Version classiqueVersion mobile

La politique des chaires au Collège de France

 | 
Wolf Feuerhahn

Le poids des « Chaires fondamentales »

Resémantiser un intitulé fondateur ?

Les chaires de grec au Collège de France

Vivi Perraky

Texte intégral

Langues bibliques : le « fil rouge » de l’histoire du Collège

  • 1  Sur l’hébreu et le grec avant 1530 : Renan, 2009, passim ; Lefranc, 1893 (chap. I & II).

1Le grec et l’hébreu avaient vainement tenté de faire souche en France, ayant comme adversaire la latinité1 : sauf au Collège de France.

2Par opposition à la faculté, et avec des moyens d’exécution plus qu’insuffisants, les langues fondatrices du Collège sont représentées en mars 1530 par les deux chaires d’Hébreu et les deux chaires de Grec, soit quatre lecteurs royaux titulaires autonomes pour ces deux langues – sans compter ici ni le troisième cours d’hébreu créé à la fin 1531, ni les nombreux « coadjuteurs » et « survivanciers » attachés à ces chaires, à des intervalles plus ou moins suivis.

  • 2  Goethe, 2008, p. 181.

3L’enseignement tant non scolastique qu’ex cathedra des langues bibliques, ou bien d’Aristote, institué dans la perspective humaniste et avec la caution du pouvoir, scelle le caractère à la fois non doctrinal et politiquement protégé du Collège de France, le « fil rouge » de son histoire – si l’on suit la métaphore de Goethe2.

  • 3  Charle, 1994, p. 323 sqq.

4Malgré l’importance des éditions critiques en philologie, dont les premiers supports furent les collations de la Bible, et malgré l’essor du marché de l’imprimé sacré et profane, l’imprimerie grecque et l’imprimerie hébraïque évoluent peu aux xviie et xviiie siècles. Dans cette conjoncture, la double filiation professorale de ces deux langues, vieille de presque trois siècles, s’interrompt au Collège, en 1770 pour l’hébreu, en 1832 pour le grec, non sans conséquences pour le statut futur de ces langues qui ne sont considérées ni comme latines, ni comme « orientales ». Leur avenir sera étroitement lié à l’émergence des études sur les langues et cultures nationales qui domineront la fin du xixe siècle européen3.

Hébreu et grec : chaires supprimées, chaires maintenues

5En effet, en 1770, l’une des chaires d’Hébreu (1530-1770) est transformée en chaire d’Histoire, sur proposition de son propre professeur, l’abbé Garnier, historiographe du roi. Transformée à nouveau en 1780, elle s’intitulera « Histoire et morale », par fusion avec la chaire de Philosophie morale ; ce sera celle des Daunou, Guigniaut, Michelet ; et elle deviendra, en 1892, la chaire de Géographie historique de la France.

6L’une des chaires de Grec (1530-1832), renommée en 1814, à l’intention de François Thurot, « Langue et philosophie grecques », est supprimée à sa mort en 1832, et transformée en chaire de Philosophie grecque et latine, pour devenir en 1905 la chaire d’Histoire et antiquités nationales.

7Ainsi, les deux intitulés « géographie historique de la France » et « histoire et antiquités nationales » dérivent de la métamorphose que les chaires de Grec et d’Hébreu supprimées ont connue à la fin du xixe siècle.

8Quant aux chaires maintenues, celle d’Hébreu, devenue en 1770 une chaire d’Hébreu et syriaque, et en 1857 de langues hébraïque, chaldaïque et syriaque, sera celle d’Ernest Renan (1862-1864 et 1870-1892) ; la chaire de Grec conservée, devenue en 1814 « langue et littérature grecques », transformation adoptée en 1817, sera celle de Jean-François Boissonade (1829-1855) et de Maurice Croiset (1893-1930).

  • 4  Charle, 1986, p. 390-395.

9Le cheminement des quatre chaires associées au corpus textuel grec, une supprimée, une maintenue, et de celles de grec moderne et de philosophie grecque et latine permet de voir comment la pratique du changement de la « destination des crédits devenus disponibles » est réfractée dans la sphère des intitulés – c’est l’objet de cet article. Nous avons travaillé à partir de sources peu ou pas connues, révélatrices de particularismes et d’enjeux4 : correspondance, délibérations des assemblées des professeurs, programmes des cours avec les sujets à traiter, listes des « cours professés » établis ex post, affiches du Collège, pages de l’Almanach royal, national, impérial, (avant la publication du résumé des cours, inaugurée dans l’Annuaire de l’année 1901) – documents qui, dans leur ensemble, forment un corpus tressé autour de la fabrication des intitulés. Ce corpus sera ici abordé à travers son lien étroit avec certains traits biographiques des titulaires, le périmètre de leurs enseignements, et la conjoncture sociopolitique qui a pu marquer les procédures successives menant à la mise en relief des nouvelles articulations, fortuites, sous-jacentes, entre le monde savant et sa représentation politique.

10La visée exemplifiée ici à l’aune du grec est la suivante : il s’agit d’étudier les vecteurs sociaux (professeurs et électeurs) qui ont rendu visible, à travers des intitulés, l’interprétation, normative ou pas, moralisatrice ou non, des écarts socio-morphologiques entre langue ancienne (pureté) et langue moderne (dépravation). L’histoire des intitulés ouvre ainsi une fenêtre sur l’unicité institutionnelle du Collège de France.

Sources, classement et historique

Almanach royal, Almanach national, Almanach impérial : une représentation hégémonique du Collège ?

11L’Almanach, parution annuelle, décrit l’organisation administrative de la France, pendant 220 ans, de 1699 à 1919, une source d’autant plus précieuse qu’elle offre une vue sur le langage de chaque époque.

  • 5  Duvergier, 1845, vol. 44, p. 8 et 734.

12« Ouvrage officiel » créé à la demande de Louis XIV, l’Almanach est relu sous l’Ancien Régime par la chancellerie, agencé sous la Révolution et l’Empire par les administrations sommées de fournir tous les renseignements à l’éditeur ; il fait partie, en 1844 du budget de fonctionnement des ministères5, et est Annuaire officiel à partir de 1872.

  • 6  Bibliographie de la France, 1811-1812, n° 30, 16 avril 1812 : « l’Almanach impérial présenté à S.M (...)
  • 7  Brondel, 2008, p. 25.

13Le succès éditorial de cette édition (premier tirage à 6 000 exemplaires6 sous le Premier Empire) – qui « recense depuis la Révolution jusqu’aux sous-chefs des bureaux et leurs concierges »7 – tient notamment à l’éclairage minutieux fourni sur les hiérarchies administratives sinon opaques :

  • 8  Mercier, 1782, t. IV, p. 10.

