Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique des chaires au Collège de France

 | 
Wolf Feuerhahn

Intitulés et disciplines : jeux de masques

La comparaison fait-elle la discipline ?

Intitulés comparatistes et dynamique des chaires au Collège de France

Pascale Rabault-Feuerhahn

Texte intégral

  • 1  Voir notamment Auroux, 2000.

1Si l’acte de comparer est de toutes les époques et de tous les lieux, la constitution de la comparaison en tant que méthode scientifique, ou du moins en tant que visée organisatrice de pratiques scientifiques, est relativement récente. On a coutume de la dater du tournant des xviiie et xixe siècles, au moment où Étienne Geoffoy Saint-Hilaire et Georges Cuvier posent et discutent les fondements d’une anatomie comparée. Depuis lors, la comparaison n’a cessé d’être associée, au moins dans l’esprit de ceux qui la pratiquent, à une forme de modernité scientifique et s’est étendue à de nombreux autres domaines, en particulier des sciences humaines et sociales. Dépassant le statut de simple option méthodologique, l’usage de la comparaison a même formé le socle de développement de nouvelles disciplines telles que la grammaire comparée, le droit comparé ou la littérature comparée. Époque privilégiée de l’éclosion de ces disciplines et de leur consécration institutionnelle, le xixe siècle est souvent désigné comme l’âge d’or du comparatisme1.

  • 2  Voir les contributions de Jeanne Peiffer (sur l’émergence de la pratique) et de Wolf Feuerhahn (su (...)
  • 3  Le rapport de 2008 de l’AERES sur le Collège de France spécifie ceci : « Durant ce processus (de c (...)

2C’est également au cours du xixe siècle que s’est affirmée la vocation du Collège de France à accueillir des savants incarnant des approches novatrices et produisant des savoirs distincts de ceux enseignés dans les institutions dédiées à la collation de grades2. Portée par une ambition d’excellence, cette évolution est allée de pair avec une personnalisation des chaires. Le caractère à la fois stratégique et programmatique des intitulés soumis au vote de l’assemblée des professeurs s’en est trouvé renforcé. Il en résulte une certaine ambiguïté quant aux statuts des savoirs incarnés dans les chaires du Collège de France. La personnalisation des intitulés et le fait qu’ils survivent rarement aux professeurs pour lesquels ils ont été créés3 parle en faveur de leur singularité, tandis que l’ambition d’incarner « la science en train de se faire » les identifie plutôt au stade précurseur de disciplines vouées à s’installer dans le paysage scientifique.

3Des années 1820 au début du xxie siècle, les propositions d’intitulés comparatistes ont jalonné l’histoire du Collège de France. Cette constance et la variété des domaines scientifiques dont ils relèvent les distinguent déjà au sein de l’ensemble des intitulés proposés au cours de la même période. Mais les intitulés comparatistes se singularisent surtout par le fait qu’ils spécifient non seulement l’objet, mais aussi la méthode de la chaire projetée : au « quoi ? », ils adjoignent le « comment ? ». Au vu du lien souvent revendiqué entre comparatisme et modernité scientifique, ils se prêtent donc particulièrement bien à une enquête sur le moteur de la création des chaires au Collège de France et sur le poids de la méthode dans ce processus. Réciproquement, un recensement systématique des propositions d’intitulés comparatistes, acceptées comme rejetées, permet de préciser la pénétration de la méthode comparative au Collège de France ainsi que les domaines où elle apparaît ou non comme légitime. Loin de postuler l’existence d’une pratique comparative homogène et spécifique au Collège de France, ce chapitre envisagera l’institution comme un creuset permettant d’appréhender les formulations et propositions comparatistes dans leur diversité et leurs incessantes recompositions. L’approche à la fois quantitative (statistique) et qualitative (fondée sur l’étude des argumentaires et débats entourant ces intitulés) de ce corpus pluridisciplinaire offre des perspectives inédites sur le développement du comparatisme en France.

Deux siècles d’intitulés comparatistes

  • 4  Le dossier F/17/13554, « Collège de France. Demandes de création de chaires », des Archives nation (...)

4Même à l’heure des catalogues informatiques et de la numérisation des données, établir la liste des intitulés comparatistes au Collège de France est une entreprise complexe. Pour la période qui va jusqu’à la Seconde Guerre mondiale les archives du Collège de France sont réparties entre la bibliothèque du Collège et les Archives nationales. D’un fonds à l’autre mais aussi au sein d’un même fonds, une même chaire n’est pas toujours désignée du même titre. Certains intitulés comportant l’adjectif « comparé » dans les procès-verbaux des assemblées des professeurs perdent ce qualificatif dans le titre du dossier d’archives qui leur est consacré : leur repérage devient dès lors aléatoire. Difficulté supplémentaire, les propositions de création de chaires qui n’ont pas abouti ne sont pas toujours répertoriées dans les catalogues ; elles ne peuvent être identifiées qu’à la lecture de procès-verbaux d’assemblées ou lors d’un dépouillement systématique des dossiers d’archives4. Bien que visant à l’exhaustivité, les données présentées ici ne peuvent donc être tenues pour absolument définitives.

  • 5  Pour la même raison la cohorte étudiée reste pertinente en dépit de sa petite taille.
  • 6  Voir le tableau ci-dessous (figure 22). Par exemple, l’Abbé Marius Rochu, de Marseille, sollicita (...)

5Les trente-cinq occurrences d’intitulés comparatistes (propositions de chaires retenues ou non) recensées au cours de ces investigations représentent un ensemble conséquent, réparti entre 1828 et 2003. Si quinze seulement, soit 40 %, ont été finalement retenues par l’assemblée des professeurs, cette proportion assez faible doit être rapportée au nombre globalement restreint de nouveaux intitulés accueillis par transformation ou création de chaire dans l’institution au cours de la même période5. Il est par ailleurs logique que les propositions rejetées excèdent celles retenues, toute création ou transformation de chaire résultant d’un vote entre plusieurs projets. En outre, toute chaire effectivement créée n’est comptabilisée qu’une seule fois, même si plusieurs professeurs l’ont occupée successivement, tandis que chaque proposition de chaire soumise au ministère ou à l’assemblée des professeurs compte individuellement, y compris les tentatives successives de faire adopter un même intitulé. On notera également que, parmi les propositions avortées, six ont été adressées directement au ministre de l’instruction par des savants (amateurs, pour certains) qui les sollicitaient à leur profit. Contrevenant aux procédures règlementaires, elles ne furent pas transmises à l’assemblée des professeurs et ne sont donc pas représentatives de la politique scientifique du Collège de France6. Dernier élément de pondération, au cours de la période considérée ont été instaurées diverses chaires dont l’optique était foncièrement comparatiste sans que cela ne fût explicite dans leur intitulé.

6La liste des intitulés comparatistes relevés dans les archives se présente comme suit :

Figure 22. Tableau synoptique des intitulés comparatistes au Collège de France.

Date

Intitulé/ Classe correspondante
à l’Institut de France

Titulaire/Destinataire

(1828)

(Grec ancien et grec moderne comparés)

Jules David

1831-1919
   
   
   

Histoire (générale et philosophique)
des législations comparées

(momentanément supprimé en 1848)
(ASMP)

Eugène Lerminier

Édouard Laboulaye

Jacques Flach
   

(1835)
   

(Anatomie comparée)
   

Antoine-Joseph Jobert
de Lomballe

(1839)

(Embryogénie comparée)

Victor Coste

1844-1954

Embryogénie générale et comparée (AS)

Victor Coste

1848
   

Droit politique français et droit politique
comparé (ASMP)

Jean Reynaud
   

(1857)
   
   

(Histoire comparée des langues du Nord
et de l’Europe et leur affinité avec celles
de l’Orient)

Louis de Baecker
   
   

(1861)

Langues sémitiques comparées

Ernest Renan

(1864)

Langues modernes comparées

Ivan Golovine

1866-1973
   
   

Grammaire comparée
(AIBL)
   

Michel Bréal

Antoine Meillet

Émile Benveniste

1887-1937
   

Psychologie expérimentale et comparée
(ASMP)

Théodule Ribot

Pierre Janet

1903-1907

Pathologie générale et comparée (AS)

Albert Charrin

(1912)

(Colonisation comparée)

Paul Vibert838

1912-1938

Histologie comparée (AS)

Jean Nageotte

1922
   

Littératures comparées française et italienne
(AIBL)

Giovanni Alfredo
Cesareo

(1925)

(Faciologie et graphologie comparées)

Abbé Marius Rochu

(1925)

(Histoire comparée des littératures modernes)

Paul Van Thieghem

1925-1944
   

Histoire des littératures comparées

de l’Europe méridionale et de l’Amérique latine (AIBL)

Paul Hazard
   

(1928)

(Histoire comparée des sociétés européennes)

Marc Bloch

(1929)

(Histoire comparée des civilisations du Moyen-Age)

Louis Halphen

(1932)

(Histoire comparée des sciences et de la philosophie)

René Berthelot

(1935)

(Histoire comparée des sociétés européennes)

Marc Bloch

(1941)

(Biopathologie comparée)

Louis Bory

1946-1973

Biochimie générale et comparée (AS)

Jean Roche

(1947)
   

(Histoire de la colonisation comparée
et des problèmes d’Outre mer)

Robert Montagne
   

(1949)
   

(Civilisation matérielle : histoire comparée
des techniques)

André Leroi-Gourhan
   

(1949)

(Sociologie comparée)

Claude Lévi-Strauss

(1950)

(Sociologie comparée)

Claude Lévi-Strauss

(1973)
   

(Etude comparative des structures religieuses
de la Grèce ancienne)

Jean-Pierre Vernant
   

1975-1986

Étude comparée des religions antiques (AIBL)

Jean-Pierre Vernant

1981-1993

Études comparées de la fonction poétique (AIBL)

Yves Bonnefoy

1982-1998
   

Étude comparée des sociétés africaines (ASMP)
   

Françoise
Héritier-Augé

1986-1991
   

Épistémologie comparative (ASMP)
   

Gilles-Gaston
Granger

(1992)

(Anthropologie comparative de la Grèce ancienne)

Marcel Détienne

2003-2012
   

Études juridiques comparatives
et internationalisation du droit (ASMP)

Mireille
Delmas-Marty

Les chaires effectives figurent en caractères droits, les propositions avortées, entre parenthèses et en italiques. La classe correspondante à l’Institut de France (pour les chaires adoptées) est indiquée à la suite de l’intitulé (AS : Académie des sciences ; AIBL : Académie des inscriptions et belles-lettres ; ASMP : Académies des sciences morales et politiques).

Les surprises de la chronologie

  • 7  Nous ne rentrerons pas ici dans les distinctions entre les chaires résultant d’une création ou d’u (...)

7La chronologie des intitulés comparatistes au Collège de France réserve plusieurs surprises. Loin de corroborer la périodisation faisant du xixe siècle l’âge d’or du comparatisme, elle se caractérise par un doublement des occurrences entre le xixe siècle, où cinq intitulés comparatistes furent votés, et le xxe siècle qui en compte neuf, et même dix si l’on va jusqu’en 2003, date de création de la chaire d’études juridiques comparatives et internationalisation du droit7. La prise en compte des propositions d’intitulés restées inabouties ne change pas le constat ; le nombre total de propositions fait toujours plus que doubler, passant de onze au xixe siècle, à vingt-quatre au xxe siècle. Même si, au xxe siècle, certains projets furent soumis plusieurs fois, l’augmentation reste patente.

8Pour autant, la pénétration du comparatisme au Collège de France n’a rien d’un processus exponentiel, ni même simplement linéaire. S’intéresser à l’intervalle entre les créations de chaires permet d’affiner la chronologie et fait ressortir des périodes de creux et d’autres de concentration :

Figure 23. Chronologie des propositions d’intitulés comparatistes.

Figure 23. Chronologie des propositions d’intitulés comparatistes.

Les propositions retenues figurent sur l’axe chronologique, classées en fonction de la classe de l’Institut de France correspondante : Académie des sciences (en blanc), Académie des sciences morales et politiques (en gris), Académie des inscriptions et belles lettres (en noir). Les triangles au-dessus figurent les propositions rejetées.

Figure 24. Chronologie et durée des chaires créées au Collège de France portant un intitulé comparatiste.

Figure 24. Chronologie et durée des chaires créées au Collège de France portant un intitulé comparatiste.

Les chaires sont sériées en fonction de la classe correspondante de l’Institut : Inscriptions et Belles Lettres (gris clair), Sciences morales et politiques (gris foncé), Sciences (noir). La chaire de droit politique français et droit politique comparé créée par le Gouvernement provisoire en 1848 n’apparaît pas, en raison de sa trop faible durée.

  • 8  Les deux tentatives de Lévi-Strauss de faire fonder une chaire de sociologie comparée datent de 19 (...)

La forte récurrence des propositions d’intitulés comparatistes ne masque pas l’alternance de situations contrastées. En premier lieu, la durée des chaires connaît un raccourcissement flagrant dès la fin du xixe siècle ; ce phénomène n’est toutefois pas propre aux chaires comparatistes mais reflète plutôt une évolution commune à l’ensemble des chaires du Collège de France. En second lieu, les deux figures ci-dessus permettent de dégager des périodes variées dans l’histoire des intitulés comparatistes. Pendant une large première partie du xixe siècle, de 1828 à 1866, des projets sont formulés de manière assez régulière et rapprochée, tous les quatre ans en moyenne, avec un léger creux dans les années 1850. Mais, dans cette phase d’installation, moins de la moitié (4 sur 10) sont retenus par l’assemblée des professeurs. La période suivante, qui s’étend de la guerre de 1870 au lendemain de la Première Guerre mondiale, voit le ratio s’inverser, les propositions acceptées (3) l’emportant sur celles qui sont rejetées (une). Néanmoins cette longue séquence d’une cinquantaine d’années marque surtout la raréfaction des propositions d’intitulés comparatistes en regard de la période précédente. Celles-ci se multiplient au contraire entre 1922 et 1950, avec une très forte concentration dans les années 1920 puis à la fin des années 1940. Au total, pas moins de quatorze intitulés comparatistes sont proposés en moins de trente ans. Mais le taux d’échec est très élevé, trois propositions seulement étant retenues. Jusqu’au début des années 1970, plus aucun projet d’intitulé comparatiste ne sera envisagé. Confirmation d’un déclin comparatiste qu’auraient préfiguré les nombreux insuccès de la période précédente ou découragement lié au sentiment d’un positionnement anti-comparatiste de l’assemblée des professeurs : en tout état de cause les décennies 1950 et 1960 font figure de traversée du désert. Que le xxe siècle surpasse malgré tout largement le siècle précédent en termes du nombre de chaires comparatistes créées s’explique par une reprise aussi soudaine que soutenue à partir de 1973 : quatre nouveaux intitulés sont adoptés en une dizaine d’année – Étude comparée des religions antiques (Jean-Pierre Vernant), Études comparées de la fonction poétique (Yves Bonnefoy), Étude comparée des religions africaines (Françoise Héritier-Augé), Épistémologie comparative (Gilles-Gaston Granger). Tous consacrent l’entrée au Collège de France de représentants du structuralisme. Cette constellation est d’autant plus remarquable qu’aucune chaire du Collège de France n’a jamais, a contrario, comporté le terme « structural » dans son intitulé. Claude Lévi-Strauss lui-même était titulaire d’une chaire d’« Anthropologie sociale » à laquelle il avait été nommé en 1959, dix ans après son double échec à faire créer pour lui une chaire de « Sociologie comparée ». À l’opposé de ce revers initial8, c’est bien l’étiquette comparatiste qui, un quart de siècle plus tard, fut le vecteur de l’entrée massive du structuralisme au Collège de France.

