce lot de livres qui constituait le fonds de boutique de Darmarios et que lui et ses employés étaient toujours prêts à copier. S’agissait-il de reproduire un texte, fût-ce pour combler les pages vides d’un manuscrit, comme c’est le cas ici, aussitôt les règles et les procédés propres à l’officine étaient observés : il existe un type traditionnel de bandeaux-vignettes, de lettres ornées, de capitales, de minuscules, une disposition spéciale des fins de chapitres qui se terminent en pointe, les lignes devenant de plus en plus courtes, l’auteur du traité est décoré du titre de σοφώτατος, etc. On fait valoir la marchandise. Un livre sorti de l’officine de Darmarios, qu’il soit écrit par lui-même ou par quelqu’un de son personnel26, est aussi facile à reconnaître qu’une édition des Aldes ou des Juntes.

Crusianus, ϰ

42On peut s’étonner que le Crusianus, qui était il y a un siècle la propriété de Firmin Didot, soit aujourd’hui perdu. Je n’en ai trouvé aucune trace dans la Bibliothèque d’A.-Firmin Didot, Catalogue des livres rares et précieux manuscrits et imprimês, publication qui fut faite lors de la dispersion aux enchères d’une partie de cette bibliothèque, à Paris, en juin 1881, lors de la mort du fils de Firmin Didot. Le manuscrit ne figure pas non plus dans les catalogues similaires de la bibliothèque Didot, publiés lors des ventes qui eurent lieu les années suivantes.

43Les seuls renseignements qu’on ait sur le manuscrit sont donc ceux que nous fournit A. Coray, à qui Didot communiqua son manuscrit pour l’édition de 1822. A. Coray nous dit que le volume appartint à Martin Crusius, le célèbre historien et philologue allemand qui professait la langue grecque à Tubingen. Voici la note que portait le manuscrit : Διανέγνων ὁ Κρούσιος ἀπὸ τῆς ιε΄ Νοεμϐρίου ἕως τῆς ϰδ΄ τοῦ αὐτοῦ, ͵αφπδ΄. Le manuscrit est donc antérieur à 1584.

44Aux yeux d’A. Coray lui-même le manuscrit était « plein de fautes ». Il ne nous a pas paru plus corrompu que les autres descendants du manuscrit G. Les collations données par A. Coray nous révèlent les fautes communes à tous les manuscrits du groupe, mais elles demeurent en général trop sommaires pour qu’on puisse déceler une parenté plus précise avec tel ou tel des manuscrits de ce groupe. Une seule chose demeure sûre, c’est que ce manuscrit descend du manuscrit du Cardinal de Granvelle.

45Ce manuscrit mérite notre attention sur un point seulement : il est le seul qui présente la forme Ὀνήσανδρος au lieu d’Ὀνόσανδρος, à en croire du moins les explications de Coray, qui manquent de clarté. Si Ὀνήσανδρος existe bien dans le manuscrit, c’est, à n’en pas douter, une conjecture d’humaniste qui avait introduit cette forme, empruntée soit à Lydus, soit à Léon le Philosophe.

46L’étude des huit manuscrits précédents, tous issus du manuscrit copié par Constantin Palæocappa pour le cardinal de Granvelle en 1561, peut être représentée graphiquement par le stemma suivant :

47Ces derniers rameaux de la tradition manuscrite se sont développés en une vingtaine d’années, si toutefois on ne tient pas compte du manuscrit ν, pour lequel nous n’avons recueilli aucune donnée historique.

*

48Les vingt-cinq manuscrits qui contenaient le Στρατηγιϰός d’Onésandros ayant été étudiés à tour de rôle dans chacun des groupes où ils étaient rangés, on est en mesure de réunir les résultats recueillis à la fin de chaque étude partielle et, en rassemblant les différents stemma, d’indiquer la généalogie des manuscrits en un seul tableau.