Plus d’une belle consulte l’Almanach royal, pour voir si son amant est lieutenant ou brigadier, conseiller ou président […], tout le monde achète cet Almanach pour savoir au juste à quoi s’en tenir, et même Fontenelle disoit que c’étoit le livre qui contenoit le plus de vérités8.

Les cours du Collège paraissent dans l’Almanach pour la première fois en 1711 : deux pages dans un volume de 248 pages. Tout au long du xviiie et au cours des trois premiers quarts du xixe siècle, il y a deux pages sur le Collège, trois pages dans les années 1870 (sur les 1 213), et quatre à partir des années 1880 (volumes d’environ 1 500 pages).

14Quels que soient la période, le régime, l’administrateur, ou l’éditeur de l’ouvrage, le Collège se situe après l’Université et avant les Académies – le corps savant dans son ensemble, bibliothèques comprises, étant placé dans la dernière partie, ou bien à la toute dernière partie de chaque volume à la fin du siècle – où l’Instruction publique passe de la section IV à la section VIII.

15L’intelligibilité que l’Almanach peut procurer sur le Collège est indiquée par la liste des « Noms et demeures de Messieurs les Lecteurs et Professeurs ». L’information sur la répartition géographique de leurs domiciles (non reproduits sur l’Affiche), se joint à celle sur le privilège accordé à sept ou neuf d’entre eux, de pouvoir loger « au Collège ». Par cette mise en relief d’une hiérarchie implicite au sein de l’institution, l’Almanach reflète et diffuse un code et un ordre collégiaux.

16Pendant deux cent quinze ans, de 1711 à 1914, l’Almanach est le support qui, comme pour les autres corporations académiques, fournit une image du Collège disputant à cette institution, le monopole de sa représentation. C’est d’autant plus le cas qu’au xviiie siècle, à l’opposé des Affiches, en latin jusqu’en 1792, l’Almanach paraît dès le départ entièrement en français. En s’adressant à la fois aux lettrés et à un public large, hétérogène, demandeur d’une information provenant de la représentation de l’administration par elle-même, il permet au Collège de France une diffusion circonstanciée de ses spécificités.

Classement des chaires : état des sources imprimées et manuscrites

17Depuis 1711, l’Almanach royal fait précéder les patronymes des professeurs par la préposition qui affecte à leur cours une fonction : « Pour l’hébreu » ; « Pour le grec ».

  • 9  Archives nationales, AN série MM //267, Recueil de pièces et notes formé par le Père Léonard, 1705

18Le « Livre des professeurs du Roi », établi par le Père Léonard9 en 1705, présente un classement par rubriques intitulées différemment : « en hébreu », « en grec », sans que les noms des professeurs de ces deux langues aient quelque marque distinctive selon leur affectation à l’une ou l’autre chaire.

  • 10  Archives du Collège de France (désormais ACDF) 2/3-1, pièce 8, p. 4-5 : Flach, Notice sur les chai (...)

19L’absence d’intitulés spécifiques, et l’état d’indistinction permanente des noms des lecteurs ou professeurs par chaire, étonnante pour nous aujourd’hui, fait que leur généalogie tracée par Martin Billet de Fanières10 (1675-1727), se fait en termes de « Langue grecque I » et « Langue grecque II », modèle adopté par Claude Goujet (1679-1767) dans son « Tableau historique », avec, par règne, la liste des professeurs répartis en Chaire I et Chaire II.

  • 11  15 CDF 300, Jean-François Vauvilliers, dit Vauvilliers fils.

20Ces chaires avaient-elles à l’époque des périmètres épistémiques différents ? À la lumière des sources existantes, y compris épistolaires, rien ne permet de l’affirmer. L’état d’amalgame, nullement frappant à l’époque, se manifeste par exemple dans la lettre du 25 octobre 1789 adressée à l’inspecteur Garnier, au sujet de Vauvilliers fils, en charge de « la chaire de Grec au Collège royal »11, sans obligation aucune de préciser laquelle des deux chaires faisait l’objet de sa réclamation.

21Jacques Flach (1846-1919), dans sa Notice sur les chaires de Grec, propose un nouvel étiquetage des deux chaires sous les titres « Hellénisme A » & « Hellénisme B », qui englobe d’un côté langue et littérature, de l’autre, philosophie grecque et latine.

22Bien évidemment, les dénominations disciplinaires importaient peu à cette époque.

Hiérarchie des savoirs au miroir de l’Almanach

23De 1711 à 1775, l’ordre des intitulés dans cette parution annuelle de la topographie administrative d’État est plus ou moins stable. La page des cours intitulée « Noms et demeures de Messieurs les Lecteurs et Professeurs Royaux » commence toujours non pas par les langues en général (l’arabe et le syriaque sont à la fin), mais par deux langues toujours les mêmes : l’hébreu et le grec. Suivent les mathématiques, la philosophie grecque et latine, la médecine, l’arabe, le droit canon, et à la fin le syriaque. Quand le syriaque – entré au Collège en 1692 – rejoint en 1770, en une seule chaire sous le même professeur, l’enseignement de l’hébreu, le plus ancien de tous, cet enseignement mixte garde toujours la première place et est toujours suivi du grec.

24Mais, comme cela avait déjà été le cas ponctuellement en 1730, 1731 et 1732 (les trois dernières années de l’inspecteur Clément, où l’arabe et le syriaque se sont interposés entre les deux langues fondatrices du Collège), à partir de 1775, l’arabe ainsi que la nouvelle chaire composite de turc et persan tout juste créée viennent s’intercaler entre l’hébreu et le grec. Autrement dit, l’unité – toujours implicite – des langues orientales gagne sur l’unité des langues bibliques, et le grec suivi désormais de l’Éloquence latine se resémantise typographiquement dans la catégorie des langues classiques. Cela aura des effets au long cours.

25En 1714, le « pour » introduit les langues rares et non latines : « pour » l’hébreu et le syriaque ; « pour » l’arabe ; « pour » le turc et le persan ; « pour » le grec. Sur le reste du programme seule la discipline est mentionnée dans l’Almanach, sans qu’elle soit par ailleurs toujours précédée par son article : en effet les titres « Eloquence Latine » ; « Poésie » ; « Eloquence françoise » figurent sans la préposition « pour » et sans article. Dans le domaine des sciences, « Droit et Histoire » compris, la discipline est donnée sans le « pour » mais avec l’article : « la Géométrie » ; « l’Astronomie » ; « la Mécanique » ; « la Physique » ; « la Médecine pratique » ; « la Chimie » ; « l’Anatomie » ; « le Droit Canon » ; « le Droit de la Nature et des Gens » ; « l’Histoire ».

26La résonance symbolique de ces dispositions, la codification implicite de l’image hiérarchisée du Collège, ne révèlent-elles pas, d’une époque à l’autre, les options fédératrices de l’administration du Collège ?