Le vivant pour objet

9L’étude statistique des intitulés comparatistes sur une période de près de deux siècles pose d’importants problèmes terminologiques et épistémologiques, les découpages et dénominations disciplinaires ayant varié au cours du temps. Cette difficulté peut néanmoins être contournée en se référant à la classe de l’Institut dont relevait chaque projet de chaire : selon l’usage, qui devint même une règle ferme à partir de 1852, toute nomination d’un professeur devait être validée par le ministre sur double présentation de la candidature par le Collège de France et une académie. On obtient alors les séries suivantes :

Figure 25. Chronologie des créations de chaires portant un intitulé comparatiste, classées en fonction de la classe de l’Institut de France correspondante.

Figure 25. Chronologie des créations de chaires portant un intitulé comparatiste, classées en fonction de la classe de l’Institut de France correspondante.

Académie des sciences (ligne du haut, en blanc), Académie des sciences morales et politiques (ligne du milieu, en gris), Académie des inscriptions et belles lettres (ligne du bas, en noir).

  • 9  L’Académie des sciences morales et politiques n’a été rétablie qu’en 1832 ; la chaire de Législati (...)
  • 10  Sur l’histoire des méta-catégories au Collège de France, voir l’introduction au présent volume ain (...)
  • 11  Ce chiffre tient compte des deux intitulés de psychologie (psychologie expérimentale et comparée ; (...)

La répartition quantitative des chaires s’avère étonnamment équilibrée entre les trois classes concernées : sciences (4 chaires), sciences morales et politiques (5 chaires)9, inscriptions et belles-lettres (5 chaires). Toutefois, les catégories de « sciences morales et politiques » et de « sciences historiques et philologiques » qui furent longtemps utilisées dans l’annuaire du Collège de France y sont désormais subsumées dans celle de « sciences humaines et sociales »10. Considérées ensemble, elles représentent un nombre de chaires comparatistes beaucoup plus important que le groupe des « sciences ». Mais cette prépondérance en valeur absolue masque un important taux d’échec : 17 projets d’intitulés comparatistes ont échoué sur 28 proposés au total en sciences humaines et sociales11, alors que le rapport est de 3 échecs pour 7 propositions dans les autres sciences. Si le comparatisme irrigue particulièrement les sciences humaines et sociales, il n’est donc pas pour autant gage de leur succès institutionnel.

  • 12  Sur l’histoire de la création de la chaire, le positionnement de Coste par rapport aux débats entr (...)
  • 13  La chaire de Ribot relevait de l’Académie des sciences morales et politiques parce qu’elle prenait (...)
  • 14  4 AP 380, assemblée du 14 janvier 1912.

10L’ensemble des intitulés comparatistes ont pour dénominateur commun de concerner exclusivement des domaines ayant trait au vivant et même plus particulièrement à l’animal et à l’humain, ce dernier étant selon les cas envisagé en tant qu’organisme vivant ou bien au titre de son histoire, de ses productions culturelles ou de son organisation sociale. Les chaires relevant de l’Académie des sciences sont de fait toutes sans exception relatives aux sciences du vivant (biologiques et médicales) : embryogénie, pathologie, histologie, biophysique. Concentrées sur un siècle, entre 1844 et 1946, leurs créations sont séparées par des écarts assez réguliers de vingt-cinq à trente-cinq ans et forment en outre un tableau assez cohérent. Ainsi, Victor Coste, le titulaire de la chaire d’Embryogénie comparée, la présentait-il comme un complément à l’anatomie comparée. Cette dernière était enseignée au Collège de France sous le titre d’Histoire naturelle des corps organisés12. C’est cette chaire qui sera transformée en chaire de Biochimie générale et comparée en 1946. Spécialiste d’ovologie, Coste ne comparait pas seulement les œufs/ovules de différentes espèces (humains, autres mammifères, ovipares), mais pensait aussi que la connaissance des développements embryonnaires éclairait celle des formations pathologiques. La psychologie expérimentale et comparée incarnée au Collège de France par Théodule Ribot mobilisera inversement les manifestations pathologiques pour éclairer le fonctionnement normal de l’esprit13. Quant à la chaire d’Histologie comparée, elle remplaça la chaire d’Anatomie générale au motif que les nouvelles connaissances histologiques (concernant les cellules isolées) et notamment cytologiques (concernant la morphologie des tissus) en renouvelaient profondément l’approche14. Toutefois, la fin de la Seconde Guerre mondiale a marqué un coup d’arrêt total des propositions de chaires comparatistes en sciences du vivant. De ce fait, le Collège de France n’en compte plus une seule depuis le remplacement, en 1973, de la chaire de Biochimie générale et comparée par une chaire de Biochimie cellulaire.

Le comparatisme appliqué à l’homme et aux sociétés

  • 15  Dix projets comportent le terme « histoire » ; cependant tous ne relèvent pas prioritairement de l (...)
  • 16  La proposition de chaire, défendue par Abel Lefranc au bénéfice de Paul Van Thieghem, est répertor (...)

11Au sein des autres groupes que, par commodité, nous désignerons désormais comme « sciences humaines et sociales », l’histoire se démarque à la fois par le plus grand nombre de propositions d’intitulés comparatistes (cinq au sens strict)15 et par le fait qu’aucune n’a été retenue : la difficulté de l’histoire comparée à pénétrer le Collège de France est ici patente. André Leroi-Gourhan qui échoua à se faire élire sur un intitulé de « Civilisation matérielle : histoire comparée des techniques » en 1949, obtint finalement une chaire vingt ans plus tard, en 1969 : mais elle s’intitulait simplement « Préhistoire », sans mention de perspective comparative. Les deux seules chaires créées comportant le terme d’« histoire » relèvent en fait d’autres disciplines : le droit (Histoire (générale et philosophique) des législations comparées, 1831) et la littérature (Histoire des littératures comparées de l’Europe méridionale et de l’Amérique latine, 1925). Au demeurant, la chaire de législations comparées perdra temporairement sa qualification historique lors de la révolution de 1848, étant rebaptisée Droit politique français et droit politique comparé par le gouvernement provisoire ; quant à la chaire de 1925, elle fut adoptée contre un autre projet de chaire de littérature comparée avec lequel elle était en compétition. L’échec de ce projet concurrent, intitulé « Histoire comparée des littératures modernes », offre un nouvel exemple du rejet du syntagme associant l’histoire et la comparaison16.

12Contre toute attente, la situation des intitulés comparatistes n’est de prime abord pas plus brillante en sciences du langage. Une seule proposition sur cinq fut acceptée : celle de Grammaire comparée, en 1866. Or, cette date apparaît bien tardive en regard de l’ambition du Collège de France de faire œuvre pionnière. C’est en effet dans les premières décennies du xixe siècle que des savants comme Franz Bopp ou Rasmus Rask avaient entrepris de donner à la comparaison linguistique des fondements scientifiques, s’inspirant des méthodes par lesquelles les spécialistes d’anatomie comparée classaient leurs objets et en déterminaient les parentés. En 1864, trente ans après la parution de la célèbre Grammaire comparée de Bopp (1833), un décrit émis par Napoléon III transféra au Collège de France les enseignements de grammaire comparée qui étaient jusqu’alors dispensés à la Sorbonne. Confiés à Michel Bréal, ces cours libres furent transformés en chaire seulement deux ans plus tard. Les arguments présentés en faveur de ce transfert sont révélateurs du statut respectif de ces institutions, mais aussi de celui de la grammaire comparée en regard de « l’enseignement classique » :

  • 17  AN, F/17/13556, dossier 32, « Chaire de grammaire comparée et laboratoire de phonétique expériment (...)

Dans l’organisation notre système gal d’instruction publique le rôle des Facultés est de donner, des par des cours réguliers et complets, la science déjà faite et de délivrer les grades qui correspondent à ces divers ordres d’enseignement. À coté des Facultés de grands établissements Jusqu’à présent la grammaire comparée n’a pu prendre place dans d’une manière normale et utile dans notre enseignement classique ; ce cours ne doit donc pas se trouver être placé là à la Sorbonne où se font les licenciés et les docteurs ; mais il serait à sa place au Collège de France, là où les sciences nouvelles s’élaborent et attendent que les efforts des le moment de prendre droit de cité dans les études universitaires ordinaires. Aussi j’ai l’honneur de proposer de demander à V.M. l’autorisation de transférer de la chaire (en marge : de gram. Comparée créée en 1857 pour M. Hase) de la Faculté des lettres au College de France. Ce grand établissement renferme Le College de France a des chaires pour toutes les langues et littératures savantes. Un cours de grammaire comparée résumera au point de vue philologique tous les résultats de ces enseignements variés ; il sera comme leur synthèse historique et philosophique17.

La chaire de Grammaire comparée du Collège de France n’avait donc rien de pionnier mais consacrait plutôt tardivement une discipline qui, considérée comme aride, peinait à s’imposer dans les cursus de belles lettres.

  • 18  Jules David avait publié un ouvrage intitulé Parallèle des langues grecques ancienne et moderne (P (...)
  • 19  2 AP 4, assemblée des professeurs, registre des délibérations (11 janvier 1824-22 novembre 1840), (...)

13En dépit de cette création unique et tardive, les sciences du langage s’avèrent paradoxalement aux avant-postes du comparatisme au Collège de France. Parmi les sciences humaines, la chaire de Grammaire comparée était seulement la seconde à porter un intitulé comparatiste, après celle d’Histoire des législations comparées. Après Bréal, elle fut occupée par Antoine Meillet puis Émile Benvéniste et perdura jusqu’en 1973. Du fait de cette longévité de plus d’un siècle, elle assura la continuité des intitulés comparatistes au Collège de France dans les périodes de creux mentionnées plus haut. En outre, les archives révèlent quatre projets avortés d’intitulés comparatistes en sciences du langage ayant précédé la création de la chaire de Grammaire comparée. Le premier concerne une chaire de Grec ancien et grec moderne comparés, proposée en 1828 par l’helléniste Jules David. Dans une lettre au ministre de l’Instruction du 29 septembre 1828, celui-ci se référait à l’expédition de Morée, soulignant dans une perspective philhellène le rang que la jeune nation grecque allait être amenée à prendre dans la famille européenne. Sur le plan érudit, il faisait aussi valoir que la connaissance du grec moderne faciliterait aux étudiants l’apprentissage du grec ancien et réciproquement18. Le projet de Jules David échoua, la chaire de Langue et littérature grecques conserva son titre, et c’est finalement Jean-François Boissonade qui y fut élu en remplacement de Jean-Baptiste Gail19.

  • 20  Rabault-Feuerhahn, 2015.

14Les projets d’intitulés suivants en philologie et sciences du langage datent du milieu du siècle. Parmi eux, ceux d’Histoire comparée des langues du Nord de l’Europe et leur affinité avec celles de l’Orient (Louis de Baecker) et de Langues modernes comparées (Ivan Golowine) avaient peu de chances d’aboutir : ces propositions n’émanaient pas de l’assemblée des professeurs, mais avaient été soumises directement au ministre de l’Instruction publique à l’initiative personnelle de leurs auteurs. Le projet de 1861 de transformer la chaire de Langues hébraïque, chaldaïque et syriaque en chaire de Langues sémitiques comparées, aurait en revanche tout à fait pu se concrétiser : son échec s’explique par la situation institutionnelle complexe entourant la succession du titulaire de cette chaire, Étienne de Quatremère. Ernest Renan, dont une première tentative avait échoué en 1857, souhaita se porter à nouveau candidat en 1861. Sa première candidature ayant suscité la vive hostilité des catholiques, Napoléon III projetait de le faire nommer par décret pour éviter un vote qui risquait de cristalliser des tensions. Le nouveau titre de « Langues sémitiques comparées » envisagé par le ministère devait traduire au mieux la perspective scientifique de Renan, qui souhaitait appliquer au domaine sémitique les méthodes et schèmes comparatistes nés dans le domaine indo-européen. Mais Renan, soucieux de ne pas être tributaire du pouvoir politique, tenait pour sa part à être élu selon la procédure habituelle. Lorsque l’assemblée rejeta la proposition de nouvel intitulé, il ne protesta donc pas, même si celui de « Langues hébraïque, chaldaïque et syriaque » lui déplaisait en raison de sa connotation théologique. Si la chaire avait changé de titre, Napoléon III aurait en effet pu la présenter comme une création et procéder par décret. La procédure élective fut finalement respectée et Renan remporta les suffrages. Il défendit une perspective comparatiste dès sa leçon inaugurale qui opposait terme à terme le rôle des « races » sémitiques et indo-européennes dans l’« histoire de la civilisation », mais dut démissionner dans les mois qui suivirent, ayant fait scandale en qualifiant Jésus d’« homme incomparable »20.

