Version classiqueVersion mobile

La politique des chaires au Collège de France

 | 
Wolf Feuerhahn

Le poids des « Chaires fondamentales »

Qu’est-ce que l’« archéologie » au Collège de France (xixe-milieu du xxe siècle) ?

Élise Lehoux

Texte intégral

   

  • 1  2 AP 8, assemblée du 14 novembre 1880, p. 14.

La curiosité publique se porte de plus en plus vers les travaux d’érudition et d’archéologie ; c’est le goût du moment et l’on délaisse nos grands écrivains classiques qui étaient autrefois étudiés avec tant de passion1.

  • 2  Je tiens à remercier tout particulièrement François Lissarrague, Wolf Feuerhahn et Monique Dondin- (...)
  • 3  J’utilise ce terme prudemment, au vue des difficultés épistémologiques qu’il pose (Boutier, Passer (...)

1L’archéologie a visiblement acquis une importance sociale considérable à la fin du xixe siècle2. Cette citation de 1880 en témoigne. L’archéologie est présente au Collège de France depuis 1831, avec la chaire éponyme occupée par Jean-François Champollion (1790-1832). Au milieu du xxe siècle, plusieurs chaires d’archéologie sont créées et coexistent au sein de cette institution avec celles d’égyptologie et d’assyriologie, par exemple. Cette ouverture du nombre de chaires consacrées à l’archéologie et à différents espaces géographiques constitue l’une des caractéristiques de cette période. Quelles ont été les étapes de cette prise en compte institutionnelle croissante de la « discipline3 » archéologique ? Quels types de savoirs, de champs savants et géographiques recouvre l’usage de ce terme ?

  • 4  A.-L. Millin définit l’archéologie en 1796 comme la « science connue ordinairement sous le nom d’A (...)
  • 5  Cette augmentation répond à la croissance générale du nombre de chaires au Collège de France : Fra (...)

2Depuis le début du xixe siècle, un cours public d’archéologie a ouvert en France, assuré par les conservateurs du cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, Aubin-Louis Millin (1759-1818) d’abord, puis Désiré Raoul-Rochette (1789-1854) (Therrien, 1998, p. 34-44). La science archéologique4 existe donc bien d’un point de vue institutionnel même si elle est encore peu développée, si on compare cette situation avec celle de l’espace germanique d’alors (Borbein, 1979, p. 99-150). C’est au Collège de France que s’ouvre le deuxième cours d’archéologie avec la chaire créée pour Champollion en 1831 ; cet enseignement portait alors exclusivement sur l’Égypte ancienne. À partir de la seconde moitié du xixe siècle, les chaires d’archéologie se multiplient au Collège5 et progressivement dans les autres institutions d’enseignement : aux côtés des cours à la Bibliothèque nationale, d’autres se créent à l’École des Chartes (1847), à l’École pratique des hautes études (1869), à la Faculté des lettres de Paris (1876), à l’École du Louvre (1882) (Therrien, 1998, p. 457-469).

3Le Collège de France se présente donc comme un terrain d’investigation très intéressant pour comprendre la carte des savoirs archéologiques, tissée en étroite relation avec les institutions précédentes, et la représentation que les acteurs s’en font. Les intitulés de chaire offrent une porte d’entrée dans l’histoire des disciplines. À travers les choix épistémologiques, politiques, intellectuels, les liens interpersonnels dont ils sont le résultat, on peut comprendre la forme prise par le paysage archéologique au Collège.

  • 6  Elles se composent respectivement des dossiers de chaires (14 CDF), des registres des délibération (...)
  • 7  Sur ce point, on peut se reporter aux textes de Vivi Perraky et de Sarah Rey dans ce volume.
  • 8  « Le protohistorien voudrait porter aux dernières limites le rendement des méthodes historiques : (...)

4Méthodologiquement, j’ai relevé dans les archives du Collège6 tous les intitulés de chaire comportant le terme d’« archéologie », ce qui explique pourquoi la question des antiquités gréco-romaines n’est pas traitée ici (l’archéologie classique est associée aux « antiquités » ou à des spécialités comme l’épigraphie)7. J’y reviendrai, c’est un point important. Je n’ai donc pas non plus pris en compte la préhistoire définie, dès la première chaire attribuée à l’abbé Breuil en 1929, comme une science naturelle « en étroite connexion avec la géologie8. » Il s’avère que l’archéologie telle qu’elle existe alors au Collège de France concerne des espaces allant de l’Égypte, la Mésopotamie à l’Asie, dont l’ensemble est alors parfois qualifié d’archéologie « orientale ». À ces espaces tangibles de l’archéologie au Collège, les projets de création de chaire permettent d’élargir cet horizon géographique en dessinant les contours du « collège virtuel » de l’archéologie, selon une expression d’Antoine Compagnon. Malgré les silences évidents de ces sources institutionnelles, la présence de l’archéologie au Collège se définit par la mise en place de véritables traditions savantes, sur le modèle de l’égyptologie, qui perdurent sur l’ensemble de la période et par des ouvertures plus ponctuelles à de nouveaux espaces archéologiques. De science marginale au début du xixe siècle, l’archéologie devient progressivement une spécialité au cours du xxe siècle.

La mise en place de l’archéologie au Collège : l’affirmation de l’égyptologie (1830-1916)

L’archéologie égyptienne, entre domination et hésitations

  • 9  Avant d’être nommé au Collège, Champollion a été chargé d’un « cours public et gratuit d’archéolog (...)
  • 10  A. Moret revient sur cette nomination tardive de Champollion au Collège : « Dès la publication de (...)
  • 11  Ibid., p. 323.

5La première chaire d’archéologie est une création : Champollion, qui a brillamment déchiffré les hiéroglyphes, est l’objet de toutes les convoitises9. Il est invité à exposer cette découverte au Collège dans une chaire d’« Archéologie » en 1831. Si l’on suit les propos d’Alexandre Moret, titulaire ultérieur de la chaire d’égyptologie, le projet met presque dix années à aboutir, puisque Champollion était pressenti dès 182210 ; il fut alors entendu que « le professeur pourrait se limiter à l’archéologie égyptienne et à ses rapports avec les autres civilisations antiques11 ». Cette chaire est fondatrice à plus d’un titre malgré le fait que Champollion n’y ait prononcé que huit leçons suite à son décès au début de l’année 1832 : les tenants des chaires d’archéologie, égyptienne ou non, ne cessent de s’y référer par la suite. Champollion devient très vite la figure du fondateur de la discipline en tant que « père fondateur » de la chaire (Waquet, 2010, p. 113), et plus largement de l’archéologie orientale. Cette création de chaire complète le cadre institutionnel reçu par cette nouvelle science après la création du département des antiquités égyptiennes au Louvre (Gran-Aymerich, 1998, p. 81).

  • 12  La procédure d’élection au Collège de France implique d’abord la décision de créer une chaire puis (...)

