Version classiqueVersion mobile

Les manuscrits d’Onésandros

 | 
Alphonse Dain

Chapitre III. Les manuscrits de philologues. Copies directes et intégrales des manuscrits byzantins

Texte intégral

1Il faut franchir d’un seul bond quatre siècles pour retrouver un nouveau manuscrit qui contienne le traité d’Onésandros. Pendant ce long intervalle, le Στρατηγιϰός et de même tous les autres traités de tactique militaire appartenant à la même tradition ont cessé d’être copiés et, vraisemblablement, d’être lus. Il faut arriver à la fin du xve siècle pour constater qu’une nouvelle attention est apportée à nos textes. A cette date venait de se réaliser le transfert en Italie des manuscrits anciens, apportés dans leur exode par les savants byzantins fuyant l’oppression turque victorieuse.

2En Italie, la guerre était passée à l’état d’habitude. L’attention des condottieri, princes ou chefs de bandes, qui sont tous plus ou moins doublés alors d’artistes et d’humanistes, se trouve tournée vers l’antiquité. La guerre se fera à l’antique : les procédés de guerre des grecs et des Romains vont remplacer les usages médiévaux ; à la « prouesse » du chevalier isolé fera place la pratique des vertus militaires imitées de l’antiquité. C’est alors que nos textes sont étudiés, recopiés et traduits en latin.

3A la suite des guerres d’Italie, le mouvement de la Renaissance se propagea en France. Durant la majeure partie du xvie siècle, on vit l’Europe occidentale en proie aux guerres les plus funestes. On s’explique, dès lors, que la tradition du texte des stratégistes se soit pareillement développée en France et en Allemagne, voire dans les Pays-Bas, comme elle avait fait en Italie. Les généraux de la guerre de Trente ans, en appliquant une technique nouvelle à des conditions nouvelles, ruinèrent la pratique de la guerre à l’antique. Nos textes, cessant d’être intéressants, cessent d’être lus : cette nouvelle étape marqua l’arrêt de la tradition manuscrite, qui s’était particulièrement développée dans la deuxième moitié du xvie siècle ; bien mieux, les éditions imprimées qui commençaient de se développer furent arrêtées dans leur essor.

  • 1 Tout au contraire, l’autre tronçon du manuscrit, le Scorialensis gr., Y – III – 11 a donné jour à u (...)

4Des cinq manuscrits byzantins qui nous ont conservé le texte du Στρατηγιϰός, deux n’ont pas été l’objet de copies directes et intégrales. Le Neapolitanus N n’a pas de descendant1, le Parisinus P n’a jamais été l’objet d’une copie reproduisant l’ensemble du recueil. On verra cependant dans le chapitre suivant qu’une copie partielle du Parisinus qui est à la source de nombreux manuscrits reproduisait à part le texte d’Onésandros ; il ne saurait en être question ici. L’Ambrosianus A a donné le jour à l’Ambrosianus J. Mais comme le texte-paraphrase du traité d’Onésandros y était gravement mutilé, qu’il lui manquait une importante partie du début, le scribe du manuscrit J eut recours, pour copier le Στρατηγιϰός à un descendant du Parisinus.

5Il arrive donc que, seules les copies directes et intégrales du Vaticanus V et du Laurentianus L sont à étudier ici.

*

  • 2 C. Wescher avait déjà signalé que ces deux manuscrits descendaient du Vaticanus V. Voir La Poliorcé (...)

6I. Copies du Vaticanus. – Le Vaticanus a été reproduit deux fois à la Renaissance. L’une de ces copies est le Parisinus graecus 2445, S, qu’il faut dater de la première moitié du xvie siècle. L’autre est le Vaticanus graecus 220, X, daté de 15482.

Parisinus gr. 2445, S

  • 3 Calalogus codicum mss. bibliothecae regiae, t. I, p. 504. – H. Omont, Inventaire sommaire des mss. (...)
  • 4 Le filigrane représente une sirène dans un cercle, pour la majeure partie du manuscrit, puis une an (...)
  • 5 Pour le texte d’Onésandros, les intitulés de chapitres sont tantôt en rouge et insérés dans le text (...)

7Le Parisinus3 S est un manuscrit de papier4 de 360 folios, dont les 25 derniers sont laissés en blanc. Les folios ont 33 cm. de hauteur sur 22 cm. de largeur ; les cahiers sont des quaternions, numérotés sur le premier folio en haut et à droite, de α΄ à μϐ΄ ; les cahiers non écrits ne portent pas de numérotation. On compte à chaque page 30 lignes d’une écriture en minuscule, souvent peu élégante, et rappelant le style de l’écriture de la première moitié du xvie siècle. Les titres sont en rouge, de même que l’énoncé des chapitres5. Il y a çà et là quelques variantes de différentes mains.

  • 6 Fonds grec, n° 3074. Publié par Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum menuscriptorum nova, t. II, (...)
  • 7 Dans son Inventaire sommaire, pl. I, n° 2, M.H. Omont a donné une reproduction photographique d’une (...)
  • 8 Voir page 33.