15Après l’histoire et les sciences du langage, ce sont les disciplines sociologiques et anthropologiques qui ont le plus fourni de propositions d’intitulés comparatistes : cinq au total, toutes regroupées dans la deuxième moitié du xxe siècle, entre 1949 et 1992. Deux seulement furent retenues, celle de Jean-Pierre Vernant (à fondement philologique) en 1975 et celle de Françoise Héritier-Auger (Étude comparée des sociétés africaines) en 1982. Mais cet important taux d’échec doit être relativisé. Il prend en considération les deux essais infructueux de 1949 et de 1950 de faire adopter un intitulé de « Sociologie comparée » et d’y faire élire Claude Lévi-Strauss. Il tient aussi compte de la tentative avortée d’une chaire d’« Étude comparative des structures religieuses de la Grèce ancienne » destinée à Jean-Pierre Vernant. Dans un cas comme dans l’autre, les deux candidats éconduits furent finalement élus sur d’autres intitulés : Lévi-Strauss en 1959 à la chaire d’Anthropologie sociale, Vernant en 1975 à une chaire à l’intitulé légèrement modifié et élargi (« Étude comparée des religions antiques »).

  • 21  Pour reprendre une expression de Guy Jucquois, in Jucquois et Swiggers, 1991, p. 19.

16Mais les taux de succès les plus importants des intitulés comparatistes se rencontrent dans les études juridiques (trois chaires créées, aucune proposition rejetée) et littéraires (trois chaires créées, une seule rejetée, et encore celle-ci était-elle, comme nous l’avons vu plus haut, en concurrence avec une autre chaire de littérature comparée). Cette situation tend à confirmer que le droit comparé et la littérature comparée ont rapidement été reconnus comme des disciplines à part entière, ayant « acquis droit de cité »21 dans le paysage général des sciences.

La revendication comparatiste : formes et fonctions

Variations terminologiques

  • 22  Jucquois et Swiggers, 1991, p. 32.

17Dans ses travaux sur l’histoire du comparatisme, Guy Jucquois relève que « l’absence de réflexion de portée générale sur la méthode comparative se reflète dans les lacunes et les imprécisions terminologiques »22. Les intitulés de chaire confirment ce constat. La revendication comparatiste y est exprimée sous la forme adjectivale « comparé », ce qui correspond à l’usage général en français, où des substantifs tels que l’allemand Komparatistik (« littérature comparée ») n’ont pas d’équivalent. La comparaison n’est donc pas première, mais vient toujours qualifier un objet (législations, langues, littératures, colonisation – sauf dans ce dernier cas, l’adjectif est alors logiquement au pluriel), une discipline (embryogénie, pathologie, histologie, psychologie, histoire, épistémologie, grammaire) ou un terme désignant l’activité scientifique (étude), l’objet étant dans ce cas spécifié par la suite. À partir des années 1970, l’usage de « comparé » alterne avec celui de « comparatif », qui finit par le supplanter. Les dictionnaires attestent que les deux termes sont strictement synonymes et peuvent désigner autant le fait de contenir une comparaison que de procéder par comparaison. Toutefois, le terme « comparatif » comporte une dimension processuelle qui fait défaut au participe passé « comparé » ; c’est sans doute pourquoi il s’est peu à peu imposé comme un choix plus logique ou cohérent pour qualifier une démarche méthodologique.

18La coexistence des deux adjectifs et le fait qu’ils s’appliquent tantôt à des objets, tantôt à des disciplines, contribue au flou qui entoure le statut du comparatisme : son usage caractérise-t-il une simple option méthodologique, appliquée à une science existant aussi dans une autre variante, non comparatiste ; ou bien est-il constitutif d’une discipline qui n’existerait pas en dehors de ce cadre ? L’exemple de la littérature est révélateur de ce type de problème. Alors que le syntagme « littérature comparée » est consacré en français et reste d’un usage courant jusqu’à nos jours, il ne figure dans aucun intitulé au Collège de France ; « littérature » y est toujours employé au pluriel, désignant non la discipline, mais son objet : « Littératures comparées française et italienne », « Histoire comparée des littératures modernes », « Histoire des littératures comparées de l’Europe méridionale et de l’Amérique latine ». L’affichage du comparatisme ne règle donc en rien la question de son statut. En 1988, Gilles-Gaston Granger commenta de la façon suivante l’intitulé de sa chaire créée deux ans plus tôt :

  • 23  Gilles-Gaston Granger, « Pour une épistémologie comparative », in Jucquois-Swiggers, 1991, p. 39.

Épistémologie comparative… La nouveauté dans les mots fait quelquefois, non sans raison, mal augurer de la réalité des choses. Je suis donc tout prêt à abandonner l’adjectif, si l’on m’en presse, pourvu que l’on m’accorde le droit de préciser, pour le substantif, le sens en lequel j’ai toujours voulu le prendre. L’adjectif, toutefois, n’a pour but que de désigner une manière, parmi d’autres, de pratiquer l’épistémologie. Non pas à vrai dire une méthode, car il n’est guère à proprement parler de méthode en philosophie, et l’épistémologie est une discipline philosophique23.

Tout en soulignant le caractère innovant qui résulte de l’association des deux termes composant l’intitulé de sa chaire, Granger relativise fortement la portée de l’optique comparatiste. Non seulement il lui dénie toute définition systématique, mais il s’avère même étonnamment peu enclin à la défendre. Il s’agit pour le philosophe d’affirmer la singularité de sa discipline, qui ne saurait trivialement se réduire à la mise en œuvre de protocoles méthodologiques. Mais, ainsi privé du statut de « méthode » et présenté comme une simple « manière de pratiquer » une discipline, le comparatisme apparaît d’autant plus insaisissable.

Afficher ou non le comparatisme

  • 24  Baumgarten, 2001.

19La situation est rendue encore plus confuse par l’existence, mentionnée plus haut, de chaires foncièrement comparatistes sans que cette terminologie n’apparaisse dans leur intitulé. Dans le cas de la chaire de Renan, l’effacement tenait aux circonstances politiques et au cadre institutionnel du renouvellement de la chaire. Dans d’autres cas, comme l’assyriologie, il s’agissait vraisemblablement d’insister en priorité sur la nouveauté de l’objet. Si la discipline tout entière (et notamment le déchiffrement des cunéiformes) reposait sur la comparaison des langues sémitiques24, l’intitulé de « Philologie et archéologie assyriennes » était centré sur cet objet scientifique nouveau qu’étaient les langues et cultures de Mésopotamie.

  • 25  4 AP 631, assemblée du 28 novembre 1948, rapport en faveur de la création d’une chaire de civilisa (...)

20Les termes « comparés » ou « comparatifs » sont également absents de l’intitulé de la chaire de Civilisation indo-européenne occupée de 1948 à 1968 par Georges Dumézil. Cette omission concernant une chaire dont le comparatisme constituait la raison d’être fit l’objet d’âpres débats au sein de l’assemblée des professeurs. Dans un rapport de présentation très favorable au projet, Émile Benveniste rappela comment la grammaire comparée avait donné naissance au paradigme indo-européen25. Selon lui, les travaux de Dumézil asseyaient l’étude comparative de la civilisation indo-européenne sur des bases plus solides que précédemment. Non seulement il intégrait des données provenant de langues connues de date récente comme le tokharien et le hittite, mais il remplaçait la comparaison des faits de langue (la recherche de « covocabulaire » censé témoigner de réalités antérieures à la séparation en différentes nations du supposé peuple indo-européen primitif) par une comparaison systématique et historique des différents aspects de la vie culturelle. Bien qu’absents de l’intitulé, le comparatisme et ses modalités de mise en œuvre étaient donc au cœur de l’argumentaire de Benveniste en faveur de la création de la chaire. Les travaux de Dumézil représentaient selon lui « une nouvelle synthèse organisatrice où se rencontr[ai] ent pour éclairer le passé indo-européen, les principales disciplines de l’homme, sociologie et linguistique, histoire des religions et philosophie ». Cette ligne argumentative fut vivement combattue par le slaviste André Mazon, pour qui l’approche dumézilienne n’avait rien d’innovant mais ne faisait que répéter la mythologie comparée, science née au xixe siècle et largement tombée en discrédit depuis. Intituler la chaire « civilisation indo-européenne » était selon lui une façon d’avancer masqué et de dissimuler sa continuité directe avec le comparatisme indo-européen des époques précédentes :

  • 26  14 CDF 20 d3, assemblée du 13 février 1949, rapport en réaction à la création d’une chaire de civi (...)

C’est bien cela, n’est-ce pas ? Il eût fallu le dire. Le Collège alors, aurait pu décider en connaissance de cause s’il estime nécessaire en 1949 de se doter d’une chaire de « mythologie comparée et folklore » en acceptant les risques inhérents à ces domaines : dédain du temps et de l’espace, maniement cavalier de la critique, constructions faciles et aventureuses, hypothèses sans lendemain, à moins que leur auteur, comme il arrive trop souvent, ne s’obstine à leur faire un sort et, devenu leur prisonnier, ne soit réduit à combattre pour elles des polémiques sans fin26.

L’accusation d’archaïsme visait à démontrer que le comparatisme indo-européen aux méthodes dépassées n’avait pas sa place au Collège de France, consacré aux disciplines innovantes. Dans le contexte de l’immédiat après-guerre, l’argument était aussi d’ordre éthique et politique et visait les dérives racistes et antisémites auxquelles le paradigme indo-européen avait donné lieu sous le national-socialisme. Si André Mazon déplorait donc que l’intitulé proposé tût la nature réelle de la chaire, sa critique visait moins la dimension comparatiste qu’indo-européaniste du projet. En novembre de la même année, il prit partie en faveur du projet de chaire de « Civilisation matérielle : histoire comparée des techniques » prévu pour échoir à André Leroi-Gourhan. Dans son rapport, il défendait cette fois la démarche comparatiste comme un gage de sérieux et de modernité :

  • 27  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949.

L’enseignement que le Collège de France est invité à accueillir embrasserait en principe toutes les manifestations matérielles des civilisations : habitat, vêtements, tissage, chasse, pêche, vannerie, armes, bijoux, céramique. Il serait conçu comme celui d’une science auxiliaire de l’histoire et conduit suivant la méthode la plus efficace dans l’état présent de nos connaissances : la méthode comparative27.

Rhétoriques du renouvellement

  • 28  Fischer, 1998, p. 439.
  • 29  Laboulaye, 1849, p. 1-2.
  • 30  Flach, 1910, p. 15.
  • 31  Janet, 1896, p. 101.
  • 32  « Projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés européennes » (4 AP 461 c : assemblée (...)

21Aussi problématique soit-elle du point de vue historique, la notion de modernité scientifique est un élément primordial dans l’argumentation en faveur de nouvelles chaires. Dans le cas des intitulés comparatistes, il s’applique moins à l’objet de l’étude qu’à la méthode pour l’aborder. Le comparatisme est en effet constamment présenté comme un moyen de lutter contre des courants ou des approches jugés erronés ou dépassés. L’embryogénie comparée de Victor Coste était dirigée contre le vitalisme : pour lui comme pour son maître Jacques Matthieu Delpech, le développement embryonnaire résultait de forces physiques et d’actions chimiques28. Édouard Laboulaye, successeur d’Eugène Lerminier, concevait l’histoire des législations comparées comme « une doctrine toute nouvelle, presque inconnue en France, et qui prétend tirer la législation des régions métaphysiques où elle s’est trop longtemps égarée pour en faire une science positive qui relève de l’expérience encore plus que du raisonnement »29. Jacques Flach, qui occupait la chaire après lui, entendait faire pièce à l’évolutionnisme et au transformisme social30. Pierre Janet, successeur de Théodule Ribot à la chaire de psychologie expérimentale et comparée, présentait celle-ci comme un moyen de dépasser l’étude métaphysique de la personnalité. Plutôt que de « décrire toujours la personnalité telle qu’[on] la sent en [soi]-même », il s’agissait de « montrer de quoi elle dépend[ait], quels [étaient] les phénomènes qui la [faisaient] varier » : autrement dit, de « joindre l’observation des personnes qui nous environnent aux renseignements puisés en nous-mêmes »31. Marc Bloch aussi envisageait le comparatisme comme un moyen de refonder sa discipline, l’histoire, sur de nouvelles bases. Son Projet d’un enseignement de l’histoire comparée (1934) affiche ainsi une ambition de « renouveler les méthodes de l’histoire pour lui restituer l’attrait qu’elle avait perdu »32.

  • 33  Flach, 1910, p. 10-11.
  • 34  Janet, 1902, p. 27.

22La perspective d’opérer un tournant paradigmatique jette des ponts concrets entre des usages par ailleurs très divers du comparatisme. Ainsi les représentants de nouveaux projets ou domaines comparatistes se réfèrent-ils à ceux qui sont déjà établis comme à des précédents d’où tirer inspiration méthodologique et légitimité scientifique. Du fait de son antériorité, l’anatomie comparée est particulièrement souvent convoquée. Pour Jacques Flach, « si nombreux qu’on suppose les textes [juridiques], ils ne sauraient se suffire. Ils ont besoin d’être triés, rapprochés, coordonnés, à l’instar des ossements épars avec lesquels Cuvier reconstituait le squelette d’un animal fossile […]. Tout dépend donc de la méthode. À son tour l’historien devient un pionnier ou un découvreur »33. De même Janet estime-t-il que l’étude de la pathologie mentale a fourni à la psychologie comparée et expérimentale fondée par Ribot « d’innombrables variétés de phénomènes mentaux aussi utiles à analyser et à classer que les formes irrégulières et anormales des êtres vivants étudiés par les naturalistes »34. Dans les deux cas le foisonnement des données induit une démarche comparatiste dont la première étape relève toujours de l’ordonnancement et de la classification. En 1986 encore, c’est à l’anatomie comparée que se réfère (avec un caractère d’évidence) Granger pour justifier l’intitulé « épistémologie comparative », mais il prend soin de préciser que leurs objets ne sont pas de même nature :

  • 35  Granger, 1987, p. 20.

L’expression d’épistémologie comparative est évidemment calquée sur celle d’ « anatomie comparée », mais il convient de lui donner une interprétation qui écarte décidément l’assimilation des œuvres de la pensée scientifique à des « organismes » qui seraient conçus, ou plutôt imaginés, sur le modèle encore si mystérieux des êtres vivants. Et c’est plutôt à la linguistique comparée des grands linguistes allemands du début du xixe siècle qu’il convient de se référer35.