49Ce tableau, qui résume les différentes phases de l’histoire de la tradition manuscrite ici étudiée, est assez suggestif. Des trois zones qui marquent les différentes étapes de la tradition, la première, celle qui répond à l’activité littéraire et scientifique du vie siècle a complètement disparu. La seconde zone correspond aux travaux de la Renaissance byzantine, et en gros peut être limitée par les années 950 et 1050. La troisième étape va de la fin du xve siècle à l’année 1585, soit de nouveau une centaine d’années. La copie un peu plus tardive du manuscrit W n’intéresse pas tant le traité d’Onésandros que l’ensemble des corpus de tactique militaire.

50Reporté sur le plan géographique, le dessin n’est pas moins net. Née dans l’empire byzantin, transportée en Italie vers 1450, la tradition se développa d’abord dans ce pays, se propagea ensuite en France, puis en Franche-Comté, d’où un rameau se dégagea vers l’Allemagne, tandis que d’autres branches poussaient vers l’Italie ; enfin, c’est en Italie que Darmarios transcrivit le manuscrit H, le seul manuscrit récent portant le texte d’Onésandros, qui parvint en Espagne.

51Une particularité très nette caractérise la tradition ici étudiée, comme aussi bien celle de toute la tradition des stratégistes dont on aurait tort de séparer le traité d’Onésandros : elle appartient au type de reproduction mécanique. Si l’on met à part le cas des manuscrits d’Ange Vergèce, qui est d’ailleurs particulièrement, intéressant, on ne voit nulle part, ni au xie siècle, ni au xvie siècle, un scribe faire le moindre effort pour améliorer son texte. Les fautes se transmettent et se multiplient ; comme par ailleurs presque tous les intermédiaires ont été conservés, tout au moins à la Renaissance, le Στρατηγιϰός offre un exemple particulièrement curieux et instructif de la filiation des manuscrits. C’est le contenu du traité que l’on voulait avoir : on ne s’est jamais soucié de la correction de la forme.

52Un trait caractéristique à notre gré est la manière dont nous avons pu suivre le plus souvent l’histoire des manuscrits. Leurs déplacements, leur mutilation, leur reliure, leur dépôt dans les différentes collections, bibliothèques ou officines de copistes sont autant d’indices négligés trop souvent par les philologues qui traitent la question du classement des manuscrits comme une algèbre.

  • 27 Nous n’ignorons pas qu’un philologue très distingué, M. Victor Martin, soutient une opinion complèt (...)

53Faute d’avoir fait cette étude historique préalable de la tradition, et sans doute parce qu’ils n’en voyaient ni le besoin ni la possibilité, la plupart des éditeurs du Στρατηγιϰός ont prolongé cet état d’indécision : ils se sont tout à tour attachés à reproduire les manuscrits qui leur tombaient sous la main et jusqu’à l’édition d’A. Coray, cette dernière y comprise, les manuscrits utilisés ont été de moins en moins bons. Au fond, l’histoire du Στρατηγιϰός se poursuit dans le même sens jusqu’au milieu du xixe siècle et c’est ce qui justifie la présence du chapitre suivant, où nous avons traité rapidement de l’utilisation des manuscrits dans la tradition imprimée. Dans la plupart des cas on ne peut publier honorablement un texte si l’histoire de ce texte n’a pas été au moins esquissée ; l’histoire des fautes est parallèle à l’histoire du texte. La critique d’un texte n’est pas seulement affaire de sagacité et d’ingéniosité : la critique est d’abord l’étude historique d’une tradition donnée27.

Notes

1 Le manuscrit a été décrit avec suffisamment de détails par E. Martini et D. Bassi, Catalogus codicum graecorum bibliothecae ambrosianae. Mediolani. 1906, t. II, p. 1017.

2 Voir R. Forster, Hermès, t. XII (1877), p. 460 et suivantes.

3 C’est le Parisinus gr. 2455, traités de musique d’Aristide Quintilien et de Manuel Bryennius.

4 Voir page 37.

5 Le manuscrit est cité par Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum, Lutetiae Parisiorum, 1739, p. 622 C.

6 Voici le titre complet de l’ouvrage : Aeternae memoriae viri Ant. Augustini archiepiscopi Tarracon. bibliothecae graeca ms., latina ms., mixta ex libris edites variar. linguarum Tarracone apud Philippum Mey, 1586 (Bibl. Escorial, imprimés, cote VIII-25).