27À partir de 1795 (an IV), la représentation des priorités du Collège est modifiée par la permutation qui s’opère alors entre langues et sciences. Alors qu’au xviiie siècle, les langues précédaient les sciences, c’est l’inverse au siècle suivant ; sans toutefois que ces termes génériques soient jamais énoncés sous la forme d’intertitres ou rubriques. Rien ne marque par exemple le passage de l’« Eloquence françoise » à la « Géométrie » (suivie de l’« Astronomie » et de la « Mécanique »), qui se succèdent sur le programme entre 1775 et 1795.

28À partir de 1795, les « sciences » figurent en tête de liste, en bloc, et à leur suite seulement sont présentées, réunies ensemble, les « langues », suivant le même ordre initialement établi en 1775 : hébreu & syriaque ; langues orientales ; grec ; latin.

29La pérennité de cette succession science/langues – scellée par la transition, sous le Premier Empire, entre le dernier inspecteur, Lalande (astronomie), et le premier administrateur du Collège, Lefèvre-Gineau (physique expérimentale) – serait-elle un indice annonciateur de la mutation profonde d’un Collège de langues en un Collège de sciences, amorcée en 1773, confirmée en 1795, accomplie au xxe siècle ?

Périodiser la permanence

Le caractère implicite des intitulés : une constante ?

30Dans le texte de l’arrêt du 20 juin 1773, la chaire de Philosophie grecque et latine créée en 1547 est supprimée et transformée en chaire d’« Éloquence françoise », en parallèle sans doute avec celle d’« Éloquence latine ».

31La suppression de cette chaire fait l’objet d’une discussion à l’assemblée des professeurs en 1814 :

  • 12  2 AP 3, Registres des délibérations (1780-1823), assemblée des professeurs, 4 décembre 1814.

L’intention du Roi [en 1773] n’avait pas été de supprimer l’enseignement de la philosophie grecque, mais d’en charger l’un des deux professeurs de grec, ce qui a été exécuté par M. Bosquillon12.

  • 13  Sur la place des médecins au Collège royal, voir la contribution de R. Mandressi dans ce volume.

Remarquons qu’il n’y a pas un mot sur la philosophie latine et que l’occasion n’est pas saisie de redéfinir (depuis 1530) l’intitulé de cette chaire – une opportunité qui peut paraître d’autant plus manquée qu’un nouveau titulaire venait d’être nommé « pour le Grec, M. Bosquillon ». Mais le transfert thématique implicite, engagé en 1773 se réalisera quarante ans plus tard, en 1814. En effet, à la mort de Bosquillon, médecin, qui avait exclusivement enseigné Hippocrate au Collège13, l’assemblée des professeurs saisit l’occasion pour préciser l’intitulé de cette chaire qui deviendra désormais « Langue et philosophie grecques », destinée à François Thurot.

32L’attribution, d’un vrai intitulé à la chaire de Grec II à la fin de 1814 a entraîné, à la même date, la dénomination de la chaire de Grec I en « Langue et littérature grecques » (on y reviendra). Ainsi l’ancienne formulation indéfinie « Pour le grec », lisible encore jusqu’en 1816, est remplacée à partir de 1817 par une diversité d’intitulés rendue visible dans l’Almanach :

I) Langue et littérature grecques
M. Gail au Collège de France

II) Langue et philosophie grecques
M. Thurot, rue du Cherche-Midi, n° 34

  • 14  Cf. l’article d’E. Lehoux dans ce volume.

Cette chaire de Philosophie, la chaire de Grec II du Collège de France, sera définitivement supprimée en 1832 quand le choléra emportera son titulaire François Thurot (1814-1832) – comme il emportera Abel Rémusat élu pour le chinois (1814-1832), Léonard de Chézy pour le sanscrit (1814-1832), Jean-Baptiste Say pour l’économie politique (1831-1832) et Champollion (1831-1832) pour l’archéologie égyptienne14. L’épidémie ne dévastait pas seulement les faubourgs de la capitale. La contingence marqua aussi l’histoire de l’institutionnalisation de savoirs nouveaux au Collège de France, dont l’histoire depuis 1814 et 1832 était indissociable des enseignements qui les incarnaient.

À travers les intitulés : une périodisation interne. Critique à J. Flach

  • 15  ACDF, Flach, Notice sur les chaires de Grec, op. cit.

33Il faut ici revenir sur le classement opéré par J. Flach15 à la fin du xixe siècle et à son appréhension des changements opérés en 1814 et 1832. Il considère le passage de l’intitulé général « Grec » à l’intitulé spécifique « Langue et philosophie grecques » (d’une durée de dix-huit ans) comme la fin de la chaire de Grec II.

34Or, la prise en compte comparative des publications et Cours professés des titulaires avant et après 1814 met en relief une autre périodisation des enseignements, qui fixe non pas en 1814, mais en 1832 la fin de cette chaire, au moment où « Langue et philosophie grecques » se transforme en « Philosophie grecque et latine », un intitulé d’une continuité de soixante-treize ans (1832-1905).

  • 16  15 CDF 288, François Thurot ; « Cours professés ».
  • 17  Sur Thurot, voir aussi l’article de J.-L. Chappey et J. Vincent dans ce volume.

35En fait, François Thurot, élu en 1814, reste dans l’héritage philologique de cette chaire : éditer Euripide en 1813, un dialogue de Platon, Gorgias, en 1815, n’est pas original. C’est le terme de « langue » dans l’intitulé, plutôt que celui de « philosophie », qui fédère son enseignement. Lorsqu’en 1827-1828 il propose une « Explication de Platon »16, il reprend un titre courant des Cours du Collège depuis la fin du xviie siècle. Mais l’itinéraire de Thurot illustre le cas où l’identité scientifique du professeur se forge progressivement avec l’intitulé de sa chaire et en 1830, il donnera une Introduction à l’étude de la philosophie, œuvre de référence17.

  • 18  16 CDF 209, Théodore Jouffroy (1796-1842), cofondateur du journal Le Globe. Indisposé dès sa nomin (...)
  • 19  16 CDF 17, Jules Barthélemy Saint-Hilaire ; « Cours professés ».
  • 20  Je remercie W. Feuerhahn pour cette remarque.