  • 36  Ibid., p. 21.

Se référer aux sciences du vivant n’autorise pas pour autant à verser dans l’organicisme. Il s’agit bien plutôt de s’inscrire dans une filiation méthodologique comparatiste, elle-même induite par une commune volonté d’ordonner et de réduire l’apparente diversité du donné immédiat. C’est ainsi que Granger peut tendre un fil entre la grammaire comparée reposant sur des bases généalogiques et sa propre pratique comparatiste fondée sur des homologies structurales. De la même manière qu’Aristote, dans son Traité des parties des animaux, démontrait l’homologie fonctionnelle des organes, l’épistémologie comparative doit mettre au jour « l’homologie formelle du fonctionnement de différents concepts » au sein de « théories ou systèmes scientifiques » variés et montrer qu’ils peuvent « correspondre à une même fonction épistémique jouée dans des structures différentes »36.

  • 37  Fauré-Frémiet, 1929, p. 37-45.

23La rhétorique du renouvellement scientifique n’est pas mobilisée seulement à la fondation d’une nouvelle chaire, mais aussi par ses occupants successifs : les candidats à la succession d’une chaire devenue vacante s’appliquent souvent à démontrer que leur usage du comparatisme s’est enrichi et complexifié. L’hommage qu’Emmanuel Fauré-Frémiet, quatrième (et dernier) titulaire de la chaire d’embryogénie comparée, rend à ses prédécesseurs dans sa leçon inaugurale de 1929 témoigne d’une vision cumulative des progrès scientifiques et lui permet de marquer son propre apport. Après avoir bénéficié des avancées de la cytologie et de l’histologie, l’embryogénie comparée prend désormais en compte, souligne-t-il, les travaux en cinétique du développement. Le comparatisme acquiert par ce biais une dimension dynamique, intégrant dans l’appréhension de l’individu la notion de vitesse et la mesure de sa variation37.

  • 38  Bréal, 1866, p. 3.
  • 39  Meillet s.d. (1906), p. 6.
  • 40  Ibid., p. 19.
  • 41  4 AP 477, assemblée du 7 février 1937, rapport de Paul Pelliot en faveur du maintien de la chaire (...)

24La pérennité d’une chaire sous un même intitulé n’implique donc pas nécessairement une stricte continuité méthodologique. Dans le cas de la grammaire comparée, la problématique du renouvellement a été présente dès la fondation de la chaire. Dès sa leçon inaugurale, Michel Bréal se démarqua des figures fondatrices de sa discipline, Franz Bopp et August Schleicher qui, se focalisant sur les formes linguistiques, traitaient la langue « en géologues » et occultaient le fait qu’elle se créait à tout moment, et pas seulement à son origine. Selon Bréal, les changements linguistiques étaient de deux ordres : aux altérations vocales liées à l’appareil phonique s’ajoutaient des changements grammaticaux imputables, eux, à la pensée des locuteurs. C’est pourquoi il revendiquait une nouvelle pratique de la grammaire comparative, consistant à prendre en compte la « fonction » des mots en plus de leur forme, car « l’examen de la signification », devait toujours « éclairer » et « contrôler » l’étude « purement extérieure des mots »38. Antoine Meillet adoptera une attitude similaire lorsqu’il prendra la suite de Bréal en 1906, soulignant que celui-ci souhaitait « avoir pour successeur un disciple qui le continuerait en ne le répétant pas »39. Si, expose-t-il, la linguistique a évolué au cours du xixe siècle en combinant les notions de loi phonétique de modification, d’analogie et d’emprunt pour expliquer les changements linguistiques, la marge de progrès reste encore grande. Non seulement il est possible de prendre en compte un nombre accru de langues (en particulier les langues modernes et leurs dialectes), mais des outils comme les laboratoires de phonétique, l’articulation entre linguistique et psychologie ou la constitution d’atlas linguistiques fournissent de nouvelles perspectives. Au lieu d’expliquer les formes anciennes des langues en les rapprochant du type indo-européen, il s’agit désormais d’étudier les changements linguistiques en lien avec « l’ensemble du développement dont ils font partie » et in fine de déterminer les « lois suivant lesquelles [ils] sont susceptibles de s’opérer »40. À la mort de Meillet, Paul Pelliot se prononça lors de l’assemblée des professeurs du 7 février 1937 en faveur du maintien de la chaire et de l’élection d’Émile Benveniste : susceptible de compléter et d’asseoir le comparatisme grâce à sa connaissance des matériaux d’Asie centrale, ce dernier pouvait rendre justice à un domaine qui n’était pas « une science toute faite, figée en des résultats désormais immuables », mais plutôt « susceptible de progrès et de renouvellement »41. De fait, outre l’élargissement du corpus, les travaux de Benveniste témoigneront d’une volonté de s’écarter de l’approche strictement linguistique pour s’intéresser aux structures sociales profondes enfouies sous la sémantique des mots.

25Le comparatisme présente donc un aspect profondément paradoxal. Partagé par de nombreux domaines scientifiques dont les représentants considèrent qu’il trace entre eux un trait d’union, il correspond cependant à des usages divers au point d’être constamment remis sur le métier au sein d’une même discipline.

La comparaison et ses raisons

De général à comparé… et retour

26La fondation de la grammaire comparée est souvent présentée comme une rupture épistémologique majeure qui se serait inscrite en faux contre l’appréhension de la diversité linguistique à travers le seul vocabulaire (tradition représentée notamment par la lignée des Mithridates, ouvrages compilant des extraits de textes – généralement des Notre Père – dans toutes les langues connues), mais aussi contre la tradition de la grammaire générale héritée de Port-Royal, qui tendait vers une philosophie du langage. La grammaire comparée apparaît dans cette perspective comme un produit de la pensée particulariste allemande, par opposition à une approche française ancrée dans l’universalisme. Cette dichotomie expliquerait en partie les résistances durables rencontrées par la grammaire comparée en France. La situation est certainement plus complexe, comme le montrent par exemple l’intérêt précoce du latiniste Jean-Louis Burnouf et de son fils l’indianiste Eugène Burnouf (professeurs au Collège de France respectivement de 1817 à 1844 et de 1832 à 1852) pour les travaux de Franz Bopp ou, à l’inverse, les critiques opposées à la grammaire comparée en Allemagne durant la première moitié du xixe siècle.

  • 42  Meillet s.d. (1906), p. 14-15 : « Au fur et à mesure que les grammaires comparées des divers group (...)

27Si l’histoire des intitulés comparatistes au Collège de France ne permet pas de trancher cette question complexe, elle révèle qu’en France, les termes de « comparé » et de « général » sont bien moins antagoniques qu’on ne pourrait le supposer. La désignation des chaires comme les discours commentant la nature de celles-ci (rapports de présentation, leçons inaugurales…) témoignent bien plutôt de leur association étroite. La leçon inaugurale d’Antoine Meillet sur « l’état actuel des études de linguistique générale. Leçon d’ouverture du cours de grammaire comparée au Collège de France » (je souligne) offre un exemple de cet entremêlement. Meillet y fait le constat d’une surreprésentation persistante des langues indo-européennes dans les travaux des linguistes. Il considère en outre qu’aucune des « lois générales » posées par la grammaire comparée n’ont appréhendé la cause invariante des changements linguistiques, mais qu’elles ont seulement énoncé les possibilités de leur survenue. Les observations portant sur une famille de langue ne sauraient être transposées aux autres familles linguistiques. Il s’agit donc de démultiplier les domaines d’application de la grammaire comparée pour pouvoir atteindre avec certitude les « lois de la linguistique générale ». Élève de Saussure, Meillet est convaincu que la langue est un système : c’est précisément à la linguistique générale qu’il appartient de le faire apparaître. La linguistique générale ne rejette pas les acquis théoriques de la grammaire comparée, mais en étend et en systématise l’application42.

  • 43  Coste disait de ses travaux qu’ils visaient à « établir les bases d’une science nouvelle, l’embryo (...)
  • 44  Lors de l’assemblée du 6 mars 1932 (4 AP 452), Janet milite pour que la chaire d’Histoire générale (...)
  • 45  4 AP 421, assemblée du 15 mars 1925. Lefranc souligne que Van Thieghem « exposait dès 1906 ses idé (...)

28Au-delà des sciences du langage, la relation entre général et comparé s’avère omniprésente. Quatre chaires associent les deux adjectifs : Embryogénie générale et comparée43, Histoire générale et philosophique des législations comparées, Pathologie générale et comparée, et Biochimie générale et comparée. Une telle juxtaposition suggère qu’ils seraient moins équivalents que complémentaires44. Néanmoins, dans divers argumentaires, ils sont utilisés de manière interchangeable, évoquant alors une commune ambition d’embrasser l’ensemble des faits touchant à un domaine. Présentant en 1925 les titres de Paul Van Thieghem, qu’il souhaitait voir élu sur une chaire (finalement avortée) d’Histoire comparée des littératures modernes, Abel Lefranc reprend la rhétorique du renouvellement méthodologique : alors que l’ancienne littérature comparée se contentait de comparer deux littératures nationales, les comparaisons seraient désormais démultipliées et étendues à tous les pays européens pour rendre justice aux influences objectives que leurs diverses littératures exercent les unes sur les autres. Lefranc conclue alors : « Ainsi conçue, l’histoire littéraire générale, qu’on peut appeler avec plus de précision histoire des courants (ou des échanges) littéraires, offre un complément nécessaire des histoires littéraires particulières de chaque nation45. » Le « général » s’oppose donc ici au « particulier ». L’exhaustivité du corpus doit permettre d’accéder à une vue d’ensemble et une meilleure compréhension des phénomènes littéraires.

29Dans de nombreux cas, l’ambition totalisante implique en outre une faculté d’abstraction. « Général » est alors entendu au sens de « théorique », voire de « philosophique ». Dans une note de 1845 adressée au ministère de l’Instruction, Antoine-Joseph Jobert de Lamballe, chirurgien à l’hôpital Saint-Louis, médecin du Roi et membre de l’Académie des sciences, sollicite la création d’une chaire d’« Anatomie comparée » qu’il ne tarde pas à requalifier en « anatomie générale » :

  • 46  AN, F/17/13554.

Le Collège de France […] a toujours eu pour objet l’étude élevée des généralisations soit de la science, soit de la littérature, soit de l’économie politique […]. D’où vient donc que l’enseignement de l’Anatomie générale n’a nulle part sa place et sa chaire marquées ? […] L’anatomie générale, comme la philosophie de toutes les sciences, apprend à reconnaître l’harmonie et les traits d’union qui joignent et lient entr’eux les faits en apparence les plus dissemblables […]. C’est dans cette étude surtout que l’esprit s’élève et se fortifie, c’est là qu’il apprend à concevoir les lois de l’organisation humaine, et par suite celles de tous les éléments qui l’entourent, celle du monde entier46.

Quoique sans la nommer, l’argumentaire place la comparaison au fondement d’une science de portée « générale » qui doit parvenir à l’abstraction grâce à l’identification des points communs entre les faits observés. Ainsi le terme de « général » fait-il tendre la comparaison vers la recherche de ce qui unifie plutôt que de ce qui sépare ; celle-ci devient alors le moteur d’une entreprise à la fois philosophique et universaliste. Une telle acception se retrouve formulée de manière plus explicite encore dans un article de l’Écho de Paris du 24 mai 1903 commentant la création de la chaire de Pathologie générale et comparée, à laquelle avait été élu Albert Charrin. Selon ce texte (qui résumait les propos tenus par Charrin dans une interview), la nouvelle chaire se justifiait par les connaissances récemment acquises du rôle de la cellule dans « les processus infectieux, auto-toxiques et nerveux ». En effet :

  • 47  AN, F/17/13555, dossier 13 bis, « Anatomie comparée », extrait de l’Écho de Paris, 24 mai 1903.

Le cadre de la pathologie cellulaire de (Rudolf) Virchow s’agrandit, et, en groupant, en comparant, en rapprochant tous les faits particuliers accumulés en si grand nombre, il est actuellement possible d’édifier des synthèses car, suivant la pensée de Renan, à quoi serviraient les spécialités sinon, par leur réunion, à formuler des généralités. […] L’heure était donc venue de créer une chaire de pathologie générale et comparée, autrement dit de philosophie de la médecine47.

La portée philosophique du comparatisme est donc bien liée à la possibilité qu’il offre de s’élever du particulier au général.

Une méthode heuristique entre positivisme et abstraction

30La notion de « synthèse » employée dans l’article est cruciale. Elle pointe un objectif commun à tous les projets comparatistes recensés dans l’histoire du Collège de France, à savoir s’extraire de l’amoncellement de faits particuliers afin de les mettre en relation et ainsi dégager un sens qui n’était pas apparent au premier abord. Le comparatisme est sans cesse présenté comme une voie méthodologique médiane permettant d’échapper aux errements de la spéculation abstraite sans pour autant s’enferrer dans une idiographie stérile. La pratique scientifique peut à bon droit garder une visée théorique, voire philosophique, dès lors que les formulations théoriques ont un fondement positif. Censé révéler les corrélations objectives entre les faits observés, le comparatisme devient susceptible de fournir ce fondement et de dépasser une approche strictement descriptive. La référence à Renan dans l’article de l’Écho de Paris est pertinente de ce point de vue, le philologue et historien des religions n’ayant eu de cesse de prôner le comparatisme comme une méthode positive permettant de se confronter aux faits sans pour autant tomber dans un positivisme exclusif. Il n’était toutefois pas le premier à envisager le comparatisme sous cet angle. Un raisonnement voisin poussait déjà Eugène Laboulaye à envisager l’étude des législations comparées comme une alternative à l’approche métaphysique et spéculative des sciences politiques et juridiques. Jacques Flach résume cet enjeu du droit comparé, qu’il s’approprie encore à la fin du xixe siècle :

  • 48  Flach, 1901, p. 310.

[pour éprouver les théories sociales de notre temps], il fallait […] s’engager résolument dans un dépouillement minutieux, à la fois méthodique et critique des textes, pays par pays, race par race, époque par époque, rapprocher, comparer, contrôler, en les éclairant les uns par les autres, les éléments essentiels, les éléments simples que l’analyse permet d’extraire de cette masse immense de matériaux, et ainsi édifier lentement et prudemment une synthèse scientifique48.