6Le problème de la succession de la chaire d’archéologie se pose vite et avec acuité : aucun continuateur ne paraît s’imposer12. Du choix du candidat dépend en effet l’orientation à donner aux leçons :

  • 13  2 AP 4, assemblée du 27 novembre 1837, p. 152.

Ce choix décidera si la chaire doit être consacrée en ce moment aux antiquités Egyptiennes, ou à l’archéologie Orientale, ou enfin à l’archéologie prise dans son sens le plus étendue, et qui a principalement pour objet les antiquités Grecques et romaines. La discussion s’établit sous ce double point de vue13.

Des débats intéressants se dessinent dans les années 1836-1837. Joseph Pelet de la Lozère, ministre de l’Instruction publique, écrit à l’administrateur Silvestre de Sacy :

  • 14  14 CDF 28a, lettre du 26 juillet 1836.

Quant à la chaire d’Archaeologie que feu Champollion jeune, avait restreinte à l’Archaeologie Egyptienne, on a proposé de l’étendre à l’enseignement de l’Archaeologie grecque ou latine ou bien à celui des Antiquités nationales. Le développement important qu’ont reçu en France depuis quelques années l’étude de notre ancienne histoire dans les monuments écrits ou figurés ; les grandes publications entreprises par le Gouvernement, par les Sociétés Savantes ou par des particuliers […] rendraient, dit-on, utile la création d’une chaire spéciale destinée à un cours sur les Antiquités de la France14.

  • 15  On peut également lire dans les archives quelques mois plus tard, « on veut un cours d’Archéologie (...)

Face à l’incertitude persistante sur la nomination d’un successeur à Champollion, des ouvertures à d’autres champs de recherche sont même proposées, à l’archéologie classique ou aux toutes jeunes antiquités nationales15. Le flou croissant est l’occasion de revenir sur la définition même de l’archéologie et sur son importance croissante dans la sphère politico-scientifique :

  • 16  Ibid. Il propose de dédoubler la chaire existante, « soit en réservant à l’Archéologie Egyptienne (...)

L’archéologie, en effet, finit longtemps avant que notre France ne commence. Il n’y a pas d’archéologie pour les Etats modernes. Ce sont les débris et les monumens d’un âge antérieur que cette science interroge. Elle va s’enfonçant toujours dans le passé, comme l’histoire au contraire part du passé pour venir jusqu’à nous. Entre les deux Enseignemens, tout diffère ; l’objet, la marche, le but. […] Quant à l’archéologie proprement dite, je dois dire qu’elle a pris trop d’importance par les progrès de la critique depuis 50 ans par les travaux des orientalistes, par les conquêtes de Champollion, par la découverte de tant de monumens due à nos armes en Egypte, en Grèce, en Asie, pourqu’il me semble possible de la délaisser16.

  • 17  Les procès-verbaux des assemblées du 9 juillet et du 19 novembre 1837 présentent les autres candid (...)
  • 18  2 AP 4, assemblée du 27 novembre 1837, p. 152.
  • 19  « L’archéologie égyptienne se lie d’ailleurs pour une foule de points à l’archéologie générale. Da (...)

Finalement, le problème est résolu en permutant Jean-Antoine Letronne (1787-1848)17, philologue, helléniste et épigraphiste, de la chaire d’histoire et morale qu’il occupait à la chaire d’archéologie ; l’assemblée ayant été déterminée alors « par une considération puissante : c’est qu’il sera plus facile de pourvoir convenablement à l’enseignement de l’histoire qu’à celui de l’archéologie »18. Il semble alors que Letronne ait autant traité d’archéologie grecque qu’égyptienne dans ses cours19.

  • 20  Gaston Maspero s’interroge également sur ce point : « Je vous serais obligé si vous vouliez bien e (...)

7À la mort de Letronne, le problème du candidat à investir se pose à nouveau mais ne soulève pas de débat particulier sur le contenu de la chaire d’archéologie, dont l’intitulé est pérennisé20. C’est Charles Lenormant (1802-1859), conservateur-adjoint au Cabinet des médailles, qui lui succède. Il entend lui aussi l’archéologie dans un sens très large, ce qui s’explique aisément car Lenormant est avant tout un helléniste :

  • 21  16 CDF 244, Lenormant Charles, lettre de candidature, p. 2.

Mes antécédents et je puis le dire mes titres m’autorisent à me présenter comme un candidat propre à remplir la chaire d’archéologie, si on laisse à l’enseignement de cette chaire toute l’extension que le mot d’archéologie indique. Ce mot en effet désigne une science, professée dans les universités de l’Europe, et dont la base est l’étude et l’explication des monuments de l’antiquité figurée chez les Grecs et les Romains. Depuis quelques années, le cercle de cette science tend à s’agrandir : d’une part les rapports de l’antiquité classique avec l’orient, de l’autre la longue influence de la société romaine sur la civilisation du moyen-age ont paru des objets d’étude, graves et importants au plus haut degré21.

Cette référence aux « universités d’Europe » témoigne du poids de la concurrence internationale. En 1848, les séminaires d’archéologie fleurissent surtout en Allemagne : ils y sont présents dans plus d’une dizaine d’universités, contre une seule en France et en Grande-Bretagne (Schnapp, 1982, p. 770).

8Manifestement, il semble y avoir un accord sur la méthode qui caractérise l’archéologie (l’étude et l’explication des monuments de l’antiquité). Mais le modèle varie : les successeurs de Champollion insistent sur la priorité des mondes grecs et romains sur l’Égypte et l’Orient en général. Toutefois, l’extension du domaine semble réduite. Le refus d’un projet de création de chaire porté par Félix Lajard le montre en creux.

Le projet de création d’une chaire d’archéologie asiatique en 1839

  • 22  Nommé secrétaire de l’ambassade française en Perse en 1808, Lajard s’intéresse ensuite à l’étude d (...)
  • 23  14 CDF 28a, chaire d’archéologie, candidatures de 1837, lettre de Félix Lajard.
  • 24  14 CDF 10a, chaire d’archéologie asiatique (projet, 1839), mémoire de Félix Lajard, p. 1.
  • 25  14 CDF 10a, chaire d’archéologie asiatique (projet, 1839), lettre du 24 juillet 1839 du ministère (...)
  • 26  Avec Raoul-Rochette, le cours est intitulé « Cours d’archéologie » (Raoul-Rochette, 1828).

9Lajard, diplomate et savant22, propose en 1839 la création d’une chaire d’archéologie asiatique, après s’être présenté comme candidat à la succession de Champollion, en 1837. Il souhaite y développer un cours d’archéologie comparée sur le modèle de la philologie comparative23. Pour son projet, il développe l’idée que les progrès effectués en linguistique montrent une origine commune entre le grec et le latin et certains idiomes asiatiques, laquelle traduit, selon lui, une « communauté quelconque d’idées et de civilisation » entre les anciens peuples de l’Orient et de l’Occident24. Partant de là, « la connaissance préalable de l’archéologie asiatique serait selon lui, indispensable à toute étude archéologique25 » ; Lajard souhaite faire de l’archéologie asiatique un enseignement distinct, concurrent du cours sur les antiquités26, professé à la Bibliothèque nationale. Il explique ainsi à propos de la chaire :

  • 27  14 CDF 10a, chaire d’archéologie asiatique (projet, 1839), Mémoire de Félix Lajard, p. 9.