8L’histoire de ce manuscrit peut se retracer avec assez de précision. Ecrit au cours de la première moitié du xvie siècle, peut-être par ordre du cardinal Nicolas Ridolfi, déjà possesseur de notre Parisinus P, il entra dans la bibliothèque du dit prélat et eut le même sort que P. Nous le trouvons, en effet, sous le n° 2 de la classe Libri graeci Malhematici et Mechanici, dans l’Index librorum rev. domini Nicolai cardinalis Rudolphi, conservé à la Bibliothèque nationale6. Au reste, le manuscrit porte sur le folio de garde une notice indiquant le contenu de ce recueil, où je reconnais l’écriture de Nicolas Sophianos de Corfou7 : ce dernier était attaché à la personne du cardinal Ridolfi à titre de secrétaire et de bibliothécaire. Quand le cardinal mourut, en 1550, sa bibliothèque fut achetée par Pierre Strozzi, maréchal de France et cousin de Catherine de Médicis, qui la transporta en France. Ce dernier étant mort à son tour, la reine se fit attribuer tous ses livres. On a vu plus haut8 comment la bibliothèque de Catherine de Médicis fut réunie à la bibliothèque du roi, en 1599. Le manuscrit, comme un grand nombre de volumes de la feue reine, reçut une magnifique reliure aux armes et au chiffre de Henri IV. Cette reliure porte un n° 31 et la date de 1604 ; le titre marqué au dos est Tactica diversorum. Le manuscrit porta successivement les nos DCXXIII (inv. de Rigault), 677 (inv. de Dupuy), 2173 (inv. de Clément) ; il reçut dans le catalogue imprimé le n° 2445. A la suite de la table de Nicolas Sophianos, qui était rédigée en grec, Sevin écrivit une table en latin, qui fut rectifiée par une main postérieure que je n’ai pu identifier.

  • 9 Seul le dernier feuillet du Vaticanus n’a pas été reproduit.

9Le Parisinus S peut être cité comme un type de reproduction mécanique d’un modèle. Copié sur le Vaticanus, il n’en diffère que par quelques négligences de détail que ne peut éviter le copiste le plus soigneux, quand il lui faut reproduire un texte si volumineux. Le manuscrit S reproduit intégralement le contenu du Vaticanus9 et a été copié alors que le modèle avait déjà subi les mutilations et les erreurs de reliure que l’on a indiquées plus haut tout au long. Signalons toutefois que, à partir du folio 239 verso, ce qui correspond dans le Vaticanus au folio 189 verso, le copiste de S s’est rendu compte des lacunes de son modèle. Au bas de la page précitée, il écrit λείπει ϰαὶ ζητητέον, « lacune à compléter » ; et, dès lors, chaque fois qu’il manque un ou plusieurs cahiers dans le Vaticanus, le copiste de S n’écrit rien sur la fin du folio et ordinairement laisse le feuillet suivant sans écriture ; il copie toujours en haut du recto d’un nouveau folio le texte qui suit la lacune.

  • 10 Il eut cependant au moins une fois le sentiment d’un manque de suite dans les idées : la phrase qui (...)

10Pour s’en tenir ici à ce qui concerne le Στρατηγιϰός on constate d’une manière flagrante le procédé de reproduction mécanique. Au folio 11 verso, ligne 2, il y a la lacune qui correspond à la chute d’un folio dans le Vaticanus. Au folio 15, recto, ligne 5, s’insère le fragment de Nicéphore Phocas, correspondant au double folio, relié par erreur en cet endroit dans le modèle. Au folio 21 recto, ligne 8, on constate une nouvelle lacune correspondant à la perte d’un folio dans le Vaticanus ; au même endroit s’insère le contenu du troisième quaternion du texte du Vaticanus, relié par erreur après le quatrième quaternion. Il n’est pas sûr que le copiste ait eu le moindre soupçon du mélange invraisemblable qu’il reproduisait10.

11S’il en était besoin, l’examen critique du texte d’Onésandros viendrait confirmer ces conclusions. Citons, par exemple, des reproductions de graphies fautives comme ϰατηλείθησαν (ch. XLII, § 19) au lieu de ϰατειλήθησαν. Au haut du folio 19 du Vaticanus un trou, relativement récent, amena dans le texte une mutilation légère au recto et au verso. Avant cet accident, le Vaticanus portait au recto (ch. XIII, § 1) άϰατάπληϰτος φαίνεσθαι ; le trou amena la chute des lettres φαιν- et il ne resta que -εσθαι dont le copiste de notre manuscrit tira ἔσεσθαι. Au verso (ch. XIV, § 3), le copiste ne sut pas combler la lacune : on lisait à l’origine προαπειλήσας σφίσιν ; le trou fait, on n’eut plus que προ – λήσας σφίσιν, il restait, en outre, une partie de la panse de l’α que le copiste de S interpréta comme la panse d’un σ ; il écrivit donc, en laissant un blanc au milieu du mot προσ λήσας. Un lecteur postérieur corrigea en marge en écrivant οµι, ce qui donne προσομιλήσας et n’est pas excellent.

Vaticanus gr. 220, X

  • 11 Le Vaticanus 220 est décrit avec suffisamment de détails par J. Mercati et P. Franchi di Cavalieri, (...)
  • 12 Pour la partie initiale du manuscrit qui contient le Στρατηγιϰός, le filigrane est d’abord une fleu (...)
  • 13 Voici un exemple de ces corrections. Au chapitre I, § 15 du Στρατηγιϰός le copiste du Vaticanus V a (...)

12Le Vaticanus11 X est un manuscrit de papier12 composé de 357 feuillets. Chaque feuillet a 31 cm. 8 de hauteur, sur 22 cm. de largeur ; chaque page porte 30 lignes d’une écriture en minuscule du xvie siècle. Les majuscules des débuts de paragraphes, en onciale, sont écrites en vedette, à l’encre rouge ; sont de même en rouge les titres écrits en minuscule dans le texte. En marge sont des corrections dues à une main quelque peu postérieure, qui use de l’iota souscrit. Les corrections sont, soit de pures conjectures, soit le plus souvent des leçons empruntées au Vaticanus V lui-même13 ; les mots corrigés en marge sont soulignés dans le texte.

  • 14 Voir L. Dorez, Le registre des dépenses de la Bibliothèque vaticane de 1548 à 1555, dans le Fascicu (...)

13Le manuscrit X fut copié à la bibliothèque Vaticane même par Emmanuel Graecus, en 154814. Ce scribe peu connu ne doit pas être confondu avec ses homonymes. Emmanuel Atramyttenos et Emmanuel Ῥουσωτᾶς, tous deux du xve siècle. Le manuscrit resta à la Vaticane jusqu’après le traité de Tolentino : à cette date il fut comme son modèle le Vaticanus V, transporté à la Bibliothèque nationale ; trois cachets de cette bibliothèque, deux au début et un à la fin, attestent ce séjour dans nos collections. C’est à cette date que C.-B. Hase le parcourut et y inscrivit plusieurs notes au crayon. Le volume fut restitué en 1815. Il reçut récemment une nouvelle reliure aux armes de Léon XIII et du cardinal J.-B. Pitra, alors bibliothécaire. Le manuscrit porta pendant longtemps le n° 1080.

