Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique des chaires au Collège de France

 | 
Wolf Feuerhahn

Idéaux et pratiques de la transformation des intitulés

Soutenir une proposition de chaire au Collège de France (1900-1949)

Jeu institutionnel et discours délibératif

Françoise Waquet

Texte intégral

1Commençons par un rappel de l’article 15 du règlement de 1911 régissant le recrutement des professeurs.

Lorsque les crédits affectés à l’un des enseignements du Collège de France deviennent libres par suite du décès, de la retraite, démission, du professeur qui en était chargé, ou pour toute autre cause, l’assemblée est convoquée dans un délai minimum d’un mois pour examiner à quel enseignement et à quel ordre de recherches il conviendrait de les affecter.
Les propositions de l’assemblée sont transmises, avec le procès-verbal de la discussion, au ministre, qui statue par un arrêté sur l’affectation des crédits.
Un délai d’un mois, à partir de la publication de cet arrêté, est accordé aux candidats pour adresser à l’administrateur leur déclaration de candidature et l’exposé de leurs titres.
Ce délai écoulé, l’assemblée, après avoir pris connaissance des diverses candidatures et les avoir examinées et discutées, présente au ministre deux candidats, par un vote au scrutin secret et à la majorité absolue des membres présents, les deux tiers des professeurs titulaires étant présents […].

  • 1  Soit les procès-verbaux et les registres de délibération des assemblées de professeurs. Quinze de (...)

On arrêtera là la citation, où s’achève le rôle de l’assemblée des professeurs. On en restera au premier temps, à l’affectation du crédit devenu libre. La délibération se fait sur la base d’exposés présentés par des professeurs soutenant les propositions. Ce sont ces documents qui sont au cœur de cet article, soit pour 1921-1949 quelque 120 rapports qui se trouvent en série assez continue dans deux fonds d’archives du Collège de France1 et, pour les années antérieures, les résumés plus ou moins détaillés que l’on peut lire dans les procès-verbaux des assemblées. Les dates 1900-1949 ont été choisies afin de comparer les pratiques avant et après le règlement de 1911 et de voir sur près de quarante ans ce que fut l’application d’un texte.

2Ces rapports ont été utilisés pour raconter des succès (ou des échecs) et pour saisir l’évolution des savoirs. Ici, l’approche biographique n’intéresse pas et les agendas de l’histoire intellectuelle sont sans objet. Ce qui importe, ce sont les textes mêmes, des documents générés en vue d’un moment institutionnel précis. La démarche s’inscrit dans une exploration de la littérature administrative, un domaine déshérité pour le monde du haut enseignement et de la recherche où le concret de la pratique a bien moins retenu l’attention que la lettre des règlements. Comment délibère-t-on en assemblée ? Sur quelles bases se construit un exposé ? Quels arguments mobilise-t-on ? L’étude de temps long qui gomme les idiosyncrasies permet de centrer le propos sur l’économie d’un genre. C’est là l’objet de notre contribution. Elle portera aussi, chemin faisant, à établir des points d’une histoire institutionnelle du Collège de France qui, pour la première moitié du xxe siècle, est à écrire.

L’homme préexiste à la chaire

  • 2  Croiset, 1911, p. 875.

3Le règlement de 1911 a remplacé celui qui était en vigueur depuis 1873. Il a conservé les deux temps de la procédure, mais a introduit une modification notable dans l’étape initiale. Auparavant, l’assemblée avait à se prononcer « sur les considérations scientifiques qui peuvent justifier le maintien du titre de la chaire ou nécessiter sa transformation » (art. 16). Désormais, les crédits sont « libres ». Le préambule du décret de 1911 soulignait que la façon ancienne de procéder « impliquait que, sauf avis contraire, les chaires ont un caractère permanent au Collège de France, et créait un préjugé favorable à leur maintien ». Cela contrastait avec la nature même de l’institution qui n’était pas une université avec « des chaires déterminées » ; ici, aucune chaire n’était « indispensable » ; le Collège était « basty en hommes » se distinguant « par leur valeur personnelle, par l’originalité de leurs recherches ». D’où la conclusion : « à l’avenir la question du maintien ou de la transformation des chaires ne devra pas même être posée. L’assemblée examinera en pleine liberté à quel enseignement devraient être affectés les crédits disponibles, à quel savant elle fera appel ». Cette « pleine liberté » répondait aussi à la crainte que les professeurs avaient eue que la transformation ne passât pour une création amenant le ministre à nommer sans consulter leur assemblée ; une telle crainte avait freiné les transformations avant 19112.

  • 3  « […] les chaires doivent être perpétuelles et non éphémères », disait Jullian (4 AP, 370, 17 avri (...)
  • 4  Pour Renan, les titres des chaires « devraient être, pour la plupart, mobiles » (Renan, 1868, p. 1 (...)
  • 5  Voir Croiset, 1911, p. 876 et, pour des exemples, 2 AP 11, p. 60-61, 8 mai 1904 ; 4 AP, 357, 26 ja (...)
  • 6  Renan, 1868, p. 106.

4Par le passé, la pratique avait oscillé entre deux principes, la perpétuité des chaires3 et leur mobilité4. Le nombre quasiment fixe des chaires n’était pas sans conditionner le système : l’introduction d’un nouveau savoir passait nécessairement par une suppression, volontiers considérée comme un « sacrifice » à réparer ou, pour le moins, comme créant « une lacune » à combler5. La mobilité était encore freinée par le caractère permanent reconnu à « un certain nombre » de chaires (indéfinies) qui, selon Renan, « ont toujours leur raison d’être car elles représentent les grandes divisions scientifiques où le travail se continue de siècle en siècle »6.

  • 7  La durée moyenne d’occupation de la chaire est de 20-25 ans pour la période allant jusqu’en 1930 ( (...)

5Avec le règlement de 1911, le crédit est désormais « libre », et tout titre de chaire est une création, mot qui figure bien dans les procès-verbaux. On ne continua pas moins de parler de maintien et de transformation. Des habitudes avaient été prises : elles demeurèrent chez des hommes qui, pour certains, étaient en fonction depuis de nombreuses années ; elles perdurèrent dans une assemblée qui ne se renouvelait que très progressivement7.

  • 8  2 AP 12, p. 135.
  • 9  2 AP 14, p. 426-427.

6Maintien et transformation – et le premier terme plus que le second – se trouvent fréquemment. Le 12 mai 1912, le vote qui conclut la délibération sur un crédit vacant se fit en ces termes : « Pour le maintien d’un enseignement de mathématiques pures […] – Contre ». On était, il est vrai, au lendemain de l’entrée en vigueur du règlement8. Allons au 28 novembre 1948. Deux propositions étaient inscrites à l’ordre du jour. L’une tendait « au maintien » du titre de l’ancienne chaire, l’autre « à la création » d’une chaire de Langue et littérature allemandes. La première l’emporta, et le procès-verbal indique : « En conséquence, l’on demandera au Ministre le maintien de la chaire de Langues et littératures d’origine germanique9. »

  • 10  2 AP 13, p. 326 ; 4 AP, 523, p. 535.
  • 11  Pour des exemples dans les procès-verbaux pour les années 1940 : 2 AP 14, p. 212, p. 224, p. 401, (...)
  • 12  2 AP 14, p. 315 ; d’autres exemples : 2 AP 12, p. 456, 6 avril 1924, Bédier ; 4 AP 478, 7 mars 193 (...)
  • 13  2 AP 13, p. 199, p. 222, p. 223, p. 315 ; 2 AP 14, p. 42.

7Des rapports à l’appui d’une proposition affichent dans leur titre les mots qui n’auraient plus dû être employés : Rapport pour le maintien de la chaire d’Histoire des religions au Collège de France (13 novembre 1932), Projet de transformation de la chaire de Géographie économique en chaire d’Écologie et géographie humaines (24 novembre 1946), ou encore Pour le maintien de la chaire d’Histoire de la civilisation moderne (27 novembre 1949)10. Maintien est un mot fréquent dans les procès-verbaux, les exposés et les propositions qu’à l’occasion d’une vacance de chaire les professeurs adressaient à l’administrateur11. Plus important, l’alternative ancienne est parfois à la base du raisonnement, et ce pendant toute la période. Le 24 juin 1945, Pelliot présentait « un rapport d’ensemble […], qui fait valoir toutes les raisons possibles de se prononcer soit pour le maintien du titre ancien de la chaire […], soit pour la transformation de ce titre »12. Il arrive que maintien se dise rétablissement. Ce mot qui désigne généralement la restauration d’un enseignement après une suppression plus ou moins longue, est parfois utilisé pour signifier un remplacement à l’identique suivant immédiatement la vacance d’une chaire. Je n’ai trouvé aucune explication à cet emploi particulier qui se constate dans les années 1931-193713.