Elle est restée vacante depuis la mort prématurée de ce savant jusqu’en 1838 ; et c’est alors que pour la rendre accessible à un plus grand nombre d’archéologues, on a jugé convenable de cesser d’en limiter l’institution à l’enseignement spécial de l’archéologie orientale. En conséquence, on lui a donné le titre plus général de chaire d’archéologie. Mais de ce changement, il est résulté que l’archéologie orientale n’est et ne sera point professé d’une manière spéciale au Collège de France. Il en est de même pour le cours d’archéologie qui se fait à la Bibliothèque royale. C’est là un préjudice réel causé à la science27.

  • 28  2 AP 4, assemblée du 17 novembre 1839, p. 170.
  • 29  2 AP 4, assemblée du 15 décembre 1839, p. 172.

La commission, composée d’E. Quatremère, du spécialiste de persan P.-A. Jaubert, de l’archéologue J.-A. Letronne, du latiniste J.-L. Burnouf et du philosophe helléniste J. Barthélémy-Saint-Hilaire28, rejette la proposition après avoir émis des doutes, estimant que « les recherches dont il est question dans la demande ne constituent pas encore une science arrêtée, qui puisse, quant à présent, faire l’objet d’un enseignement public29 ». L’archéologie égyptienne peut désormais s’affirmer.

La prééminence de la philologie sur l’archéologie (1860-1916)

10En 1860, une transformation se produit dans l’intitulé de la chaire puisqu’elle prend le titre de « Philologie et archéologie égyptiennes ». Elle devient donc nommément égyptienne mais surtout philologique. Pour justifier cette transformation, Gustave Rouland, ministre de l’Instruction publique, explique dans son rapport :

  • 30  2 AP 6, assemblée du 8 janvier 1860, rapport à l’Empereur du ministre de l’Instruction publique et (...)

Je viens proposer à Votre Majesté de modifier le titre, trop général, de cette chaire pour marquer nettement le but et l’objet de l’enseignement auquel elle est destinée, et de lui assigner un caractère de spécialité qui en rappelle l’origine et la garantisse contre les déviations dont elle a été plusieurs fois menacée30.

Les déviations dont il est question sont ici une référence aux débats précédents ayant conduit à la nomination de Letronne et de Lenormant. Il poursuit en ces termes afin de mettre en valeur la place accordée à la philologie :

  • 31  Ibid.

Il est devenu évident que l’archéologie, c’est-à-dire la connaissance des monuments de l’art, aussi bien que celle des Institutions, des mœurs, des opinions, est ici dominée, plus que partout ailleurs, par la philologie, par la question de la langue et de l’écriture, seule base solide de toute recherche et de tout enseignement sérieux31.

  • 32  Ce dernier présente son cours ainsi : « Nous consacrerons la première partie de ce cours à vous in (...)
  • 33  Maspero est pressenti comme candidat dès 1872, mais il est alors fort jeune aux yeux des professeu (...)
  • 34  Dans le récit que G. Maspero fait de l’histoire de l’égyptologie, le passage consacré à E. de Roug (...)

Dans les discours, les objets d’étude spécifiques à l’archéologie se circonscrivent mais cette dernière se retrouve encadrée par la philologie, qui devient un gage de fidélité de cette pratique scientifique, encore fort jeune dans le paysage institutionnel français. La chaire est confiée à Emmanuel de Rougé (1811-1872)32 puis à Gaston Maspero (1846-1916)33 jusqu’à sa mort en 1916 ; puis elle est suspendue en raison de la guerre. Tous deux donnent également des cours à la IVe Section de l’École pratique des Hautes Études (Gady, 2006, p. 51). Ces professeurs sont très vite considérés comme des figures tutélaires de la discipline, assurant une filiation directe avec Champollion et mobilisées comme si leur simple évocation suffisait à effacer les décennies précédentes34. Le tableau suivant rassemble les chaires consacrées à l’égyptologie depuis Champollion :

Figure 16. Chaires d’égyptologie au Collège de France.

  • 35  Pour une mise en parallèle avec les autres enseignements ayant trait à l’égyptologie, cf. Gady, 20 (...)

Date

Titre de la chaire35

Titulaire

1831-1832

Archéologie (création)

J.-F. Champollion

1837-1848

Archéologie

J.-A. Letronne

1848-1859

Archéologie

C. Lenormant

1860-1872

Philologie et archéologie égyptiennes

E. de Rougé

1873-1916

Philologie et archéologie égyptiennes

G. Maspero

1916-1922

Suspension de la chaire

1923-1938

Égyptologie (transformation issue
des crédits de la chaire
d’histoire des sciences)

A. Moret

1938-1947

Égyptologie

P. Lacau

1947-1956

Égyptologie

P. Montet

1957-1960

Philologie et archéologie égyptiennes

E. Drioton

1961-1978

Philologie et archéologie égyptiennes

G. Posener

1979-1990

Égyptologie

J. Leclant

1991-1997

Égyptologie

J. Yoyotte

2000-…

Civilisation pharaonique :
archéologie, philologie, histoire
(transformation de la chaire
de chimie des solides)

N. Grimal

Entre concurrences et solidarités : le développement des chaires d’archéologie au Collège et l’ouverture à de nouveaux espaces (1874-années 1940)

Une chaire d’archéologie assyrienne sur le modèle de l’égyptologie (1874)

  • 36  En 1867, on trouve dans les archives, déjà, le projet de transférer les cours qu’il donnait à la B (...)

11Jules Oppert (1825-1905) se voit octroyer une chaire de « Philologie et archéologie assyriennes » au début des années 187036. Si on compare les intitulés de chaires dédiées à l’assyriologie et celles consacrées à l’égyptologie (cf. figures 16 et 17), on s’aperçoit d’une très forte parenté entre les deux, de sorte que la chaire d’égyptologie agit comme un modèle pour sa consœur, sur laquelle elle s’aligne.

Figure 17. Chaires d’assyriologie au Collège de France.

1874-1905

Philologie et archéologie assyriennes
(création)

J. Oppert

1906-1939

Philologie et archéologie assyriennes

C. Fossey

1939-1945

Suspension de la chaire

1945-1951

Philologie et archéologie assyro-babylonienne
(transformation de la chaire d’Histoire ancienne
de l’Orient sémitique I. Lévy)

E. Dhorme

1952-1974

Assyriologie

R. Labat

1986-1995

Assyriologie (transformation de la chaire de langues
et civilisation de l’Asie mineure d’E. Laroche)

P. Garelli

1999-2011

Assyriologie (transformation de la chaire de langues
et littérature arabe classique)

J.-M. Durand

2014-…

Civilisation mésopotamienne

D. Charpin

  • 37  Quatre candidats se présentent ce qui selon les sources « prouve l’importance de la chaire » (2 AP (...)
  • 38  « Par ces deux hommes, nous remontons non seulement au début d’un enseignement mais aussi à la nai (...)