14Comme le Parisinus S précédemment étudié, le manuscrit X reproduit le contenu du Vaticanus V. Cette copie, fidèle comme la précédente, reproduit les erreurs que l’on a déjà signalées. Il n’y a donc pas lieu d’insister.

  • 15 Signalons, toutefois, qu’une seconde main (folio 248 à 263) est venue après coup, mais avant la rel (...)

15Pour ce qui est du texte d’Onésandros (fol. 1r-29v), notons la particularité suivante. Emmanuel Graecus a négligé de reproduire le προοίμιον qui, dans le Vaticanus V occupait le folio 1 recto et la majeure partie du verso. On sait que cette page avait été très abîmée par l’humidité et était devenue presque illisible. Il renonça à faire l’effort devant lequel n’avait pas hésité le scribe du Parisinus S et commença son texte au chapitre I, Περὶ εὑρήσεως (pour αἱρέσεως) στρατηγοῦ. Une seconde main écrivit plus tard en marge Onosandri στρατηγιϰός. Sans doute, Emmanuel Graecus se réservait-il de copier plus tard le προοίμιον, en empruntant le texte à un autre manuscrit, car il n’avait pas écrit le titre de l’ouvrage. Mais comme il arrive fréquemment dans ce cas, le manuscrit ne reçut jamais le complément désiré15.

  • 16 Comme c’est une manière d’illustrer la méthode de recherche, je crois devoir signaler ici que, n’ay (...)

16L’examen du texte nous montre une parenté constante du manuscrit X avec le manuscrit V. Un examen détaillé ne ferait que révéler un certain nombre de négligences de la part du scribe de X. Bien entendu, les lacunes et les insertions relevées dans le Vaticanus V se retrouvent ici16.

17Les manuscrits S et X reproduisent le manuscrit V. Il reste à établir les rapports mutuels des deux copies du xvie siècle. Le manuscrit X n’a pu être copié sur le manuscrit S : en effet, le scribe n’aurait pas omis le προοίμιον du Στρατηγιϰός, qui, dans S, était parfaitement lisible. D’autre part, X présente à la fin un dernier fragment qui n’a pas été reproduit par le scribe de S : ce fragment correspond à ce qui, dans le Vaticanus V était le deuxième double feuillet du quaternion B΄, dont les trois autres éléments ont disparu. Inversement, S n’a pu être copié sur X qui n’a pas le προοίμιον ; au reste, S reproduit plus fidèlement que X les leçons du Vaticanus V : il ne se présente d’ailleurs aucune des fautes propres à X. En outre, le manuscrit S, qui a été sûrement copié avant 1550, est très probablement antérieur à 1548, date de la copie d’Emmanuel Graecus. Les deux copies sont donc distinctes l’une de l’autre et le rapport des trois manuscrits peut être exprimé par le stemma ci-joint. On se demandera quel intérêt on avait à la bibliothèque Vaticane à reproduire un manuscrit dont on conservait l’original. Il faut se rappeler qu’au xvie siècle un manuscrit bien calligraphié était considéré comme une œuvre d’art, un objet de prix ; ces manuscrits faisaient le luxe des bibliothèques : n’a-t-on pas plus d’un exemple de manuscrits copiés sur les éditions imprimées ? C’est à un dessein du même genre que répond la copie faite en 1548 par Emmanuel Graecus : à côté du modèle en ancienne écriture, altéré par l’humidité, la bibliothèque possédait désormais un exemplaire de bibliophile.

*

18II. Copies du Laurerdianus L. – Les bibliothèques d’Europe possèdent trois copies du Laurentianus ; ce sont, par ordre de date le Parisinus gr. 2522, Q, le Bernensis 97, B et le Parisinus gr. 2446, W.

  • 17 Les premiers mots conservés du texte d’Onésandros font partie de la première phrase du § 6 du προοί (...)
  • 18 On peut s’étonner que H. Koechly n’ait pas indiqué cette faute dans le relevé complet qu’il a fait (...)

19Cette filiation est prouvée d’une manière irréfutable par l’examen du début du Στρατηγιϰός. On sait que dans le Laurentianus, par suite de la mutilation qu’on a eu à déplorer, le folio qui contenait le début du texte d’Onésandros (et qui serait inséré entre l’actuel folio 197 et l’actuel folio 198) a été coupé et enlevé. En même temps que l’on perdait la première page du Στρατηγιϰός, disparaissait la page contenue au recto du folio mutilé, soit la dernière page du texte d’Arrien, Ἔϰταξις ϰατ’ Ἀλανῶν. Cette mutilation échappa à l’attention, du reste peu soutenue, des copistes qui, passant du dernier élément conservé du texte d’Arrien au premier élément conservé du texte d’Onésandros, écrivirent sans hésiter la phrase qui suit, où j’ai marqué par un trait l’endroit où l’on passe d’un texte à l’autre : ϰαὶ τοὺς ἵππους γυμνοὺς ἔχοντες ταύτης οὐ τῆς ἐμπειρίας τῶν ἡγουμένων17. La phrase n’avait aucun sens et l’on ne sera pas trop étonné que les trois copistes aient conservé, en renonçant à la corriger la faute invraisemblable du Laurentianus, οὐ τῆς au lieu de αὐτῆς18. On a pourtant vu des scribes qui ne reculaient pas devant de tels problèmes et, en l’occurrence, auraient essayé de fabriquer une phrase quelconque.

