Version classiqueVersion mobile

Les manuscrits d’Onésandros

 | 
Alphonse Dain

Préface

Texte intégral

1Appelé à suppléer M. A.-M. Desrousseaux pour une partie de son enseignement à l’École des Hautes Etudes, j’avais inscrit au programme d’une de mes conférences de l’année scolaire 1928- 1929 une manière d’introduction à l’histoire de la transmission des textes de l’antiquité grecque : recherche des différentes sources directes ou indirectes de la tradition, étude de leur valeur, usage des instruments de travail dont on dispose dans cette branche de la philologie. Désireux de compléter cet exposé théorique par quelques recherches pratiques, je décidai de consacrer les séances du dernier trimestre à l’étude d’un texte qui fût assez court et qui permît à la fois de combiner les exercices de lecture et de classement de manuscrits avec ceux de la critique verbale. J’avais fait choix, à cet effet, du traité d’Onésandros, le Στρατηγιϰός : une soixantaine de pages, vingt-cinq manuscrits connus de moi, dont sept se trouvaient à Paris, c’était une matière assez réduite pour pouvoir être embrassée sans trop de peine et cependant assez riche pour permettre une étude fructueuse. En effet, il s’est révélé à l’expérience que nos recherches n’avaient pas été sans porter quelque fruit et plus d’un point obscur de l’histoire de la tradition de ce texte avait reçu quelque lumière. Cédant à la demande qui en a été faite, et désireux de tirer quelques conclusions générales d’une étude qui pouvait paraître très étroite, il m’a paru utile de faire connaître de ces recherches au moins ce qui a trait à l’étude des manuscrits.

2 On conçoit, dans ces conditions, que je sois tributaire des quatre auditeurs qui ont pris une part active aux travaux de la conférence. A leur habileté à déchiffrer minutieusement les manuscrits se joint un sens critique qui, chez des débutants, permet d’augurer favorablement de l’avenir. Que M. l’abbé Wilfried Corbeil, religieux canadien, M. André Lohy, M. Fernand Robert, élève de l’École Normale Supérieure, et M. Alain Vacquier reçoivent donc ici mes remerciements. Qu’à leurs noms soit joint celui de mon maître, M.A.-M. Desrousseaux, dont l’inaltérable obligeance est connue de tous les philologues. Ayant déjà suivi avec indulgence mes différents travaux, il a bien voulu donner un nouvel objet à ma reconnaissance en relisant ces quelques pages et en les faisant bénéficier d’une part de l’autorité qui s’attache à son nom. De son côté, M.E. Bourguet a tenu personnellement à revoir ce travail ; il a ainsi accru la somme déjà si grande des obligations de reconnaissance que j’ai contractées auprès de lui au cours de dix années de scolarité.

3A. D.

4 Janvier 1930.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search