La succession d’Oppert fut difficile ; Charles Fossey fut finalement élu37. L’un comme l’autre ont été progressivement érigés en « pères fondateurs » de la discipline38 ; habituel processus d’institutionnalisation d’un champ savant. Les projets de rétablissement des chaires sont l’occasion de mobiliser des arguments récurrents, pour l’égyptologie comme pour l’assyriologie.

  • 39  2 AP 12, Assemblée du 6 avril 1919, p. 265.

12Dès 1919, des demandes de « rétablissement » de la chaire d’égyptologie se font entendre39. L’usage de ce terme témoigne d’ailleurs du fort ancrage de la chaire au sein du Collège, dont la présence est considérée dès lors comme « naturelle ». En 1922, le numismate Ernest Babelon expose les raisons qui justifient le « rétablissement » :

  • 40  14 CDF 28c, chaire d’égyptologie (21 décembre 1922 – 22 décembre 1956), note de M. Babelon 1922 su (...)

On l’a dit souvent et on le répète encore aujourd’hui, mais peut-être avec un peu moins de conviction : l’Egyptologie est une science française. Elle a été d’abord une science à peu près exclusivement française bien avant Champollion, si on l’envisage sous le point de vue archéologique. Ses précurseurs sont français. […] En dehors des études classiques, c’est-à-dire grecques et latines, l’Egyptologie est, sans conteste, la branche des sciences historiques la plus considérable, la plus diversifiée, la plus féconde. […] Il faudrait plutôt qu’il y ait plusieurs chaires d’archéologie au vu de l’immensité des domaines variés de l’Egyptologie. […] On l’enseigne aux Hautes Etudes : et bien cela ne suffit pas. […] Nous avons besoin d’égyptologues, notamment pour remplir les postes scientifiques qui sont réservés à la France dans le service des antiquités de l’Egypte ; nous entretenons à grands frais une Ecole du Caire. Nous avons aussi, en France même, au Louvre et ailleurs, des fonctions réservées à des Egyptologues40.

  • 41  « Alors que l’Allemagne, bien qu’elle soit loin d’occuper une place dominante dans cette science, (...)

À cela s’ajoutent les arguments de la concurrence de l’Allemagne et du contexte international émis par Antoine Meillet qui expose le rapport de Babelon41. Le vote est serré mais la chaire d’égyptologie est finalement rétablie avec Alexandre Moret, Pierre Lacau et Pierre Montet comme titulaires successifs (cf. figure 16).

  • 42  14 CDF 11c, chaire de Philologie et archéologie assyro-babyloniennes, assemblée du 12 janvier 1941 (...)
  • 43  À cette occasion, l’« Assemblée est unanime à souhaiter qu’une chaire d’Assyriologie soit rétablie (...)
  • 44  Le terme est utilisé par Abel Lefranc (Lefranc, 1932, p. 5) et Pierre Lacau en 1941 (14 CDF 11c, c (...)

13On observe le même type d’argument lors des débats engagés pour le « rétablissement » de la chaire d’assyriologie suite au départ à la retraite de Charles Fossey en 1939. Pierre Lacau, l’égyptologue, expose le rapport en insistant sur le fait que si « la chaire d’Oppert » est supprimée, les répercussions seront négatives sur l’orientalisme français, ainsi que sur les relations internationales au Proche-Orient et provoquerait une « grande surprise en Angleterre, en Allemagne, en Amérique42 ». C’est finalement une chaire d’« Histoire de l’art de l’Orient musulman » qui est créée43 ; la chaire d’assyriologie, est rétablie en 1945. René Labat succède à Édouard Dhorme à la chaire devenue chaire d’« assyriologie », terme désormais utilisé « selon l’usage reçu partout et en accord avec la définition la plus large de son objet », comme la chaire consacrée à l’Égypte, devenue chaire d’égyptologie dès 1923 (cf. figure 16). Ces deux domaines savants entretiennent donc des relations complexes : à la fois de concurrence et d’entraide réciproque. Considérés comme appartenant tous deux au plus vaste « orientalisme44 », ils soutiennent le rétablissement d’une chaire tant que cela ne menace pas leur propre domaine d’étude. Il est en effet parfois difficile de faire valoir l’existence de deux chaires dans une institution qui en compte si peu. Leur proximité se lit aussi dans les grandes inflexions scientifiques – comme la domination du régime philologique entre 1870 et 1920 – symbolisées par le choix des intitulés de chaire. Cette période accueille également de nouveaux « espaces archéologiques ».

L’ouverture à de nouveaux espaces d’investigation

  • 45  16 CDF 334 Pelliot Paul, Autour d’une chaire du Collège de France. Les documents de la mission Pel (...)
  • 46  2 AP 12, assemblée du 17 avril 1910, p. 33-34.
  • 47  Face à elle, les autres propositions étaient une chaire de phonétique expérimentale, le maintien d (...)

14En 1910, une première tentative de rétablissement se fait jour lors du débat sur le maintien ou la transformation de la chaire d’études celtiques : la candidature de Paul Pelliot (1878-1945) pour une chaire sur l’Asie centrale est soutenue par Charles Fossey, l’indianiste Sylvain Lévi et le sinologue Edouard Chavannes. Pelliot venait alors de rapporter des manuscrits trouvés dans une grotte d’Asie centrale, à l’authenticité controversée par certains de ses contemporains45. Cette démarche échoue, le maintien de la chaire d’études celtiques est voté46. L’année suivante, en 1911, le projet revient dans les débats, à l’occasion de la discussion sur les crédits de la chaire de langues et littératures hébraïques, chaldaïques, syriaques. Une large majorité soutient cette fois la chaire de « Langues, histoire et archéologie de l’Asie Centrale »47. Aux mondes égyptien et mésopotamien, s’ajoute donc la sphère de l’Asie centrale. Lors des débats, l’archéologie y est mise en avant comme une méthode d’analyse de ces espaces.

  • 48  16 CDF 163, André Grabar, Archéologie paléochrétienne et byzantine, assemblée des professeurs du 3 (...)
  • 49  14 CDF 17b, chaire d’Archéologie paléochrétienne et byzantine (18 février 1946 – 10 janvier 1967), (...)

15À la mort de P. Pelliot, la chaire est transformée en une chaire d’archéologie paléochrétienne et byzantine, avec André Grabar comme titulaire de 1946 à 1966. Les rapports mettent alors en avant les avancées scientifiques effectuées en art et archéologie byzantine ces dernières années48 et la cohérente unité avec les chaires déjà existantes au Collège « prolongeant à la fois la Grèce et Rome en montrant leur influence dans le monde médiéval – à côté de l’histoire du monde arabe et de l’histoire des arts musulmans, en contact avec l’Orient49 ». Enfin, une dernière chaire inclut le terme d’archéologie dans son intitulé : c’est la chaire d’archéologie de l’Asie occidentale, confiée à Claude Schaeffer (1954-1969). Un des arguments évoqué alors par Gaston Wiet, titulaire de la chaire de langue et de littérature arabes, est celui de la nécessité de conserver un certain nombre de chaires d’archéologie :

  • 50  14 CDF 10d, chaire d’archéologie de l’Asie occidentale, assemblée du 29 novembre 1953, rapport de (...)