  • 14  Halbwachs, 1999, p. 218.

8Pendant les quatre décennies suivant 1911, coexistent donc maintien, rétablissement, transformation et création, autant de mots qui, dans l’exposé, appellent la déclinaison d’un argumentaire. Demeurait sur un mode quelque peu renouvelé le choix ancien maintien-transformation. La première option aurait même prévalu, du moins pour ce « certain nombre de chaires » visé par Renan : « quand une chaire fondamentale est vacante, dit Duclaux à Halbwachs en 1943, s’il y a quelqu’un pour la représenter, on a tendance à la maintenir »14.

  • 15  Pour ces trois cas de figure : 2 AP 11, p. 61, p. 89, p. 105.

9Ce propos donne à voir l’autre élément déterminant le choix : une personne. Avant 1911, la pratique qui ressort des procès-verbaux, il est vrai, souvent sommaires, est la suivante : le professeur qui soutient la proposition allègue à l’occasion l’existence et la valeur d’un ou de plusieurs candidats, soit de façon très générale, soit en donnant des indices dénotant une personne précise, soit, mais c’est exceptionnel, en prononçant le nom du candidat envisagé15.

  • 16  Ibid., p. 232.
  • 17  Ibid., p. 5-7 (cit. p. 6).

10Nommer ou ne pas nommer les candidats dès le premier vote fut un point évoqué lors des discussions en vue du nouveau règlement. Le 14 novembre 1909, alors qu’on n’en était qu’à la définition du Collège, Bergson demanda « que les noms de candidats soient prononcés quand on discutera les transformations de chaires »16. Le 22 novembre, quand on en arriva au recrutement, certains demandèrent que la discussion sur la personne soit couplée avec la délibération sur la chaire. L’idée fondamentale était « que le Collège doit délibérer sur des hommes et non sur des chaires. La désignation de la chaire doit être une conséquence ». Ainsi se marquait la profonde différence avec l’Université : « Dans les facultés, la chaire préexiste à l’homme, ici l’homme préexisterait à la chaire. » La double délibération demeura, peut-être dans la crainte exprimée ce même jour que « plus nous nous écarterons de l’ancien règlement et plus nous rencontrerons de difficultés auprès de l’Administration pour faire accepter le nouveau »17.

  • 18  Ibid., p. 32-34.
  • 19  Ibid., p. 35-37.

11Ces idées s’exprimèrent dans les assemblées qui se tinrent avant la publication du décret. Le 17 avril 1910, la délibération relative à un titre de chaire fut ainsi réglée : « 1° Dans la discussion qui va s’ouvrir, on nommera les personnes que l’on désire avoir pour collègues… »18. On procéda de façon identique le 29 janvier 1911, la discussion étant l’occasion pour Meillet d’appuyer « la candidature de M. Pelliot »19.

  • 20  Ibid., p. 83-85, p. 90-97, p. 98-106.
  • 21  Ibid., p. 134, p. 228.
  • 22  Ibid., p. 451.

12L’assemblée du 10 décembre 1911 fut la première occasion d’appliquer le nouveau règlement. Le nombre (36) des candidatures porteuses de propositions fort diverses pour les quatre crédits libres amena à les répartir en huit groupes, chaque groupe faisant l’objet d’un rapport par un professeur. Lors des deux séances suivantes, les rapporteurs se prononcèrent tant sur les orientations disciplinaires que sur les candidats et leurs travaux ; les discussions portèrent principalement sur les personnes qui firent même l’objet de comparaisons (par exemple, entre les géographes Brunhes et Schrader), comme si l’on en était à la seconde étape20. Par la suite, on ne manqua pas d’interpréter le règlement en donnant la priorité à la personne21 ; et le 6 janvier 1924, la décision fut prise : « à l’avenir, lors de la discussion des propositions relatives à l’affectation des crédits disponibles, les auteurs de ces propositions seraient invités à les compléter par l’indication, au moins sommaire, des noms et des titres des candidats qu’ils ont en vue »22.

  • 23  Ibid., p. 415.
  • 24  Tel l’exposé fait par Janet le 6 mai 1932 pour une chaire d’Histoire comparée des sciences et de l (...)
  • 25  4 AP, 535, Perrin, p. 4-5.
  • 26  Conclusion de deux rapports de Courrier (4 AP, 497, 12 janvier 1941 ; 4 AP, 523, 24 novembre 1946)
  • 27  2 AP 13, p. 64, 14 novembre 1926.

13Les rapporteurs assurent qu’il existe bien pour la chaire une personnalité dont la compétence est indiscutable ; c’était d’ailleurs là, à en croire Hadamard, une « règle constante »23. Le contraire est l’exception24. Il arrive que plusieurs candidats soient envisagés : le 27 novembre 1949, Perrin donnait quatre noms pour une chaire de Physique théorique, ajoutant que la liste n’était « pas limitative »25. Faire état de l’existence d’un ou de plusieurs candidats de haute qualité, c’était garantir que l’on ne se trouverait pas court une fois le titre de chaire adopté. Ce n’était là qu’un avantage annexe dans un processus de personnalisation de la première délibération. Le candidat « justifie » la proposition de chaire26. De façon symétrique, une proposition est retirée à la suite de la renonciation du candidat27.

  • 28  Tel le long portrait que Fallot traça de Jean Leray (4 AP, 523, 24 novembre 1946).
  • 29  L’exposé se termine aussi sur le nom de Valéry (T., 1995, p. 436, p. 438).
  • 30  4 AP, 478, 7 mai 1937, Marçais, p. 4.
  • 31  4 AP, 531, 28 novembre 1948, Mazon, p. 4.

14Le rapporteur ne se bornait pas à assurer qu’il existait un savant possédant toutes les qualités pour la chaire. Il en parlait. Parfois, il le désignait de façon indirecte, brièvement ou en donnant un indice si parlant ou en accumulant tant de détails28 que dire le nom était inutile. Le plus souvent, il le nommait. Une modalité fréquente fut, après avoir montré la vaste extension du domaine couvert par la chaire, de s’interroger sur la personne apte à mener à bien un tel programme. « Nous avons l’Homme », « voici l’homme de la situation », « ce maître existe » sont autant de formules pour introduire alors le développement consacré à la personne. Certains ont été plus directs annonçant d’emblée titre de chaire et nom du candidat. Le Roy, après avoir rappelé le principe d’un Collège « premièrement bâti en hommes », poursuivait dans son introduction : « Je me conforme à cette règle fondamentale de notre charte en vous proposant d’affecter le crédit devenu disponible […] à la création d’une chaire de Poétique pour M. Paul Valéry29. » Ne dévoiler l’identité du candidat qu’en toute fin, par une sorte d’effet de suspens, fut une autre stratégie : Marçais fit du nom de Mario Roques le dernier mot de son exposé pour la chaire de Vocabulaire français30. On ne peut ici énumérer toutes les modalités utilisées ; on en restera à la manière originale que Mazon adopta lorsqu’il soutint la proposition de Langues et littératures d’origine germanique ; après un historique de la chaire, il évoqua l’ampleur du domaine que seul « un maître » pouvait prendre en charge, un maître dont il présenta les travaux, et de conclure : « Vous avez de vous-même nommé M. Fernand Mossé31. »

  • 32  4 AP, 527, 30 novembre 1947, Tonnelat, p. 4.
  • 33  Bataillon, 1962, p. 28 ; 4 AP, 620, 30 novembre 1969, Minder, p. 3.
  • 34  4 AP, 502, 16 novembre 1941, Joliot, p. 1.