Parisinus gr. 2522, Q

  • 19 Catalogus codicum mss. bibliothecae regiae, t. II, p. 316. – H. Omont, Inventaire sommaire des mss. (...)
  • 20 Il n’y a pas de filigrane.
  • 21 Dans la reliure se trouve inséré un parchemin, qu’on peut lire par transparence dans les parties qu (...)

20Le Parisinus19 Q est un manuscrit de papier, comportant 280 feuillets écrits en une écriture droite et facile à lire. Chaque folio a 21 cm. 5 de hauteur sur 13 cm. 5 de largeur, format plus petit que celui des volumes précédents ; chaque page porte 25 lignes d’écriture20. Les titres, précédés d’un petit bandeau orné, sont écrits en onciale avec une encre rouge devenue assez pâle ; les titres des chapitres sont écrits en minuscule, de la même encre rouge. Le volume porte une reliure souple en parchemin, qui est sa reliure originale21 ; les tranches sont dorées et guillochées. On a écrit au dos, à l’encre noire, au xviie siècle sans doute, Varii auctores de re militari. Le manuscrit semble devoir être daté de la deuxième partie du xve siècle ; c’est le plus ancien de nos manuscrits de philologues relatif à l’art militaire, c’est même le seul qui remonte au xve siècle.

  • 22 L’écriture d’Ange Vergèce, le maître des calligraphes, est facilement reconnaissable ; elle est ici (...)
  • 23 Voir p. 71 et suivantes.
  • 24 Ange Vergèce ajouta à la fin du volume une table des matières assez peu exacte.

21Le manuscrit a été copié selon toute vraisemblance, en Italie, mais il est impossible de savoir si le modèle, le Laurentianus L, était déjà dans la bibliothèque des Médicis. On ne retrouve le manuscrit qu’au siècle suivant, en France, sans qu’on sache quel en était alors le propriétaire. Ce qui est certain, c’est que vers le milieu du xvie siècle, Ange Vergèce qui, on le verra, s’intéressa particulièrement au Στρατηγιϰός, eut en main notre volume ; j’ai pu m’en assurer, reconnaissant son écriture dans les notes mises en marge du volume. Laissant de côté les autres œuvres contenues dans le manuscrit, il fit une revision du traité d’Onésandros22, signalant tout d’abord le début de l’ouvrage et la lacune initiale, puis inscrivant à la fin τέλος Ὀνοσάνδρου. Cette revision est faite de deux encres différentes. Dans les marges et dans les parties laissées en blanc par les alinéas, il reproduisit, en les empruntant au manuscrit R qu’on étudiera plus loin23, les titres de chapitres qui, on le sait, faisaient défaut dans la tradition représentée par le Laurentianus ; ces indications sont faites à l’encre rouge. Usant, au contraire, d’une encre noire beaucoup plus foncée que celle du texte, il nota toutes les variantes qu’il relevait entre le manuscrit R et le manuscrit Q : ce travail, assez long, est fait avec suffisamment de soin et s’étend parfois jusqu’à l’accentuation et la ponctuation. Les mots qui se trouvaient dans Q, mais manquaient dans R, ont été, dans le manuscrit Q, exponctués, un point se trouvant mis au-dessous de chaque lettre. Au contraire, les mots qui différaient de forme dans le manuscrit R ont été reportés en marge dans le manuscrit Q, le mot correspondant dans le texte étant souligné24. On se méprendrait grossièrement en croyant que Vergèce a voulu corriger le manuscrit Q avec les leçons du manuscrit R. Rien que Vergèce ne fût pas un érudit comparable à ceux dont le xvie siècle a laissé le nom à la postérité, il était assez averti des choses de la philologie et connaissait assez bien le grec pour savoir qu’il portait sur un manuscrit généralement bon des leçons ordinairement mauvaises. Au fond, c’est une manière d’apparat critique qu’il s’efforçait de réaliser ; il y avait là un travail critique préparatoire dont Vergèce devait se servir pour les éditions manuscrites qu’il donna du Στρατηγιϰός.

22On perd de nouveau pendant un siècle la trace du manuscrit Q. Quand on le retrouve, il fait partie de la fameuse bibliothèque de Colbert, où il porte le n° 4090. Parvenu en 1732 dans le Cabinet du Roi, avec tout le fonds Colbert, il reçoit le n° 3220-3, puis, dans le catalogue imprimé, le n° 2522 qu’il porte encore.

23Il ne saurait être question ici d’étudier le Parisinus O dans son ensemble. Toutefois, étant donné que le Bernensis et le Parisinus W sont aussi des copies du Laurentianus, entièrement comparables pour ce qui est du texte d’Onésandros, il importe, pour différencier les trois copies, d’étudier au moins sommairement le contenu de chacun des volumes.

  • 25 Cette adaptation de la rédaction faite par Arrien des maximes d’Épictète, occupe dans le Laurentian (...)

24Le Parisinus O est, en effet, une copie du manuscrit de Florence, mais une copie libre, tout au moins en ce qui concerne le choix des œuvres reproduites et aussi le nouvel ordre qui leur est donné. Le copiste élimina tout d’abord les traités mutilés du début du Laurentianus, ainsi que les Tactiques de Léon placées à la fin et dont l’ensemble était trop long pour un recueil de volume et de format restreint ; de même, parce que se trouvant à la fin et pouvant constituer comme un appendice du texte de Léon, le court traité, faussement attribué à Constantin Porphyrogénète Περὶ ἐθῶν διαφόρων ἐθνῶν, a été également omis. De plus, dans le corps même de l’ouvrage, le scribe négligea la compilation, très mutilée dans le Laurentianus, faite avec des fragments des Cestes, partie essentielle de ce que nous appelons apparatus bellicus. Enfin le Laurentianus contenait entre deux de ses corpus constitutifs un élément étranger à la technique militaire, une adaptation chrétienne de l’Ἐγχειρίδιον d’Epictète25 et le commentaire anonyme sur ce traité, plus une page blanche qui, à la fin du moyen âge byzantin, servit de livre de famille à un des Lascaris. Tout cela a de même été négligé par le copiste. On s’explique la raison de toutes ces omissions, on voit moins bien, toutefois, pourquoi le copiste a omis de reproduire la Ταϰτιϰὴ θεωρία d’Elien et de même la Ταϰτιϰή d’Arrien qui en est la source ; peut-être était-ce à cause des dessins que contenaient ces traités et que le format trop petit de son papier lui interdisait de transcrire.