7 Pour tous renseignements concernant la bibliothèque d’Antoine Augustin, il suffit de renvoyer à la remarquable étude de Ch. Graux, Essai sur les origines du fonds grec de l’Escurial, Paris, 1880, p. 280-306 et 450-462.

8 Ch. Graux, p. 481, indique à tort IV. E. 15. Il donne, en outre, une cote plus ancienne, III. Z. 12.

9 On pouvait être tenté de faire remonter plus haut le terminus ante quem ; on sait que la traduction espagnole de Gracian de Aldarete a paru en 1567 (voir plus loin, p. 210). Je n’ai pu avoir en mains ce volume, ni m’assurer que la traduction a été faite d’après notre manuscrit E, ce qui ferait remonter à 1567 au moins la date d’arrivée de ce manuscrit en Espagne. Mais il est fort à supposer que la traduction de Gracian de Aldarete a été tout bonnement faite sur l’édition latine de Secundinus.

10 La question de savoir si le manuscrit J n’a pas été copié sur le manuscrit E ne saurait se poser : E ne présente qu’un fragment d’un corpus dont J donne presque la totalité. Le titre du traité dans J est celui du manuscrit de Granvelle sans aucun des arrangements des manuscrits darmariens. Enfin, les fautes propres à E ne se retrouvent pas dans J. On ne citera qu’un exemple, dans le προοίμιον, § 3, on lit εὐτυχοίην τ᾽ἄν εἰ ϰτλ. Or, le ms. E a ici l’arrangement εὐτυχοίην τ’ἀεὶ ϰτλ., tandis que le ms. J a le texte de la tradition. Camille de Venise était un scribe trop négligent et un philologue trop peu éclairé pour retrouver la bonne leçon sous une faute de ce genre.

11 Le manuscrit est sommairement décrit par Montague Rhodes James, The Western manuscripts in the library of Trinity College, Cambridge, vol. III, Cambridge, 1902, p. 13.

12 (Bernard), Catalogus codicum manuscriptorum Angliae et Hiberniae, Oxoniae, 1697, t. II, pars I, p. 191, n° 6038 ; le volume figure parmi les libri manuscripti philologi praestantissimi Thomae Gale, theol. D. Cette liste est reproduite dans Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum, Lutetiae Parisiorum, 1739, t. I : notre manuscrit figure à la page 684 C.

13 R. Sinker, The library of Trinity College, Cambridge, Cambridge, 1891, p. 13.

14 Cette attribution n’avait pas échappé au rédacteur de catalogue des manuscrits grecs de la Bibliothèque de Munich, Ignace Hardt, Catalogus codicum manuscriptorum graecorum bibliothecae regiae Bavaricae, tomus tertius, Monachi, 1806, p. 122, n° CCLXVIII.

15 Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum, Lutetiae Parisiorum, 1737, t. I, p. 591 D, n° 233.

16 C’est I. Hardt qui proposait de reconnaître dans cette note manuscrite la main du fameux orientaliste allemand, Jean-Albert Wiedmanstadt ; il ne le faisait d’ailleurs pas sans hésitation : ut opinor, dit-il dans son catalogue. Il y a là une erreur. Wiedmanstadt était mort dès 1559, puisqu’à cette date la riche bibliothèque qu’il avait recueillie avait passé entre les mains de G. Seldius, qui devait plus tard la céder à l’Électeur de Bavière. Nous verrons plus loin que le Monacensis reproduit les arrangements particuliers qui se sont introduits dans le manuscrit G, écrit en 1560 ou 1561, puis ceux qu’on relève dans le manuscrit C, copié en 1573 : il ne saurait donc être antérieur à cette date, mais vient, au contraire s’insérer entre les quatre autres manuscrits d’Onésandros sortis de l’atelier de Darmarios. Au reste, un argument non moins probant peut être ici invoqué. Si le manuscrit avait appartenu à Wiedmanstadt, il serait forcément antérieur à 1559 ; or Darmarios ne commença de copier des manuscrits qu’en 1560 (voir C. Graux, Essai sur les origines du fonds grec de l’Escurial, p. 228).