36En 1832 la transformation de la « Langue et philosophie grecques » de Thurot en « Philosophie grecque et latine », qui sera en 1837 celle de Barthélemy Saint-Hilaire, traducteur d’Aristote, futur administrateur du Collège de France (1848-1852), est entérinée en termes de « rétablissement du titre »18. Cependant, le nouveau titulaire lui donnera un profil inédit, définissant une tradition méthodologique qui supposait un déplacement radical de l’étude textuelle (Platon) aux notions issues d’une approche transversale des auteurs (« Les systèmes des philosophes grecs antérieurs à Socrate »). Le corpus textuel n’était donc plus le même. La liste de ses « Cours professés »19 témoigne d’une organisation thématique qui inaugure un statut de l’Antiquité inédit au Collège de France : chacun de ses titres (« La science politique dans l’Antiquité » ; « La psychologie dans l’Antiquité ») s’apparente à une catégorie notionnelle ancrée dans un questionnaire faisant de l’Antiquité non pas un objet référentiel en soi, mais le cadre d’investigation d’une notion transhistorique. Cette pratique qui consiste à chercher dans le passé des éléments de réponse à des questions philosophiques générales témoigne surtout d’une nouvelle démarche de l’histoire de la philosophie marquée par le magistère de V. Cousin20. Voilà pourquoi c’est davantage de 1832 que de 1814 que je daterais la fin de la chaire de Grec II.

Permanence des intitulés : l’avantage de la libre détermination du contenu des cours

37La chaire de Philosophie grecque et latine perdura pendant soixante-treize ans. Cette tendance à la permanence des intitulés au Collège de France, liée ou non à la durée d’occupation d’une chaire par un même professeur, se traduit paradoxalement par une libre détermination du contenu des cours.

  • 21  CDF 300, J.-F. Vauvilliers ; « Cours professés ».

38C’est ainsi que sous le même intitulé « Pour le grec », Vauvilliers fils proposait deux cours différents : depuis 1766, il expliquait Pindare, Thucydide, Homère, mais en 1790-1791 son enseignement porta sur les « morceaux choisis de Théocrite, Bion et Moschos »21. Le passage de la langue « pure » de l’Antiquité à la Koinè d’Alexandrie – langue faite de brassages – ponctue et reflète un tournant dans la perception de la formation du langage, invitant à un regard nouveau sur l’histoire moderne des langues de l’Antiquité.

39Dans le cas du grec, la permanence et la faible individualisation des intitulés semblent avoir permis une resémantisation circonstanciée des enseignements. Ainsi l’évolution des travaux particuliers, les inclinations personnelles des professeurs, ou les mœurs politiques trouvèrent-ils des moyens d’expression derrière l’apparence de continuité des traditions.

40L’expérience de la permanence que l’univers des intitulés impose ne vient-elle, par ailleurs, contrebalancer l’expérience de la rupture dont le concept de l’histoire – pour paraphraser Koselleck – est façonné au xixe siècle ?

Intitulés de grec : fenêtre sur les spécificités du Collège de France

Chaire de Grec moderne (1805) : le prompt « changement de destination des crédits »

41Le 23 décembre 1804, une chaire de Grec moderne est créée au Collège de France. Il s’agit d’un des premiers décrets de l’Empire. Le contexte en est d’abord politique. Cette création a lieu peu après la première occupation française des îles ioniennes par Bonaparte (1797-1799) dans le cadre de l’expédition d’Égypte (1798-1801). La population hellénophone de ces vieilles contrées s’était majoritairement enrôlée sous le drapeau français. À cela s’ajoute l’évolution des conventions philologiques, qui, sous l’influence de plus en plus imposante de la perspective historique dans la pratique textuelle, fonde en France une nouvelle forme d’érudition.

  • 22  Archives de l’Institut de France, Registre des délibérations et des assemblées, mémoire lu les 12, (...)

42La création de la nouvelle chaire est destinée à d’Ansse de Villoison (1750-1805), dont la réputation européenne tenait à son édition des scholies alexandrines de l’Iliade (Venise, 1788), cet aperçu de presque toutes les versions commentées d’Homère, un document unique attestant la transformation du grec à travers les siècles. Villoison, dans un de ses Mémoires lus à l’Académie en 1772, avait mis en relief non pas seulement le syntagme « grec moderne », mais également l’énoncé qui, par le titre même de son exposé, le rendait objet d’enquête à part entière : « Recherches critiques sur le grec vulgaire »22. En parlant de l’utilité du grec moderne « pour l’intelligence de l’ancien », étant donné que la langue actuelle « a conservé la racine de certains vieux mots […] et en a retenu la signification », Villoison accorde un statut épistémologique au « langage dont se servent les gens du commun », avec pour conséquence le fait qu’a priori il ne limite pas le signifiant « langue grecque » à la seule chronologie de l’Antiquité.

43Mais cette chaire, sans vecteurs sociaux, sans opérateurs scientifiques, n’était pas soutenue « socialement », sinon par la personnalité charismatique de son professeur, bien impliqué, quant à lui, dans les milieux politiques à la fois sous l’Ancien Régime et sous Napoléon.

  • 23  2 AP 3, Registres des délibérations (1780-1823), Assemblée des professeurs, 20 floréal an 13 (10 m (...)
  • 24  Perraky, 2012, p. 75.

44À la mort précoce de Villoison le 26 avril 1805, à 55 ans, malgré la séance extraordinaire de l’assemblée des professeurs23, le 10 mai 1805, qui désigna, pour le maintien de la chaire, A. Coray (1748-1833), médecin, docteur de la faculté de Montpellier, et malgré l’envergure de ce candidat, le spécialiste d’Hippocrate en France, en Angleterre et dans les pays germaniques (ses émendations sont toujours reproduites dans la Bibliotheca Teubneria), la chaire de Grec moderne fut définitivement supprimée le 13 novembre 1805, Talleyrand ayant affirmé que « la connoissance de ce dialecte offre très peu d’avantages »24. À partir du moment où le statut des langues bibliques n’était plus prédominant au Collège, les chaires des langues non latines furent davantage liées à la politique extérieure de la France au Levant, dans la tradition diplomatique de l’Ancien Régime.

  • 25  L’autonomisation des ces deux grandes langues orientales, le Turc et le Persan, n’a par contre pas (...)

45Ainsi, en 1806 – année où par pragmatisme on remplaça la chaire de Poésie française par celle d’Histoire de la législation en France –, les crédits alloués pour la création de la chaire de Grec moderne furent employés à l’autonomisation des langues turque et persane, qui depuis 1775 subsistaient en une chaire combinée et représentée par un même professeur25.

De l’intitulé conventionnel à une définition circonstanciée (1829) : des pratiques non répertoriées dans l’historiographie du Collège

  • 26  Une erreur s’est glissée dans les Notes de Flach : il situe le nouveau titre « Langue et littératu (...)