Loin de s’opposer aux généralisations, la comparaison permet d’en garantir la justesse en empêchant qu’elles ne soient formulées « prématurément », puisqu’elles prennent la forme de « synthèses » inséparables de la collecte et de l’analyse des faits.

  • 49  4 AP 464, assemblée du 13 janvier 1935.
  • 50  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949.

31Une telle ligne argumentative apparaît comme le moyen d’asseoir la rigueur scientifique et la portée heuristique du comparatisme. Prenant le contre-pied des critiques formulées régulièrement par les représentants des sciences idiographiques (telles que la philologie, l’histoire ou l’ethnographie), il s’agit de prouver que le comparatisme incarne une méthodologie non seulement équilibrée, mais aussi prudente. Défendant la candidature de Marc Bloch à une chaire d’Histoire comparée des sociétés européennes en 1935, André Siegfried fait ainsi l’apologie du comparatisme, « méthode éprouvée » et même « immunisation contre la généralisation superficielle et facile »49. La même tactique est employée par André Mazon dans sa présentation des travaux d’André Leroi-Gourhan en 1949 : tout son texte repose sur l’opposition entre la classification descriptive des objets, et leur classification selon les gestes qu’ils requièrent et les fonctions qu’ils remplissent. Tandis que la première répond à une « logique abstraite », la seconde est une « logique qui pense avec les mains, qui essaie, expérimente, vérifie ». Opérant un ultime renversement, Mazon conclut que « la revanche de cette logique concrète sur l’abstraite sera toujours presque celle de la critique sur l’imprudence » : n’a-t-elle pas, en effet, permis de substituer aux représentations simplistes d’un développement graduel du primitif au civilisé des schémas plus subtils de l’enchaînement des inventions humaines50 ?

  • 51  4 AP 640, assemblée du 30 juin 1974. Les exemples de ce type abondent. Du côté des sciences du viv (...)

32Le rapport que les sciences entretiennent aux faits devient ainsi le critère de leur scientificité. Cet enjeu de reconnaissance scientifique est d’autant plus décisif dans une institution comme le Collège de France, où la création des chaires, votée collégialement par l’assemblée des professeurs, s’apparente à un adoubement de la part de représentants de disciplines autres. Dans ce jeu de positionnements réciproques, les stratégies varient quant au statut à accorder aux rapprochements établis par la procédure comparative. Dans certains cas, il s’agit simplement d’éclairer des faits obscurs par d’autres mieux connus ou mieux compris : André Caquot explique ainsi que dans le cadre d’une chaire d’Étude comparée des religions antiques, Jean-Pierre Vernant partirait des faits relatifs à la Grèce pour mieux approcher ensuite ceux du Proche-Orient asiatique51. D’autres en revanche vont plus loin et, en cohérence avec une ambition de généralisation théorique, accordent aux corrélations établies grâce à la comparaison le statut de régularités, voire de lois (comme on l’a vu pour la linguistique générale). Henri Piéron, défendant en 1949 le principe d’une chaire de Sociologie comparée qu’il espérait voir échoir à Claude Lévi-Strauss, en fournit un bon exemple :

  • 52  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949.

L’observation empirique ne vaut que dans la mesure où elle fonde l’analyse scientifique. Et dans ce cas comme dans tous les autres, cette dernière cherche à atteindre, par-delà la diversité du donné, des formes stables entre lesquelles il soit possible de déceler des corrélations régulières52.

Son horizon de référence est explicite dans la suite du texte : il s’agit ni plus ni moins des « sciences exactes » et, à défaut de pouvoir imiter leur modèle « trop ambitieux », de la linguistique, « science sociale la plus progressive ». Dégager la « grammaire des faits sociaux » trace pour lui un horizon au-delà de la simple description. Raisonner non plus en termes de « groupements », mais de « structures et de types » implique de renoncer à la distinction artificielle entre sociétés « dites “primitives” » et sociétés « civilisées ». Fondée sur une analogie de méthode avec la biologie, cette nécessaire ouverture du corpus fait figure d’argument ultime en faveur de l’approche comparative :

  • 53  Ibid.

Pas plus qu’un biologiste ne peut savoir à l’avance quel ordre de la vie animale lui offrira les conditions expérimentales les plus favorables à l’étude d’une fonction déterminée, pas plus le sociologue ne saurait-il se limiter à une certaine région du monde, période de l’histoire, ou forme de société. Une sociologie scientifique ne peut être que comparée53.

Choix de l’objet et critères de comparabilité

  • 54  4 AP 664, assemblée du 29 novembre 1981.

33Le besoin d’être reconnu par les représentants des sciences naturelles et des sciences « exactes », conjugué avec la conviction profonde que ces sciences offrent un modèle épistémologique optimal, explique qu’en sciences humaines et sociales le comparatisme soit souvent présenté comme un substitut aux protocoles expérimentaux menés dans les laboratoires. Dans cette perspective, les sciences humaines et sociales peuvent non seulement faire jeu égal avec les autres sciences, mais aussi se prévaloir d’un degré de complexité supplémentaire dans la mesure où elles traitent un donné – les sociétés et cultures humaines – particulièrement difficile à modéliser. Présentant la candidature de Françoise Héritier-Augé à une chaire d’Étude comparative des sociétés africaines, Lévi-Strauss met ainsi en avant la prouesse que représente le fait non seulement d’avoir développé dès les années 1960 des programmes informatiques de traitement des données démographiques, mais aussi de les avoir « appliqu(és) […], non à des modèles construits au laboratoire ou sous forme de simulations, mais à des réseaux généalogiques réels, concernant des milliers d’individus, recueillis dans ces sociétés bien vivantes » que sont ses terrains d’étude africains54.

  • 55  Flach, 1910, p. 11.
  • 56  Delmas-Marty, 2003, paragraphe 6.

34La difficulté la plus évidente du comparatisme – et peut-être aussi son écueil, dans la mesure où tous les comparatistes ne sont pas en mesure de justifier cette part d’arbitraire de leur démarche – réside précisément dans la construction de l’objet : question indissociablement liée à celle des critères de comparabilité. Le problème se pose de manière sans doute moins aiguë dans les sciences naturelles, ne serait-ce que du fait de leur définition particulière de l’analogie : le terme y désigne l’existence d’une similarité entre deux traits qui occupent les mêmes fonctions biologiques dans deux espèces distinctes, n’ayant aucun lien généalogique entre elles. Les comparaisons inter-espèces sont donc aussi légitimes que les comparaisons intra-espèces. Dans les sciences humaines et sociales, la question est plus délicate parce que la comparaison vise des faits humains. Les critères de comparabilité varient donc selon la manière dont les différents auteurs appréhendent la diversité de l’humanité. Faut-il s’en tenir à une comparaison strictement génétique (comme dans le cas de la grammaire comparée indo-européenne, limitée à l’étude de langues apparentées) ou bien peut-on l’étendre aux configurations où sont attestées des relations autres (situations d’échanges, d’emprunts, de contamination) ? Est-il légitime de procéder de manière analogique, en se fondant sur le constat de simples ressemblances ? Les différents projets de chaires comparatistes apportent des réponses variables à ces questions cruciales, qui engagent le degré de généralité non seulement du corpus comparé, mais aussi des résultats de la comparaison. Certains réservent leur réponse, estimant qu’elle ne pourra être fournie qu’à l’issue d’une démarche inductive. En 1910, le juriste Jacques Flach, qui pratiquait lui-même un comparatisme tous azimuts, estime qu’il faut « dégager l’esprit général de chaque nation pour frayer la voie à la synthèse qui permettra de découvrir peut-être un jour l’esprit général de l’humanité »55. Un siècle plus tard, Mireille Delmas-Marty reformule en un sens non plus essentialisant, mais systémique, la quête incertaine d’universaux : « Curieux de découvrir l’extrême variété des systèmes de droit, (le comparatiste) creuse aussi parfois, cherchant par-delà la diversité quelque chose sinon d’éternel, du moins d’universel ou d’universalisable »56.

  • 57  Cela ressort du postulat énoncé par Lerminier en 1836 : « Les actions de l’humanité composent l’hi (...)
  • 58  Bréal, 1866, p. 7 et 22. En affirmant combien le langage était lié à la pensée et ne pouvait se co (...)

35Les différents projets comparatistes en sciences humaines et sociales sont informés par la même conscience d’avoir affaire à des objets particuliers : les faits humains ne sauraient être envisagés comme un pur donné, une matière inerte, mais incarnent bien plutôt l’action des êtres pensants et agissants qui les ont produits57. Le comparatisme génère donc une sorte de cercle herméneutique, la connaissance de l’homme étant à la fois la condition et la finalité de l’enquête. Dans sa leçon inaugurale de 1866, Michel Bréal appelle à « rechercher dans l’esprit de l’homme la cause de la transformation des idiomes », soulignant qu’il « ne faut pas que la description du langage humain nous fasse oublier l’homme qui en est à la fois le principe et la fin ». Mais réciproquement, puisqu’« il n’y a pas de langage en dehors de nous », « la grammaire comparée, qui féconde par la connaissance positive et complète des faits la méthode philosophique, doit nous faire connaître l’homme puisque le langage est la plus ancienne, la plus spontanée et la plus continue de ses créations »58.

  • 59  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949.

36C’est justement cette dimension incarnée des objets du comparatisme en sciences humaines et sociales qui justifie de dépasser l’approche descriptive pour atteindre, par le biais des régularités mises en évidence, une dimension explicative. Pour André Mazon, « [l’enseignement de l’histoire comparée des techniques] laisserait les muséographes à leurs inventaires, qui ne sont que des sortes d’inventaires après décès : il évoquerait l’homme vivant, sous son climat et dans son milieu social ». Ainsi l’histoire comparée des techniques devrait-elle servir de base pour établir celle du « génie industrieux des hommes »59. Le terme de « génie » n’est pas anodin : il fait écho à celui d’« esprit » rencontré sous la plume de Flach et Bréal comme de nombreux autres représentants du comparatisme au Collège de France. Le sujet humain que vise in fine le comparatisme est caractérisé prioritairement par sa faculté de pensée, donc sa capacité à produire du sens. Il appartient dès lors au comparatisme de faire émerger ce sens – seule manière de rendre compte de la nature réelle (animée) des faits humains. Vaste ambition qui trouve son expression paroxystique dans l’objectif de brosser (selon les cas) une « philosophie » ou une « histoire de l’esprit humain ».

Histoire et structure

Marc Bloch : chronique d’un échec

  • 60  4 AP 640, assemblée du 30 juin 1974.

37La prétention des tenants du comparatisme à s’élever au-dessus des faits pour les expliquer et atteindre des conclusions de portée générale les amène souvent à envisager les disciplines historiques traditionnelles sous un jour négatif. André Caquot explique ainsi à propos de la candidature de Jean-Pierre Vernant qu’en remplaçant l’intitulé d’« Histoire des religions » par celui d’« Étude comparée des religions antiques », il s’agit de prendre des distances par rapport au simple « exposé de faits datés et ordonnés par rapport aux autres » et à la « description d’événements contingents »60.

  • 61  AN F/17/13553, dossier « Collège de France ; affaires générales et collectives 1903-1932 », assemb (...)

38Mais la défiance semble bien réciproque. Comment, en effet, l’histoire en tant que science idiographique étudiant des configurations singulières pouvait-elle faire droit à la perspective comparative ? Les échecs successifs, systématiques même, des différents intitulés d’histoire comparée attestent d’une difficulté réelle. Lors du vote pour la transformation de la chaire de « Numismatique de l’antiquité », trois projets d’histoire comparée échouèrent au profit de l’élection de l’abbé Breuil à une chaire de Préhistoire. Le premier, correspondant à la candidature de Lucien Febvre, s’intitulait prudemment « Histoire du monde moderne ». La dimension comparative n’était donc pas affichée, mais l’assemblée n’était pas dupe : dans le procès-verbal l’intitulé est plusieurs fois transcrit sous la forme « Histoire comparée du monde moderne »61. Le second, pour lequel Louis Halphen était candidat, portait l’intitulé « Histoire comparée des civilisations du Moyen Âge ». Le dernier correspondait à la candidature de Marc Bloch à une chaire d’Histoire comparée des sociétés européennes, mais, pensant avoir moins de chance que son collègue et ami Febvre, Bloch l’avait finalement retirée.

  • 62  Lettre de Bloch à Febvre du 19 décembre 1933, in Bloch/Febvre I, 1994, p. 457.

39Il se porta néanmoins à nouveau candidat en 1934, n’étant désormais plus en concurrence avec Febvre qui avait entretemps obtenu une chaire d’ « Histoire des civilisations modernes » (dont l’intitulé n’affichait donc toujours pas la démarche comparative). Le vote devait porter sur le maintien ou la transformation de la chaire d’Antiquités nationales occupée précédemment par Camille Jullian. Comme en témoigne sa correspondance, Marc Bloch était conscient qu’il serait plus stratégique de se porter candidat pour la chaire maintenue en l’état. Mais, ne se reconnaissant pas dans cet ancien intitulé, il ne put finalement se résoudre à « mettre [son] chapeau dans [sa] poche », estimant qu’il valait « mieux conserver, contre vents et marées, l’étiquette une fois adoptée »62. C’est donc par fidélité à des convictions méthodologiques fortement ancrées qu’il plaça de nouveau sa candidature sous le titre d’« Histoire comparée des sociétés européennes.

  • 63  Lettre de Bloch à Gilson du 27 décembre 1933, in Bloch/Febvre II, 2003, p. 457.
  • 64  4 AP 461-b, assemblée du 18 mars 1934, « projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés (...)