15Pour 1911-1949, on trouve, lors de la première délibération, des marques de cet « excès de réserve » ou de « pudique hypocrisie », consistant à « feindre d’ignorer le nom du candidat que l’on a dessein de proposer »32. Mais, plus souvent, le candidat n’est pas désigné in petto, comme cela se passa dans les années 1960 ; et le nommer n’a rien d’« inhabituel », comme il le parut par la suite33. À ce point, on s’interrogera sur la réaction des professeurs entendant leur collègue Joliot : « vous vous êtes en général abstenus dans la première phase de vos délibérations de désigner nommément le candidat. Je vous demanderai la permission, dans le cas présent, de déroger à la règle »34.

  • 35  Pour des exemples : Loisy, 1931, chap. XLII ; Bloch/Febvre, I-II, 1994-2003, pour 1928 sqq. ; Char (...)
  • 36  Toubert, Zink (dir.), 2009, p. 59.
  • 37  Un ou plusieurs professeurs s’associent parfois à une proposition ; la proposition faite le 20 nov (...)
  • 38  Le 11 janvier 1925, il fut décidé qu’« une réunion, non officielle, sans rédaction de procès-verba (...)
  • 39  Bédier annonça la candidature de Faral (2 AP 12, p. 456, 6 avril 1924) ; Marc Bloch fit citer son (...)

16L’initiative administrative de la proposition de chaire appartient à un professeur. Pour autant, le candidat préexiste : il fait campagne et se manifeste avant la seconde délibération, voire avant même que les crédits ne soient libres35. Comme l’avait dit en d’autres temps Paulin Paris, « on ne traîne personne à ce fauteuil »36. Les professeurs connaissent les candidats : ils en discutent hors assemblée comme il ressort de propositions collectives37, de réunions officieuses38 et, bien sûr, de rencontres interpersonnelles ; ils les connaissent d’autant mieux que des candidatures furent annoncées39 et que certains s’y reprirent à plusieurs fois.

  • 40  Abragam, 1987, p. 221.

17Les années 1911-1949 voient un mixte des anciennes modalités (indiquer le nom de façon oblique) et des nouvelles exigences (prononcer le nom) qui dominent. Ces diverses façons de faire sont-elles propres à des personnes ou répondent-elles aux exigences du moment ? Et que se passa-t-il pour que dans les années 1960 on en fût revenu à ce qu’Abragam appela une « mascarade »40 ?

« Un genre d’éloquence »

  • 41  Voir l’échange épistolaire (octobre-novembre 1946, septembre 1947) entre l’administrateur, un cand (...)
  • 42  Des exemples du choix et de ses critères dans Fournier, 1996, p. 161-162 ; Bloch/Febvre, I, 1994, (...)
  • 43  Selon Meillet (Fournier, 1996, p. 162).
  • 44  Bloch/Febvre, I, 1994, p. 460.

18Le professeur proposant un titre de chaire est généralement choisi par le candidat, directement ou indirectement, sur la base d’amitiés ou de relations ; ne pas trouver un rapporteur est mauvais signe41. Idéalement, la personne ne doit être ni trop jeune dans l’institution, ni trop âgée, ni trop éloignée de la discipline pour laquelle elle plaide42. Certains furent, semble-t-il, recherchés, tels le philosophe Le Roy, « la plus grosse force du Collège » au début des années 193043, ou l’égyptologue Moret qui remporta quelques beaux succès44.

  • 45  Charle, Delangle, 1987, p. 65.
  • 46  4 AP, 535, 27 novembre 1949, Mazon, p. 1 ; de même : 2 AP 13, p. 17, 15 mars 1925, Le Roy ; 4 AP, (...)

19Tout habile que ce professeur fût, il n’était pas spécialiste d’un savoir qui se signalait de surcroît par la nouveauté ; il arriva même qu’il en fût assez éloigné, et pas seulement par « des siècles », comme l’égyptologue Moret le dit au moderniste Febvre45. D’où ces déclarations qui ne sont pas de modestie affectée auxquelles certains recoururent : « Vous pouvez vous étonner à bon droit, commençait le slaviste Mazon, de me voir assumer l’initiative de proposer au Collège la création d’une chaire qui porterait le titre de Civilisation matérielle et comparée des techniques… »46.

  • 47  Halbwachs, 1999, p. 221.
  • 48  Charle, Delangle, 1987, p. 62 et p. 67. Bloch, pour sa candidature de 1934, envoya un texte à Gils (...)
  • 49  Ibid., p. 56 (ital. dans le texte).

20En conséquence, des proposants demandèrent au candidat de leur fournir la matière de leur texte. Piéron qui connaissait Halbwachs depuis l’enfance et était au courant de ses travaux avait vite accepté de soutenir la proposition de chaire de psychologie collective. « Il me prie de rédiger un papier dont il s’inspirera, rapporte Halbwachs. Trois ou quatre pages ? Plus, cinq ou six47. » Febvre, à sa deuxième candidature (mars 1932), envoya à Faral une note pour l’exposé qu’il se proposait de faire à l’appui de celui d’Andler. « Mon texte prend 10 minutes à lire, précisait-il. On m’a dit de tous côtés que c’était le grand maximum. » Lors d’une nouvelle candidature quelques mois plus tard, il envoya à son nouvel avocat, Moret, « les éléments de [sa] défense »48. Plus tard, il conseilla à Bloch de s’adresser à lui, décrivant ce qu’avait été son expérience. « Si Moret est là, pas de doute. Vous ne pouvez pas ne pas vous adresser à lui. Il fera un bon topo, solide et bien charpenté, ne négligeant rien. Mais comme il vous demandera de le lui faire, je veux dire de bâtir vous-même le topo, ne perdez pas de temps. Faites cet amer pensum. J’ai passé par là, je sais ce que c’est. Il le remaniera, le reprendra, l’adaptera, mais il faut que vous lui donniez sa base49. »

  • 50  Bataillon, 1962, p. 26.
  • 51  Bloch/Febvre, II, 2003, p. 47.
  • 52  4 AP, 479, 14 mars 1937, Febvre, p. 1 ; souligné dans le texte.

21L’assemblée n’en savait guère plus que celui qui parlait. Comme le nota Bataillon reprenant une remarque de Renan, « le Collège de France élit à ses chaires des hommes de mérite, quoique dans ces élections le plus grand nombre des votants manque de compétence personnelle pour apprécier les mérites »50. Il était rare qu’il y eût un spécialiste à même de juger en science le développement sur la discipline. Febvre, à propos de l’exposé que Gilson fit pour la chaire d’Histoire comparée des sociétés européennes, remarquait quant au fond : « L’historien, de ci, de là, faisait ses réserves ; mais l’historien était au nombre de un dans l’auditoire […] ; pour tous les autres, ça allait bien51. » « La loi » du Collège que le même Febvre invoqua quand il parla à l’appui d’une proposition de chaire de médecine soutenue par un physicien, « celle qui fait nommer les historiens par des biologistes, les physiciens par des linguistes et les philosophes par des chimistes »52, ne fut pas sans incidence sur la teneur du rapport.

  • 53  L’exposé a pu s’allonger de la lecture d’une lettre en faveur du candidat dont le rapport ne fait (...)

22Celui-ci est originellement un exposé – c’est d’ailleurs le mot qui, avec proposition, est le plus fréquent quand est donné un titre ne se bornant pas au libellé de la chaire. Il a été présenté oralement. Cela amène une série de remarques, à commencer par la plus banale : se faire bien suivre dans une intervention qui durait en moyenne un quart d’heure53, qui, le plus souvent, était en concurrence avec une ou plusieurs autres, sans compter que l’attention pouvait être longuement sollicitée quand le même jour on délibérait sur deux ou trois crédits.

  • 54  Tels les exposés d’Andler et de Fauré-Fremiet pour les chaires de Sociologie et de Biologie généra (...)
  • 55  Ce fut doublement le cas le 3 février 1946 (4 AP, 520).
  • 56  4 AP, 464 (13 janvier 1935) et 4 AP, 522 (26 juin 1946), plans des exposés de Siegfried et Febvre (...)