46En décembre 1814, l’intitulé « Langue et littérature grecques » fit sortir la chaire de Grec I de l’indétermination. L’opportunité de cette dénomination qui « s’est imposée peu à peu, et ne semble pas avoir fait », dit Flach, « l’objet d’une décision officielle »26 fixe une pratique institutionnelle, non répertoriée dans l’historiographie du Collège. Il faut ajouter à cela qu’en 1817 (Almanach) elle a la particularité supplémentaire d’illustrer le cas (une nouveauté ?) d’une transformation de titre alors que son titulaire reste le même. Ainsi, le cours de J.-B. Gail connaît deux intitulés : « pour le grec » (1792-1816) et « Langue et littérature grecques » (1817-1828). Cette dénomination fut probablement adoptée pour homogénéiser les intitulés des langues non latines sur le programme du Collège en 1814, où l’on venait de créer « Langue et littérature chinoises », et « Langue et littérature sanscrites ».

47Entre 1829 et 1855, c’est Jean François Boissonade (1774-1875) qui devint titulaire de cette chaire. Il était le savant le plus éminent de la nouvelle érudition en France, adepte de la prononciation non-érasmienne du grec, rédacteur régulier au Journal des débats, au Magasin encyclopédique, au Classical Journal, et éditeur d’auteurs appartenant principalement à l’Antiquité tardive et byzantine, dont Michel Psellos, Jean Tzétzès et Philostrate. Il est connu, comme Émile Egger, son successeur à la Sorbonne, pour ses textes sur la « littérature des Grecs modernes », attestant la vitalité des langues parlées, support d’une réflexion sur les phénomènes liés à l’histoire organique de « cette étrange intelligence de la langue qui fait acte de la production collective du temps », selon la position de la commission du Dictionnaire de l’Académie même, dans son édition princeps de 1740.

48Les positions de Boissonade (sa démarche historique comme son insistance sur la longue formation des vernaculaires) ne transparaissent toutefois ni dans les intitulés, ni dans les « Programmes des cours », ni dans la liste des « Cours professés » établis ex post.

49Les pratiques savantes des professeurs, leur filiation académique, leur identité scientifique d’auteur, de chercheur, d’épistolographe ou d’éditeur, certainement transmises dans le vif de l’enseignement, sont-elles traduisibles dans l’acte de fabrication des intitulés ? Toute démarche scientifique, opération éminemment subjective, est-elle entièrement énonçable ? Dicible sous la forme d’un intitulé ?

50En filigrane, malgré des discontinuités et des défaillances, la filiation savante entre Villoison et Boissonade forme-t-elle une « école » ? Une école qui interrogerait les sphères de l’Antiquité à partir d’un diagnostic contemporain, qui inverserait la question sur « l’état présent des civilisations anciennes » qui fut rémanente tout au long du xixe siècle et que l’on pourrait formuler comme celle portant sur « l’état ancien des civilisations présentes » ?

51Il est en tout cas significatif que dans le tout premier paragraphe de sa première Leçon inaugurale du cours de grammaire comparée au Collège de France, en 1864, Michel Bréal (1832-1915), considéré de nos jours comme le père de la sémiotique moderne, cofondateur de l’EPHE en 1868, ait agi de la sorte en louant « Villoison et son école ».

Langue et littérature grecques dans l’orbite de la grammaire comparée (1893) : un apax

52Plaidant du haut de son autorité pour une grammaire revisitée du grec moderne nécessaire aux avancées linguistiques, Bréal, en octobre 1892, à l’occasion de la retraite de J.-P. Rossignol (1803-1893), successeur de Boissonade, tente d’introduire une réforme : transformer la signification de l’intitulé « Langue et littérature grecques » par la réinterprétation chronologique de son objet. Bréal s’appuie sur le fait qu’« aucune charte depuis François Ier » n’a jamais stipulé si, pour la chaire de Grec, il s’agissait d’enseigner des auteurs anciens, alexandrins, byzantins, ou modernes.

  • 27  Garnier, 1789. Depuis le xvie siècle, « le collège royal doit être regardé comme le supplément et (...)
  • 28  Se reporter aux deux textes de W. Feuerhahn dans ce volume.

53Revendiquant les avancées de la Grammaire historique, Bréal, mettait en cause la longue tradition du Collège et le poids symbolique des chaires fondatrices. Il souhaitait que « Langue et littérature grecques » dans l’intitulé ne soient plus interprétées comme classiques, « comme à la Sorbonne »27, mais postclassiques, un enseignement qui, n’existant pas à la Faculté, autoriserait à plus forte raison son inscription au Collège de France puisqu’il satisferait à la définition de l’établissement forgée par Renan28.

  • 29  Surprenant, 2012.
  • 30  André Stanguennec, 2015, p. 252. Nous remercions M. Luc Courtaux, Conservateur des bibliothèques, (...)

54On est alors à la fin de l’administration Renan29, qui dès 1870 mettait en garde David Strauss (1808-1874) sur le danger « de guerres d’extermination, par des partisans obsédés par l’illusion d’une race pure », reprochant précisément à Strauss « d’avoir mis la “philologie comparée” au service d’une politique de la race entendue au sens zoologique, en trahissant l’autonomie de cette discipline »30.

  • 31  Meillet (1932), p. 283.

55Dès 1867, Bréal avait refusé de suivre les savants allemands dans la voie qu’ils avaient empruntée à la suite d’August Schleicher (1821-1868)31, qui conduisait à soutenir la possibilité de reconstituer la langue supposée matricielle et avait même rédigé lui-même une fable en « proto-indo-européen original ». Il faut également rappeler le refus officiel de la Société de linguistique de Paris – Bulletin annuel n° 1(1869) – présidée par Bréal de recevoir tout mémoire concernant l’origine des langues.

56En 1893, la réforme de Bréal met en relief la ligne de fracture entre d’un côté, le prédicat de pureté et d’immutabilité, attribuable encore à une langue comme le grec, qui participait cependant par sa vie, comme l’hébreu, aux deux temporalités, ancienne et moderne, sacrée et profane ; de l’autre, le nouveau paradigme, où les langues parlées cessaient d’être réduites à des déviations impures des langues anciennes, et devenaient ainsi des objets légitimes.

Grec ancien / grec moderne : antagonisme des intitulés après l’administration Renan

Une tentative de réinterprétation d’un intitulé fondateur : la dernière chance

  • 32  Perraky, 2017.

57Michel Bréal propose la candidature de Jean Psichari (1854-1829). Enfant de la diaspora marchande hellénophone, né à Odessa, brillant étudiant à la Faculté des lettres de Paris, disciple d’Émile Egger, membre de la Société de linguistique de Paris, sa véritable école, est maître de conférences depuis 1885 (directeur d’études en 1896) à la IVe section de l’EPHE. Correspondant de grandes personnalités du monde politico-académique, de Krumbacher à Zola, Psichari sera dreyfusard passionné dès la première heure, secrétaire et puis vice-président de la Ligue des droits de l’homme (1898-1914). Auteur de nombreux travaux parus dans les éditions philologiques les plus prestigieuses, Psichari faisait sienne une méthode – consignée dans les Annuaires de l’EPHE32 – dans le sillage de Bréal et qui consistait à retracer l’histoire d’un mot à travers ses transformations, depuis Homère jusqu’aux écrivains byzantins et aux Chants populaires de la Grèce moderne (traduits en français par Claude Fauriel en 1824).