25Quoi qu’il en soit, après toutes ces éliminations, il restait du Laurentianus une série de traités relativement courts sur la science militaire, traités dont plusieurs, il est vrai, avaient perdu leur page initiale, de manière que le texte se trouvait bloqué avec la fin, elle aussi mutilée, du traité précédent.

  • 26 Le Catalogue codicum mss. bibliothecae regiae et V Inventaire sommaire des mss. grecs de la Bibliot (...)

26Encore est-il que le copiste trouva bon de changer l’ordre des divers traités qu’il conservait. Au total, l’ordre des pièces contenues dans le Parisinus O est le suivant : Enée le tacticien, Ταϰτιϰὸν ὑπόμνημα ; anonyme, Ἀπὸ ἄλλων βιϐλίων γνωμιϰὰ ; Asclépiodote, Ταϰτιϰά ; anonyme, Rhétorique militaire ; Arrien, Ἔϰταξις κατ’ Ἀλανῶν ; Onésandros, Στρατηγιϰός ; compilation anonyme faite avec des passages de Polyen, Στρατήγηματα ἀνδρῶν παλαίων ; anonyme mutilé au début, περὶ στρατηγιϰῆς26 ; anonyme, Περὶ τοξείας.

  • 27 On aura l’occasion dans l’appendice I, p. 139, de revenir sur ce point. Disons dès maintenant que l (...)

27Le texte d’Onésandros, mutilé au début de la manière qui a été indiquée, commence, accolé sans ponctuation à l’avant-dernière page du traité d’Arrien. Le copiste du manuscrit Q ne fut pas sans se rendre compte que l’œuvre qu’il copiait dans le Laurentianus portait au début le nom d’Arrien et, à la fin, le nom d’Onésandros, orthographié Ὀνάσανδρος). Soupçonnant à juste titre quelque erreur, il se refusa à porter le nom d’Onésandros à l’explicit et laissa le traité sans souscription27.

28Si tous les détails précédemment signalés ne démontraient pas amplement que le Parisinus Q est une copie directe du Laurentianus, l’examen du texte le prouverait ; relevons ici simplement les leçons des deux points cruciaux précédemment étudiés. Au paragraphe 8 du προοίμιον, le Laurentianus, seul parmi les manuscrits byzantins, avait gardé la bonne leçon δι ὧν ἐμχανήσαντο (et non δι : ὧν ἐμαχήσαντο ou δίϰαιον ἐμαχήσαντο), or, c’est la bonne leçon qui se trouve dans le manuscrit Q. De même, au paragraphe 12 du chapitre X, le manuscrit Q a comme le seul Laurentianus ϰαιότων δ ’οἱ φύλαϰες πυρὰ et non ϰαιόντων δὲ τῶν φυλάϰων ou ϰαὶ ντων δὲ τῶν φυλάϰων.

Bernensis 97, B

  • 28 Ce manuscrit a été longuement décrit par W. Mueller, Annal. Jahn. suppl., IV, p. 553-563, et par H. (...)

29Le Bernensis B, conservé à la bibliothèque de la ville à Berne, est un manuscrit de papier de 458 pages, de très grand format, chaque page a 54 cm. de hauteur sur 24 cm. de largeur. L’écriture est une minuscule qui permet de dater le manuscrit du xvie siècle et, sans doute, d’une époque assez haute de ce siècle. La reliure est en parchemin28.

  • 29 Voir H. Hagen, Catalogus codicum Bernensium, Berne, 1875, Introduction, p. XIV-XX.

30Comme la majeure partie des manuscrits grecs aujourd’hui conservés à Berne, le manuscrit B appartint autrefois au Français Jacques Bongars. Cette incomparable collection, rassemblée au cours de la seconde moitié du xvie siècle par Pierre Daniel d’Orléans et transmise à Bongars fut, après la mort de ce dernier, survenue en 1609, partagée entre la bibliothèque du Vatican et celle de Berne29.

  • 30 Dans le Catalogus de H. Hagen (p. 47, n° 197), aussi bien que dans le répertoire publié par M.H. Om (...)
  • 31 Comme dans la recension du Laurentianus, source du Bernensis, le traité d’Onésandros ne comporte pa (...)

31Le Bernensis offre cette particularité qu’il est la copie directe de deux manuscrits de Florence. Une première main transcrivit d’abord les quatre œuvres relatives aux choses militaires (dont une compilation, prise à tort pour une Συλλογή des Tactiques de Léon30) qui avaient été insérées dans le manuscrit de Florence LXXV, 6, recueil de traités relatifs à l’art médical ou vétérinaire, et qui sont étrangers au système de corpus de stratégistes ici étudiés. (Voir Appendice IV, p. 187). Ces œuvres dans le manuscrit de Berne occupent les folios 29r à 150r ; elles sont précédées d’arguments en latin éminemment fantaisistes parfois (fol. 1-18), puis de tables en grec (fol. 19-28). Les arguments portent sur l’ensemble du contenu du manuscrit, tandis que les tables en grec donnent l’intitulé des chapitres pour les quatre premières œuvres seulement. L’argument latin donné pour le Στρατηγιϰός est une véritable imposture31.