40Une autre option aurait en effet été de mettre en exergue sa qualité de médiéviste. Bloch avait ainsi hésité à proposer pour intitulé « Histoire comparée des sociétés médiévales ». Mais outre que cela aurait été trop proche de celui soumis par Louis Halphen en 1928, garder l’adjectif « européennes » était un moyen d’affirmer que le monde médiéval ne se laissait appréhender qu’à l’échelle européenne, et nécessitait donc bien de recourir à des comparaisons entre différents espaces. Au philosophe Étienne Gilson, sollicité pour « patronner » sa candidature, il réaffirma n’avoir « aucun goût pour les changements d’étiquette, ni pour les étiquettes habiles, ou qui croient l’être » et annonça avoir écrit un projet d’enseignement exprimant, « tout net, [ses raisons] »63. Dans ce document effectivement soumis à l’assemblée lors des délibérations du 18 mars 1934, Bloch s’appuie principalement sur le caractère historiquement construit des catégories d’espace et de temps pour justifier son choix de l’échelle européenne. C’est en effet parce que « le monde européen, en tant qu’européen, est une création du moyen âge » que « l’histoire des sociétés dont nous sommes issus, étudiées dans leur structure intime, doi[t] être envisagée sur le plan européen ». S’en tenir à une histoire à l’échelle nationale serait parfaitement anachronique puisque les frontières politiques n’étaient pas du tout les mêmes à l’époque médiévale64.

  • 65  4 AP 461-b, id., p. 3.

41Dans ce texte militant et programmatique, Marc Bloch se montre néanmoins soucieux de prévenir certaines critiques qui pourraient être adressées au comparatisme. Il prend ainsi le soin d’affirmer la nécessité d’un comparatisme qui marquerait non seulement les ressemblances, mais aussi les dissemblances entre les différentes sociétés examinées (« les éléments de la constellation européenne ») ; ainsi pourraient par exemple être dégagés « les “caractères originaux”, par rapport à l’histoire rurale européenne, de l’histoire rurale française »65. Une telle acception du comparatisme visait à faire droit aux spécificités nationales sans pour autant les envisager sous un angle essentialiste, ni de manière anachronique.

  • 66  Febvre-Bloch II, 2003, p. xv.
  • 67  Sur ces deux aspects, voir respectivement et les lettres de Febvre à Bloch des 6 février et 30 mar (...)
  • 68  Febvre à Bloch, 20 et 21 mars 1934 (Bloch/Febvre II, 2003, p. 51 et 56).

42Lors de l’assemblée de mars 1934, la question du maintien ou de la transformation de la chaire d’Antiquités nationales déchaîna les passions, au point d’être brutalement interrompue par la mort du chimiste Camille Matignon, victime d’une crise cardiaque alors qu’il venait de prendre position en faveur du maintien de l’intitulé66. Reportés au 13 janvier 1935, les débats avaient été peu favorables à Marc Bloch. La nouvelle réunion confirma l’hostilité de la majorité des professeurs à son projet d’histoire comparée, en dépit du rapport de présentation extrêmement méthodique et stratégique fourni par André Siegfried (titulaire de la chaire de géographie économique et politique). Sans doute la conjoncture était-elle particulièrement défavorable : crise économique et restrictions budgétaires incitaient les professeurs à maintenir les chaires en l’état ; dans un climat de montée de l’antisémitisme, et alors que les professeurs étaient majoritairement catholiques, l’appartenance de Bloch au judaïsme jouait en sa défaveur67 ; surtout, après la crise du 6 février 1934, le maintien d’une chaire « nationale » apparaissait comme un enjeu crucial aux yeux des représentants de la « droite » du Collège de France tels que l’abbé Breuil ou le philosophe Edouard Le Roy68. Au-delà de ces raisons conjoncturelles, Lucien Febvre atteste une hostilité de fond envers le projet comparatiste de son ami :

  • 69  Febvre à Bloch du 23 janvier 1935 (Bloch/Febvre II, 2003, p. 204).

Un gros travail a été fait contre vous, et habile, un travail de termite qui a porté. « Il peut attendre » – « La Sorbonne le recueillera demain » (Bédier m’a confirmé qu’on l’avait dit couramment) – « Histoire comparée, vieille formule, et conception vieillie : les temps de Meillet sont révolus » (des gens comme Duclaux ont recueilli cet argument, susurré par Le Roy, et l’ont colporté)69.

  • 70  Febvre à Bloch, 25 ou 26 avril 1933, in Febvre-Bloch I, 1994, p. 363. Bloch ne renonce pas pour au (...)

Bien qu’assimilé ici à une tradition ancienne et datée, le comparatisme tel que l’envisageait Marc Bloch s’en différenciait pourtant sur un point essentiel. En affichant pour but de s’intéresser autant, voire plus, aux divergences qu’aux similitudes entre les objets de la comparaison, il se démarquait de la recherche des corrélations et de la portée théorique générale revendiquées dans les projets comparatistes précédents. Mais sans doute son abandon de l’ambition surplombante du comparatisme heurtait-elle tout autant les sensibilités que son effort de déconstruction des catégories spatio-temporelles. Brouillant les repères, l’entreprise de l’histoire comparée était considérée par les « antiques » comme trop aventureuse. Et si Lucien Febvre avait averti Marc Bloch que « les scientifiques [seraient] à nouveau les arbitres » et que c’était donc « surtout eux qu’il faudra[it] avant tout travailler », ceux-ci ne s’étaient visiblement pas laissés convaincre, comme le montre l’exemple du biologiste Jacques Duclaux mentionné dans la citation70. Il était bien, dès lors, impossible de rallier la majorité.

La profondeur contre le surplomb : réactualisations structuralistes du comparatisme

43Légitime ou non, l’accusation d’archaïsme formulée à l’encontre du projet de Marc Bloch marquait en tout cas un changement dans la position épistémologique du comparatisme, qui ne faisait manifestement plus figure de méthode audacieuse. Le demi-siècle qui s’écoula entre les tentatives avortées de chaires d’histoire comparée et la première réadoption, en 1974, d’un intitulé comparatiste en sciences humaines et sociales, confirme cet essoufflement. Que cette traversée du désert ait pris fin avec l’avènement d’une série de chaires d’orientation structuraliste, justement unies dans un commun rejet de la perspective historique, prend donc un relief particulier : est-ce à dire que le retour en grâce du comparatisme devait passer par l’abandon de l’histoire ? Au-delà des résistances envers l’histoire comparée en tant que telle, le discrédit du comparatisme généalogique incarné par les études indo-européennes n’était pas non plus étranger à ce changement paradigmatique.

  • 71  14 CDF 20 d, chaire de civilisation indo-européenne, « assemblée du 28 novembre 1948. Proposition (...)

44Un retour sur la chronologie de la pénétration du structuralisme au Collège de France permet d’y voir plus clair. L’immédiat après-guerre et plus particulièrement les années 1948-1950, marquent une étape importante. Benveniste présente alors successivement son rapport en faveur de la candidature de Dumézil à une chaire de Civilisation indo-européenne et un autre rapport défendant la chaire de Sociologie comparée espérée par Claude Lévi-Strauss. Son éloge de l’aspect novateur des travaux de Dumézil est révélateur de la situation charnière de ce dernier. Toujours ancré dans la perspective généalogique indo-européenne, Dumézil utilise la comparaison pour déterminer des parentés de langues et de peuples (démontrant par exemple l’appartenance du hittite et du tokharien à la famille indo-européenne) et pour éclairer certains faits au sein des langues historiques par leur origine reconstituée. Mais son étude comparative des civilisations indo-européennes s’inscrit dans une perspective fonctionnaliste : « la comparaison se fonde cette fois non plus sur la ressemblance de deux vocables mais sur l’ensemble des traits qui caractérisent une fonction ». Cette articulation entre approche généalogique et approche fonctionnaliste est patente dans l’exemple fourni par Benveniste concernant l’étude de la fonction sacerdotale : « C’est une structure entière qui se révèle pareille dans les deux sociétés (romaine et indienne) si distantes l’une de l’autre et cette coïncidence ne peut s’expliquer que par un héritage commun71. »

  • 72  Ibid., 2.

45Dans son rapport, Benveniste prend soin de souligner que Dumézil doit ses innovations méthodologiques à l’école sociologique française, affirmant notamment que « ses travaux, où il se montre disciple de Meillet, de Granet et de Mauss sont la justification d’une discipline qui n’est plus une simple transposition de la méthode linguistique, mais qui se propose de restituer et d’interpréter comparativement des faits de droit, de religion, de société […] »72. En évoquant conjointement Mauss et Meillet, Benveniste pointe un double héritage de la tradition durkheimienne chez Dumézil : d’un côté, la représentation des rites et idées religieuses comme sous-tendant des institutions ; d’un autre côté, l’idée selon laquelle les dieux ne doivent pas être comparés en fonction de l’étymologie de leurs noms, mais des relations qu’ils occupent avec les autres dieux au sein de leurs panthéons respectifs. Ce double héritage se conjugue donc pour amener Dumézil vers une approche déshistoricisée de l’étude des mythes.

  • 73  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949, « Note sur la création d’une chaire de sociologie comparé (...)
  • 74  Benveniste relevait que dans le monde anglo-saxon, où Lévi-Strauss venait de séjourner, l’anthropo (...)
  • 75  4 AP 539, assemblée du 26 novembre 1950.

46C’est encore la filiation de l’école sociologique française que Benveniste met en avant dans son argumentaire de 1950 en faveur de la création d’une chaire de Sociologie comparée Ce faisant il reprenait le cœur de l’argument développé par Henri Piéron en 1949 lors de la première candidature de Lévi-Strauss73. En rattachant les travaux de l’ethnologue Lévi-Strauss à la sociologie, il s’agissait de démontrer qu’ils n’étaient pas qu’exotiques et pouvaient intéresser directement la Mairie de Paris et le département de la Seine, pourvoyeurs de fonds de la chaire en jeu74. Mais la référence à Durkheim était aussi gage de scientificité. Benveniste relève que l’héritage de L’Année sociologique se caractérise à la fois par le « rejet de tout apriorisme philosophique » et la poursuite d’un but plus élevé que simplement « collecter » des données rares ou des coutumes curieuses. L’argument du « ni spéculation, ni description » gardait donc toute son actualité. Mais s’il s’agissait toujours de faire parler les faits et de donner un sens au corpus étudié, cela ne passait plus par la verticalité d’une reconstitution historique ni d’une généralisation philosophique. Désormais, le but était de dégager une strate horizontale et sous-jacente, c’est-à-dire de « montrer que ces éléments épars form[ai]ent des ensembles organiques et qu’il [était] possible d’établir des types de structure et de retrouver des relations entre ces types ». La spécificité des faits sociaux, produits par des êtres pensants, entrait toujours en ligne de compte et justifiait le recours à la psychologie. Mais il s’agissait, là encore, de désessentialiser et déshistoriciser les phénomènes observés en ramenant « la diversité des conduites individuelles » à « certaines structures fondamentales »75.

  • 76  Cela relativise les propos de Lévi-Strauss qui pensait que sa candidature aurait les mêmes opposan (...)
  • 77  4 AP 539, assemblée du 26 novembre 1950.
  • 78  Ibid.

47Prenant le relais de Benveniste, André Mazon, qui avait eu des mots extrêmement durs contre le projet indo-européaniste de Dumézil et qui s’y entendait donc quant aux critiques opposées au comparatisme, s’attela à déminer les objections éventuelles76. Après avoir évoqué les réticences des sociologues et des historiens envers la comparaison de « témoignages et de faits dont la collecte a nécessairement quelque chose d’aléatoire », il choisit de taire la formation philosophique de Lévi-Strauss et de le présenter comme « historien et sociologue », donc capable de conduire des « recherches positives et concrètes » et d’éclairer le futur de ces disciplines77. Toutefois, c’est à nouveau l’argument d’un biologiste qui l’emporta, en la personne de Jean Roche. Faisant valoir que l’usage des statistiques était à la fois plus fiable et plus novateur que l’observation directe pour analyser les faits sociaux, et qu’il avait déjà fait ses preuves en biologie, il fit basculer le vote en faveur du projet concurrent de chaire d’Histoire sociale de Paris et de la région parisienne78.

  • 79  Sur la généalogie du comparatisme lévi-straussien, voir Salmon, 2013.
  • 80  4 AP 634, assemblée du 25 février 1973.
  • 81  4 AP 640d-h, assemblée du 30 juin 1974.

48Que Benveniste ait défendu les candidatures de Dumézil et de Lévi-Strauss fait d’autant plus sens si l’on considère combien les trois auteurs ont, chacun à leur manière, été marqués par la linguistique saussurienne. La théorie saussurienne, qui considère que la valeur d’un signe ne résulte que de la présence simultanée des autres signes dans un même système, détermina fortement la pratique comparative de Lévi-Strauss. Elle l’amena en effet à tourner le regard vers les différences recensées davantage que vers les ressemblances afin d’expliquer les faits sociaux à partir de leurs variations au sein d’un système79. L’élection de Lévi-Strauss au Collège de France dix ans après ses premières tentatives marque le début d’une véritable chaîne de chaires structuralistes, qui prendra son essor à partir de la création de celle d’Étude comparée des religions antiques, occupée par Jean-Pierre Vernant. L’effet d’enchaînement se traduit déjà dans les parrainages successifs : Lévi-Strauss présentera les candidatures de Vernant et Françoise Héritier-Augé, cette dernière soutiendra elle-même, avec Yves Bonnefoy, la candidature de Marcel Détienne. Au moment de la candidature de Vernant, la page du comparatisme indo-européen était tournée. Benveniste, qui avait donné à sa chaire une forte dimension de linguistique générale, avait pris sa retraite deux ans plus tôt, en 1972, précédé dès 1968 par Dumézil. Présentant la première candidature de Jean-Pierre Vernant en 1973, Lévi-Strauss insista sur l’inadéquation du schéma trifonctionnel développé par Dumézil pour expliquer la religion grecque. Il importait selon lui d’émanciper les études grecques du cadre indo-européen si l’on voulait résoudre le paradoxe d’un peuple réputé pour sa rationalité, mais pratiquant une religion en apparence chaotique. S’achevant sur l’élection de Jacqueline de Romilly à une chaire intitulée « La Grèce et la formation de la pensée morale et politique », le vote marqua toutefois la victoire de la philologie grecque classique contre l’approche structuraliste, comparatiste et anthropologique80. Vernant eut néanmoins sa revanche l’année suivante. Pour défendre l’intitulé d’Études comparées des religions antiques, André Caquot, rapporteur du projet, en marqua la distance par rapport aux études indo-européennes (« on connaît les traquenards et les insuffisances de l’étymologie ») et présenta la démarche de Vernant comme un comparatisme contrastif, expliquant les dieux grecs par « les différences et les différends qui les opposent les uns aux autres »81. La même assignation du comparatisme à des fins systémiques se retrouve une dizaine d’années plus tard dans le rapport d’Yves Bonnefoy présentant la candidature de Marcel Détienne. Pour appréhender le « système polythéiste », l’anthropologue doit, note-t-il,

  • 82  4 AP 703, assemblée du 28 juin 1992.

relever dans toute son ampleur la multiplicité des « positions » qu’un dieu peut occuper par rapport à la personne humaine, et celle des relations différentielles qu’il entretient avec d’autres dieux ; aucun de ceux-ci n’étant né du hasard, comme l’approche historique peut inciter à le croire, car ce sont des symétries, des hiérarchies, des antagonismes qui façonnent son existence82.