La première, qui s’impose à vous clairement, n’exige aucun développement : une seule chaire d’Archéologie subsiste et il me paraît indispensable que cette discipline soit mieux représentée chez nous50.

  • 51  Après un retour en grâce dans les intitulés, au milieu du xxe siècle.

Plus le domaine géographique couvert par l’archéologie s’étend à de nouveaux espaces, essentiellement orientaux, plus le primat de la philologie semble s’estomper. Il faut toutefois regarder cette question avec plus d’attention51.

La fin du « régime philologique » dans les intitulés archéologiques (milieu du xxe siècle)

16Que ce soit pour l’égyptologie ou l’assyriologie, le milieu du xxe siècle est la période du retour de la philologie dans les intitulés de chaires (cf. figures 16 et 17). Un cas illustre de façon intéressante les débats qui se sont joués sur cette question. En 1956, lors du départ à la retraite de l’égyptologue Pierre Montet, l’assyriologue René Labat se déclare favorable au maintien de la chaire d’égyptologie face à Gaston Wiet, qui appuie, lui, la création d’une chaire de « Philologie et archéologie égyptiennes ». Cette seconde proposition obtient deux voix de plus lors du vote. G. Wiet défend sa proposition dans son rapport :

  • 52  14 CDF 28d, chaire de Philologie et archéologie égyptiennes II, assemblée du 25 novembre 1956, rap (...)

J’ai l’honneur de vous présenter à vos suffrages le maintien de l’enseignement de la science égyptologique, mais en donnant le titre de philologie et archéologie égyptiennes. Par cette formule, je n’innove pas […] ; l’égyptologue doit posséder des connaissances de philologie qui débordent le cadre chronologique de nos langues européennes. Mais on ne saurait oublier que toute notre science des civilisations antiques, et particulièrement celles de l’Orient, procède de l’archéologie, source essentielle de notre savoir52.

On retrouve ici la référence à l’intitulé des années 1860-1916. Mais G. Wiet ne s’arrête pas sur cette évocation :

  • 53  Ibid., p. 2.

L’archéologie est la pierre de touche qui permet de contrôler la valeur des nouveaux apports et de leur désigner une place convenable dans l’ensemble. Avec l’extension de l’égyptologie, bien des disciplines ont pris naissance et s’y sont développées suivant leurs règles propres : philologie, paléographie, chronologie, histoire proprement dite, histoire de la religion, de l’art, des institutions. […] C’est alors que l’archéologie permet une discrimination : ce qui est conforme à ses données et aux représentations qu’elle aligne peut être accepté, à charge de le discuter […]. C’est pourquoi il faut bien reconnaître que l’archéologie est l’alpha et l’oméga des sciences historiques encore en construction, comme l’égyptologie. L’alpha, parce qu’elle leur fournit les premiers éléments, les plus indiscutables ; l’oméga, parce que c’est à elle que revient le dernier mot en cas de litige53.

  • 54  16 CDF 216, René Labat, rapport de M. René Labat pour le maintien de la chaire de Philologie et ar (...)
  • 55  Ibid., p. 3.
  • 56  Ibid.

L’archéologie semble ainsi avoir acquis une place mieux définie au sein des sciences historiques, faisant de la philologie, cette fois, un de ses indispensables attributs. À la mort d’Étienne Drioton, en 1960, René Labat soutient le maintien de la chaire de « Philologie et archéologie égyptienne » en mettant en avant deux arguments en particulier : outre, le fait que l’égyptologie « demeure étonnament jeune et féconde54 », le « Centre Champollion est le laboratoire de l’Égyptologie française toute entière55 », sa disparation entraînerait un sérieux préjudice56. Cette référence à un « laboratoire » de l’égyptologie renforce, certes, la légitimité de cette discipline, par analogie avec le modèle des sciences expérimentales, mais son usage est également lié aux demandes de budget, conformément à la rhétorique de bien des sciences humaines des années 1960.

Entre antiquités et archéologie, variations autour des usages terminologiques

17Ainsi, l’archéologie, dans les intitulés de chaire et les archives, se trouve dissociée d’autres espaces savants comme l’histoire de l’art, la préhistoire ou les « antiquités » (classiques, sémitiques ou nationales), et ce, dès la première moitié du xixe siècle. Le schéma suivant (cf. figure 18) présente une synthèse des termes et espaces géographiques associés à « archéologie » et « antiquités » dans les intitulés de chaires ou dans leur projet. On peut ainsi voir que l’usage de ces deux mots ne recouvre pas les mêmes territoires – les espaces dits « orientaux » se situant du côté de l’archéologie alors que l’archéologie classique recouvre l’usage du terme d’antiquités –, ni les mêmes associations terminologiques. La nette distinction entre les deux met en évidence une forme de séparation épistémologique entre ces espaces savants.

Figure 18. Cartographie des termes et des espaces associés à « archéologie » et « antiquités ».

Figure 18. Cartographie des termes et des espaces associés à « archéologie » et « antiquités ».

L’exemple des « Antiquités américaines » permet d’apporter des précisions à ces combinaisons épistémologiques dessinant la carte du paysage archéologique du Collège de France. Au début du xxe siècle, le duc de Loubat, philanthrope franco-américain et correspondant étranger de l’Institut de France, annonce son intention de fonder une chaire complémentaire au Collège de France d’antiquités américaines. Le chargé de cours serait nommé par l’assemblée des professeurs, à l’exception du premier choisi par lui-même. Une discussion s’engage quant au contenu et aux modalités pratiques à donner à ce cours :

  • 57  2 AP 10, assemblée du 16 mars 1902, p. 202.

M. Flach pense qu’il faut ajouter au titre de la chaire le mot d’Ethnographie. Il pense d’ailleurs qu’il n’y a pas actuellement de savant qui puisse embrasser toutes les questions d’Ethnographie, d’histoire des religions, de linguistique et d’archéologie qui devraient être traitées dans l’enseignement projeté. Cette chaire pourrait être pour ce motif, transformée de temps à autre à l’occasion57.

  • 58  De plus, Joseph-Louis Capitan, deuxième chargé de cours nommé en 1909 et médecin de formation, s’e (...)

Il est intéressant de constater que dans ce cas l’archéologie, citée, n’est pas envisagée comme un substitut ou un possible complément d’« antiquités »58, mais bien comme une méthodologie spécifique, qui pourrait être insérée dans ce cours.