32Après le folio 150 recto, deux folios et demi sont laissés en blanc, puis une seconde main, contemporaine de la première, puisque le filigrane du papier est le même, transcrivit (fol. 153r- 438) les œuvres militaires contenues dans le manuscrit de Florence LV, 4, notre Laurentianus L. Ce n’est pas à dire que le copiste de B ait reproduit tout le contenu du Laurentianus, ni qu’il ait suivi l’ordre donné aux traités dans son modèle. La manière du copiste de B ne fut pas plus logique que celle du copiste de Q ; du moins croit-on voir, dans le Bernensis, la manière dont il procéda. Il divisa le contenu du Laurentianus par groupes de traités, chaque groupe comportant de quarante à cinquante folios : ni le pseudo-Enchiridion d’Epictète et son commentaire, ni le livre de famille des Lascaris ne furent exclus. Puis, ce qui ne laisse pas d’étonner grandement, le copiste se mit à reproduire chacun des groupes en commençant par le dernier. Comme le premier scribe avait déjà transcrit dans le volume la prétendue Συλλογὴ Ταϰτιϰῶν de Léon, le nouveau copiste négligea de recopier les longues Tactiques de Léon par quoi il eût dû commencer. Du fait même disparut le court texte qui sert d’appendice aux Tactiques, traité faussement attribué à Constantin Porphyrogénète, Περὶ ἐθῶν διϰφόρων ἐθνῶν où il s’agit des pratiques militaires des différents peuples barbares. Quand le copiste, parvenu au folio 438, fut au bout de ses cahiers, ou du moins quand il arrêta son travail, il se trouva qu’il n’avait pas copié le traité d’Enée le Tacticien, qui formait la paire avec la Tactique d’Elien, non plus que les divers traités du début du Laurentianus, traités mutilés et, sauf le cas des Tactiques d’Asclépiodote, laissés anonymes ; le courage ou le papier lui manquèrent.

33Si nous avons insisté sur la composition d’ensemble du Bernensis, c’est pour faire connaître une méthode de copiste assez inattendue, et aussi pour qu’on pût constater, dès l’abord, que le manuscrit de Berne est sans rapport avec le manuscrit Q, qui, lui aussi est une copie du même Laurentianus.

34Pour ce qui est du texte même du Στρατηγιϰός, le Bernensis reproduit la disposition initiale déjà relevée dans le manuscrit Q et qui s’explique par la mutilation du Laurentianus. De même les leçons du texte sont toujours celles de L ou de Q, et l’on retrouve à nouveau les leçons indiquées pour les points cruciaux. C’est tout au plus si çà et là, et il fallait s’y attendre, le scribe commit quelques négligences de copie, fautes d’orthographe ou d’accentuation. A l’explicit du traité qui, rappelons-le, n’avait pas le début et se trouvait confondu avec l’ Ἔϰταξις d’Arrien, le copiste de B écrivit sans hésiter Ὀνασάνδρου στρατηγιϰός. L’indifférence avec laquelle certains scribes reproduisent sans réfléchir le texte qu’ils ont sous les yeux ne laisse pas d’être étonnante.

Parisinus gr. 2446, W

  • 32 Catalogus codicum mss. bibliothecae regiae, t. II, p. 504. – H. Omont, Inventaire sommaire des mss. (...)
  • 33 Ce compte s’entend sans l’addition postérieure de quelques folios d’un format plus grand.
  • 34 Il n’y a pas de filigrane, du moins pour les feuillets portant le texte.

35Le Parisinus32 W est un manuscrit de papier de 201 folios33. Chaque folio a 34 cm. 5 de hauteur sur 22 cm. 5 de largeur34 ; chaque page porte 36 lignes d’écriture en minuscule moderne, penchée ; les lignes ne sont pas réglées, mais la partie écrite de chaque page est entourée par un trait à la mine de plomb formant cadre. Les titres sont écrits en grandes capitales à l’encre noire ; à la fin des traités, on remarque des ornements tracés d’un seul trait de plume qui imitent les anciennes monocondylies, mais ne sont qu’une simple décoration. L’examen de l’écriture permet de dater le manuscrit du xviie siècle. La reliure en parchemin rigide est ancienne. Toutefois, avant la reliure, on ajouta à la fin du volume le court traité d’Urbicius, écrit d’une autre main et sur un papier de format plus grand, de sorte que les pages ont dû être repliées sur les bords.

36Le manuscrit W appartint à Delamarre, conseiller au Parlement de Bourgogne, mort en 1687 ; peut-être était-ce lui qui en avait commandé l’exécution. Le volume, ainsi que la majeure partie des manuscrits grecs de Delamarre, entra dans le Cabinet du Roi, par voie d’achat, en 1719, et y fut classé sous le n° 2173-2. Sevin transcrivit sur le feuillet de garde du début une table des matières, qui fut suivie plus tard d’une autre table plus complète. En 1740, dans le catalogue imprimé, le manuscrit reçut le n° 2446. A l’époque du Premier Empire, le manuscrit fut étudié par C.-B. Hase, qui, suivant son habitude, écrivit sur le manuscrit même quelques notes au crayon, facilement reconnaissables.

37Le Parisinus W a été copié sur le Bernensis. Il en reproduit le contenu dans le même ordre factice, omettant simplement les tables du début, à l’exception de la table des Tactiques de Léon, et le livre de famille des Lascaris, qui n’offrait à cette date aucun intérêt. Le traité final d’Urbicius, écrit d’une seconde main et ajouté après coup, ne figurait pas dans le Bernensis et a été emprunté à une autre source.

  • 35 L’examen du texte des autres œuvres contenues dans le manuscrit révèle la même filiation. Citons, p (...)

38Si la démonstration précédente ne prouvait pas amplement que le manuscrit W descend du manuscrit B par voie de copie directe, il suffirait d’examiner le texte d’Onésandros pour en être convaincu. On verrait que les quelques leçons qui çà et là étaient dues au copiste de B ont été reproduites par le scribe de W. Ces traits au reste ne peuvent porter que sur des détails insignifiants : ici, c’est une faute d’accent, commune à B et à W, τείχων au lieu de τειχῶν (ch. XXXIX, § 3) ; ailleurs, c’est une faute d’orthographe ἀμύνονται au lieu de ἀμύνωνται (ch. XLII, § 18), ou un simple lapsus, comme μόνον au lieu de µόνος (ch. XLII, § 20)35.