  • 33  Perraky, id.

58C’est sur l’insistance personnelle d’Ernest Renan33, auteur d’un mémoire sur l’histoire de la langue grecque (1848), que dès 1883 le jeune Psichari va s’investir non pas dans le domaine des langues romanes animé par Gaston Paris, son premier maître, mais dans le grec moderne, en vue de la reconnaissance officielle et de l’avenir littéraire de la langue maternelle des Grecs.

  • 34  Compagnon, Corvol et al., 2015, p. 42.

59Psichari cherche à convaincre Gaston Paris, son « maître vénéré », du bien-fondé de la réforme Bréal, et ceci dans une période qui précède la refonte réglementaire de mai 1911 sur la procédure électorale au Collège34.

60Gaston Paris, de son côté, tenait à soutenir des candidatures conformes à la désignation conventionnelle de la chaire. Psichari lui répondit :

  • 35  BnF/Ms Naf 24454 (f. 45rv), Lettre de Psichari à G. Paris, le 5 novembre 1892.

Le grec postérieur au ve siècle est toujours du grec. Tout l’hellénisme n’est pas au caractère que vous attribuez à cette chaire de Grec. Une part nous en revient – et je voudrais la défendre35.

Gaston Paris (1839-1903) n’était nullement versé dans la fascination néoclassique ; toute sa vie il a travaillé sur les langues issues du latin vernaculaire. Mais ce régénérateur des langues romanes, fondateur avec Paul Meyer de la Revue critique d’histoire et de littérature (1866), professeur à la Sorbonne, à l’EPHE et au Collège de France depuis vingt ans (1872) où il avait succédé à son père, était alors en campagne pour le poste d’administrateur du Collège laissé vacant par Renan.

61Battu par Gaston Boissier (1823-1909) – l’auteur de Cicéron et ses amis, son confrère à l’EPHE et professeur d’histoire et littérature latines du Collège – lors de l’assemblée du 13 novembre 1892 (la lettre citée de Psichari date du 5 de ce mois), Gaston Paris brigue aussi le poste de délégué au Conseil supérieur de l’Instruction publique, qu’il obtiendra à l’assemblée du 8 décembre 1892 (19 voix sur 25) en remplacement de Renan.

62Mais Gaston Paris ne cessera de convoiter la place d’administrateur, qu’il obtint dès mai 1895, après que Boissier eut préféré quitter ses fonctions au Collège de France pour celles de secrétaire perpétuel de l’Académie française.

63Devant de telles échéances, Gaston Paris ne prit pas le risque de s’impliquer en personne dans les aléas innovants de cette chaire de Grec, même si elle était soutenue par le très influent Bréal.

64Michel Bréal avait pensé à la cooptation de Psichari suivant une procédure qui devait conduire de façon différée à son élection future.

  • 36  BnF/Ms Naf 24454 (f. 42v-43), Lettre de Psichari à G. Paris, le 2 octobre 1892. « J’aimais beaucou (...)
  • 37  BnF/Mf 3255 (f. 126), lettre de Psichari à É. Zola, le 24 juin 1893.

65Mais Psichari se trouvait à ce moment pris dans un deuil infini après la mort de Renan, son beau-père, ce père tant aimé36 : « obsèques de papa », notera-t-il dans son Journal. Sa lettre à Émile Zola37 donne la tonalité globale de ce transfert sur la personnalité de l’auteur de l’Histoire des origines du christianisme.

66Psichari, âgé de 38 ans, s’insurgea contre la « combinaison » destinée à sa propre cooptation, une objection qu’il tint à communiquer à Gaston Paris. Cette lettre, un point de perspective entre biographie et institution, est un témoignage précieux de la vie interne du Collège à la fin du xixe siècle :

  • 38  BnF/Ms Naf 24454 (f. 46rv), Lettre de Psichari à G. Paris, le 23 janvier 1893.

Mon cher maître,
James Darmesteter que je viens de rencontrer, me parle comme d’une affaire convenue entre orientalistes de la combinaison de M. Bréal ; […] je serais le second chargé de cours avec la moitié du traitement, sûr, une fois dans la place, d’y entrer plus tard tout à fait. C’est ce que m’avait déjà dit M. Bréal.
Je voudrais dès à présent, qu’il n’y eût pas de malentendu à cet égard. Cette combinaison me paraît contraire au règlement. Pour ma part je m’y oppose, pour une question de principe et pour une question de personne. Le chargé de cours n’est pas présenté par le Collège, et comme il s’agirait ici d’un titre nouveau, il faudrait absolument que le Collège pût exercer son droit de présentation, ce qui est impossible. Je sais que mon beau-père tenait essentiellement à ce principe. La raison personnelle est de pure dignité. Je ne trouve pas convenable que le gendre de Renan se faufile ainsi, en ayant l’air de se dérober, dans la maison longtemps administrée par son beau-père. Je suis très catégorique sur ce chapitre. Je n’ignore pas que je supprime par là ma dernière chance38.

C’était en effet la dernière chance pour Psichari. Et c’était manifestement aussi la dernière chance pour le grec moderne.

D’un intitulé fondateur à un intitulé réactualisé : l’impossible « conversion »

  • 39  4 AP 278 (f. 165), assemblée du 12 mars 1893.
  • 40  Compagnon, Corvol et al., p. 41.
  • 41  4 AP 279, assemblée du 7 mai 1893. Et ACDF 2/3-1, Notes relatives aux chaires réunies par Jacques (...)

67Toujours est-il que l’assemblée du 12 mars 1893, « pour connaître les considérations scientifiques qui peuvent justifier le maintien ou la transformation du titre »39 suivant le règlement de février 187340, permit à Bréal de proposer « la conversion » de ladite chaire en chaire de Langue et littérature grecques byzantines et médiévales. Elle fut présentée en bonne et due forme lors de l’assemblée du 7 mai 189341. Cependant, qui dit modification d’un intitulé dit changement de destination d’une chaire.

68L’enjeu autour des chaires d’hébreu, de grec et de chinois, toutes les trois déclarées vacantes la même année 1893, n’était sans doute pas sans laisser l’assemblée des professeurs devant une même difficulté : comment traiter de ces langues non latines qui, en usage dans l’Antiquité, le sont toujours aujourd’hui ?