18Un dernier projet, soutenu par Camille Jullian en 1923, est l’occasion de revenir sur ces débats sémantiques. Il souhaite voir la création d’une chaire d’« Histoire et antiquités syriennes », sur les crédits laissés vacants par la mort de Charles Clermont-Ganneau, titulaire de la chaire d’épigraphie et antiquités sémitiques. Voici ce qu’il propose à l’assemblée :

  • 59  2 AP 12, assemblée du 15 avril 1923, p. 413-414.

Le Collège a depuis une vingtaine d’années, manifesté une très heureuse tendance : c’est de grouper ses enseignements, non pas suivant l’élément de travail (épigraphie ou archéologie) mais suivant le pays dont il faut refaire l’histoire, constituer la science. Car, en dernière analyse, la science n’est en matière d’histoire que la reconstitution de la vie d’une région à un moment déterminé : l’épigraphie ou l’archéologie sont des moyens pour arriver à cette science, ce ne sont pas des buts. Le but c’est de refaire le passé de la France ou de l’Asie59.

  • 60  « […] une chaire, telle que j’ai eu l’honneur de vous proposer, c’est à la fois une innovation et (...)

Ainsi, C. Jullian propose de dépasser les clivages entre les chaires généraliste et technique, mobilisant l’épigraphie ou l’archéologie, pour une histoire régionalisée des espaces nommément européens ou asiatiques ; ouverture certes, mais ouverture restreinte à certains horizons. Il présente cette chaire à la fois comme une innovation et comme la continuation d’une tradition séculaire, du fait de l’ancienneté des chaires d’hébreu et de langues sémitiques au Collège de France60. Ainsi, les équilibres semblent s’être déplacés de la mobilisation de certains termes « techniques », comme antiquités, archéologie ou épigraphie, vers la représentativité des espaces du globe, alors cantonnée à l’Asie et à l’Europe.

***

  • 61  Dans les congrès orientalistes, les langues africaines arrivent tardivement et sont encore peu rep (...)

19Cette enquête visait à suivre, dans les intitulés de chaires du Collège de France, le cheminement du terme d’archéologie, aujourd’hui, à la fois, méthode, discipline et spécialité. D’emblée, ce parcours inscrit l’observateur du côté de l’« orientalisme », de ces disciplines ayant pour objet des espaces situés au-delà du monde dit classique, gréco-romain. Les chaires usant de ce terme ont toutes alors pour objets des espaces qui s’étendent de l’Égypte, la Mésopotamie à l’Asie. L’Afrique est par contre totalement absente de cet espace archéologique61.

20Dans ce cadre, l’égyptologie apparaît comme un modèle pour les autres disciplines : les intitulés de ses chaires suivent des inflexions épistémologiques, avec le flux et le reflux de la philologie entre 1870 et 1950. L’assyriologie, consœur et concurrente de l’égyptologie, adopte les mêmes modalités discursives dans les intitulés, comme dans les discours pour légitimer le rétablissement d’un enseignement momentanément suspendu. Les grandes lignes dessinées ici ne semblent pas être étrangères aux évolutions que connaissent ces disciplines dans le monde académique et savant, voisin de la rue des Écoles.

Notes

1  2 AP 8, assemblée du 14 novembre 1880, p. 14.

2  Je tiens à remercier tout particulièrement François Lissarrague, Wolf Feuerhahn et Monique Dondin-Payre pour leur relecture attentive de ce texte, Allan Potofsky pour ses conseils, et toute l’équipe de la bibliothèque et des archives du Collège de France, Claire Guttinger en particulier, pour leur accompagnement dans la découverte des archives du Collège.

3  J’utilise ce terme prudemment, au vue des difficultés épistémologiques qu’il pose (Boutier, Passeron et Revel, 2006).

4  A.-L. Millin définit l’archéologie en 1796 comme la « science connue ordinairement sous le nom d’Antiquités », entendue alors comme « l’étude des Antiquités, c’est-à-dire, celle des Monumens antiques et l’étude des anciens usages qui sont venus jusqu’à nous », dans son texte programmatique et introductif à son cours d’archéologie à la Bibliothèque nationale (Millin, 1796, p. 1).

5  Cette augmentation répond à la croissance générale du nombre de chaires au Collège de France : Françoise Waquet rappelle que l’on passe de vingt chaires au xviiie siècle à quarante à la fin du xixe, cinquante-deux en 1963 (Waquet, 2010, p. 102). Pour le nombre de professeurs sur cette même période ; cf. Léridon, 2010.

6  Elles se composent respectivement des dossiers de chaires (14 CDF), des registres des délibérations d’assemblées des professeurs de 1820 à 1960 (2 AP), les procès-verbaux et pièces annexes d’assemblées de professeurs de 1820 à 1960 (4 AP) et des dossiers des professeurs (16 CDF ; jusqu’aux années 1960).

7  Sur ce point, on peut se reporter aux textes de Vivi Perraky et de Sarah Rey dans ce volume.

8  « Le protohistorien voudrait porter aux dernières limites le rendement des méthodes historiques : il part en somme de textes, et, pour leur interprétation, fait jouer à l’archéologie un rôle complémentaire. La Préhistoire, au contraire, est une science naturelle, en connexion étroite avec la géologie. Entre ces deux frontières se déploie le champ propre de la Préhistoire, très vaste et bien défini », cf. 2 AP 13, assemblée du 20 janvier 1929, exposé de M. Le Roy pour la création d’une chaire de préhistoire, p. 131.

9  Avant d’être nommé au Collège, Champollion a été chargé d’un « cours public et gratuit d’archéologie égyptienne » au musée Charles X en tant que conservateur des antiquités égyptiennes (Gran-Aymerich, 1998, p. 77). Éric Gady suppose cependant qu’il n’y donna aucun cours (Gady, 2006, p. 49).

10  A. Moret revient sur cette nomination tardive de Champollion au Collège : « Dès la publication de la Lettre [en 1822] à M. Dacier, les admirateurs de Champollion, Sacy, Victor Cousin, Arago, demandèrent à Louis XVIII, par l’intermédiaire du duc de Blacas, clairvoyant protecteur du génial déchiffreur, la création d’une chaire au Collège de France. […] Toutefois la jeunesse de Champollion, les critiques acerbes de rivaux intéressés et aussi des difficultés budgétaires, empêchèrent la réalisation immédiate du projet » (Moret, 1932, p. 317). De retour d’Égypte, « le 7 mai 1830, l’Académie des inscriptions et belles lettres l’accueille comme membre ordinaire. Survint la révolution de juillet, qui retarda l’autre consécration de son triomphe : la création d’une chaire au Collège de France. Louis-Philippe reprit le projet et, par décret du 12 mars 1831, nomma “M. Champollion Jeune titulaire d’une chaire d’Archéologie” » (ibid., p. 323).

11  Ibid., p. 323.

12  La procédure d’élection au Collège de France implique d’abord la décision de créer une chaire puis l’élection d’un professeur pour l’occuper ; mais, derrière chaque proposition de création de chaire, un candidat est pressenti.