23Le texte que l’on trouve dans les archives, celui que le professeur a transmis à l’administration a-t-il été lu tel quel ? Ce pourrait être le cas quand il porte des corrections et des ajouts manuscrits54, ou quand l’auteur absent fait lire son texte par autrui55. Reste que celui qui suivait un texte a pu faire une remarque annexe, suggérée par son propos ou en réponse à une réaction muette de l’auditoire. D’autres ont fait leur exposé à partir d’un plan, d’un texte semi rédigé par endroits ou encore de notes56.

  • 57  Ainsi dans le texte de Fauré-Fremiet cité n. 54. Pour une rare description d’orateurs en action : (...)
  • 58  Lors de la création de la chaire de Civilisation indo-européenne pour Dumézil, le rapporteur, Benv (...)
  • 59  Parler en premier était, selon Febvre, un désavantage (Bloch/Febvre, II, 2003, p. 47).
  • 60  D’anciens collègues de l’École pratique s’asseyaient, semble-t-il, les uns à côté des autres (Bloc (...)
  • 61  Bloch/Febvre, II, 2003, p. 56, p. 52, p. 47 (il s’agit du rapport de Gilson en faveur de la chaire (...)

24Quoi qu’il en soit, le proposant parlait. Voix, gestes, regard, expressions du visage, l’actio oratoire a désormais disparu et, avec elle, des éléments qui ont pu contribuer à la force persuasive du discours. Une infime trace serait des traits de soulignement, qui allégueraient un ton d’insistance à ces endroits-là57. Bien des éléments manquent pour saisir la dynamique d’un discours d’assemblée : le climat de la séance qui pouvait être chaleureux, indifférent, en partie hostile58 ; l’incidence du tirage au sort dans la présentation des rapports59 ; le placement autour de la table et les effets de groupe en résultant60. Enfin, des éléments subjectifs – « nos sensibilités », comme l’écrit Febvre – ont joué dans la réception des discours. Tel a pu juger « mauvaise » la prestation qu’un autre décrivait ainsi : « C’était dit plutôt que lu, avec cette espèce de netteté précise et somme toute élégante qui est dans la manière de Gilson61. »

  • 62  Ibid., p. 328-330.
  • 63  Pour ces cas de figure : 4 AP, 479, 14 mars 1937, Nageotte, p. 1 ; 4 AP, 488, 18 décembre 1938, Br (...)
  • 64  T., 1995, p. 435-436.
  • 65  4 AP, 517, 24 juin 1945, Pelliot, p. 2.

25L’exposé est généralement positif, même s’il y eut des présentations « de devoir et de courtoisie » où, sous le compliment, se cache pour le moins de l’indifférence62. Les attaques ouvertes sont rares, bien qu’hors contexte des mots perdent de leur sens. Elles se voient particulièrement dans le cas de propositions concurrentes. Outre des protestations contre les prétentions de telle ou telle discipline, elles consistent à dénier à un savoir le caractère de science ayant sa place au Collège, à estimer une proposition trop étroite ou trop spécialisée, à déprécier indirectement les méthodes du candidat adverse, à démontrer que le profil du candidat ne correspond pas au titre de chaire63. Alors que les propos sont généralement mesurés, la charge de Febvre contre Paul Valéry est d’autant plus violente. Dans la proposition concurrente qu’il soutenait, il attaqua l’écrivain qui, il est vrai, avait critiqué les historiens universitaires et qui, dans son programme d’enseignement, avait paru rabaisser l’histoire littéraire ; il s’en prit aussi à sa personne, le présentant, par opposition à son candidat, comme intéressé et dangereux pour la paix du Collège64. En comparaison, le « c’est un homme un peu mou » par lequel Pelliot écarta un candidat possible, est quasiment anodin65.

  • 66  Bloch/Febvre, II, 2003, p. 44.
  • 67  Un rapport de chacun d’eux dans 4 AP, 507, 14 mars 1943.
  • 68  4 AP, 479, 14 mars 1937, Nageotte, p. 12.
  • 69  2 AP 12, 16 novembre 1924, p. 479.
  • 70  4 AP, 532 (Pierre Gourou s’engagea dans la Résistance). Voir aussi Breuil rappelant les dernières (...)

26On ne peut entrer dans la diversité de style que présente « ce genre d’éloquence » (Marc Bloch)66, de la brièveté, pour ne pas dire l’atticisme d’un de Broglie, jusqu’à l’asianisme d’un Febvre67. La haute teneur des propos n’empêche pas des remarques un peu familières détendant l’atmosphère – « je voudrais tous les contenter », s’exclamait Nageotte à propos des divers candidats68. Le caractère fondamentalement rationnel du discours n’exclut pas, selon les bons principes de la rhétorique, l’appel à l’émotion. Et il y en eut : avec la lecture de lettres chaleureuses en faveur d’un candidat ou d’un billet de quatre lignes, « témoignage trop émouvant » qu’Havet, alors très malade, avait fait parvenir à un proposant69 ; avec le recours à cette figure d’autorité et d’émotion qu’est la prosopopée. Le 24 novembre 1946, Febvre soutenait la création d’une chaire d’Étude géographique du monde tropical. Dans son long exposé, il dit « deux mots » (soit deux pages) du savant. Puis il passa à « l’homme » qu’il fit nommer et qualifier par une personnalité désormais « sacrée », Marc Bloch. Il rappela l’une des dernières entrevues qu’il avait eues avec celui qui menait « avec une héroïque simplicité la dure vie de la résistance ». Bloch avait évoqué son séjour à Montpellier, les « laideurs [et] bassesses » dont il avait été le témoin, « toutes les noblesses aussi et toutes les générosités, et tous les dévouements passionnés à la France… Et il me dit : Pierre Gourou, ce n’est pas seulement un grand géographe. C’est un homme. Ne le perdez pas de vue ». Et Febvre de conclure : « MM., j’exauce ce vœu70. »

« Des considérations positives »

  • 71  Des exemples dans : 2 AP 13, p. 247-251, 6 mars 1932, Holleaux ; 4 AP, 470, 26 janvier 1936, Delép (...)

27Les exposés étaient pour ainsi dire réglés par leurs conditions de production. Leur nature orale, le temps limité pour la présentation, la composition de l’assemblée, tout portait le proposant qui n’était généralement pas un spécialiste (et encore moins le spécialiste du sujet qui est par définition le candidat) à aborder les choses par leur côté le plus général. Un discours trop spécialisé eût été inaccessible au plus grand nombre, et il n’eût pas manqué de détourner une attention qu’il fallait gagner. S’il y a dans des exposés des passages qui sont très techniques71, ce n’est pas si fréquent. Le plus souvent, la proposition a un tour pédagogique, ce qui ne saurait étonner chez des hommes qui, dès avant le Collège de France, avaient pour la plupart fait carrière dans l’enseignement.

  • 72  Jullian consacra le premier tiers de l’exposé au candidat envisagé (2 AP 13, p. 6, 15 mars 1925).
  • 73  Cités n. 56 et 54.
  • 74  « […] entre les mains de Febvre le jardin de l’histoire moderne retrouverait des fruits d’or sur u (...)

28Les exposés sont généralement construits en diptyque présentant successivement la discipline qu’allègue le titre proposé puisque cette première délibération porte sur un enseignement, le candidat envisagé alors que la personne préexiste à la chaire. Les deux volets sont d’ampleur variable et il est dans le découpage des variantes : un développement initial pour écarter une proposition adverse, une subdivision de la première partie en deux sections (le savoir, les méthodes ; l’histoire de la chaire, le savoir présent) ou encore, mais c’est rare, l’inversion de la disposition, l’orateur parlant d’abord de la personne, puis de la discipline72. Ce découpage ressort nettement des plans détaillés que Siegfried et Febvre remirent pour tout rapport ou d’un exposé de Fauré-Fremiet avec trois intertitres soulignés : « Comment concevoir la Biologie générale ; l’Homme de la situation ; Les moyens de travail » (de cet homme)73. Le dispositif se complète d’une introduction plus ou moins longue, directe ou alambiquée, simple ou solennelle (« J’ai l’honneur de… ») et d’une conclusion en forme de péroraison (s’ouvrant parfois par un « Je résume »), directe ou un peu maniérée74. Il y a là un schéma simple répondant à la fois à des exigences institutionnelles et à des nécessités pratiques : présenter à un auditoire d’une façon facile à suivre les éléments servant à la décision.