69Nous ignorons ce qui ressort « des observations faites dans l’échange entre Lévêque, Bertrand, Bréal, Berthelot et Gaston Paris ». Les arguments ne nous sont pas parvenus. Sauf celui du président Foucart, élu professeur d’épigraphie et d’antiquités grecques I en 1877, qui plaida pour le maintien du titre.

70On procéda au vote : 24 voix, sur les 33 présents, se prononcèrent pour le maintien du titre de la chaire de langue et de littérature grecques ; et 9 voix pour la « conversion » de la chaire en langue et littérature grecques byzantines et médiévales, selon la proposition faite par Bréal. En conséquence, le titre de la chaire de grec, porteur des valeurs d’un intitulé fondateur, ne changea pas.

71Le « moderne » était-il encore perçu comme une catégorie concurrente de l’« ancien » ?

72Ce scrutin offre en l’occurrence un rare aperçu chiffré sur le rapport de force entre les deux traditions contrastées. Mais la question de savoir qui furent ces 9 électeurs qui votèrent pour la conversion de la chaire reste entière. En tout cas, en 1892-1893, il ne fut pas possible de dissocier le signifiant neutre « grec » de celui archétypal « ancien ».

73Les circonstances ne s’y prêtaient pas. Le climat socio-politique laissait peu de marge, de fait, à de nouvelles autodéfinitions. La mise en liquidation judiciaire de la Compagnie du canal de Panama, financièrement néfaste pour les souscripteurs, a notamment laissé apparaître, pour la première fois, le mécanisme d’interconnexion entre le monde de la finance et le monde politique. En effet, les sollicitations adressées à Gaston Paris au sujet de la destination de la chaire de grec coïncident exactement avec le pic médiatique de l’affaire du canal de Panama (19 novembre 1892), une affaire qui déstabilisa momentanément la classe politique tout entière – du journaliste au sénateur – et eut des répercussions sur l’image de l’État.

74Le mal plane sur la ville. Et il peut revêtir des formes multiples, inaccoutumées, imprévisibles. À des moments de telle tension inopportune, tout changement qui éloigne de la doxa est mal venu. Le climat de l’année 1893 – année par ailleurs de la première faillite de l’État grec – ne se prêtait pas, trois ans avant la réforme universitaire de 1896, au passage d’une définition disciplinaire à une autre. De tels moments sont peu propices, il est vrai, à ce qui serait une relecture de l’état présent des équilibres apparentés aux fonctions du sacré – telle la pureté supposée du grec, corollaire de son immuabilité et associée si intimement au mythe fondateur du Collège de France.

Au-delà des lignes de clivage : pratiques autorégulatrices au Collège de France

75« Les présentations faites à l’assemblée » le 7 mai 1893 aboutirent à l’élection et le 30 juin à la nomination de Maurice Croiset (1846-1935), le candidat de Gaston Paris. Ses travaux imposants avaient débuté avec une thèse sur l’éloquence chez Démosthène (1874), et se concluraient par un ouvrage traitant de La Civilisation de la Grèce antique (1932).

76Psichari émit un diagnostic sévère à propos de ce choix :

  • 42  BnF/Ms Naf 24454 (f. 50-51), Lettre de Psichari le 23 janvier 1893.

Voilà l’enseignement du grec stérilisé pour vingt-cinq ans, et du même coup complétement immolée l’indépendance du Collège, doublure de la Faculté. Pour le Chinois, la situation, n’est guère meilleure42.

  • 43  16 CDF 87, Maurice Croiset, « Cours professés ».

À ceci près, et c’est de première importance : Croiset s’était trouvé obligé de faire acte de compromis entre tendances et filiations (allégeance aux 9 voix prononcées en faveur de la langue moderne ?) – signe de l’esprit autorégulateur du Collège, le ressort de sa collégialité : pendant les trois premières années de son professorat, Maurice Croiset va expliquer non pas les auteurs classiques, mais ceux de la période postclassique (« Les écrivains grecs contemporains d’Auguste »)43.

77Ces trois années révolues, les cours de Croiset porteront exclusivement sur l’Antiquité. Mais une grande partie de ses cycles thématiques infléchissent les frontières de l’intitulé « Langues et littératures » et marquent le passage vers une approche de recherche historique (« Les sources de la formation de l’Odyssée ») qui contraste amplement avec la tradition professorale de cette chaire en principe littéraire.

78Tous ses prédécesseurs – Boivin, Vatry, Vauvilliers, Vauvilliers fils, Gail, Boissonade, Rossignol – avaient enseigné les classiques dans le texte, avec, en premier lieu les tragiques, puis Aristophane, en deuxième lieu Homère et à un degré moindre Thucydide. Par rapport au xviiie et xixe siècles, où la liste de Cours professés au Collège était étonnamment homogène (à l’exception de Vauvilliers fils en 1790-1791), Croiset transforme radicalement les choses sans que cela transparaisse toutefois dans l’intitulé de sa chaire.

79Signe également des usages autorégulateurs du Collège, les termes dans lesquels Maurice Croiset, administrateur, fera en 1930 le point sur le grec moderne en déposant à l’Académie le beau volume de 1 337 pages chez les Belles Lettres, regroupant les contributions principales de Jean Psichari :

  • 44  53 CDF 1/16, Fonds Croiset, « Présentation d’ouvrage ». Nous devons ce document surprenant à la de (...)

Il a eu le mérite de comprendre, un des premiers, que cette langue est une langue vraiment moderne, issue du grec ancien à travers le moyen âge byzantin, par son évolution régulière, comme le français44.

Le récit sur le grec rejoint les phénomènes liés à l’histoire organique des langues. Par ces mots d’un administrateur du Collège de France à l’Académie des inscriptions, un cap semble franchi.

***

  • 45  4 AP 488, assemblée du 18 décembre 1838, épigraphie et antiquités grecques II (1939-1974). 4 AP 45 (...)

80Quand le successeur de Croiset, Émile Bourguet, auteur de L’Administration financière du Sanctuaire pythique (1905), se retire en 1938, le crédit de la chaire de Langue et littérature grecques, « devenu disponible », sera affecté – avec 25 voix pour, et 10 voix contre45 – à la mise en place d’une chaire d’Épigraphie et antiquités grecques II (1939-1974), ce qui, en réaffirmant le pouvoir de la textualité ancienne sur toute velléité d’ouverture au corpus littéraire moderne, témoignera une fois de plus de la prépondérance de la première sur le second, et marquera la fin d’une histoire de quatre cent huit ans de la chaire de Grec I du Collège de France, créée en 1530, supprimée en 1938.

  • 46  Jacob, 2014.