39L’intérêt d’un tel manuscrit, qui n’est qu’une copie tardive d’une copie dont on a conservé l’original, est très médiocre. Trop de manuscrits de ce genre encombrent les bibliothèques, où ils ne peuvent guère plus servir qu’à des exercices de critique. Le Parisinus W a, toutefois, l’avantage de nous montrer un beau type de calligraphie du xviie siècle. Il nous indique, en même temps la survivance, à une époque assez avancée et postérieure aux éditions imprimées de ces œuvres, de la faveur qui avait provoqué la multiplication des manuscrits de technique militaire.

40A leur tour, les trois descendants du Laurentianus, échelonnés du xve au xviie siècle, ont pu être classés. Q et B sont deux copies directes et indépendantes de L ; W est une copie directe de B. Le tableau ci-joint permet de noter graphiquement ces rapports.

Notes

1 Tout au contraire, l’autre tronçon du manuscrit, le Scorialensis gr., Y – III – 11 a donné jour à une nombreuse lignée qui ne compte pas moins d’une vingtaine de descendants rien que pour ce qui est des copies intégrales de l’ensemble du volume.

2 C. Wescher avait déjà signalé que ces deux manuscrits descendaient du Vaticanus V. Voir La Poliorcétique des Grecs, stemma de la page XXXVIII.

3 Calalogus codicum mss. bibliothecae regiae, t. I, p. 504. – H. Omont, Inventaire sommaire des mss. grecs de la Bibliothèque nationale, p. 262.

4 Le filigrane représente une sirène dans un cercle, pour la majeure partie du manuscrit, puis une ancre.

5 Pour le texte d’Onésandros, les intitulés de chapitres sont tantôt en rouge et insérés dans le texte, tantôt écrits en noir et mis en marge.

6 Fonds grec, n° 3074. Publié par Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum menuscriptorum nova, t. II, p. 773 ; v. p. 29, note 2.

7 Dans son Inventaire sommaire, pl. I, n° 2, M.H. Omont a donné une reproduction photographique d’une des notices que Nicolas Sophianos porta sur les manuscrits de Ridolfi. Dans un autre de ses ouvrages, Fac-similés des manuscrits grecs des XVe et XVIe siècles d’après les originaux de la Bibliothèque nationale, Paris, 1887, pl. 40, il donne une reproduction d’une page de manuscrit écrite par ce scribe.

8 Voir page 33.

9 Seul le dernier feuillet du Vaticanus n’a pas été reproduit.

10 Il eut cependant au moins une fois le sentiment d’un manque de suite dans les idées : la phrase qui précédait l’insertion du texte d’Elien se terminait par οὐ γε ; il ne ponctua pas et alla à la ligne pour le texte d’Elien. A tout prendre, l’hypothèse d’un copiste qui saurait parfaitement qu’il n’y a pas de suite dans le texte qu’il transcrit, mais qui croit devoir reproduire ce qui est, n’est pas dénuée de toute vraisemblance.

11 Le Vaticanus 220 est décrit avec suffisamment de détails par J. Mercati et P. Franchi di Cavalieri, Codices Vaticani graeci, Impr. Vat., t. I, 1923, p. 286. Les auteurs n’ont toutefois pas aperçu les lacunes du texte d’Onésandros, ni les insertions dans ce texte du traité d’Elien.

12 Pour la partie initiale du manuscrit qui contient le Στρατηγιϰός, le filigrane est d’abord une fleur dans un cercle surmonté d’une étoile, puis des ciseaux.

13 Voici un exemple de ces corrections. Au chapitre I, § 15 du Στρατηγιϰός le copiste du Vaticanus V avait dans son modèle ἐξ ἐπὶ πολλῆς, faute pour ἐξ ἐπιπολῆς (en surface) ; il corrigea en ἐξ ἐπιστολῆς, ce qui était absurde, mais inscrivit en marge γρ. ἐπὶ πολλῆς. Le scribe du manuscrit X opta pour ἐξ ἐπὶ πολλῆς, mais le reviseur, après avoir souligné le mot du texte, ajouta en marge ἄλλως ἐπιστολῆς. D’ordinaire, le reviseur se contente de corriger les fautes matérielles du copiste, ainsi, ch. I, § 4, le scribe avait écrit ὅπως ἐπαγρυπνεῖν, le reviseur corrige en marge en écrivant ἐπαγρυπνῇ.

14 Voir L. Dorez, Le registre des dépenses de la Bibliothèque vaticane de 1548 à 1555, dans le Fasciculus Joanni Willis Clark dicatus, Cambridge, the University press, 1909, p. 168.

15 Signalons, toutefois, qu’une seconde main (folio 248 à 263) est venue après coup, mais avant la reliure actuelle, combler une partie des lacunes du modèle. Le Vaticanus V, par suite d’une lacune de quelques quaternions, avait perdu la fin du traité anonyme Ὅπως χρὴ ϰτλ., les Παρεϰϐολαί, les quatre premières constitutions de Léon et une partie de la cinquième (jusqu’au mot ὄργανα). Cette insertion postérieure ajouta au manuscrit X les cinq premières constitutions qui manquaient et les fit précéder de la table habituelle de l’ensemble de l’œuvre de l’empereur Léon.

16 Comme c’est une manière d’illustrer la méthode de recherche, je crois devoir signaler ici que, n’ayant fait à l’origine photographier que la page du début du manuscrit X, j’avais cependant pu conclure à la présence dans la suite du traité des insertions d’une partie du texte d’Elien et du fragment παράταξις τετραγώνου, insertions qui avaient échappé aux auteurs de la description, pourtant assez détaillée, du manuscrit 220 dans le catalogue de la Bibliothèque vaticane. Il suffisait de mesurer le contenu de la page pour constater que les 30 folios indiqués dans le catalogue pour le texte d’Onésandros donnaient au traité un volume trop gros : seule la présence de textes qu’on trouve insérés dans le manuscrit pouvait expliquer ce fait.