29Le développement consacré à la discipline consiste à en montrer l’importance, à en souligner le développement et les orientations ; une manière assez répandue est d’expliciter le titre proposé. Que des contenus de savoir ainsi formulés fussent reçus par tous est ici sans réponse ; que tous pussent en juger, c’était hors de question. Emporter la persuasion amenait à mobiliser une argumentation autre, accessible à tous. Un stock d’arguments, d’une grande plasticité, fut ainsi utilisé pendant toute la période considérée et pour toutes les disciplines, « littéraires » et « scientifiques ». Leur permanence – ce qui ne veut pas dire qu’ils se trouvent tous et tous de la même façon dans tous les exposés – est le signe de l’importance que la communauté leur reconnaissait.

  • 75  2 AP 12, p. 163 (cit.)-164.
  • 76  4 AP, 518, Massignon, p. 1.
  • 77  4 AP, 448, 15 novembre 1931, Lefranc, p. 1.
  • 78  2 AP 12, p. 390-391, 15 novembre 1922, Babelon.
  • 79  4 AP, 523, 24 novembre 1946, Bataillon, p. 7.
  • 80  2 AP 13, p. 213, 1er février 1931, Fauré-Frémiet ; pour un exemple contraire (plus rare) de titre (...)
  • 81  Cet argument se développe dans les années 1930 presque exclusivement à l’appui de chaires « littér (...)

30Les exposés insistent sur le caractère unique du Collège de France dans le monde du haut enseignement, sur sa distinction par rapport à l’Université. C’est d’ailleurs là un point sur lequel les professeurs furent toujours sourcilleux même pour des aspects mineurs : ainsi, en 1913, l’affiche des cours qui avait reçu une présentation modernisée dut être refaite car « ressembl[ant] trop à celle des facultés »75. Que ce soit pour maintenir une chaire ou la créer, on tire bien souvent argument du fait que cet enseignement ne peut demeurer ou s’instaurer qu’au Collège de France, qu’il ne se donne pas à l’Université, et que, s’il s’y donne, c’est suivant des modalités dictées par des programmes, des examens et des concours, se bornant à fournir des éléments ou des orientations, ne portant pas à la recherche ni aux amples perspectives. D’où la vive irritation de Massignon s’élevant en novembre 1945 contre de récentes créations « normalisant le Collège de France sur les données acquises professées aux Facultés »76. À l’occasion, la distinction était marquée avec d’autres institutions : Sciences Po où l’enseignement de l’histoire diplomatique n’était conçu qu’en fonction d’examens et de concours77 ; l’École pratique qui, si elle évitait cet écueil, n’apprenait à l’égyptologue qu’à déchiffrer des hiéroglyphes sans lui offrir un nécessaire « enseignement de grande envergure »78. D’où la conclusion d’une proposition de chaire : elle « ne fait double emploi avec rien ».79 La différence avec l’Université ressort aussi de la préférence pour un titre de chaire large car laissant « plus de liberté pour l’aventure scientifique que les exactes dénominations des diverses disciplines spéciales dont chacune possède aujourd’hui ses méthodes, ses techniques, ses routines »80. L’unicité et partant la primauté ainsi reconnues au Collège de France expliquent que des propositions arguèrent d’un rôle privilégié qu’assurerait la chaire proposée : elle serait un centre d’organisation, de coordination, de direction des recherches81.

  • 82  Croiset, 1912, p. 868-870.
  • 83  2 AP 13, p. 7, 15 mars 1925.
  • 84  Pour des exemples de ces cas de figure au hasard des disciplines : 4 AP, 478, 7 mars 1937, Langevi (...)

31Dans la différence avec l’Université, « dépôt des connaissances acquises », le Collège accueillait « la science en voie de se faire ». Due à Renan, cette formule fut largement utilisée pendant toute la période, et les nuances qu’y apporta l’administrateur Croiset en 191282 furent sans effet dans les propositions. Bien des transformations et des créations furent demandées pour un « savoir nouveau » ou « en plein essor », pour une « science qui n’est pas encore constituée » ; on se bornera à citer le plaidoyer ramassé de Jullian pour la préhistoire – « une science neuve et hardie qui a sa place dans cette maison de hardiesse et de nouveauté »83. L’argument fut aussi employé pour justifier le maintien de disciplines qui, établies au Collège de France, se renouvelaient profondément par le recours à des méthodes originales, par l’apport de matériaux à la suite de découvertes, ou qui voyaient émerger de nouvelles branches, ou encore qui, après l’étude des principes, avaient à explorer le champ immense des mécanismes et des applications84.

  • 85  Pour un exemple majeur : les rapports de Jullian et Le Roy pour une chaire de Préhistoire (2 AP 13 (...)
  • 86  4 AP, 535, 27 novembre 1949, Bataillon, p. 5.
  • 87  Compagnon, Corvol, Scheid, 2015, p. 36.

32Cette science nouvelle ou qui se rénovait apparut à l’occasion parée d’une justification supplémentaire : c’était une science française, née en France ou qui avait trouvé là ses meilleurs représentants85. Cela légitimait tant la création d’une chaire que son maintien afin de garder une primauté ou de conserver à une discipline son approche originale. On pourrait multiplier les citations. On se bornera au rappel des paroles de Bataillon à l’appui de la chaire d’Histoire de la civilisation moderne : cet enseignement aux « horizons renouvelés » promettait « des œuvres éclatantes comme les historiens en attendent de la France, puisqu’on attend de chez nous des travaux renouvelant les problèmes à force de compréhension large des réalités concrètes, plutôt que des systèmes à la Spengler ou même à la Toynbee »86. L’élément « national » se doubla à l’occasion de la menace de l’étranger – rival ou devancier – qu’il fallait conjurer87.

  • 88  4 AP, 507, 14 mars 1943, Pelliot, p. 1.
  • 89  « À défaut d’une tradition de la chaire, il y a la tradition de M. Morel-Fatio, qui remonte à plus (...)
  • 90  4 AP, 507, 14 mars 1943, Piéron, p. 1.
  • 91  Successivement, 4 AP, 448, 15 novembre 1931, Gsell, p. 3 ; 2 AP 13, p. 327, 13 novembre 1932, Andl (...)
  • 92  4 AP, 488, 18 décembre 1938, Albertini, p. 6 ; 4 AP, 507, 14 mars 1943, Piganiol, p. 4 ; 4 AP, 523 (...)
  • 93  2 AP 12, p. 415, 15 avril 1923, Jullian.

33La novation alla de pair avec la tradition dans une maison qualifiée de « traditionnelle et novatrice à la fois »88. Comme dans toutes les institutions, on ne manqua pas d’alléguer ce qui avait été. L’ancienneté entra comme argument dans les propositions demandant le maintien d’une chaire, bien sûr d’enseignements fondés du temps de François Ier, mais également de créations plus récentes. D’ailleurs, une tradition s’inventait vite : vingt-cinq ans parfois suffisaient89. Reste qu’un passé toujours glorieux fut évoqué, incarné qu’il était par les grands noms qui avaient illustré la chaire. Maintenir un enseignement, c’était « perpétuer […] une tradition »90. Supprimer une chaire, c’était « se détourner d’un héritage », « aller contre la tradition »91. Restaurer une chaire, « ressusciter un enseignement », c’était « renouer une tradition »92. Amplement utilisé à propos du maintien et du rétablissement, l’argument de la tradition fut aussi invoqué pour d’authentiques créations qui demandèrent à l’histoire du Collège une part de leur légitimité. De sorte que des chaires peuvent se réclamer du passé et du présent, tel l’enseignement d’Histoire et antiquités syriennes ainsi présenté : « une innovation et une continuation, un hommage à l’actualité et le respect d’une tradition quatre fois séculaire en cette maison »93.

  • 94  2 AP 11, p. 37.
  • 95  Voir, sur la tradition, Lenclud, 1987, p. 118 ; sur le motif généalogique dans les leçons inaugura (...)