17 Charles Graux, dans son Essai sur les origines du fonds grec de l’Escurial, p. 296, estime à une centaine les fraudes littéraires commises par Darmarios. II cite l’opinion du docteur Valverde, qu’il lit dans un rapport fait au roi d’Espagne par ce dernier, en 1586, alors qu’il était question d’acquérir pour l’Escurial, la bibliothèque d’Augustin. Valverde recommande de se mettre en garde contre « ces copistes qui viennent vendre leur sueur, gens qui font souvent de la besogne infidèle et mettent de faux titres à leurs copies ».

18 Le manuscrit est sommairement décrit par E. Martini et D. Bassi. Catalogus codicum graecorum bibliothecae Ambrosianae, Mediolani, 1906, t. II, p. 666.

19 B. de Montfaucon, d’abord dans le Diarium italicum, Parisiis, 1702, p. 15, puis dans la Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova, Lutetiae Parisiorum, 1739, t. I, p. 529, signale qu’il vit, dans l’Ambrosienne, en 1698, lors des recherches qu’il fit dans les bibliothèques italiennes, un manuscrit qu’il désigne ainsi : Onosandri strategica, codex bombycinus. C’est à n’en pas douter notre manuscrit H, le seul manuscrit de la bibliothèque qui contînt seulement une copie du Στρατηγιϰός. La mention bombycinus ne pourrait, en principe, s’appliquer qu’à un manuscrit du xiiie ou du xive siècle. Or, on peut être assuré qu’il n’y a pas eu de copie isolée du texte d’Onésandros avant la seconde moitié du xvie siècle. La vérité est qu’on ne sait pas ou qu’on ne sait plus ce que c’est qu’un bombycinus. Au fond, Montfaucon et d’autres de ses contemporains ou successeurs désignaient couramment ainsi des manuscrits d’après l’aspect plus ou moins épais ou granuleux du papier.

20 Comme le manuscrit de Besançon, H présente dans la première phrase du traité la faute d’orthographe λελογχῶσι, pour λελογϰόσι ; ce n’est que plus tard qu’un lecteur corrigea cette faute, qui est encore reproduite dans le manuscrit Z par le copiste.

21 Le manuscrit est sommairement décrit par H. Stevenson, Codices manuscripti Palatini graeci Bibliothecae Vaticanae, Romae, 1885, p. 269.

22 La liste de ces douze manuscrits est connue par une note autographe de Fr. Sylburg, conservée au Vatican dans le Pal. lat. 429, fol. 107.

23 Il y a une faute nouvelle : εὐτυχοίη au lieu de εὐτυχοίην.

24 La particule τε avait été introduite dans le manuscrit du cardinal de Granvelle par Constantin Palæocappa.

25 C’est un bel exemple d’incompréhension amenant une « correction » ridicule.

26 Souvent Darmarios ne copiait lui-même que la première et la dernière page du traité ; ses φίλοι faisaient le remplissage.

27 Nous n’ignorons pas qu’un philologue très distingué, M. Victor Martin, soutient une opinion complètement opposée : « Chaque cas, dit-il, doit être considéré isolément et résolu non pas en considération de l’autorité ou du nombre des manuscrits qui présentent des variantes, mais en considération du contexte, de la propriété des termes, de l’usage de (l’auteur), etc., c’est-à-dire pour des raisons indépendantes des manuscrits ». (Eschine, Discours, Paris, Société d’édition « Les Belles-Lettres », sous le patronage de l’Association Guillaume Budé, 1927, p. XX). Outre que la démonstration du savant genevois n’est pas à l’abri de toute réplique, on fera remarquer que sa méthode, qui peut valoir pour Eschine, ou pour d’autres auteurs comme Apollonius de Rhodes, Xénophon (pour certains traités) ne saurait s’appliquer à la majeure partie de la traduction manuscrite. Au reste un philologue digne de ce nom ne tient pas compte du « nombre des manuscrits » qui donnent telle leçon et l’argument d’autorité n’a à intervenir que dans les cas indifférents, où les considérations sur l’histoire de la variante, pas plus que les critères admis par M. Victor Martin, n’ont eu assez de poids pour déterminer le choix de l’éditeur.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search