81Un point pour conclure le texte qui s’achève provisoirement ici : si l’histoire des langues démunies de contexte étatique, tels le grec ou l’hébreu, est l’histoire de leur enseignement « en Occident », ces langues ont connu, par le biais de leur incorporation au Collège de France, une forte existence impliquant des lieux de savoir46 déterminés dans un temps académique institutionnellement établi. Mais le prisme à travers lequel ces langues ont été instituées dans ce haut lieu académique leur a donné un statut bien particulier. Dans le cas du grec, l’importance attribuée à la norme antique a fortement façonné son histoire, et le choix de destination des chaires.

82Le Collège de France, par son histoire des chaires de Grec, offre un terrain particulièrement propice au repérage des lentes mutations des normes académiques.

Notes

1  Sur l’hébreu et le grec avant 1530 : Renan, 2009, passim ; Lefranc, 1893 (chap. I & II).

2  Goethe, 2008, p. 181.

3  Charle, 1994, p. 323 sqq.

4  Charle, 1986, p. 390-395.

5  Duvergier, 1845, vol. 44, p. 8 et 734.

6  Bibliographie de la France, 1811-1812, n° 30, 16 avril 1812 : « l’Almanach impérial présenté à S.M. l’Empereur […] tiré à 6000 exemplaires », p. 328.

7  Brondel, 2008, p. 25.

8  Mercier, 1782, t. IV, p. 10.

9  Archives nationales, AN série MM //267, Recueil de pièces et notes formé par le Père Léonard, 1705.

10  Archives du Collège de France (désormais ACDF) 2/3-1, pièce 8, p. 4-5 : Flach, Notice sur les chaires de Grec.

11  15 CDF 300, Jean-François Vauvilliers, dit Vauvilliers fils.

12  2 AP 3, Registres des délibérations (1780-1823), assemblée des professeurs, 4 décembre 1814.

13  Sur la place des médecins au Collège royal, voir la contribution de R. Mandressi dans ce volume.

14  Cf. l’article d’E. Lehoux dans ce volume.

15  ACDF, Flach, Notice sur les chaires de Grec, op. cit.

16  15 CDF 288, François Thurot ; « Cours professés ».

17  Sur Thurot, voir aussi l’article de J.-L. Chappey et J. Vincent dans ce volume.

18  16 CDF 209, Théodore Jouffroy (1796-1842), cofondateur du journal Le Globe. Indisposé dès sa nomination en 1832, il ne fera cours qu’à la fin de la dernière année (1837). Sur Barthélémy Saint-Hilaire, voir aussi l’article de J.-L. Chappey et J. Vincent dans ce volume.

19  16 CDF 17, Jules Barthélemy Saint-Hilaire ; « Cours professés ».

20  Je remercie W. Feuerhahn pour cette remarque.

21  CDF 300, J.-F. Vauvilliers ; « Cours professés ».

22  Archives de l’Institut de France, Registre des délibérations et des assemblées, mémoire lu les 12, 19, 22 mai 1772.

23  2 AP 3, Registres des délibérations (1780-1823), Assemblée des professeurs, 20 floréal an 13 (10 mai 1805).

24  Perraky, 2012, p. 75.

25  L’autonomisation des ces deux grandes langues orientales, le Turc et le Persan, n’a par contre pas occasionné une reprécision de leu intitulé.

26  Une erreur s’est glissée dans les Notes de Flach : il situe le nouveau titre « Langue et littérature grecques » lors de la nomination de Boissonade en 1829, alors que ce même intitulé figure déjà dans l’Almanach depuis 1817, pour le cours de son prédécesseur, J.-B. Gail.

27  Garnier, 1789. Depuis le xvie siècle, « le collège royal doit être regardé comme le supplément et le complément de l’enseignement public », p. 4.

28  Se reporter aux deux textes de W. Feuerhahn dans ce volume.

29  Surprenant, 2012.

30  André Stanguennec, 2015, p. 252. Nous remercions M. Luc Courtaux, Conservateur des bibliothèques, chargé de collection en philosophie à la bibliothèque de la Sorbonne, de nous avoir indiqué l’importance de cette nouvelle parution.

31  Meillet (1932), p. 283.

32  Perraky, 2017.

33  Perraky, id.

34  Compagnon, Corvol et al., 2015, p. 42.

35  BnF/Ms Naf 24454 (f. 45rv), Lettre de Psichari à G. Paris, le 5 novembre 1892.

36  BnF/Ms Naf 24454 (f. 42v-43), Lettre de Psichari à G. Paris, le 2 octobre 1892. « J’aimais beaucoup mon beau-père. J’ai la consolation de lui avoir été de quelque utilité pendant ses derniers jours. […] Il repose en paix maintenant et son œuvre est faite ».

37  BnF/Mf 3255 (f. 126), lettre de Psichari à É. Zola, le 24 juin 1893.

38  BnF/Ms Naf 24454 (f. 46rv), Lettre de Psichari à G. Paris, le 23 janvier 1893.

39  4 AP 278 (f. 165), assemblée du 12 mars 1893.

40  Compagnon, Corvol et al., p. 41.

41  4 AP 279, assemblée du 7 mai 1893. Et ACDF 2/3-1, Notes relatives aux chaires réunies par Jacques Flach, le 7 mai 1893, fiche n° 41.

42  BnF/Ms Naf 24454 (f. 50-51), Lettre de Psichari le 23 janvier 1893.

43  16 CDF 87, Maurice Croiset, « Cours professés ».

44  53 CDF 1/16, Fonds Croiset, « Présentation d’ouvrage ». Nous devons ce document surprenant à la dextérité de M. Roman Le Guen, bibliothécaire à la bibliothèque du Collège de France. Nous tenons ici à le remercier.

45  4 AP 488, assemblée du 18 décembre 1838, épigraphie et antiquités grecques II (1939-1974). 4 AP 457, assemblée du 8 janvier 1933, épigraphie et antiquités grecques I (1877-1933). La chaire de Foucart est transformée en chaire d’histoire des religions ; assemblée du 8 janvier 1933. Nous remercions pour cette précision M. Christophe Labaune, archiviste au service public des Archives du Collège de France.

46  Jacob, 2014.

Auteur

Vivi Perraky, chercheur à la FMSH, membre associée d’ANHIMA (Paris). Ses recherches, au croisement de l’History of Scholarship et de l’histoire économique, portent sur les tentatives d’institutionnalisation du grec (xviiie-xixe siècles) révélatrices d’enjeux normatifs centraux du monde académique européen. A notamment publié : « L’histoire britannique de Coray : une histoire des manuscrits (1789-1803) », in P. Kitromilides (éd.), Korais and the Enlightenment, Voltaire Foundation, Oxford, SVEC, 2012, p. 36-90 ; « Psichari à la SLP et à l’EPHE : le grec moderne dans l’orbite de Bréal (1885-1928) », in C. Trautmann-Waller (dir.), Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945), H. Champion, 2017.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search