34La tradition ne fut guère mise en cause si l’on excepte la vive déclaration de Havet en 1904 soutenant, il est vrai, une transformation ; il s’éleva contre l’argument du précédent pour « présumer le maintien » : il y avait là une contradiction avec la mission du Collège de France, qui « au lieu d’assumer la direction de l’esprit scientifique en France s’abandonne à une inertie qui est une abdication »94. Cette exception montre la puissance de la tradition qui fonctionna comme un argument d’autorité. De surcroît, continuité choisie, voire forgée par ceux qui s’en réclamaient, elle instituait une « filiation inversée », participant d’un discours généalogique qui se donne pleinement à voir dans les leçons inaugurales95.

  • 96  2 AP 11, p. 89, 15 janvier 1905, Boissier ; 4 AP, 507, 14 mars 1934, lettre de Siegfried à l’admin (...)
  • 97  2 AP 11, 82, 7 novembre 1904, Janet.
  • 98  2 AP 13, p. 20, 15 mars 1925, Le Roy ; 4 AP, 535, 27 novembre 1949, Bataillon, p. 5.
  • 99  2 AP 13, p. 15, 15 mars 1925, Le Roy.
  • 100  4 AP, 486, 19 juin 1938, Brillouin, p. 9 ; d’autres exemples : 2 AP 13, p. 216-217, 1er février 19 (...)
  • 101  2 AP 13, p. 133, 20 janvier 1929, Le Roy ; Fournier, 1996, p. 165 ; 4 AP, 478, 7 mars 1937, Andler (...)
  • 102  Pour trois exemples : 2 AP 12, p. 227, 21 janvier 1917, Gley ; 4 AP, 502, 16 novembre 1941, Duclau (...)
  • 103  2 AP 12, p. 414-415, 15 avril 1923, Jullian et discussion ; 4 AP, 485, 27 mars 1938, Pelliot, p. 2 (...)

35Distinction, novation, tradition, ce sont là les trois piliers de l’argumentation. De façon occasionnelle, d’autres preuves furent avancées. Alors que la chaire proposée s’inscrivait dans une institution collégiale, certains jugèrent utile de mettre en avant son apport à la communauté. Elle serait un « trait d’union » entre des enseignements existants ; elle formerait avec eux « un ensemble intéressant » ; elle serait « un complément utile » à des chaires voisines96. Tout aussi important, l’assurance fut parfois donnée qu’elle ne modifierait pas l’équilibre interne des disciplines97, qu’elle ne ferait pas double emploi98, et surtout qu’elle n’empiéterait pas sur une autre99. Un argument spécifique à l’appui de chaires de sciences expérimentales fut le laboratoire que le candidat amenait avec lui ou l’utilisation qu’il pouvait faire de ressources existantes ; alors que l’on déplorait une pénurie de moyens, la phrase conclusive de la proposition de chaire d’Aérodynamique théorique et appliquée – « un minuscule laboratoire suffit » – prend tout son sens100. Il arriva que le même atout valût pour des chaires « littéraires » (préhistoire, sociologie, linguistique)101. Moins fréquemment on produisit des arguments autres, d’ordre économique (la réorganisation industrielle après guerre, le développement d’une industrie, la mise en valeur du domaine colonial)102 ou politico-culturel (le rayonnement de la France)103.

  • 104  L’expression est de Babelon (2 AP 12, p. 389, 15 novembre 1922).
  • 105  Successivement : 2 AP 13, p. 171, 15 juin 1930, Massignon ; p. 168, 17 mars 1930, Le Roy qui, en f (...)
  • 106  Le gros de l’exposé pour la chaire d’Aérodynamique théorique et appliquée est consacré au candidat (...)
  • 107  Des lettres en faveur du candidat peuvent être lues et des extraits de comptes-rendus de ses ouvra (...)
  • 108  On avance parfois l’âge, rarement, le talent professoral.
  • 109  2 AP 12, p. 480, 16 novembre 1924, Bédier ; 4 AP, 497, 12 janvier 1941, Marçais, p. 5 ; 4 AP, 523, (...)
  • 110  Pour un exemple : « M. Le Roy ne croit pas utile de présenter à nouveau M. Hazard dont les titres (...)

36Lorsque dans les « considérations positives »104, l’orateur en arrivait à la personne, il disait la haute qualité du candidat incarnant le savoir présenté. Il le faisait en quelques mots dictés par « le caractère de cet exposé de principe » ou encore « dans la mesure discrète qui convient actuellement »105. Mais souvent avec plus d’ampleur et de détails ; il n’est pas rare que cette partie fasse la moitié du texte, voire davantage106. Sont alors données les preuves de l’excellence du candidat que sont ses publications, ses méthodes, ses découvertes, et jusqu’aux récompenses obtenues. Sa notoriété est mise en avant, au besoin en rapportant des jugements élogieux portés par autrui – « plus objectif » –, et encore mieux par un savant étranger107. Se dessine ainsi un portrait de l’homme de science à son meilleur108. Il s’assortit parfois de touches d’une autre nature (titres militaires, attitude pendant les années 1939-1945) ajoutant au savant la noblesse de l’homme d’action et de cœur109. Alors que le développement consacré à la discipline allègue déjà une personne, le rapport de présentation d’un titre de chaire en vient à tourner au plaidoyer, parfois long, pour le candidat ; cela a pu amener le rapporteur à annoncer lors de la seconde délibération que son exposé sera bref, l’essentiel ayant déjà été dit110.

***

37Lire quelque 120 rapports de présentation de chaire montre ce que fut la mise en pratique du règlement de 1911 : contraire, en continuant à faire état de maintien et de transformation, fidèle, en ratifiant la préexistence du candidat.

  • 111  Des exemples dans les sources narratives citées n. 35, et, pour le dernier élément, le rapport de (...)
  • 112  Lettre à Marc Bloch, 5 mars 1934 (Bloch/Febvre, II, 2003, p. 462-463).

38Quel fut le poids du rapport dans la décision ? Cela est difficile à dire alors que d’autres éléments, scientifiques et non, ont pu jouer : les discussions en séance, des positions de groupe, des ententes par blocs disciplinaires, des engagements personnels, des considérations politiques ou religieuses, sans compter des bruits de couloir, voire des campagnes de dénigrement111. Entrent encore dans le résultat ces comportements irrationnels épinglés par Gilson, quand « ceux même qui écrivent un nom ne savent pas pourquoi ils n’écrivent pas l’autre »112.

  • 113  Swales, 2004 ; Waquet, 2010.

39Reste que ce document était une nécessité administrative : un exposé devait être fait. Sa composition suivit des règles, implicites mais non moins réelles, qui en font un genre, à l’instar de bien d’autres scandant le recrutement, qu’ils soient du fait des professeurs (lettre à l’administrateur pour une proposition de chaire, exposé sur les candidats lors de la seconde délibération) ou des candidats (lettre formelle de candidature, fascicule de titres et travaux). Il y a là une chaîne de genres, culminant, au terme du processus, sur ce « grand genre » qu’est la leçon inaugurale113, le lien organique pouvant se doubler d’éléments textuels : ainsi, des motifs de la « base » que Febvre donna à Moret se retrouvent dans sa première leçon.

40Ces exposés ont une tonalité élogieuse : une science est présentée sous le signe de la nouveauté, une personne à l’aune de l’excellence, présentations qui sont rapportées à la tradition du Collège. Que l’assemblée penchât pour un savoir ou un autre, pour un candidat ou un autre, il est un point sur lequel elle était unanime, l’affirmation constante de sa distinction. Ce que révèlent ces exposés faits dans un moment fondamental de la vie du Collège, quand il renouvelle son corps, c’est l’identité de l’institution.

Notes

1  Soit les procès-verbaux et les registres de délibération des assemblées de professeurs. Quinze de ces textes sont des exposés plus brefs, faits à l’appui d’une proposition et en développant un aspect particulier. Voici les abréviations respectives pour les rapports (procès-verbaux) : 4 AP, n° de dossier, date, nom du rapporteur, page ; pour les registres 2 AP, cote, page, date, nom du rapporteur.

2  Croiset, 1911, p. 875.

3  « […] les chaires doivent être perpétuelles et non éphémères », disait Jullian (4 AP, 370, 17 avril 1910, notes de séance).