13  2 AP 4, assemblée du 27 novembre 1837, p. 152.

14  14 CDF 28a, lettre du 26 juillet 1836.

15  On peut également lire dans les archives quelques mois plus tard, « on veut un cours d’Archéologie Egyptienne, parce qu’on possède Champollion ; et c’est ce qu’on déclare en le choisissant […]. Messieurs les Professeurs ont pensé que cette latitude dans le choix de l’enseignement par le choix du maître a pour limites nécessaires les limites même de la science aux besoins de laquelle on veut pourvoir. On ne pourrait lui substituer une science essentiellement différente », cf. 14 CDF 28a, lettre du 18 novembre 1837 émanant du ministre de l’Instruction publique Narcisse-Achille de Salvandy.

16  Ibid. Il propose de dédoubler la chaire existante, « soit en réservant à l’Archéologie Egyptienne un cours spécial, dans le cas où un autre enseignement serait indiqué par la présentation de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, soit en instituant une chaire de langue et de littérature coptes, cet indispensable corollaire des travaux de Champollion, si c’était l’Archéologie générale qui dût prévaloir dans la lutte des candidatures », cf. ibid.

17  Les procès-verbaux des assemblées du 9 juillet et du 19 novembre 1837 présentent les autres candidats qui se sont également présentés à la succession : Lenormant, Dujardin, Dulaurier, Lajard, Marcel et Guérard (uniquement pour les antiquités nationales), cf. 2 AP 4, assemblée du 9 juillet 1837, p. 143 et 2 AP 4, assemblée du 19 novembre 1837, p. 146.

18  2 AP 4, assemblée du 27 novembre 1837, p. 152.

19  « L’archéologie égyptienne se lie d’ailleurs pour une foule de points à l’archéologie générale. Dans leur enseignement, MM. Letronne et Lenormant ne manquaient jamais de rattacher à l’exposé de l’histoire de l’Egypte les faits de l’archéologie grecque qui touchent aux rapports des deux pays », cf. 4 AP 132, assemblée du 8 janvier 1860, lettre d’A. Maury du 6 janvier 1860 pour la succession de la chaire de Lenormant, p. 2.

20  Gaston Maspero s’interroge également sur ce point : « Je vous serais obligé si vous vouliez bien examiner pour moi les procès-verbaux de l’assemblée et les autres pièces de nos archives qui ont trait aux élections de MM. Lenormant et Rougé. J’ai entendu dire, il y a bien longtemps de cela, par Maury si je ne me trompe, que l’on avait prononcé le nom de Rougé comme celui d’un concurrent possible de Lenormant en 1849. Y a-t-il quelques traces de cette velléité de candidature dans nos archives et d’autre part, quelles raisons furent données dans l’assemblée à l’appui de la candidature de Lenormant ? De même, après la mort de Lenormant, y eut-il une discussion au sujet du changement apporté au titre de la chaire ? », cf. 16 CDF 283, Maspero Gaston, chaire de philologie et archéologie égyptiennes (1874-1916), recherches sur l’histoire de la chaire de Champollion, et sur la transformation de la chaire de Lenormant pour l’élection de Rougé, 1905.

21  16 CDF 244, Lenormant Charles, lettre de candidature, p. 2.

22  Nommé secrétaire de l’ambassade française en Perse en 1808, Lajard s’intéresse ensuite à l’étude des religions « orientales », au culte de Mithra en particulier (Naudet, 1858, p. 278-279).

23  14 CDF 28a, chaire d’archéologie, candidatures de 1837, lettre de Félix Lajard.

24  14 CDF 10a, chaire d’archéologie asiatique (projet, 1839), mémoire de Félix Lajard, p. 1.

25  14 CDF 10a, chaire d’archéologie asiatique (projet, 1839), lettre du 24 juillet 1839 du ministère de l’Instruction publique à l’administrateur du Collège de France sur le mémoire de Félix Lajard.

26  Avec Raoul-Rochette, le cours est intitulé « Cours d’archéologie » (Raoul-Rochette, 1828).

27  14 CDF 10a, chaire d’archéologie asiatique (projet, 1839), Mémoire de Félix Lajard, p. 9.

28  2 AP 4, assemblée du 17 novembre 1839, p. 170.

29  2 AP 4, assemblée du 15 décembre 1839, p. 172.

30  2 AP 6, assemblée du 8 janvier 1860, rapport à l’Empereur du ministre de l’Instruction publique et des Cultes, p. 25.

31  Ibid.

32  Ce dernier présente son cours ainsi : « Nous consacrerons la première partie de ce cours à vous initier à toutes les règles du déchiffrement des écritures et à la grammaire comparée de la langue égyptienne dans ses diverses époques », cf. 16 CDF art. 374, Rougé Emmanuel, discours prononcé par M. le Vicomte Emmanuel de Rougé à l’ouverture du cours d’archéologie égyptienne au collège de France le 19 avril 1869, extrait du Moniteur universel du 2 mai 1860, Paris, 1860, p. 40.

33  Maspero est pressenti comme candidat dès 1872, mais il est alors fort jeune aux yeux des professeurs de l’époque ; le registre 2 AP 6, assemblée du 11 mai 1873, p. 189-191, conserve le souvenir des débats ayant entouré sa nomination.

34  Dans le récit que G. Maspero fait de l’histoire de l’égyptologie, le passage consacré à E. de Rougé est éloquent : « E. de Rougé était le chef incontesté de l’école en France et dans l’Europe entière […] rentré dans son château de province, il s’était attaqué à l’Egyptien résolument, et seul, sans maître, il en avait repris le déchiffrement au point où Champollion l’avait laissé » (Maspero, 1900, p. 482).

35  Pour une mise en parallèle avec les autres enseignements ayant trait à l’égyptologie, cf. Gady, 2006, p. 51.

36  En 1867, on trouve dans les archives, déjà, le projet de transférer les cours qu’il donnait à la Bibliothèque nationale au Collège de France. Il était question de créer une chaire d’archéologie et épigraphie orientales pour J. Oppert, cf. 2 AP 6, Assemblée du dimanche 10 novembre 1867, p. 108.

37  Quatre candidats se présentent ce qui selon les sources « prouve l’importance de la chaire » (2 AP 11, assemblée 17 décembre 1905, p. 122) : J.-V. Scheil, C. Fossey, F. Thureau-Dangin et J. Halévy. J.-V. Scheil obtient vingt-et-une voix au premier tour et « paraît le plus apte pour chaire d’assyriologie » (2 AP 11, assemblée 17 décembre 1905, p. 124) mais C. Fossey est finalement élu, soutenu par S. Lévi et E. Chavannes. La notice biographique de Scheil mentionne qu’il y eut une cabale contre ce dernier (André-Salvini, 2010).

38  « Par ces deux hommes, nous remontons non seulement au début d’un enseignement mais aussi à la naissance d’une discipline. », cf. 14 CDF 11d, chaire d’Assyriologie, Assemblée du 25 novembre 1951, proposition pour la création d’une chaire d’Assyriologie par M. Émile Benveniste.