  • 83  4 AP 665, assemblée du 29 novembre 1981.
  • 84  Héritier-Augé, 1984, p. 22.

La charge est sévère contre les sciences historiques. Mais, bien que substituant à la verticalité de l’évolution historique l’horizontalité des structures profondes, le structuralisme sous ses diverses formes n’évacuait pas totalement l’histoire : il en redéfinissait plutôt le statut. De facteur explicatif, elle devenait un simple réservoir de faits. Dans son rapport sur les travaux de Vernant, André Caquot présente ainsi la Grèce comme un « terrain d’élection pour les études religieuses » au motif qu’elle « a connu dans sa longue histoire des mutations affectant à la fois ses institutions et ses modes de pensée » : laissant se succéder pensée mythique et pensée logique, elle permet « de définir celle-ci en la comparant avec celle-là ». Claude Lévi-Strauss utilise un argument similaire lorsque, défendant la candidature de Françoise Héritier-Augé, il relève que l’Afrique fait figure de « laboratoire » offrant « une gamme continue » des types de société, « depuis les chasseurs collecteurs nomades jusqu’aux états monarchiques ». Sur la base d’un tel corpus, l’anthropologue peut espérer « élaborer progressivement une systématique »83. Françoise Héritier-Augé le répétera, l’Afrique fournit « la matière nécessaire à un travail anthropologique en profondeur : elle fournit toujours la ressource de comparer entre elles ses sociétés actuelles, qui sont diverses, tout en les confrontant à d’autres qui lui sont extérieures, mais elle offre aussi la possibilité de voir fonctionner in situ des institutions […] qu’ailleurs on ne connaît que par des descriptions ethnographiques anciennes ou par l’histoire »84. Les sciences idiographiques et historiques sont donc à nouveau pointées pour leur superficialité, qui ne permet pas d’atteindre les invariants profonds sous la surface bigarrée du réel.

  • 85  Granger, 1987, p. 7.

49Dans la leçon inaugurale à sa chaire d’Épistémologie comparative, Gilles-Gaston Granger s’enorgueillit d’avoir évincé de l’intitulé le terme d’« histoire » employé par ses prédécesseurs. Succédant à Michel Foucault qui venait de mourir, il se devait de lui payer un tribut, ce dont il s’acquitte au début de son discours. Mais il l’attaque vivement dans les paragraphes suivants pour avoir fait de la philosophie-même une sorte d’histoire. Pour sa part, il se fixe pour objectif d’« interpréter la connaissance scientifique en acte », c’est-à-dire à partir d’une « analyse des œuvres, traces tangibles dont le philosophe peut dégager la structure », pour ensuite « déterminer le sens des concepts […] grâce à une analyse comparative des situations et des fonctions ». La comparaison est donc prioritairement d’ordre synchronique et si une comparaison diachronique est aussi admise, elle n’est autre que l’étude des « états différents d’un même concept, fonctionnant dans des structures successivement proposées au cours de l’histoire d’une discipline »85. L’épaisseur du temps n’est plus gage de causalité historique, mais consiste plutôt en un empilement de structures successives.

***

50À rebours des représentations selon lesquelles la France n’aurait pas été un terreau fertile pour le comparatisme, les intitulés comparatistes dont les propositions jalonnent l’histoire du Collège de France depuis près de deux siècles témoignent de sa forte présence dans la vie et le débat scientifique français. Les savants qui s’en réclament et ceux qui soutiennent leurs projets présentent tous la comparaison comme une démarche à la fois évidente et profondément moderne, la seule à même de rendre justice à un matériau qui sinon se déroberait sans cesse. La « modernité » imputée à la méthode comparative réside précisément dans sa capacité supposée à apporter ordre et clarté dans un donné dont d’autres approches ne permettent de percevoir que le fouillis et l’éclatement apparent. Le comparatisme répond ainsi à une ambition synthétique, elle-même censée garantir la possibilité d’un traitement véritablement analytique. S’il s’agit de réduire l’hétérogénéité du donné, cela n’implique pas de nier la diversité des objets en présence mais de la ramener à des explications sous-jacentes : parenté génétique, circulations, invariants anthropologiques. Les divers projets comparatistes ont ainsi en commun de prétendre représenter une voie médiane, un parangon d’équilibre entre empirisme et abstraction. La démarche comparative est brandie en opposition tant à l’approche descriptive, jugée sèche et stérile, qu’aux errements spéculatifs. Cette lutte sur deux fronts explique que le comparatisme ait pu réciproquement susciter de vives réactions.

51Bien que pouvant prendre des formes contrastives – en particulier dans sa version structuraliste – le comparatisme se présente donc bien, dans ces différents projets, sous un jour universaliste. La proximité ou l’association des termes « comparé » et « général » atteste de cette orientation en même temps qu’elle assigne à la comparaison des ambitions très élevées, les régularités observées pouvant gagner statut de lois. Sans doute cette recherche de nomologie exprime-t-elle un besoin de reconnaissance de la part de sciences qui, on l’a vu, traitent toutes du vivant. La formulation de lois fait en effet figure de formalisation et permet ainsi de faire jeu égal avec les sciences considérées comme « exactes ». Au sein des disciplines comparatistes, la quête de reconnaissance scientifique se rejoue entre les sciences du vivant et les sciences humaines et sociales. La langue se situant à l’interface entre le psychique et le physique, le culturel et le biologique, et marquant la différence entre l’homme et l’animal, il n’est guère surprenant que la linguistique ait été particulièrement concernée par la confrontation avec les démarches méthodologiques développées dans les sciences naturelles.

  • 86  Une tendance contre laquelle luttera toutefois Yves Bonnefoy qui, dans sa propre leçon inaugurale, (...)
  • 87  4 AP 703, assemblée du 28 juin 1992.

52Le vivant étant, par définition, soumis à transformation au fil du temps, on comprend en outre que le rapport au temps ait joué un rôle crucial dans les différentes acceptions du comparatisme. Les sciences du vivant ont longtemps servi de paradigme de référence dans l’histoire du comparatisme. Mais, dans la redéfinition constante de ce rapport au temps, les sciences humaines et sociales ont été le moteur le plus actif des perpétuelles recompositions du comparatisme. Si, dans un premier temps, la méthode comparative a d’abord suscité la méfiance des historiens, la deuxième moitié du xxe siècle marque à l’inverse la suspicion des comparatistes vis-à-vis de l’histoire. Le « groupement » (notamment généalogique) laissant, pour reprendre les termes de Piéron, désormais place à la « structure », l’histoire ne vaut plus ni comme facteur causal, ni comme facteur explicatif. La contextualisation fait place à la recherche d’invariants anthropologiques, le sujet s’efface devant le système86. Loin de caricaturer l’approche structuraliste, cette proposition définit au contraire les contours d’une démarche qui se détourne explicitement de la philosophie et de l’histoire de l’esprit humain au profit d’une enquête sur sa structure : Marcel Détienne est ainsi qualifié par Yves Bonnefoy d’« analyste du fonctionnement de l’esprit »87. Ce tournant majeur rappelle opportunément qu’en dépit de continuités apparentes les termes (comparer !) et les ambitions (dépasser l’empirisme) renvoient à des réalités différentes selon les époques. Dans sa leçon inaugurale, Françoise Héritier-Augé oppose ainsi radicalement deux conceptions de ce qui relie les faits humains :

  • 88  Héritier-Augé, 1984, p. 32.

Il n’y a somme toute que deux manières conçues de façon antithétique de traiter de l’homme social : l’une, que je récuse, oppose la diversité tâtillone de cultures intraduisibles, inconnaissables et incommunicables, à l’existence universelle de grands archétypes de la pensée humaine où toutes les cultures et les sociétés peuvent être confondues, l’autre, à laquelle je me propose de conformer mon enseignement et mes recherches, associe le donné phénoménologique variable des sociétés à des mécanismes invariants sous jacents, qui sont en petit nombre, ordonnent ce donné et lui confèrent son sens88.

  • 89  Delmas-Marty, 2003, paragraphes 65 et 73.
  • 90  Voir la contribution de J. Carroy, A. Ohayon et R. Plas.

L’universalité n’est d’ordre ni culturel, ni philosophique mais à chercher dans ce qui constitue l’homme : « la manière universelle dont l’homme se pense, pense sa relation au monde et se pense en société ». On pressent ici la manière dont la recherche d’invariants anthropologiques peut introduire une acception biologique du sujet humain. La question de l’universalisme est aussi au cœur de la leçon inaugurale de Mireille Delmas-Marty, à travers une interrogation sur les principes devant guider l’internationalisation du droit. Plaidant pour une « internationalisation pluraliste qui ne renonce pas à la diversité des systèmes » mais évite aussi l’écueil de les juxtaposer, elle propose une analyse fine et détaillée des apories respectives de l’« universalisme philosophique » et du « relativisme normatif ». Pour sortir de celles-ci, Mireille Delmas-Marty se réfère à la proposition de Jean-Pierre Changeux, d’explorer « un universalisme éthique conçu comme “un pas de plus vers l’expression d’une humanitas propre à l’homo sapiens” ». Imbriquant l’étude des systèmes juridiques et celle des « processus d’hominisation et d’humanisation », le programme de travail se présente sous un jour foncièrement « interdisciplinaire »89. Il est, en même temps, révélateur du crédit dont jouissent désormais les neurosciences cognitives au Collège de France90 : c’est peut-être sur ce terrain, plus que sur celui du comparatisme, que se joue actuellement la définition de la « modernité » scientifique.

Notes

1  Voir notamment Auroux, 2000.

2  Voir les contributions de Jeanne Peiffer (sur l’émergence de la pratique) et de Wolf Feuerhahn (sur l’émergence du discours) dans ce volume.

3  Le rapport de 2008 de l’AERES sur le Collège de France spécifie ceci : « Durant ce processus (de création d’une chaire), des champs disciplinaires nouveaux ou aux interfaces entre des disciplines existantes peuvent être identifiés souvent d’ailleurs en même temps qu’un candidat potentiel d’une stature scientifique conforme à l’exigence d’extrême qualité qui fait la “marque” du Collège de France » (AERES, 2008, p. 13).

4  Le dossier F/17/13554, « Collège de France. Demandes de création de chaires », des Archives nationales (désormais abrégées pour cet article « AN »), est ici précieux.

5  Pour la même raison la cohorte étudiée reste pertinente en dépit de sa petite taille.

6  Voir le tableau ci-dessous (figure 22). Par exemple, l’Abbé Marius Rochu, de Marseille, sollicita entre 1923 et 1925 auprès du Ministre de l’Instruction, avec l’appui de plusieurs personnalités politiques (députés) auxquelles il avait soumis son projet, la création d’une chaire de « faciologie et graphologie comparée ». Celle-ci devait tirer profit des nouvelles techniques de projection et de cinématographie pour enseigner des méthodes de « psychologie appliquée par le visage et par l’écriture ». L’Abbé Rochu convoquait un argument patriotique : l’utilisation de tels supports devait permettre aux moins instruits au sein de la Nation, d’acquérir des rudiments de formation psychologique (AN, F/17/13554).

7  Nous ne rentrerons pas ici dans les distinctions entre les chaires résultant d’une création ou d’une transformation, mais appliquerons de manière générique le terme de « création » à toutes les situations. En effet, les « créations » véritables sont toutes concentrées au xixe siècle, tandis que les « transformations » concernent le xxe siècle : ceci est conforme à l’évolution générale du fonctionnement du Collège de France (de même que le raccourcissement de la durée des chaires) et ne révèle donc rien sur la situation particulière du comparatisme.

8  Les deux tentatives de Lévi-Strauss de faire fonder une chaire de sociologie comparée datent de 1949 et 1950.

9  L’Académie des sciences morales et politiques n’a été rétablie qu’en 1832 ; la chaire de Législations comparées fondée en 1831 est néanmoins comptabilisée ici parmi celles relevant de cette Académie car c’est à elle qu’elle sera associée par la suite.

10  Sur l’histoire des méta-catégories au Collège de France, voir l’introduction au présent volume ainsi que la contribution de Yann Renisio, que je remercie de m’avoir fourni ses données pour les années 1870-1940.

11  Ce chiffre tient compte des deux intitulés de psychologie (psychologie expérimentale et comparée ; faciologie et graphologie comparées) : quoique située en pratique entre sciences humaines et sciences du vivant, la psychologie relevait de l’Académie des sciences morales et politiques.

12  Sur l’histoire de la création de la chaire, le positionnement de Coste par rapport aux débats entre Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire, et sa rivalité avec Georges-Louis Duvernoy, le titulaire de la chaire d’histoire naturelle des corps organisés, voir Fischer, 1998, et 14 CDF 29a, embryogénie comparée, 1844-1954, textes préparatoires dactylographiés d’un ouvrage non identifié : « La chaire d’Embryogénie comparée du Collège de France. I. La fondation ».

13  La chaire de Ribot relevait de l’Académie des sciences morales et politiques parce qu’elle prenait la suite de celle de « droit de la nature et des gens » ; mais Ribot affirmait son inscription dans une perspective physiologique et revendiquait la méthode pathologique. Voir la contribution de J. Carroy, A. Ohayon et R. Plas.

14  4 AP 380, assemblée du 14 janvier 1912.

15  Dix projets comportent le terme « histoire » ; cependant tous ne relèvent pas prioritairement de la science historique stricto sensu mais du droit (1831), des sciences du langage (1857), de la littérature (les deux projets de 1925), de l’histoire des sciences (1932). Nous comptabilisons ici en revanche comme disciplines pleinement historiques les propositions d’histoire comparée des civilisations du Moyen Âge, d’histoire comparée des sociétés européennes, de colonisation comparée et d’histoire de la colonisation comparée et des problèmes d’Outre-Mer, et enfin de civilisation matérielle : histoire comparée des techniques.