4  Pour Renan, les titres des chaires « devraient être, pour la plupart, mobiles » (Renan, 1868, p. 107).

5  Voir Croiset, 1911, p. 876 et, pour des exemples, 2 AP 11, p. 60-61, 8 mai 1904 ; 4 AP, 357, 26 janvier 1908, note de Flach, p. 2 et 3.

6  Renan, 1868, p. 106.

7  La durée moyenne d’occupation de la chaire est de 20-25 ans pour la période allant jusqu’en 1930 (Leridon, 2010b, p. 35). Des professeurs en fonction en 1911 ont occupé leur chaire pendant un nombre d’années bien supérieur : Meillet (30), Chuquet (32), Bédier (33), Fossey (33), Flach (35), Croiset (37), Sylvain Lévi (41), Gaston Maspero (42), Cagnat (43).

8  2 AP 12, p. 135.

9  2 AP 14, p. 426-427.

10  2 AP 13, p. 326 ; 4 AP, 523, p. 535.

11  Pour des exemples dans les procès-verbaux pour les années 1940 : 2 AP 14, p. 212, p. 224, p. 401, p. 453-454.

12  2 AP 14, p. 315 ; d’autres exemples : 2 AP 12, p. 456, 6 avril 1924, Bédier ; 4 AP 478, 7 mars 1937, Febvre, p. 1 ; 4 AP, 502, 16 novembre 1941, Joliot, p. 1.

13  2 AP 13, p. 199, p. 222, p. 223, p. 315 ; 2 AP 14, p. 42.

14  Halbwachs, 1999, p. 218.

15  Pour ces trois cas de figure : 2 AP 11, p. 61, p. 89, p. 105.

16  Ibid., p. 232.

17  Ibid., p. 5-7 (cit. p. 6).

18  Ibid., p. 32-34.

19  Ibid., p. 35-37.

20  Ibid., p. 83-85, p. 90-97, p. 98-106.

21  Ibid., p. 134, p. 228.

22  Ibid., p. 451.

23  Ibid., p. 415.

24  Tel l’exposé fait par Janet le 6 mai 1932 pour une chaire d’Histoire comparée des sciences et de la philosophie (2 AP 13, p. 240-243).

25  4 AP, 535, Perrin, p. 4-5.

26  Conclusion de deux rapports de Courrier (4 AP, 497, 12 janvier 1941 ; 4 AP, 523, 24 novembre 1946).

27  2 AP 13, p. 64, 14 novembre 1926.

28  Tel le long portrait que Fallot traça de Jean Leray (4 AP, 523, 24 novembre 1946).

29  L’exposé se termine aussi sur le nom de Valéry (T., 1995, p. 436, p. 438).

30  4 AP, 478, 7 mai 1937, Marçais, p. 4.

31  4 AP, 531, 28 novembre 1948, Mazon, p. 4.

32  4 AP, 527, 30 novembre 1947, Tonnelat, p. 4.

33  Bataillon, 1962, p. 28 ; 4 AP, 620, 30 novembre 1969, Minder, p. 3.

34  4 AP, 502, 16 novembre 1941, Joliot, p. 1.

35  Pour des exemples : Loisy, 1931, chap. XLII ; Bloch/Febvre, I-II, 1994-2003, pour 1928 sqq. ; Charle, Delangle, 1987, p. 55-68 ; Halbwachs, 1999.

36  Toubert, Zink (dir.), 2009, p. 59.

37  Un ou plusieurs professeurs s’associent parfois à une proposition ; la proposition faite le 20 novembre 1921 « au nom des professeurs de sciences » par l’un d’eux est exceptionnelle (2 AP 12, p. 353).

38  Le 11 janvier 1925, il fut décidé qu’« une réunion, non officielle, sans rédaction de procès-verbal, pour la discussion préalable des propositions », se tiendrait quinze jours au moins avant l’assemblée (2 AP 12, p. 492) ; en novembre 1946, Febvre en déplorait l’abandon (4 AP, 527, p. 10).

39  Bédier annonça la candidature de Faral (2 AP 12, p. 456, 6 avril 1924) ; Marc Bloch fit citer son nom (2 AP 13, p. 130, 20 janvier 1929).

40  Abragam, 1987, p. 221.

41  Voir l’échange épistolaire (octobre-novembre 1946, septembre 1947) entre l’administrateur, un candidat à la recherche d’un « proposant » (le mot est de Faral), et des professeurs le renvoyant à l’un de leurs collègues qui s’emploie à échapper à la « corvée » d’un rapport (4 AP, 527).

42  Des exemples du choix et de ses critères dans Fournier, 1996, p. 161-162 ; Bloch/Febvre, I, 1994, p. 305, p. 457, p. 460, p. 463 ; II, 2003, p. 320-323, p. 372, p. 375, p. 380, p. 464, p. 468, p. 469 ; Charle, Delangle, 1987, p. 65 ; Halbwachs, 1999, p. 221.

43  Selon Meillet (Fournier, 1996, p. 162).

44  Bloch/Febvre, I, 1994, p. 460.

45  Charle, Delangle, 1987, p. 65.

46  4 AP, 535, 27 novembre 1949, Mazon, p. 1 ; de même : 2 AP 13, p. 17, 15 mars 1925, Le Roy ; 4 AP, 478, 7 mars 1937, Jolly, p. 2.

47  Halbwachs, 1999, p. 221.

48  Charle, Delangle, 1987, p. 62 et p. 67. Bloch, pour sa candidature de 1934, envoya un texte à Gilson auquel Febvre transmit aussi de l’information (Bloch/Febvre, II, 2003, p. 459-461).

49  Ibid., p. 56 (ital. dans le texte).

50  Bataillon, 1962, p. 26.

51  Bloch/Febvre, II, 2003, p. 47.

52  4 AP, 479, 14 mars 1937, Febvre, p. 1 ; souligné dans le texte.

53  L’exposé a pu s’allonger de la lecture d’une lettre en faveur du candidat dont le rapport ne fait qu’une mention (par exemple, 2 AP 12, p. 464, 6 avril 1924, Fossey). L’éventuel second exposé ne devait pas dépasser dix minutes.

54  Tels les exposés d’Andler et de Fauré-Fremiet pour les chaires de Sociologie et de Biologie générale (2 AP 13, p. 172-181, 15 juin 1930 ; p. 213-217, 1er février 1931).

55  Ce fut doublement le cas le 3 février 1946 (4 AP, 520).

56  4 AP, 464 (13 janvier 1935) et 4 AP, 522 (26 juin 1946), plans des exposés de Siegfried et Febvre remis pour tout rapport ; 2 AP 13, 15 mars 1935 : le rapport d’Abel Lefranc comporte dans un texte parfaitement rédigé des groupes de mots qui, à l’oral, furent nécessairement développés (p. 11-13) ; 4 AP, 498, lettre du 9 avril 1941 dont Roques accompagna l’envoi du « texte, reconstitué d’après mes notes et mes souvenirs, et je crois à peu près exact, de mon intervention à l’Assemblée du Collège pour le maintien de la chaire de… ».

57  Ainsi dans le texte de Fauré-Fremiet cité n. 54. Pour une rare description d’orateurs en action : Bloch/Febvre, II, 2003, p. 47 et 48.

58  Lors de la création de la chaire de Civilisation indo-européenne pour Dumézil, le rapporteur, Benveniste, dut faire face à la forte opposition de certains qui demandèrent le report (2 AP 14, 24 novembre 1948, p. 428-429).

59  Parler en premier était, selon Febvre, un désavantage (Bloch/Febvre, II, 2003, p. 47).

60  D’anciens collègues de l’École pratique s’asseyaient, semble-t-il, les uns à côté des autres (Bloch/Febvre, I, 1994, p. 412).

61  Bloch/Febvre, II, 2003, p. 56, p. 52, p. 47 (il s’agit du rapport de Gilson en faveur de la chaire envisagée pour Bloch et des opinions de Paul Léon et de Febvre).