17 Les premiers mots conservés du texte d’Onésandros font partie de la première phrase du § 6 du προοίμιον.

18 On peut s’étonner que H. Koechly n’ait pas indiqué cette faute dans le relevé complet qu’il a fait des leçons de Q et de B.

19 Catalogus codicum mss. bibliothecae regiae, t. II, p. 316. – H. Omont, Inventaire sommaire des mss. grecs de la Bibliothèque nationale, p. 277. Le manuscrit a été décrit sommairement par H. Koechly et W. Rüstow, Griechische Kriegsschriftseller, Leipzig, t. II, vol. II, 1855, p. 3 et 4.

20 Il n’y a pas de filigrane.

21 Dans la reliure se trouve inséré un parchemin, qu’on peut lire par transparence dans les parties qui correspondent aux deux plats. Il s’agit d’un manuscrit latin, en gothique régulière, écrit sur deux colonnes, au recto et au verso. Je n’ai pu en identifier le contenu.

22 L’écriture d’Ange Vergèce, le maître des calligraphes, est facilement reconnaissable ; elle est ici plus négligée que dans les textes où Vergèce fait œuvre de copiste. Au reste, il va de soi qu’on ne peut écrire avec le même soin sur un volume relié (et dans l’espèce s’ouvrant assez mal), de petit format et très épais : c’est une expérience que chacun peut faire soi-même. C’est à tort que H. Koechly indique que les leçons reportées sur le manuscrit Q proviennent du manuscrit que N. Rigault appelle recens et que j’ai désigné par la sigle ρ : tout ce qui a été porté sur Q vient du Parisinus R et non du manuscrit ρ (voir plus loin, p. 104).

23 Voir p. 71 et suivantes.

24 Ange Vergèce ajouta à la fin du volume une table des matières assez peu exacte.

25 Cette adaptation de la rédaction faite par Arrien des maximes d’Épictète, occupe dans le Laurentianus les folios 244-251. Le commentaire qui suit, distinct de celui de Simplicius et encore inédit, occupe les folios 251-253.

26 Le Catalogue codicum mss. bibliothecae regiae et V Inventaire sommaire des mss. grecs de la Bibliothèque nationale ont divisé à tort en trois parties ce traité mutilé ; cette division remonte à Ange Vergèce qui, dans la table qu’il mit au folio de garde de la fin du volume, découpa le traité anonyme en trois morceaux. Signalons que le traité a été édité, avec traduction en allemand et commentaire, par H. Kœchly et W. Rüstow, Griechische Kriegsschriftsteller, Leipzig, t. II, vol. II, 1855, 352 pages.

27 On aura l’occasion dans l’appendice I, p. 139, de revenir sur ce point. Disons dès maintenant que le scribe utilisa le bas de page laissé en blanc avant le début du traité d’Arrien (folio 110v) pour écrire dans un cartel le titre de l’œuvre qu’il n’avait pas su reconnaître : on lit dans ce cartel Ἀνασάνδρου (sic) Στρατηγιϰός.

28 Ce manuscrit a été longuement décrit par W. Mueller, Annal. Jahn. suppl., IV, p. 553-563, et par H. Kœchly, Index de scriptorum militarium graecorum codice Bernensi. (Index lectionum in literarum universitate Turicensi), Turici, 1854.

29 Voir H. Hagen, Catalogus codicum Bernensium, Berne, 1875, Introduction, p. XIV-XX.

30 Dans le Catalogus de H. Hagen (p. 47, n° 197), aussi bien que dans le répertoire publié par M.H. Omont, Catalogue des manuscrits grecs des bibliothèques de Suisse, Leipzig. Harrassowitz, 1886. p. 37, n° 96, on a écrit, au début de la nomenclature, le nom d’Elien au lieu de celui de Léon ; le nom d’Elien se retrouve, à sa place cette fois, à la fin de la liste. Sur cette prétendue Συλλογὴ ταϰιϰῶν de Léon, où se trouve une adaptation de certains chapitres d’Onésandros, voir Appendice II, p. 178-184.

31 Comme dans la recension du Laurentianus, source du Bernensis, le traité d’Onésandros ne comporte pas d’indication de chapitres, l’auteur de ces tables se contenta de parcourir d’une manière cursive les pages de notre traité, traduisant en latin, sous forme de titre de chapitre, les phrases qui lui paraissaient essentielles. L’ouvrage, restant anonyme par suite de la mutilation initiale, fut attribué au roi Pyrrhus ; voici l’intitulé qu’on lit au début de cet index en latin : Pirrhi Epeirotarum regis liber, in quo docet, ut exercitus Dux optime bellum administrare et gerere possit.
Je ne sais d’où l’auteur anonyme de ces arguments tenait que Pyrrhus avait écrit un traité de tactique. Mais je suis frappé de voir que Jehan Charrier, dans la préface de la traduction d’Onésandros qu’il donna en 1546, cite lui aussi « Pyrrhus, roi des Épirotes » parmi une liste de stratégistes anciens ; il est vrai qu’il ajoute immédiatement le nom d’Onésandros.

32 Catalogus codicum mss. bibliothecae regiae, t. II, p. 504. – H. Omont, Inventaire sommaire des mss. grecs de la Bibliothèque nationale, p. 262.

33 Ce compte s’entend sans l’addition postérieure de quelques folios d’un format plus grand.

34 Il n’y a pas de filigrane, du moins pour les feuillets portant le texte.

35 L’examen du texte des autres œuvres contenues dans le manuscrit révèle la même filiation. Citons, par exemple, dans les Δημηγορίαι quelques endroits où W reproduit le texte spécial de B : addition de τὸ μὲν ἄγραφον (I, § 2) ; αὐτοί au lieu de οὗτοι (I, § 4) ; πολίται au lieu de πολῖται (II, § 3), etc.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search