39  2 AP 12, Assemblée du 6 avril 1919, p. 265.

40  14 CDF 28c, chaire d’égyptologie (21 décembre 1922 – 22 décembre 1956), note de M. Babelon 1922 sur la Chaire d’égyptologie au collège de France.

41  « Alors que l’Allemagne, bien qu’elle soit loin d’occuper une place dominante dans cette science, compte une chaire d’Egyptologie dans chacune de ses Universités, il est étrange que la France qui compte, parmi ses savants les plus illustres, Champollion et Maspero, ne possède pas une chaire magistrale d’Egyptologie. Il existe un cours (et non une chaire) à Lyon et à Strasbourg. A Paris, l’Ecole des Hautes Etudes ne donne que des enseignements pratiques. Il est donc indispensable de rétablir la chaire d’Egyptologie, d’autant qu’il y a autour de nous des hommes éminents qui dominent le domaine de l’Egyptologie. M. Monceaux tient à ajouter une considération d’ordre pratique. Le recrutement des orientalistes est actuellement très difficile. Par la suppression de la chaire du collège de France, l’Egyptologie a été décapitée, le recrutement des spécialistes s’en est ressentie ; car, en fait le Professeur de cette chaire a toujours été le chef des études égyptiennes en France », cf. 2 AP 12, assemblée du 1er juillet 1922, p. 385.

42  14 CDF 11c, chaire de Philologie et archéologie assyro-babyloniennes, assemblée du 12 janvier 1941, rapport de Pierre Lacau, p. 2. Comme l’a suggéré Françoise Waquet, il serait très intéressant d’évaluer dans quelle mesure les arguments invoqués ici sont interchangeables, avec ceux invoqués dans d’autres contextes disciplinaires.

43  À cette occasion, l’« Assemblée est unanime à souhaiter qu’une chaire d’Assyriologie soit rétablie dès qu’il sera possible », cf. 2 AP 14, assemblée du 12 janvier 1941, p. 207.

44  Le terme est utilisé par Abel Lefranc (Lefranc, 1932, p. 5) et Pierre Lacau en 1941 (14 CDF 11c, chaire de Philologie et archéologie assyro-babyloniennes (17 octobre 1944 – 14 décembre 1951), assemblée du 12 janvier 1941, « Chaire de Philologie et archéologie assyrobabyloniennes », p. 2).

45  16 CDF 334 Pelliot Paul, Autour d’une chaire du Collège de France. Les documents de la mission Pelliot, Paris, 1911 et les coupures de presse issues de L’Action.

46  2 AP 12, assemblée du 17 avril 1910, p. 33-34.

47  Face à elle, les autres propositions étaient une chaire de phonétique expérimentale, le maintien de la chaire actuelle ou sa suppression, cf. 2 AP 12, assemblée du 29 janvier 1911, p. 55-57.

48  16 CDF 163, André Grabar, Archéologie paléochrétienne et byzantine, assemblée des professeurs du 3 février 1946, rapport de M. André Piganiol pour la création d’une chaire d’Archéologie paléochrétienne et byzantine, p. 1.

49  14 CDF 17b, chaire d’Archéologie paléochrétienne et byzantine (18 février 1946 – 10 janvier 1967), assemblée des professeurs du 3 février 1946, rapport sur la création d’une chaire d’Archéologie paléochrétienne et byzantine par M. Louis Robert. De plus, cette transformation s’inscrirait également dans une filiation : « J’ai dit que l’archéologie byzantine prendrait ici sa place. Il est plus juste de dire qu’elle la retrouverait. Cette création reprendrait en effet l’enseignement d’art byzantin qui fut donné ici par M. Millet, et qui a disparu lorsque ce dernier a pris sa retraite peu avant la guerre », cf. Ibid.

50  14 CDF 10d, chaire d’archéologie de l’Asie occidentale, assemblée du 29 novembre 1953, rapport de M. Gaston Wiet pour la création d’une chaire d’archéologie de l’Asie occidentale, p. 1.

51  Après un retour en grâce dans les intitulés, au milieu du xxe siècle.

52  14 CDF 28d, chaire de Philologie et archéologie égyptiennes II, assemblée du 25 novembre 1956, rapport sur la création d’une chaire de Philologie et archéologie égyptiennes par Gaston Wiet, p. 1.

53  Ibid., p. 2.

54  16 CDF 216, René Labat, rapport de M. René Labat pour le maintien de la chaire de Philologie et archéologie égyptienne, C-XII, R. Labat 6A, p. 1.

55  Ibid., p. 3.

56  Ibid.

57  2 AP 10, assemblée du 16 mars 1902, p. 202.

58  De plus, Joseph-Louis Capitan, deuxième chargé de cours nommé en 1909 et médecin de formation, s’est passionné pour l’archéologie, et plus particulièrement la préhistoire. Cette figure concourt à brouiller légèrement les frontières entre les antiquités et l’archéologie.

59  2 AP 12, assemblée du 15 avril 1923, p. 413-414.

60  « […] une chaire, telle que j’ai eu l’honneur de vous proposer, c’est à la fois une innovation et une continuation un hommage à l’actualité et le respect d’une tradition quatre fois séculaire en cette maison », cf. ibid., p. 415. Il me paraît intéressant de rappeler la définition de la tradition telle que la donne Françoise Waquet comme étant « la transmission des maîtres aux disciples le long de la chaîne des temps, ne conduit pas à une simple reproduction ; elle est la voie vers l’invention » (Waquet, 2010, p. 122).

61  Dans les congrès orientalistes, les langues africaines arrivent tardivement et sont encore peu représentées à la fin du xixe siècle (Rabault-Feuerhahn, 2010, p. 56-57).

Table des illustrations

Titre Figure 18. Cartographie des termes et des espaces associés à « archéologie » et « antiquités ».
URL http://books.openedition.org/lesbelleslettres/docannexe/image/165/img-1.png
Fichier image/png, 99k

Auteur

Élise Lehoux est docteur en histoire et professeur certifiée d’histoire-géographie. Sa thèse, soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales, porte sur « La mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie classique : France-Allemagne (1720-1850) ». Ses recherches portent sur l’histoire du livre, de l’archéologie et l’anthropologie des savoirs visuels.
Elle a notamment publié « La Galerie mythologique d’Aubin-Louis Millin : un “produit dérivé” de la culture sur l’Antique du xviiie siècle » dans Cecilia Hurley Griener et Claire Barbillon (dir.), Le Catalogue dans tous ses états. Actes du colloque École du Louvre en partenariat avec l’Institut national d’histoire de l’art 12, 13 et 14 décembre 2012, École du Louvre, Paris, 2015, p. 59-66 ; elle a coordonné, avec Nicolas Siron, « Montrer, démontrer. La validation des informations, des savoirs et des statuts dans l’Antiquité », Cahiers « Mondes anciens », 8, 2016 (en ligne : https://mondesanciens.revues.org/1635).

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search