62  Ibid., p. 328-330.

63  Pour ces cas de figure : 4 AP, 479, 14 mars 1937, Nageotte, p. 1 ; 4 AP, 488, 18 décembre 1938, Breuil, p. 5 et 7 ; 4 AP, 535, 27 novembre 1949, Mazon, p. 9 ; 4 AP, 470, 26 janvier 1936, Delépine, p. 2.

64  T., 1995, p. 435-436.

65  4 AP, 517, 24 juin 1945, Pelliot, p. 2.

66  Bloch/Febvre, II, 2003, p. 44.

67  Un rapport de chacun d’eux dans 4 AP, 507, 14 mars 1943.

68  4 AP, 479, 14 mars 1937, Nageotte, p. 12.

69  2 AP 12, 16 novembre 1924, p. 479.

70  4 AP, 532 (Pierre Gourou s’engagea dans la Résistance). Voir aussi Breuil rappelant les dernières paroles de Matignon, mort en séance, adjurant ses collègues de maintenir la chaire de Préhistoire (CR, 464, 13 janvier 1935, Breuil, p. 1).

71  Des exemples dans : 2 AP 13, p. 247-251, 6 mars 1932, Holleaux ; 4 AP, 470, 26 janvier 1936, Delépine ; 4 AP, 520, 3 février 1946, Massignon ; 4 AP, 523, 24 novembre 1946, Courrier, Mandelbrojt.

72  Jullian consacra le premier tiers de l’exposé au candidat envisagé (2 AP 13, p. 6, 15 mars 1925).

73  Cités n. 56 et 54.

74  « […] entre les mains de Febvre le jardin de l’histoire moderne retrouverait des fruits d’or sur un arbre verdoyant », c’est ainsi que Moret, parti, et de loin, d’une citation de Goethe, conclut son exposé pour la chaire d’Histoire de la civilisation moderne (2 AP 13, p. 325, 13 novembre 1932).

75  2 AP 12, p. 163 (cit.)-164.

76  4 AP, 518, Massignon, p. 1.

77  4 AP, 448, 15 novembre 1931, Lefranc, p. 1.

78  2 AP 12, p. 390-391, 15 novembre 1922, Babelon.

79  4 AP, 523, 24 novembre 1946, Bataillon, p. 7.

80  2 AP 13, p. 213, 1er février 1931, Fauré-Frémiet ; pour un exemple contraire (plus rare) de titre restreint : 4 AP, 517, 24 juin 1945, Pelliot, p. 1.

81  Cet argument se développe dans les années 1930 presque exclusivement à l’appui de chaires « littéraires ».

82  Croiset, 1912, p. 868-870.

83  2 AP 13, p. 7, 15 mars 1925.

84  Pour des exemples de ces cas de figure au hasard des disciplines : 4 AP, 478, 7 mars 1937, Langevin (Géologie physico-chimique) ; 2 AP 11, p. 116, 5 novembre 1905, Havet (Grammaire comparée) ; 2 AP 12, p. 91-92, 14 janvier 1912, Henneguy (Anatomie générale) ; 4 AP, 352, 28 avril 1907, note pour le procès-verbal (Chimie organique).

85  Pour un exemple majeur : les rapports de Jullian et Le Roy pour une chaire de Préhistoire (2 AP 13, p. 6, 15 mars 1925 ; p. 132, 20 janvier 1929).

86  4 AP, 535, 27 novembre 1949, Bataillon, p. 5.

87  Compagnon, Corvol, Scheid, 2015, p. 36.

88  4 AP, 507, 14 mars 1943, Pelliot, p. 1.

89  « À défaut d’une tradition de la chaire, il y a la tradition de M. Morel-Fatio, qui remonte à plus de 25 ans en arrière… », notait Bédier (16 novembre 1924) s’opposant au maintien de ladite chaire (2 AP 12, p. 478).

90  4 AP, 507, 14 mars 1943, Piéron, p. 1.

91  Successivement, 4 AP, 448, 15 novembre 1931, Gsell, p. 3 ; 2 AP 13, p. 327, 13 novembre 1932, Andler.

92  4 AP, 488, 18 décembre 1938, Albertini, p. 6 ; 4 AP, 507, 14 mars 1943, Piganiol, p. 4 ; 4 AP, 523, 24 novembre 1946, Bataillon, p. 1.

93  2 AP 12, p. 415, 15 avril 1923, Jullian.

94  2 AP 11, p. 37.

95  Voir, sur la tradition, Lenclud, 1987, p. 118 ; sur le motif généalogique dans les leçons inaugurales, Waquet, 2010, p. 101-122.

96  2 AP 11, p. 89, 15 janvier 1905, Boissier ; 4 AP, 507, 14 mars 1934, lettre de Siegfried à l’administrateur, 25 février 1943 ; 4 AP, 523, 24 novembre 1946, Courrier, p. 7.

97  2 AP 11, 82, 7 novembre 1904, Janet.

98  2 AP 13, p. 20, 15 mars 1925, Le Roy ; 4 AP, 535, 27 novembre 1949, Bataillon, p. 5.

99  2 AP 13, p. 15, 15 mars 1925, Le Roy.

100  4 AP, 486, 19 juin 1938, Brillouin, p. 9 ; d’autres exemples : 2 AP 13, p. 216-217, 1er février 1931, Fauré-Fremiet ; 2 AP 14, p. 44, 26 janvier 1936, Langevin ; 4 AP, 470, 26 janvier 1936, Delépine, p. 1-2.

101  2 AP 13, p. 133, 20 janvier 1929, Le Roy ; Fournier, 1996, p. 165 ; 4 AP, 478, 7 mars 1937, Andler, p. 4.

102  Pour trois exemples : 2 AP 12, p. 227, 21 janvier 1917, Gley ; 4 AP, 502, 16 novembre 1941, Duclaux, p. 4 ; 4 AP, 478, 7 mars 1937, Breuil, p. 5.

103  2 AP 12, p. 414-415, 15 avril 1923, Jullian et discussion ; 4 AP, 485, 27 mars 1938, Pelliot, p. 2 ; 4 AP, 497, 12 janvier 1941, Febvre, p. 12, Lacau, p. 3.

104  L’expression est de Babelon (2 AP 12, p. 389, 15 novembre 1922).

105  Successivement : 2 AP 13, p. 171, 15 juin 1930, Massignon ; p. 168, 17 mars 1930, Le Roy qui, en fait, consacra près du tiers de l’exposé au candidat.

106  Le gros de l’exposé pour la chaire d’Aérodynamique théorique et appliquée est consacré au candidat (4 AP, 486, 19 juin 1938, Brillouin).

107  Des lettres en faveur du candidat peuvent être lues et des extraits de comptes-rendus de ses ouvrages cités : par exemple, 2 AP 12, p. 461-464, 6 avril 1924, Fossey ; 2 AP 13, p. 13, 15 mars 1925, Le Roy ; 4 AP, 488, 18 décembre 1938, Albertini, p. 4.

108  On avance parfois l’âge, rarement, le talent professoral.

109  2 AP 12, p. 480, 16 novembre 1924, Bédier ; 4 AP, 497, 12 janvier 1941, Marçais, p. 5 ; 4 AP, 523, 24 novembre 1946, Fallot, p. 5-6 ; Courrier, p. 8.

110  Pour un exemple : « M. Le Roy ne croit pas utile de présenter à nouveau M. Hazard dont les titres ont été exposés en détail à propos de l’affectation des crédits » (2 AP 13, p. 22, 7 juin 1925).

111  Des exemples dans les sources narratives citées n. 35, et, pour le dernier élément, le rapport de Febvre du 24 novembre 1946 dans 4 AP, 527, 30 novembre 1947.

112  Lettre à Marc Bloch, 5 mars 1934 (Bloch/Febvre, II, 2003, p. 462-463).

113  Swales, 2004 ; Waquet, 2010.

Auteur

Françoise Waquet, directrice de recherche au CNRS, travaille sur la culture savante, xviie-xxie siècle. Elle a notamment publié Parler comme un livre. L’oralité et le savoir, xvie-xxs., Paris,  2003 ; Respublica academica. Rituels universitaires et genres du savoir (xviie-xxis.), Paris, 2010 ; L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, xvie-xxie s., Paris, 2015.

© Les Belles Lettres, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540