16  La proposition de chaire, défendue par Abel Lefranc au bénéfice de Paul Van Thieghem, est répertoriée dans les archives du Collège de France sous le titre « Histoire comparée des littératures européennes », mais l’intitulé soumis au vote de l’assemblée du 15 mars 1925 était bien, selon le procès-verbal (4 AP 421), « des littératures modernes ».

17  AN, F/17/13556, dossier 32, « Chaire de grammaire comparée et laboratoire de phonétique expérimentale » (document non signé, sans titre ni date). C’est en fait l’indianiste Adolphe Régnier qui fut élu par l’assemblée pour assurer les cours de grammaire comparée au Collège de France, tandis que Bréal était second. Mais Régnier ayant, par fidélité royaliste, refusé un enseignement obtenu sous le régime impérial (même si on avait pris soin de le dispenser de prêter serment à l’Empereur), les cours revinrent à Bréal. Sur l’enseignement de la grammaire comparée en France, voir Bergounioux, 1996.

18  Jules David avait publié un ouvrage intitulé Parallèle des langues grecques ancienne et moderne (Paris, 1820). Voir Jean-Antoine Caravolas, Jules David et les études grecques (1783-1854), Paris, L’Harmattan, 2009.

19  2 AP 4, assemblée des professeurs, registre des délibérations (11 janvier 1824-22 novembre 1840), assemblée du 22 février 1829. Jules David ne renonça pas à son projet mais le soumit à nouveau, en juin 1840 : il le présentait cette fois à l’École des langues orientales et vantait la nouveauté et la rigueur de la grammaire historico-comparative, « méthode toute rationnelle déjà adoptée chez les Allemands ». Il requérait la création de cette chaire en compensation de son poste d’enseignant de grec à la Faculté des lettres de Paris, perdu à la suite d’un changement du règlement qui rendait désormais obligatoire la détention d’un doctorat pour enseigner à l’Université (AN, F/17/13554, lettres de J. David au ministre de l’Instruction publique du 14 octobre 1838 et du 19 juin 1840).

20  Rabault-Feuerhahn, 2015.

21  Pour reprendre une expression de Guy Jucquois, in Jucquois et Swiggers, 1991, p. 19.

22  Jucquois et Swiggers, 1991, p. 32.

23  Gilles-Gaston Granger, « Pour une épistémologie comparative », in Jucquois-Swiggers, 1991, p. 39.

24  Baumgarten, 2001.

25  4 AP 631, assemblée du 28 novembre 1948, rapport en faveur de la création d’une chaire de civilisation indo-européenne, par Émile Benveniste.

26  14 CDF 20 d3, assemblée du 13 février 1949, rapport en réaction à la création d’une chaire de civilisation indo-européenne par André Mazon, p. 2. Sur les critiques adressées à la mythologie comparée dès le xixe siècle, voir Rabault-Feuerhahn, 2016.

27  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949.

28  Fischer, 1998, p. 439.

29  Laboulaye, 1849, p. 1-2.

30  Flach, 1910, p. 15.

31  Janet, 1896, p. 101.

32  « Projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés européennes » (4 AP 461 c : assemblée du 18 mars 1934).

33  Flach, 1910, p. 10-11.

34  Janet, 1902, p. 27.

35  Granger, 1987, p. 20.

36  Ibid., p. 21.

37  Fauré-Frémiet, 1929, p. 37-45.

38  Bréal, 1866, p. 3.

39  Meillet s.d. (1906), p. 6.

40  Ibid., p. 19.

41  4 AP 477, assemblée du 7 février 1937, rapport de Paul Pelliot en faveur du maintien de la chaire de Grammaire comparée.

42  Meillet s.d. (1906), p. 14-15 : « Au fur et à mesure que les grammaires comparées des divers groupes se constituent de manière plus systématique, les lois de la linguistique générale acquerront plus de certitude, plus de précision, et épuiseront complètement l’ensemble des faits de langue. […] La nouvelle linguistique […] apporte un renouvellement complet des méthodes et des idées : aux faits particuliers, elle superpose une doctrine d’ensemble, un système ».

43  Coste disait de ses travaux qu’ils visaient à « établir les bases d’une science nouvelle, l’embryogénie comparée, ou mieux l’histoire générale du développement des corps organisés » (cité par Fischer, 1998, p. 440).

44  Lors de l’assemblée du 6 mars 1932 (4 AP 452), Janet milite pour que la chaire d’Histoire générale des sciences soit recréée sous le titre d’« Histoire comparée des sciences et de la philosophie ». Il commente : « si je vous propose de la consacrer à l’histoire comparée des sciences et de la philosophie, il ne s’agit là que d’une modification partielle dans le titre de la chaire, non d’un changement essentiel dans la matière de l’enseignement ». La formule est ambiguë. Elle revendique une continuité entre les deux pratiques (histoire générale et histoire comparée) et entretient le flou sur les raisons du changement d’intitulé, mais dénote en même temps une volonté nette de remplacer un terme par un autre.

45  4 AP 421, assemblée du 15 mars 1925. Lefranc souligne que Van Thieghem « exposait dès 1906 ses idées sur la méthode de littérature comparée et indiquait déjà la place qu’il convenait de faire à la littérature générale, c’est à dire à l’histoire littéraire internationale ».

46  AN, F/17/13554.

47  AN, F/17/13555, dossier 13 bis, « Anatomie comparée », extrait de l’Écho de Paris, 24 mai 1903.

48  Flach, 1901, p. 310.

49  4 AP 464, assemblée du 13 janvier 1935.

50  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949.

51  4 AP 640, assemblée du 30 juin 1974. Les exemples de ce type abondent. Du côté des sciences du vivant, Jean Nageotte relève en 1912 : « Souvent la signification d’une structure restée douteuse chez une espèce donnée se trouve éclairée par la comparaison avec l’espèce voisine » (Nageotte, 1999, p. 263).

52  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949.

53  Ibid.

54  4 AP 664, assemblée du 29 novembre 1981.

55  Flach, 1910, p. 11.

56  Delmas-Marty, 2003, paragraphe 6.

57  Cela ressort du postulat énoncé par Lerminier en 1836 : « Les actions de l’humanité composent l’histoire humaine, et cette histoire a deux faces principales, la religion et le droit. La religion exprime surtout le désir qu’éprouve l’homme de voir Dieu et la cause des choses. […] Le droit exprime la liberté humaine dans son individualité et son exaltation », Lerminier, 1836, p. 275.

58  Bréal, 1866, p. 7 et 22. En affirmant combien le langage était lié à la pensée et ne pouvait se comprendre en dehors d’elle, ni des conditions historiques et sociales qui la déterminaient, Bréal s’opposait à la conception organiciste du langage défendue par le naturalisme linguistique et rappelait que les langues ont une histoire. Il estimera d’ailleurs dans des textes postérieurs qu’il serait utile de remplacer le terme de « grammaire comparée » par celui de « grammaire historique ». Voir Aarsleff, 1981, p. 115-133.

59  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949.

60  4 AP 640, assemblée du 30 juin 1974.

61  AN F/17/13553, dossier « Collège de France ; affaires générales et collectives 1903-1932 », assemblée du 23 janvier 1928.

62  Lettre de Bloch à Febvre du 19 décembre 1933, in Bloch/Febvre I, 1994, p. 457.

63  Lettre de Bloch à Gilson du 27 décembre 1933, in Bloch/Febvre II, 2003, p. 457.

64  4 AP 461-b, assemblée du 18 mars 1934, « projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés européennes », p. 2.

65  4 AP 461-b, id., p. 3.

66  Febvre-Bloch II, 2003, p. xv.

67  Sur ces deux aspects, voir respectivement et les lettres de Febvre à Bloch des 6 février et 30 mars 1936 ainsi que l’introduction de B. Müller à Bloch/Febvre II, 2003, p. xv-xix.

68  Febvre à Bloch, 20 et 21 mars 1934 (Bloch/Febvre II, 2003, p. 51 et 56).

69  Febvre à Bloch du 23 janvier 1935 (Bloch/Febvre II, 2003, p. 204).

70  Febvre à Bloch, 25 ou 26 avril 1933, in Febvre-Bloch I, 1994, p. 363. Bloch ne renonce pas pour autant. Il se porte à nouveau candidat en janvier 1936, cette fois pour une chaire d’« Histoire du travail ». Pour justifier ce changement, il charge Febvre d’expliquer à l’assemblée que « les deux titres n’ont rien de contradictoire, vu que ses études d’histoire économique sont et doivent être essentiellement “comparées” » (Bloch à Febvre, lettre du 31 octobre 1935, in Bloch/Febvre II, 2003, p. 319-320). Mais, élu dans l’intervalle à la chaire d’histoire économique de la Sorbonne, il retire sa candidature avant que l’assemblée n’ait lieu.

71  14 CDF 20 d, chaire de civilisation indo-européenne, « assemblée du 28 novembre 1948. Proposition de M. Émile Benveniste pour la création d’une chaire de civilisation indo-européenne », p. 3. Piéron se situe dans la même ligne argumentative en 1949 en soulignant en appui à la candidature de Lévi-Strauss « qu’il est temps de passer, de la description des faits sociaux, à leur grammaire ».

72  Ibid., 2.

73  4 AP 535, assemblée du 27 novembre 1949, « Note sur la création d’une chaire de sociologie comparée par M. Henri Piéron », p. 1 : « L’objet principal de notre enseignement serait, tout en restant fidèle à la tradition de l’Ecole sociologique française, et en cherchant à la restaurer, de montrer que la sociologie ne consiste pas seulement en spéculations abstraites, mais qu’elle puise, dans la vie même des hommes, sa raison d’être et sa justification ».

74  Benveniste relevait que dans le monde anglo-saxon, où Lévi-Strauss venait de séjourner, l’anthropologie recouvrait la sociologie et l’ethnologie (manière de témoigner des compétences sociologiques de l’anthropologue). Lévi-Strauss candidatait suite au départ en retraite d’Henri Wallon, titulaire d’une chaire municipale. L’enjeu du vote de l’assemblée des professeurs était de choisir un projet de chaire susceptible de bénéficier à nouveau des crédits municipaux et départementaux. En 1949 le projet de Lévi-Strauss avait été écarté au profit d’une chaire de Psychologie des arts plastiques. Après certaines réticences, le Conseil municipal de Paris accepta le résultat du vote, mais il sollicita en sus l’établissement d’un « enseignement de sociologie ». C’est ce qui permit à Lévi-Strauss de recandidater en 1950.

75  4 AP 539, assemblée du 26 novembre 1950.

76  Cela relativise les propos de Lévi-Strauss qui pensait que sa candidature aurait les mêmes opposants que celle de Dumézil. En juin il avait écrit à Piéron : « Un point seulement me laisse perplexe : c’est votre suggestion de demander à M. Benveniste de se charger de l’exposé principal (de sa candidature, P. R.-F.). Il me semble en effet extrêmement douteux qu’il accepte, si peu de temps après s’être avancé en faveur de la candidature de M. Dumézil, qui n’était pas sans analogie avec la mienne, au moins sous le rapport de ses adversaires » (Bibliothèque H. Piéron, Lévi Strauss à Piéron, 27 juin 1950). Je remercie Régine Plas de m’avoir transmis cette correspondance.

77  4 AP 539, assemblée du 26 novembre 1950.

78  Ibid.

79  Sur la généalogie du comparatisme lévi-straussien, voir Salmon, 2013.

80  4 AP 634, assemblée du 25 février 1973.

81  4 AP 640d-h, assemblée du 30 juin 1974.

82  4 AP 703, assemblée du 28 juin 1992.

83  4 AP 665, assemblée du 29 novembre 1981.

84  Héritier-Augé, 1984, p. 22.

85  Granger, 1987, p. 7.

86  Une tendance contre laquelle luttera toutefois Yves Bonnefoy qui, dans sa propre leçon inaugurale, discute de sa propre situation de poète.

87  4 AP 703, assemblée du 28 juin 1992.

88  Héritier-Augé, 1984, p. 32.

89  Delmas-Marty, 2003, paragraphes 65 et 73.

90  Voir la contribution de J. Carroy, A. Ohayon et R. Plas.

Table des illustrations

Titre Figure 23. Chronologie des propositions d’intitulés comparatistes.
Légende Les propositions retenues figurent sur l’axe chronologique, classées en fonction de la classe de l’Institut de France correspondante : Académie des sciences (en blanc), Académie des sciences morales et politiques (en gris), Académie des inscriptions et belles lettres (en noir). Les triangles au-dessus figurent les propositions rejetées.
URL http://books.openedition.org/lesbelleslettres/docannexe/image/174/img-1.png
Fichier image/, 11k
Titre Figure 24. Chronologie et durée des chaires créées au Collège de France portant un intitulé comparatiste.
Légende Les chaires sont sériées en fonction de la classe correspondante de l’Institut : Inscriptions et Belles Lettres (gris clair), Sciences morales et politiques (gris foncé), Sciences (noir). La chaire de droit politique français et droit politique comparé créée par le Gouvernement provisoire en 1848 n’apparaît pas, en raison de sa trop faible durée.
URL http://books.openedition.org/lesbelleslettres/docannexe/image/174/img-2.png
Fichier image/, 33k
Titre Figure 25. Chronologie des créations de chaires portant un intitulé comparatiste, classées en fonction de la classe de l’Institut de France correspondante.
Légende Académie des sciences (ligne du haut, en blanc), Académie des sciences morales et politiques (ligne du milieu, en gris), Académie des inscriptions et belles lettres (ligne du bas, en noir).
URL http://books.openedition.org/lesbelleslettres/docannexe/image/174/img-3.png
Fichier image/, 10k

Auteur

Pascale Rabault-Feuerhahn est chercheur au CNRS (UMR Pays germaniques, École normale supérieure, PSL Research University), spécialiste d’histoire transnationale des sciences humaines. Ses recherches portent d’une part sur l’histoire et la diffusion du comparatisme dans les sciences humaines, d’autre part sur les cartographies mentales de l’« Orient » (contours et partages) à l’œuvre dans l’orientalisme savant. Publication principale : L’Archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du xixe siècle, Cerf, 2008.

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540